Oratoire, lieu de prière ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Oratoire, lieu de prière ?

Message  Charly Alverda le Dim 15 Mar 2009, 18:27

Calcédoine : Le fil ci-dessous est dérivé du fil Alchimique attitude, dont
les développements intéressants s'éloignent un peu trop du titre initial.

Bonjour à tous

En ces temps de confusion il est bon de rappeler l'enseignement des anciens . L'oratoire est premier parce que la plate raison humaine est impuissante à comprendre le mystère de la création. Le Donum Dei où l'acquisition de la Sagesse (selon la Bible) n'est accordé qu' à ceux qui implorent, selon le terme amployé par Salomon. " J'ai cherché la Sagesse inlassablement et, moi qui suis de peu d'intelligence et de durée j'ai imploré : du haut de ton trône saint envoie-moi ta Sagesse... et j'ai été exaucé " (traduction libre !)

Lisez le Livre de la Sagesse, et j'ai "tous lieux" de croire ! que l'oratoire est le coeur.

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Garfield le Dim 15 Mar 2009, 20:42

Bonsoir Charly. Qu'entends-tu par "l'oratoire est le coeur" ? Le coeur de notre corps physique, celui qui bat entre les côtes ? Le coeur au sens de "centre" (ex.: au coeur de la ville) ou de "noyau central" (au coeur de la Terre) ? Ce coeur, tu le vois dans un sens figuré ? Si oui, je comprends mal comment on prie "dans le coeur". Si c'est un "état d'esprit" plutôt qu'un "lieu", pourquoi le localiser, et pourquoi au niveau du coeur plutôt qu'au plexus solaire, par exemple ?

Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Charly Alverda le Dim 15 Mar 2009, 21:01

Merci Garfield de demander des précisions, bien que je pense que tu as une idée et peut-être une pratique de la "chose" ! Tu n'as certes pas manqué de noter le "tous lieux"!

Par coeur, je parle du centre de l'être bien sur, qui pour ma pratique se situe vers le ventre. Je citerai un extrait de l'excellent livre de Olivier Clément : L'oeil de Feu : Il a selon moi une bonne vision de l'alchimie et rappelle ici quelques techniques :

" Le Méthodos un texte byzantin qui date probablement du Xlle siècle, donne les indications suivantes : « Appuyant ta barbe contre ta poitrine, dirige l'oeil du corps en même temps que ton esprit sur le centre de ton ventre, c'est-à-dire sur ton nombril, comprime l'aspiration d'air qui passe par le nez ( ) et scrute mentalement l'intérieur de tes entrailles à la recherche du lieu du coeur, là où toutes les puissances de l'âme aiment se rassembler. ( ) Aussitôt que l'esprit a trouvé le lieu du coeur, il voit le firmament qui s'y trouve... »
Dans les textes postérieurs, il n'est plus question que du coeur physiologique comme siège symbolique du coeur spirituel (avec une certaine distinction toutefois, que Basile de Poïana-Marului devait souligner à la fin du XVIII' siècle). Voici deux textes, l'un de Nicéphore le Solitaire (Xlll' siècle), l'autre d'un des principaux rénovateurs de cette « Méthode » au siècle suivant, Grégoire le Sinaïte.
De Nicéphore : « ... assieds-toi, recueille ton esprit et introduis-le dans tes narines; c'est le chemin qu'emprunte le souffle pour aller au coeur. Pousse-le, force-le de descendre dans ton coeur en même temps que l'air inspiré. Quand il y sera, tu verras la joie qui va suivre... »
De Grégoire : « ... assieds-toi sur un siège bas, refoule ton esprit de ta raison dans ton coeur et maintiens l'y, cependant que laborieusement courbé ( ) tu prononceras dans ton esprit ou dans ton âme la prière de jésus Il. » Grégoire conseille de maîtriser la respiration pour vaincre « la tempête des souffles » qui monte du coeur superficiel. Résumant toute une traditions il demande le rejet temporaire de toute pensée, serait-elle bonne, car la pensée donne une « forme » au « coeur-esprit », le rétrécit, le ferme à l'infini : « N'y prête pas attention (aux pensées) mais, tant que tu peux, retiens ton souffle, enferme ton esprit dans ton coeur et exerce sans trêve ni relâche l'invocation... » Reste à expliquer l'indication la plus archaïque qui situe « dans les entrailles » le « lieu du coeur », et qui n'est pas sans importance pour notre propos - la connaissance des logoï cosmiques - et pour son lieu, si l'on pense au rôle du hara dans l'ascétique japonaise.
Saint Grégoire Palamas, défendant, au XlVe siècle, contre des humanistes spiritualistes, les moines qui se concentraient « sur les entrailles », explique qu'il s'agit d'une prise de conscience et d'une transfiguration du désir, de l'éros humain et cosmique : «Tu fais tienne, dit-il à Dieu, la partie désirante de mon âme, tu ramènes ce désir à son origine, pour qu'il s'élance vers toi, s'attache à toi... Ceux qui ont établi leur âme dans l'amour de Dieu, leur chair transformée partage l'essor de l'esprit et se joint à lui dans la communion divine. Elle devient, elle aussi, le domaine et la maison de Dieu. » Palamas tient cependant que le mot «coeur» est employé ici de manière impropre, et que le coeur spirituel n'a d'autre lieu que le coeur physique.
Mais il est une autre interprétation possible, qui serait, elle, purement biblique. Dans la Bible hébraïque, en effet, rehem désigne le sein maternel, la matrice; la sensibilité liée à celle-ci, miséricorde, compassion au sens fort de « souffrir-avec », lien mystérieux de la mère avec son enfant, s'exprime par le mot rahamim, qui n'est autre que le pluriel emphatique de rehem. Dans bien des textes bibliques, le coeur est ainsi situé dans les entrailles : «Mon coeur... se fond au milieu de mes entrailles» dit un psaume. Dieu est « matriciant » traduit André Chouraqui. Unir l'intelligence et le coeur « dans les entrailles » désignerait alors deux attitudes fondamentales, du reste complémentaires. "

Cordialement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Laposse le Lun 16 Mar 2009, 19:28

Cette histoire "d'entrailles", de "coeur", de "centre de soi", ou "au fond de Soi", ça me fait quand même fort penser à cette invitation vitriolesque à "visiter l'intérieur de la terre pour y trouver la pierre cachée".

. . . . Voir clair Neutre . . . .
..
A condition de rectifier, évidemment.

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Aube-Aurore le Lun 16 Mar 2009, 20:05

Bonsoir à tous !

Charly Alverda a écrit :
L'oratoