Frères Aînés de la Rose+Croix

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Myriam le Sam 12 Avr 2008, 15:33

Bonjour à tous,

Parmi la multitude d’ordres rosicruciens, n’oublions pas de citer l’ordre des Frères Aînés de la Rose+Croix. L’Alchimiste Roger Caro a écrit Legenda des Frères Aînés de la Rose Croix (Editions Roger Caro – Saint-Cyr-sur-Mer - 1970) afin de nous faire connaître l’ordre des F.A.R+C en apportant des preuves de leur existence. Certains auteurs ont prétendu que l’ordre des Frères Aînés de la Rose+Croix n’a pas existé, d’autres que ses Membres étaient des personnages immatériels, d’autres encore que l’Ordre n’était que l’allégorie d’une philosophie. Il faut dire que les Frères Aînés de la R+C sont toujours restés dans l’ombre par mesure de sécurité, en vertu de l’article 16 de leur Règle.

Instruits dans l’Art Alchimique grâce à la science orientale, les fondateurs de l’Ordre des Frères Aînés de la Rose+Croix furent certes d’anciens templiers, mais on ne peut pas considérer les F.A.R+C comme les continuateurs des Templiers : plus rien de commun entre les deux ordres dès l’origine.

A la mort de Jacques de Molay et après la dissolution du Temple en 1314, certains templiers se réfugièrent en Angleterre d’abord, ensuite en Ecosse dans l’île de Mull. Parmi ces réfugiés se trouvait l’Alchimiste Guidon de Montanor, lequel instruisit un second Gaston de la Pierre Phoebus en plusieurs mois. En 1316, 28 compagnons, dont 4 instruits dans l’Art alchimique, retournèrent en Avignon et furent hébergés par le pape Jean XXII. En contrepartie, ils devaient éclairer ce dernier sur leur Science. Le Pape leur proposa de se constituer en Fraternité et de prendre pour unique mission de perpétrer cette Philosophie Divine. Le 2 décembre 1316, le nom du groupement fut décidé : Frères Aînés de la Rose Croix. Jean XXII suggéra alors à Gaston de la Pierre Phoebus de retourner en Ecosse chercher de nouveaux compagnons. Il accepta, mais avant de partir il tint à s’entretenir avec le Recteur des Hospitaliers de Pont Saint-Esprit (ancien templier également) afin de lui donner toutes instructions utiles. Pendant son absence, le pape soumettrait au Recteur des hospitaliers (sous le sceau du secret) le projet d’une Règle pour le nouvel Ordre. Malheureusement, au retour, le groupe de Gaston de la Pierre Phoebus fut attaqué par une bande de pillards dans la région du Mans et seuls 5 survivants rejoindront Avignon.

Alors que les 32 compagnons venaient d’élire Gaston de la Pierre Phoebus, premier impérator de l’Ordre (à titre posthume), Jean XXII réussit à imposer son neveu Jacques de Via comme successeur du défunt. Mais le 6 mai 1317, Via mourut empoisonné et, avant que Jean XXII parvienne à imposer Arnaud (frère de Jacques de Via) comme nouvel Impérator, Guidon de Montanor fut nommé à ce poste par ses compagnons. Il sera donc le troisième à diriger l’ordre, mais le premier à exercer réellement la fonction. Ainsi, les 33 Frères Aînés étaient au complet selon l’article 5 la Règle de l’Ordre. Ils restèrent 17 ans auprès du pape. Tous les Frères possédaient leur adeptat et le destin de l’Ordre commençait vraiment. Le conseil Suprême des F.A.R+C se réunit le 26 juillet 1333 dans la Commanderie de Montfort-sur-Argens (Var). Des serments furent échangés sur le respect des Règles de l’Ordre. Chaque Frère reçut consignes et signes de reconnaissances. Le Jour de l’An 1334, après avoir entendu la messe dans la salle d’honneur de la Commanderie, investis de la mission d’enseigner l’Alchimie selon la Tradition primordiale, les 33 Frères Rose+Croix se séparèrent. L’Ordre des Frères Aînés de la Rose+Croix venait de prendre vie.

Depuis jean XXII jusqu’en1992, les dirigeants de l’Ordre des Frères Aînés de la Rose+Croix étaient choisis parmi des Véritables Adeptes ou parmi des responsables d’Ordres initiatiques connus.

Quelques exemples :

Le 33ème Imperator des F.A.R+C fut Robert Fludd de 1623 à 1630.

Le 51ème Imperator des F.A.R.C fut Lord Bulwer Lytton de 1849 à 1865.

Le 52ème Imperator des F.A.R.C fut l’abbé Louis Constant, plus connu sous le nom d’Eliphas Lévi, de 1865 à 1874.

Le 53ème Imperator des F.A.R+C fut William Wynn Westcott de1874 à 1892. Societas Rosicruciana in Anglia et Golden Dawn.

Le 54ème Imperator des F.A.R+C fut Sir Leigh Gardner de 1892 à 1898. Il fut le secrétaire de la loge Crux Christi Corona Christianum.

Le 55ème Imperator des F.A.R+C fut le Docteur Steiner de 1898 à 1900. Société Antroposophique.

Max Heindel fut instruit en Allemagne en 1907 par un Frère Aîné appartenant à l’Ordre des Frères Aînés de la Rose+Croix.

Le 58ème et dernier Imperator fut Pierre Phoebus, un pseudonyme de Roger Caro. Il fut impérator de 1969 jusqu’à sa mort survenue en janvier 1992. A sa mort, les Frères Aînés de la Rose+Croix ont été dissous officiellement. Cet Ordre rosicrucien n’existe donc plus aujourd’hui, et ceux qui en revendiquent la succession ne sont plus inspirés par l’Idéal originel qui animait ses fondateurs. Les F.A.R.+C ne vendaient pas leur Savoir, ils le donnaient. Ils enseignaient gratuitement la Philosophie Divine aux désireux de s’instruire.

Il reste aujourd’hui un idéal, vers lequel chacun peut tendre. L’essentiel est d’essayer chaque jour de s’élever spirituellement afin de parvenir à la Connaissance et à la Vérité primordiale jusqu’à devenir Rose+Croix au sens le plus noble du terme. Quant aux authentiques héritiers de la spiritualité et des enseignements de l’Ordre, ils se sont anonymement fondus dans la nature pour poursuivre leur œuvre dans la discrétion.

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages: 78
Date d'inscription: 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Laposse le Jeu 17 Avr 2008, 21:30

Bonjour Myriam. Les Frères Aînés de la Rose + Croix ? Je n'avais jamais entendu parler de cette association. Je connaissais l'AMORC et aussi l'Association Rosicrucienne, et il est clair que le degré de Rose-Croix est un titre dans la franc-maçonnerie, mais pas F.A.R+C. Pour sûr, on n'entend pas parler d'un Ordre qui se veut secret, mais alors, après coup, peut-on être sûr qu'il a vraiment existé ? Comment savoir si ce n'est pas une légende moderne inventée par ce Roger Caro ? Suspect

Laposse

Nombre de messages: 241
Age: 45
Date d'inscription: 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Sherlock le Jeu 17 Avr 2008, 21:39

Hum...
Question pertinente, Laposse.
Il est facile de se prétendre ceci ou cela, tel ce "grand Mamamouchi" inventé par Molière pour abuser le Bougeois Gentilhomme.
De quelles preuves, de quels indices diposons-nous ?

Sherlock

Nombre de messages: 78
Date d'inscription: 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Aube-Aurore le Ven 18 Avr 2008, 17:58

Bonsoir Myriam

Merci beaucoup de nous avoir fait découvrir cet ordre rosicrucien dont les membres enseignaient l'Alchimie selon la Tradition Primordiale.

Peux-tu m'expliquer pourquoi un tel groupement comme les F.A.R.C. est resté dans l'ombre si longtemps et n'existe plus aujourd'hui bien que certains membres soient encore parmi nous ? Je n'arrive pas à concevoir que des initiés F.A.R.C. aient décidés subitement d'arrêter d'enseigner l'alchimie à ceux qui souhaiteraient oeuvrer au laboratoire ?
Amitiés. Fleur

Aube-Aurore

Nombre de messages: 236
Age: 34
Date d'inscription: 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Myriam le Sam 19 Avr 2008, 10:58

Ce que nous savons des Frères Aînés de la Rose+Croix provient quasi exclusivement des travaux publiés par Roger CARO (vu son souci constant à «désocculter l’occulte»). C’est donc vers son œuvre que nous nous tournons pour tenter de répondre à ces questions.

Les FAR+C ont constitué un Ordre rosicrucien bien avant la date de 1622 officiellement connue comme étant la première apparition publique de la dénomination Rose+Croix, à l’initiative de J.V. Andreae et des princes protestants du Saint-Empire germanique.

A l’origine, en 1317, et jusqu’en 1970, les FAR+C, vus de l’extérieur, semblaient inexistants puisque rien à leur sujet ne fut jamais rendu public. Du début à la fin, l’Ordre des FAR+C se consacra à l’Alchimie, à son enseignement discret, à l’élévation spirituelle et la charité discrète.
Or, selon l’article 42 des Règles de l’Ordre des Frères Aînés de la Rose Croix :
«Tout voile devra tomber lorsque les temps seront venus, qu’il y aura des prodiges dans les cieux et les astres du fait d’hommes doctes et savants ; qu’il y aura des révoltes et des guerres ; qu’il y aura des paroles trahies ; qu’il y aura des cataclysmes et beaucoup de misères et qu’il n’y aura plus que 4 pontifes à venir d’après notre docte évêque Malachie, l'Irlandais.»

«Objectivement, constatons que les SIGNES annoncés cadrent bien avec notre temps; s’il ne s’agissait que de guerres ou de discordes, ou de simples phénomènes célestes, on pourrait arguer qu’IL Y EN A TOUJOURS EU, et à toutes les époques... Mais le fait de mentionner que ces phénomènes cosmiques seraient le FAIT d’hommes doctes et savants, et qu’il n’y aurait plus que 4 Souverains Pontifes (d’après saint Malachie), remet tout en question et situe le problème d’une façon catégorique en notre temps.»
nous écrit Roger Caro en 1970 dans Légenda des Frères Aînés de la Rose Croix. C'est pour ces raisons que les FAR+C se manifestèrent dès 1970. Or, aujourd’hui, avec Benoît XVI, la dernière maxime de St. Malachie est atteinte : les temps semblent donc bien mûrs pour une nouvelle mutation.

Ce qui est frappant, c’est la concordance exacte entre la prophétie émanant de l’art. 42 de la Règle, et la REALITE présente en 1970. Depuis 1317, l’ordre n’a jamais dévié de sa ligne de conduite et n’a jamais dérogé à sa Règle. L’Ordre resté secret jusqu’en 1970, estima alors à juste titre que les temps décrits dans la Règle concernaient bien les temps présents (1970 et au-delà) puisque les 4 conditions étaient réunies.

Par ailleurs, la mème Règle, dans son article 14, stipulait :
«En plus des trois vœux, chaque frère fera une promesse à Dieu. Le nombre des frères ne dépassera jamais 33 et il n’y en aura jamais moins»

Roger CARO, constatant par les documents en sa possession que ce quota n’était plus atteint, conclut que, juridiquement parlant, les FAR+C ne pouvaient plus exister en tant qu’Ordre. Logiquement, L’association loi 1901 fondée par R.Caro en 1984 ne s’appela donc pas FAR+C, mais Sanctuaire d’études des FAR+C. Cette association a aujourd’hui aussi été dissoute.

Evidemment, ceci n’empêche nullement que l’Idéal, la Tradition, et la Connaissance transmis par cet Ordre jusqu’à notre époque ne continuent pas à vivre, ailleurs, via de nouvelles filières. Rien n’est immuable dans le temps. Tout naît, meurt, se renouvelle.

Rien ne dit que cet acquis ancestral soit irrémédiablement perdu. Il est raisonnable de supposer que les authentiques héritiers de la spiritualité et des enseignements de l’Ordre se soient anonymement fondus dans la nature pour poursuivre leur œuvre dans la discrétion. Le passé n’est plus, L’Alchimie, Science divine peut être enseignée sous une autre forme, sous d’autres noms... Peut-être ? Il reste en tout cas aujourd’hui un idéal, vers lequel chacun peut tendre. L’essentiel est d’essayer chaque jour de s’élever spirituellement afin de parvenir à la Connaissance et à la Vérité primordiale jusqu’à devenir Rose+Croix au sens le plus noble du terme.

Il est pourtant nécessaire de rester vigilants et ne pas se précipiter vers le premier venu se présentant héritier des FAR+C. D’abord parce que c’est une question de bon sens et de prudence élémentaire, mais aussi parce qu’à la mort de Roger Caro, en janvier 1992, personne ne put le remplacer car personne ne vivait véritablement de l’idéal qu’il prônait. Il faut donc prendre garde de bien distinguer d’une part l’Idéal originel, et d’autre part les humains (faillibles) qui s’en réclament.

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages: 78
Date d'inscription: 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Sherlock le Sam 19 Avr 2008, 14:36

Hum hum...
Admettons...
Disons qu'à défaut de preuve, ce récit peut être considéré comme un témoignage, un indice, une présomption...
En somme, si je vous suis bien, Myriam, l'histoire des FAR+C va de Jean XXII à Jean XXIII.

Suspect Etrange...
Il n'y a pas eu de papes nommés Jean durant l'intervalle historique allant de 1334 à 1958.
Considérant que, selon Pierre Plantard et son soi-disant Prieuré de Sion, des filiations ésotériques parallèles à l'Eglise de Rome et indépendantes de celle-ci ont perpétué la tradition originelle de manière occulte en se référant à Jean1, il est nécessaire de se demander si les FAR+C n'ont pas repris le flambeau de la tradition que l'Eglise abandonnait à l'époque du pape Jean XXII avant d'entrer en décadence. Or, nous savons par l'auteur italien Pier Capri que Jean XXIII, lorsqu'il était nonce apostolique en France, aurait été initié à un ordre rosicrucien.
Suspect Etrange, étrange...
Etrange et suspect, car lorsqu'on observe l'évolution actuelle de l'Eglise Catholique, il est impossible d'imaginer qu'elle puisse avoir récupéré le flambeau de la tradition. Alors, quid ?

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
1 Voir la liste de succession des dignitaires du Prieuré, selon Plantard, à cette adresse.

Sherlock

Nombre de messages: 78
Date d'inscription: 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Legenda des Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Trinity le Sam 02 Aoû 2008, 18:59

Nous apprenons que l'ouvrage Legenda des Frères Ainés de la Rose+Croix dont Myriam nous a parlé en début de ce fil a été récemment mis en ligne à l'adresse suivante : http://www.scribd.com/doc/3502250/Templar-Order-of-the-Elder-Brothers-of-Rose-Cross . Selon nos sources, Monsieur Philippe de Coster, de Gand (Belgique), ancienne relation de Roger Caro, et qui est l'auteur de ce nouvel ouvrage qui inclut la reproduction de la presque totalité du Legenda, ne disposerait peut-être pas des droits nécessaires à cette publication, ce qui pourrait éventuellement conduire à une disparition rapide de ce document.

Notez que le format d'édition utilisé (i-Paper) permet la consultation en ligne, mais je n'ai pas encore trouvé la possibilité de rapatrier ce document pour le sauvegarder en interne.

Trinity

Nombre de messages: 116
Date d'inscription: 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

freres ainés de la rose croix

Message  uranum le Mar 17 Nov 2009, 10:28

Bonjour Trinity.

Apparemment ton lien concernant l'ouvrage légenda des FAR+C n'existe plus ?

uranum

Nombre de messages: 19
Date d'inscription: 13/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Trinity le Mar 17 Nov 2009, 12:30

En effet, le lien ne fonctionne plus, merci de l'avoir signalé.

Cette publication se faisait en violation flagrante des droits d’auteurs. Après que nous ayons avisé un proche de l’éditeur de cette anomalie, il était logique que le plagiaire se fasse rappeler à l’ordre.

En ce qui concerne les FARC, comme le dit Myriam ci-dessus,
A la mort de Roger Caro, en janvier 1992, personne ne put le remplacer car personne ne vivait véritablement de l’idéal qu’il prônait. Il faut donc prendre garde de bien distinguer d’une part l’Idéal originel, et d’autre part les humains (faillibles) qui s’en réclament.
J’ajoute que plusieurs personnes s’en réclament en toute illégitimité, profitant de la confusion entretenue sur Internet entre FAR+C et EUNA.

Trinity

Nombre de messages: 116
Date d'inscription: 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  aliboron le Dim 22 Nov 2009, 00:16

A l'attention de Myriam (en particulier),

Vous semblez bien informée, pourriez vous nous en dire un peu plus sur cette tradition "orientale" dont les F.A.R.C. sont les héritiers et perpétuateurs ?

J'ai bien compris, par votre présentation, que cette "orientalisme" s'originait inévitablement dans les relations supposées entre Templiers et leurs homologues musulmans (lesquels ?); mais cette passation concerne t'elle la seule alchimie (technique-laboratoire), ou faut-il l'étendre également au niveau de "l'oratoire" ?

Si c'est le cas, (comme on est en droit de le supposer) je suis surpris que la traduction qui en fut faite ne laisse rien transparaitre des spécificités (visionnaires, entre autres particularismes) de l'alchimie islamique.
Et je ne vois pas ce qui justifie ce rien, vu que la mise en oeuvre de cette connaissance se passait loin des yeux de toutes inquisitions trop "chrétiennes".

Je crois particulièrement interressants ces échanges entre traditions (férocement en bonne santé, à l'époque envisagée), ne serait-ce que pour en rêver... Nous, il ne nous reste que la Tradition Primordiale ... alors que nous sommes tout... sauf "primordiaux".
Peu de chance que la clef rencontre la serrure... Mais qui sait ?

Par ailleurs, concernant la justification d'une désoccultation rendue nécessaire par l'actualité des prophéties de Saint Malachie (et donc, du même coup, rendant "indiscutable" l'existence antérieure -secrète- des F.A.R.C.), je suis étonné que, vu le niveau initiatique qu'on peut lui supposer, Mr Caro s'en tienne à une utilisation des plus littérales des dites-prophéties.

Les recherches "inspirées" de Piobb et de J. Reyor, sur ce sujet, (lesquels ne se réclament d'aucune transmission "irréffutable"), sont autrement plus nourrissantes pour la... comprenette. Voir plus...

Bref, je suis perplexe mais ne demande qu'à savoir s'il ne s'agit pas là, une fois de plus (de trop...) de l'histoire du couteau sans manche... qui a perdu sa lame.

Cordialement.
aliboron.

aliboron

Nombre de messages: 208
Age: 57
Date d'inscription: 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Myriam le Dim 22 Nov 2009, 15:15

Bonjour à tous,
Bonjour aliboron,

Je vais tenter une approche de réponse, fatalement incomplète, vu les lacunes documentaires et une nécessaire discrétion quant à mes sources.
Vous semblez bien informée
Je ne prétends pas être particulièrement "bien informée", mais il est vrai que je rassemble des éléments sur Roger Caro depuis 2000, et je constate qu'on retrouve actuellement sur internet des éléments d'information de plus en plus fantaisistes. Cette dérive s'accroît avec le temps qui passe. Or, impossible de parler de la Tradition véhiculée par les FAR+C sans essayer de comprendre la démarche de Roger Caro, puisque ce personnage central s'est publiquement posé comme en étant dépositaire, comme il l'expose dans son "Legenda des Frères Ainés de la Rose Croix".

Certaines pièces, et des témoins de l'époque confirment ses dires. D'autres personnes nuancent ces propos, comme Giudicelli par exemple :
Parmi les Ordres qui se sont extériorisés, celui des FAR+C est le seul, à avoir fourni à quelques chercheurs, de très nombreux documents, mais au décès de l'Imperator, nous avons constaté ce que nous savions depuis longtemps : les FAR+C étaient une création ex nihilo. Cependant, le personnage de Roger Caro était intéressant, car il porta plusieurs chercheurs sur la voie du cinabre, et il attira l'attention sur l'esprit universel
Jean-Pierre Giudicelli
Pour la Rose Rouge et la Croix d'Or
Le Mercure Dauphinois, 2007
Mais Giudicelli est lui-même contesté, et, à certains égards, suspect. Dans ce contexte, il faut être sacrément perspicace pour démêler le vrai du faux, vu la "personnalité" des différents successeurs auto-proclamés de Roger Caro. Mes recherches sur Roger Caro ont parfois conduit à des impasses, essentiellement parce que
- le temps a effacé des traces, a égaré des pièces du dossier, et a fait décéder des témoins;
- plusieurs des personnes qui ont connu Roger Caro se font extrêmement discrètes et refusent le contact;
- parmi ceux qui l'ont un peu approché, certains se vantent indûment d'en être les héritiers et véhiculent de fausses allégations.
Je ne suis donc "bien informée" qu'en fonction des documents consultés, des témoignages recueillis, et d'une dose de logique pour trier le tout.

Venons-en à la relation entre FAR+C et tradition alchimique orientale. Roger Caro fait remonter l'historique des FAR+C à la dissolution des Templiers. Cet Ordre a – partiellement (pas à titre principal, et seulement pour quelques rares parmi ses membres) – été le véhicule provisoire de la transmission de la Tradition Primordiale. Au cours des deux siècles de présence templière au Proche-Orient, les cultures entrèrent en contact, surtout après le compromis de paix de 1192. Un exemple tout simple :
3. Les historiens s'accordent aujourd'hui à penser que la plupart de ces accusations étaient des calomnies élaborées sur l'ordre de Philippe le Bel. Mais si l'on élimine les aveux extorqués par le bourreau, il reste assez d'indices selon lesquels des rites d'initiation, tel le reniement de la croix considéré comme épreuve, ont effectivement été pratiqués. En Terre sainte, où ils avaient longtemps combattu, les Templiers avaient eu avec l'islam des contacts qui n'étaient pas seulement guerriers, et il est possible qu'ils y aient eu connaissance des doctrines hermétistes ou gnostiques recueillies par les Arabes. L'initiation chevaleresque, note Luc Benoist, possède un caractère ésotérique
L'Occultisme
Encyclopédie Du Monde Actuel (EDMA)
Livre de Poche, 1976
Roger Caro ne dit rien d'autre :
De très nombreux auteurs ont exposé […] comment les Templiers sous HASSAN et SALADIN, ont étudié toutes sortes de Philosophies dans cette fameuse MAISON de la SAPIENCE où ils avaient accès. Naturellement, on s'en doute, ces Chevaliers du Christ ne fréquentaient pas tous cette Maison de la Science. Plus soldats qu'intellectuels, leur nombre était très restreint. Parmi ceux-là, quelques Sénéchaux et chapelains, rarement les Grands-Maîtres.
Plus tard, lorsque la "science" orientale leur fut fermée, les Templiers instruits en l'Art d'Alchimie perpétuèrent cet enseignement en DISTINGUANT d'abord, en INSTRUISANT ensuite, ceux de leurs pairs les plus aptes à leur succéder. C'est ainsi, par cette filière fraternelle, que GUIDON de MONTANOR, puis Gaston de la PIERRE PHŒBUS, se trouvèrent détenteurs du secret hermétique et purent plus tard instruire à leur tour leurs compagnons en Fraternité.
Roger Caro
Legenda des Frères Ainés de la Rose Croix, 1970
Avec cependant une nuance à apporter : d'autres groupements (essentiellement maçonniques et rosicruciens) revendiquent la même filiation, puisqu'elle permet, via ce "pied-à-terre" occidental au Proche Orient, de justifier rétrospectivement une filiation indirecte avec l'Egypte ancienne, et, à travers elle, à l'ancien monde d'avant.

Autre remarque : dans sa démarche alchimique, Roger Caro se réfère non pas à une tradition issue du Proche Orient, mais d'un orient plus lointain : Inde (Kamala Jnana, Ajunta…) et Chine (cinabre). La source de sa pratique est donc vraisemblablement sans rapport avec la filiation historique alléguée. Mais est-ce important ? Les Adeptes issus de traditions différentes se reconnaissent entre eux : au-delà de la croisée des chemins, tous les sentiers conduisent vers la même Lumière.

NB :Je ne souhaite pas évoquer ici les aspects techniques et manipulatoires. Et à se sujet, j'avoue ne pas percevoir le sens de votre question
cette passation concerne t'elle la seule alchimie (technique-laboratoire), ou faut-il l'étendre également au niveau de "l'oratoire" ?
car elle semble implicitement suggérer que l'oratoire serait dissociable de l'alchimie, et que l'alchimie serait une sorte de technique de laboratoire; cette vision matérialiste moderne, technicisée, voire industrielle, est une projection mentale actuelle appliquée rétrospectivement sur l'alchimie du passé. Il s'agit là de folklore para-alchimisant, sans grand rapport avec l'Alchimie, ontologiquement parlant.

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages: 78
Date d'inscription: 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  pluviose le Dim 22 Nov 2009, 16:24

Bonjour.

Vous êtes plusieurs sur ce forum à parler de "Tradition Primordiale".
De quoi s'agit-il, au juste ?

pluviose

Nombre de messages: 78
Date d'inscription: 09/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Charly Alverda le Dim 22 Nov 2009, 21:40

Bonjour

Le terme de Tradition primordiale est "normalement" employé par les lecteurs de René Guénon. Sur ce sujet, je recommande la lecture de : CONTRE LE MONDE MODERNE de Mark J. Sedgwick, dont je livre la 4è de couverture des Editions Dervy :

" Mouvement français antimoderniste, le traditionalisme se réfère principalement à l'oeuvre de René Guénon, qui rejetait l'idée de progrès et le paradigme des Lumières, tout en s'efforçont de faire redécouvrir la Sophia Perennis, philosophie basée sur l'existence d'une sagesse immuable d'origine divine, une « Tradition Primordiale », transmise depuis l'origine de l'humanité. Guénon, que l'histoire de Io pensée contemporaine a un peu oublié, eut pourtant un rayonnement intellectuel considérable ou milieu du XXè siècle. Ses thèses exercèrent, bien que de manière discrète, une gronde influence sur la religion, Io philosophie, Ia politique et l'université, non seulement en Europe, mois aussi en Russie, en Amérique et dons le monde musulman grâce à des chercheurs comme Mircea Eliade, Julius Evola, Seyyed Hossein Nasr, Ananda Coomoroswomy et en France, Louis Pouwels ou Louis Dumont.
Première étude d'envergure et remarquablement documentée sur ce courant de pensée, " Contre le monde moderne " nous dévoile une autre histoire intellectuelle du XXè siècle, où l'on découvre des réseaux d'influence qui dépassent le cadre du monde occidental et ne vont pas sans répercussions politiques."

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages: 534
Date d'inscription: 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  aliboron le Dim 29 Nov 2009, 13:39

Bonjour à tous,

Et merci à Myriam pour ces précisions.
Avant de poursuivre, sachez que je respecte le fait que vous ayez ce point de vue et, que mes propos n'ont pas pour but de froisser quelqu'un ou une mémoire, ... juste d'apporter la contradiction nécessaire au vrai dialogue quand une "légende" prète le flanc.
Je comprends bien l'argument disant que "Les Adeptes issus de traditions différentes se reconnaissent entre eux : au-delà de la croisée des chemins, tous les sentiers conduisent vers la même Lumière"... mais ne peut m'empècher de penser que ce lieu commun occultiste-new age n'a pas été souvent vérifié. Pour dire le moins...

Ce que l'on peut savoir des rencontres réelles entre Accomplis : maitres, saints ou sages, venant de traditions différentes tiendrait sur un postit. De fait ces rencontres sont rarissimes, plutôt accidentelles, et ne relèvent pas vraiment de la nécessité traditionnelle.

Au mieux, depuis que l'occident s'est autorisé a entasser dans l'angle-mort de sa rationnalité, tout ce qu'il a pu barbotter ici et là... pour en faire de l'initiatique... on peut constater que des élus-auto-proclamés (dispensateurs de mystères sous forme de livres, cénacles, stages, etc...) même s'ils se réclament de moults traditions secrètes ou exotiques, s'appellent tous DUPONT... comme leurs initiateurs. Et, ils se reconnaisent entre eux... je vous l'accorde.
Why not ?
Mais le problème c'est que les traditions lointaines dont ils se prétendent les héraults ne les reconnaissent pas ! Au mieux, ils ont laissé un vague souvenir, rarement reluisant. On vous le dira poliment... mais clairement.

Kamala Jnana, Ajunta... pourquoi pas... mais le souci c'est que les représentants de l'alchimie indienne (Nâth Siddha et Sittâr) n'ont rien à voir avec ces lieux, même pas symboliquement.
Par ailleurs, l'alchimie indienne (Rasâyana) est une facette du tantrisme shivaïte, indissolublement liée à sa cosmogonie, et même avec la meilleure volonté possible, on n'en perçoit pas même une miette, voir une effluve, dans les propos de Mr Caro.

Quant à la vraisemblance d'une transmission taoiste, (cinabre et compagnie), je crains que cette éventualité relève franchement de la fiction. Absolument rien, dans les "traces" laissées par Mr Caro, ne rappelle celles d'un taoiste; bien au contraire.
Cette tendance, par exemple, à hypostasier un règlement, à faire des chartres, à mettre des majuscules partout, etc... a toujours été un des sujets de plaisanteries favoris chez les taoistes (aussi bien que chez les tantrikas indiens).

Aussi, je partage parfaitement votre jugement, Myriam, lorsque vous dites : "Il s'agit là de folklore para-alchimisant, sans grand rapport avec l'Alchimie, ontologiquement parlant." Même si vous semblez supposer, pour m'avoir lu trop vite, que j'agréais la dichotomie moderne et aberrante entre ora et labora.
En fait, je la supposais à l'oeuvre chez ces F.A.R.C., mais sous une forme moins aisément décelable, puisque profitant d'une ignorance convenue, ils n'hésitent pas à juxtaposer des corps de doctrines complétement incompatibles quand on vise l'efficience.
Les tibétains ont une expression savoureuse pour ça : "tête de yack et corps de mouton".

L'histoire des religions est autre chose; qui n'engage à rien... si ce n'est à revoir périodiquement le bien fondé de ses raccourcis.

Quant à la Maison de Sapience, que de nombreux DUPONT ont pointé de leur index, en nous expliquant comment d'illustres prédecesseurs ont pu accéder à ses trésors, je crains le pire... sa réalité (Terre Sainte...) relevant, en fait, de la dimension imaginale. Chose connue et relevant (depuis des siècles) du B.A. BA le plus élémentaire dans le soufisme.
Bref, toujours cette même occidentalisation du monde, apposant sa commode ignorance de ces dimensions pour se la jouer grands-initiés.
C'est lassant.

Cordialement.
alidupont.

aliboron

Nombre de messages: 208
Age: 57
Date d'inscription: 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Myriam le Mar 15 Déc 2009, 09:59

Bonjour aliboron,

Pour ma part, je ne me sens pas froissée par la contradiction, du moment que les propos se situent au niveau du débat avec arguments et non au niveau des slogans et des attaques des personnes. Or, nous sommes clairement dans ce premier cas, pas de froissements donc. Au contraire, dirais-je, puisque l'avance d'argument permet de mettre à l'épreuve les convictions que l'on s'est forgées. Démarche nécessaire pour permettre une évolution, laquelle est, de toute évidence, un des objectifs originels du forum "GR00 - A la croisée des chemins".

Au sujet de mon argument "Les Adeptes issus de traditions différentes se reconnaissent entre eux " tu écris :
Ce que l'on peut savoir des rencontres réelles entre Accomplis : maitres, saints ou sages, venant de traditions différentes tiendrait sur un postit. De fait ces rencontres sont rarissimes, plutôt accidentelles, et ne relèvent pas vraiment de la nécessité traditionnelle.
J'acquiesce sur deux points : la rareté de ces rencontres, et leur non nécessité. C'est un peu comme en haute montagne : les vrais alpinistes, proches du sommet, se reconnaissent entre eux et se comprennent d'un regard sobre; leurs rencontres y sont rares et pas nécessaires; c'est en vallée, au coin du feu, au local de la Fédération, qu'on convient des règles du comportement en montagne, entre alpinistes et non alpinistes. Donc, j'en conviens, l'Occident dérape dans sa compréhension de l'initiatique : trop de maîtres auto proclamés, trop de majuscules (comme en allemand Sourire ), trop de "moi, je…" indirects propagés via le fan club de disciples ou l'éditeur.

Au sujet de Roger Caro, cela ne me dérange pas de recevoir des arguments allant à l'encontre de l'image – éventuellement idéalisée – que je m'en suis forgée, puisque cette image est nécessairement une reconstruction effectuée par mon esprit, sur base
- d'une grille de lecture héritée de mon passé
- alimentée en données lacunaires, partielles et partiales.

Je dis "reconstruction par mon esprit" et non "par mon intellect", parce qu'une part des informations m'est parvenue directement, sans transit par l'intellect, selon des modes de perception que je ne développerai pas, mais totalement indéniables. Donc, s'il s'avérait que la tradition F.A.R.+C. ait pu être elle aussi une reconstruction moderne a posteriori j'admettrai volontiers m'être forgée une représentation quelque peu mythique du personnage qui en est à l'origine. Ceci ne me dérange nullement, puisque le mythe a fonctionné en tant que principe fondateur structurant. Sans ce mythe, je n'aurais pas entamé une recherche qui s'est révélé à terme être une quête. Sans ce mythe, je n'aurais probablement pas découvert le lien entre Rose+Croix et Alchimie. Sans ce mythe, j'aurais pu continuer à croire que l'Alchimie n'était rien d'autre qu'une suite de manipulations chimiques selon des recettes anciennes perdues. Réel ou mythique, le Caro idéel que j'ai virtuellement rencontré a donc été pour moi un personnage clé, une charnière dans mon existence. Je ne m'accroche pas à ce passé, car une fois qu'une porte est franchie, il y a tout un nouvel espace à explorer, mais je ne peux que rendre hommage à cet initiateur (peut-être involontaire) qui m'a fait franchir un seuil vers une nouvelle dimension dont je ne soupçonnais pas l'existence. J'en parle donc à titre de témoignage, pour le cas où d'autres pourraient y trouver un écho susceptible de favoriser leur propre évolution. Et je témoigne aussi de toutes les dérives, récupérations et aberrations dont Internet se fait l'écho depuis la disparition de cet homme.
Bref, toujours cette même occidentalisation du monde, apposant sa commode ignorance de ces dimensions pour se la jouer grands-initiés. C'est lassant.
Lassant, certes. Je partage ce constat. Mais alors, deux possibilités s'offrent à nous qui tournons en rond :
- lamentation, désintérêt désabusé, croyance en l'absence de solution;
- changement paradigmatique, constat que le problème n'est pas envisagé sous le bon angle, et que la vérité est ailleurs : une crise existentielle peut se résoudre (dissoudre) par le lâcher-prise.

Myriam

Nombre de messages: 78
Date d'inscription: 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  aliboron le Mar 15 Déc 2009, 13:46

Myriam,

Je salue ton fair-play et plus encore ton discernement (peu courants, je le crains), et j'acquiesse à cette ouverture qui n'hésite pas à considérer la Vie comme "malicieuse" et faisant feu de tout bois (à condition qu'il ne soit pas trop humide, dirait un "opératif") pour nous desciller les yeux sur ses merveilles.

Pour ma part, si je m'en souviens bien, mon premier initiateur (involontaire, j'espère) fut Lobsang Rampa, affabulateur brillant... ou : luisant ?
L'empreinte a dû être conséquente puisque, même avec plus de jugeotte, j'en suis encore à roder autour des himalayas... comme Tintin.
Je regrette juste que Lobsang ne m'ait pas transmis, en même temps, ses compétences en plomberie, j'en aurai bien besoin en ce moment... mais passons. Sans rancunes...



"(...) le mythe a fonctionné en tant que principe fondateur structurant", dis-tu.
et j'applaudis d'une main . Enfin, j'essaye....
Un ancien, visant l'horizon... disait : "La seule vérité est l'irradiation de l'être dans le silence vivant".
Il se pourrait bien que ce soit juste.

Mon inévitable René Alleau propose le lien qui manque et peut donner à méditer sur l'utilisation idoine du "vraisemblable" par ceux qui, grace aidant, aspirent sincèrement à se donner à ce qui est.

Vraisemblable, plutot que vérités, considérant que dans notre état dit "de veille" (encore une malice...à peine vraisemblable, celle-là ), le voile de Maya voile souvent plus qu'il ne dévoile.
Sauf courants d'air providentiels...

Cette façon qui suit d'aborder le Sujet, malgrè les apparences est des plus réaliste; et en accord avec ta réticence à séparer ora et labora. J'invite donc les curieux-de-nature (et de surnature) à la considérer avec la gravité et la... légèreté requises.

"L'idée d'un sujet réel ou d'un objet réel se ramène à des connexions de faits réellement coordonnés. (...) c'est bien d'une connexion constante et réciproque des relations internes avec les relations externes, que dépend toute notion de réalité, plutot que celle du sujet "en soi" ou de l'objet "en soi" dont il est rigoureusement impossible de démontrer l'existence indépendante de leur solidarité, qui est à la fois concrète et abstraite.

(...) Ainsi l'homme et ses mondes, extérieur et intérieur, ne peuvent-ils pas être séparés abitrairement, isolés ni substantifiés, soit par les dogmes de l'idéalisme, soit par ceux du réalisme, bien que ces conceptions découvrent l'une et l'autre en tant que perspectives distinctes, d'importantes vérités.
Elles ne font que traduire dans un langage différent, tantot objectif et tantot subjectif, une réalité qui étant à la fois l'une et l'autre, ne peut être ni l'une ni l'autre".

Donc, une sacrée Mélusine, comme dirait Parascelse !!!
Du reste, je m'étonne sans cesse que nos modernes opératifs, disposés à toutes sortes de contorsions théoriques pour justifier leur budget-labo, ne s'interressent pas plus à ce mixte...

Soit, d'après Corbin au mieux imaginal... ce "serpent andouillique" cher à Rabelais ... Corbin, qui en a un peu abusé quand même, quand à force de s'omnubiler sur les deux foyers de cette ellipse (Seigneur-Vassal, ou ciel-terre), il en oublie l'origine : alpha ET omega... discrètement au centre. Mais passons, sa contribution ouvre la lucarne.
Dans la kabbale juive on dira "kavannah" (Intention... au sens le plus ardent du terme); dans le shivaisme : "bavannah", soit le même élan mais avec plus de tripes que de foi; etc....

Puis, en venant au mythe en tant que "principe fondateur structurant", Alleau précise d'une manière musicalement... exacte :

"Il importe de préciser que les formes symboliques ne doivent pas être considérer comme des réalités substancielles particulières, mais comme des modèles dont les relations sont bien plus importantes que les contours".

Et ailleurs, plus loin dans la même direction : "Ainsi, au sens propre la fiction est-elle une transmutation du fait en un FIAT, une re-création du créé. D'où le caractère démiurgique de la poésie et de l'alchimie".

"Parmi ces lueurs aurorales ou crépusculaires, solennelles et indécises, apparaissent des "objets" à la seconde puissance, une création qui a été recréé par l'âme, et sur laquelle sans cesse peut tomber la foudre".

(C'est moi qui souligne, pour qu'on puisse lire "avec le doigt"... , ou, le coeur...)

Et, un ancien encore (Rumî) de donner la suite de la partition :
"Toutes les raisons cousent des robes; mais les coeurs des amants sont des brûleurs de robes".

Bref, voilà qui nous ramène sans doute à la porte de cette mirobolante Maison de Sagesse (avec ou sans beaucéant...).
En ce qui me concerne, je campe paresseusement dans le vestibule, ou dans le placard à balais, va savoir... et j'ai plaisir à t'y faire "coucou".

En cadeau, ce poème de je ne sais plus qui malheureusement :

"J'ai bati sur le roc, et tout s'est écroulé;
J'ai bati sur le sable; et tout s'est écroulé;
Aujourd'hui, pour batir, je commence par la fumée de la cheminée".



Cordialement

aliboron.

aliboron

Nombre de messages: 208
Age: 57
Date d'inscription: 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  Charly Alverda le Mar 15 Déc 2009, 19:38

Bonjour

CITATIONS :
"... l'homme et ses mondes, extérieur et intérieur, ne peuvent-ils pas être séparés arbitrairement, isolés ni substantifiés, soit par les dogmes de l'idéalisme, soit par ceux du réalisme, bien que ces conceptions découvrent l'une et l'autre en tant que perspectives distinctes, d'importantes vérités.
Elles ne font que traduire dans un langage différent, tantôt objectif et tantôt subjectif, une réalité qui étant à la fois l'une et l'autre, ne peut être ni l'une ni l'autre".

" Du reste, je m'étonne sans cesse que nos modernes opératifs, disposés à toutes sortes de contorsions théoriques pour justifier leur budget-labo, ne s'interressent pas plus à ce mixte. "

A la rhétorique aliboroniène je juxtaposerais la cattésienne, en soulignant de pourpre de Cassius le mot "véridique" !

"Tout ce qui est véridique au-dedans est aussi valable au-dehors, car les deux ne font qu'un en trois."

Je saute de l'âne au coq, un ami journaliste voulant me faire plaisir vient de m'offrir un livre dont je titre ne pouvait que me séduire : Les secrets alchimiques de Montpellier. Las ! Japprends que l'auteur présenté comme "docteur en sciences humaines, maître es sciences et professeur de théologie gallicane à The International Universty (Californie), fut formé pendant dix ans par l'un des plus prestigieux maîtres du XXè siècle ".

Cela s'annonçait mal vous en conviendrez, je pensais "tomber" sur un inévitable disciple de Canseliet à gros ego ! C'est encore pire ! L'auteur s'appelle Léon Gineste et se recommande au bout de quelques pages de MONSEIGNEUR Caro et disserte "doctement" d'alchimie pendant 400 pages ! Je ne peux tout lire, l'ouvrage est d'une platitude cent noms ! Il y a une initiation à la langue des oiseaux en version sous-Khaitzinienne, une évocation de la première Église des gaules mentionnée dans la Bible (c'est une erreur de s'imaginer qu'il s'agit de la Galatie orientale !!), des considérations paranoïaques de la science officielle, une vision aberrante de l'alchimie et une démonstration délirante de la constitution d'une école alchimique à Montpellier par les juifs et les tziganes principalement, à son dernier développement.
Je préfère citer un extrait pour ne pas risquer de paraître “ en vieux “ !

“ De l'Inde, berceau du Bouddhisme et Taoïsme et donc de l'alchimie du cinabre, migrèrent avec leur savoir - au IVe siècle - les tribus d'Indous, du nord-ouest du pays, essentiellement les Manouches, détenteurs des lois de la création ou lois de Manou. Ils choisirent, comme lieu de ralliement, Sainte-Marie de la Mer, endroit sanctifié par eux où fut fondée, au premier siècle par les Saintes-Maries - disciples du Christ - et certains Apôtres, l'Église chrétienne mystique la plus ancienne (établie avant celle de Rome) ou Église Gallicane. Rappelons que la fille aînée de l'Église (65) avait un rituel structuré, pour une pertinente raison, avec des textes alchimiques d'Alexandrie. C'est cette même raison qui conduisit le Baron de Tchoudy, bien connu dans certains milieux de la Franc Maçonnerie, à écrire - en 1769 - un rite Maçonnique Alchimique réservé à l'élite des hauts grades.
Plus tard, la présence de l'alchimie à Montpellier ne pouvait que s'accentuer par les multiples voyages à Alexandrie et dans les ports orientaux des galées de Jacques Coeur rétablissant un puissant lien entre le savoir de son époque et les cultures orientales.
Enfin s'établit une relation entre l'école d'alchimie de Montpellier et le trésor de Rennes le Château, ce qui inscrit la ville au coeur de l'un des plus grands mystères de l'Europe.
Les nombreux alchimistes réputés qui fréquentèrent l'université diffusèrent leurs connaissances dans tout le pays et ailleurs. Le message architectural témoigne du bouillonnement culturel en hermétisme qui caractérisait la ville et en fit un véritable creuset des connaissances ancestrales et aussi une capitale de l'alchimie, à l'instar d'Alexandrie, Saint-Jacques-de-Compostelle, Tolède ou Prague.”

La note de bas de page n’est pas moins savoureuse :

(65) le nom de « Fille aînée de l'Église » est celui de l'ancienne Église de France ou Gallicane. L'Église actuelle est l'Église romaine « d'occupation » et n'est donc pas la fille aînée de l'Église ».

Nous avons eu le même "initiateur" oriental involontaire mon cher Aliboron ! J'ose dire qu'il me semble, avec le souvenir, que le plombier cosmique écrivait mieux et maîtrisait mieux son sujet que le Geneste. Par ailleurs, ce dernier se veut Patriarche de l'E.U.N.A, j'ai cherché (peu !) sur la Toile et j'ai lu que le fils de Caro avait dissous cette société et que Geneste l'avait récréée dans la foulée dans la ville voisine.

Il a créé pour l’étudiant un "glossaire alchimique" :

" MÉTALLOÏDES : Sont des corps non métalliques. Le soufre est le principal métalloïde utilisé en alchimie. Les métalloïdes réagissent avec l'hydrogène pour former des acides. Le sceau d'Hermès doit sa couleur, son acidité et sa mauvaise odeur au soufre."

On reconnaît MONSEIGNEUR Caro en effet !

Pour rire (encore) un peu :

" GRENOUILLE : Outre le feu lévogyre, elle représente la granulation enrobée de vase verte. Son cri printanier signale le moment où l'alchimiste doit entrer au laboratoire. Sa présence dans le bénitier de l'église Saint Roch signifie qu'il faut baigner la granulation avec du sel liquide. "

(Au moment où j’écrivais GRENOUILLE, j’entendis ce mot prononcé sur France Mu !)

" LYRE : Instrument de musique qui conseille de lire la sonorité des mots. Il correspond aussi à la constellation du même nom dont l'étoile principale est Véga. L'ire est la colère en rapport étroit avec le feu de nature et la bioénergie. "

" RAT : Si le rat est l'anagramme de l'art, le "raton" est "l'orant".

On voit le niveau de formation de l'auteur et la valeur des titres auquels il peut prétendre.

Glarg !

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages: 534
Date d'inscription: 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  aliboron le Mer 16 Déc 2009, 02:05

Bonjour à tous,

Et à Charly pour ce condensé d'ésotérisme aussi effarant que désopilant, bien daté du début XXI ème siècle... (même si je persiste à respecter la fonction qu'a pu avoir pour Myriam et d'autres la "figure" de R.Caro).

Entre autre perle, la symbolique du raton (laveures ?) va me hanter longtemps, je le crains...
Je te revaudrais ça, Charly.
Celà dit, le répertoire de Mr Gineste s'apparente, un génie en moins, au "fatras" dont Rimbaud faisait ses délices : "J'aimais les peintures idiotes, dessus de porte, décors, toiles de saltimbanques (...) refrains niais, rythmes naifs".
Et il se pourrait que la contemplation de ces brics à bracs, où le meilleur soutient le pire, puisse induire chez un chercheur aussi débutant que sincère des résonnances (imprévues par l'auteur) qui lui permettront d'éveiller sa propre "thématique". Et de poser plus tard, comme dans le conte du Graal, la bonne question.... mais ailleurs.
Attracteurs étranges, disent nos scientifiques en mal de chaos... L'ange du bizarre, un des seuls qui survivent à la pollution atmosphérique.

L'immense Ibn'Arabi, aussi soufi qu'averti, mentionnait quant à lui ce qu'il appelait "le dieu créé dans les croyances". Disant qu'il y avait là comme une materia prima, que le pélerin bien orienté se devait de transmutter jusqu'à ce que son Seigneur puisse s'y rendre présent.
Je souscris.
Tout en notant que question materia prima on est de mieux en mieux servi...

L'incontournable Fulcanelli, quel que soit le nombre de plumes ayant noirci sa pâte feuilleutée destinée à l'édition, rappelle justement quelque part que "le diable porte Pierre".

Et sans aller jusqu'à démoniser excessivement ceux qui pour nous autres ont joué (malgrè eux souvent) le role de fenètre-ouverte-sur-la-belle, il faut reconnaitre que la Providence (alliée avec notre vilain subconscient) se débrouille pas trop mal avec l'a-peu-près, voir pire.
On n'est pas encore dans le département "Nicolas Flamel" à l'hopital Sainte Anne... Ouf !



Un auteur me semble pouvoir postuler au titre d'archétype de ce qui s'édite en la matière, Jean Parvulesco, romancier. La remarquable préface, aussi irrévérencieuse que pondérée, que Guy Dupré lui fit à son roman "L'etoile de l'empire invisible", montre bien que nos supérieurs inconnus ne sont pas en forme... mais que, malgrè tout, une truffe avertie peut y trouver son comptant de pépites.
Ce qui en facilite l'extraction, tient peut-etre à la (fausse) modestie de l'auteur, qui ne se dit que romancier. Du coup, on peut se croire plus libre et faire son marché. Je reproche juste aux autres "Instructeurs" en mal de copies de ne pas se déclarer tel.
Et l'asservissement qui, trop souvent s'ensuit, ne facilite pas la mise en branle des postulants vers ce-qui-les-regarde vraiment.

Ainsi, Parvulesco, malgrè son porte-plume à la Sâr Péladan, laisse inévitablement dépasser un bout de sa queue fourchue. Voici, par exemple, ce qu'il nous en laisse entrevoir, (à l'insu de son plein grè, comme disait un cycliste), suite à sa lecture de "L'ange à la fenètre de l'Occident" de Gustav Meyrink :

"Dans l'immense nuit actuelle de la conscience occidentale du salut, seule risque de persister encore en action la puissance souterraine du roman, qui représente la perpétuation mythologique, travestie et comme aveuglée des anciennes vérités supravitales et théurgiques confiées dramatiquement à la garde séculière de l'état de ténèbres, l'immémoire y véhiculant elle-même, somnambuliquement, la mémoire de ce qui s'est obscurci et refermé sur soi pour se préserver des atteintes mortelles de celà même qui le porte en avant et devra finir par le sauver. Préserver, porter en avant, sauver sans nulle science éveillée, mais, au contraire, tout en s'engageant de plus en plus dans la masse obscure de l'irrationnalité dogmatique : dans le siècle du roman, tout vrai roman contribue au démantèlement subversif du siècle".


"Ces mystères nous dépassent, feignons d'en être les instigateurs"... (La Fontaine).

Copieusement

aliboron.

aliboron

Nombre de messages: 208
Age: 57
Date d'inscription: 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  arcana le Mer 16 Déc 2009, 22:55

"La raillerie des intelligents, la grossièreté des brutes, la malice des méchants, l'avarice des cupides, l'orgueil des puissants, la vanité des savants, l'aveuglement des sectaires, l'hypocrisie des habiles, l'indifférence des ignorants, la satisfaction des médiocres éloignent du divin trésor qui recèle la vie sans mélange".

Louis Cattiaux - Le Message retrouvé.


cordialement,

arcana

arcana

Nombre de messages: 27
Date d'inscription: 13/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Frères Aînés de la Rose+Croix

Message  aliboron le Jeu 17 Déc 2009, 01:43

Arcana,

"Message" bien reçu... à supposer que ce mauvais usage de l'entendement me vise particulièrement, vu qu'il ne m'a pas semblé "railler", juste remettre un peu (courtoisement et sans chichis ni détournement d'amour cosmique) certaines pendules à l'heure... qui me semblait la plus proche de notre minuit.

En outre, vu que d'une manière générale et en phase avec cette triste époque, l'exigence de qualité, de vérité, d'honnèteté, etc... n'est plus guère qu'un membre fantôme qui gratouille à peine (sauf quelques-uns, notemment ici), nous en sommes à l'humour noir, qui nous inclut.

Aussi, je peine à comprendre ton intervention, sauf à la rattacher malheureusement au climat d'intolérance "bonhomme" (mais impitoyable), et de mépris silencieux que tu as laissé s'installer... "ailleurs" au point d'inciter quelques-uns à quitter le navire.
Sans t'en apercevoir vraiment, j'espère.

Je ne sais pas grand chose, ne suis initié à rien (j'aime ce Rien), mais j'ai eu, dans ma vie, trop souvent affaire au mal sous toutes ses formes pour en respecter les avancées, aussi "doucâtres" et "conviviales" soient-elles.
Aussi, plutot que de m'incliner devant un "c"est mon choix" démagogique et qui ne favorise que des monologues entre autistes, je crois que l'exercice de la compassion requiert la franchise. Même si elle bouscule les idées reçues (de qui? au profit de qui ?).
Nous n'avons plus de temps à perdre, hypnotisés par les effets de manche de prétendus adeptes ou initiés; appeler un chat un chat est un minimum avant de commenter l'ésotérique de ses moustaches...

Je comprends bien que celà froisse certains intérêts, (notoriétés, pouvoirs sur les autres, fond de commerce, etc...), mais c'est le cadet de mes soucis. Le dialogue seul m'importe, ce qui suppose la clarté des intentions, au moins.
Relire Rabelais, (mis à toutes les sauces par nos condescendants maitres-à-penser) en otant les besicles de Kunrath, et apprécier ses "vacheries"... pour ma part je n'y vois que du coeur.
Le mien est bien plus petit, mais il s'efforce...

Hugh !

boron

aliboron

Nombre de messages: 208
Age: 57
Date d'inscription: 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum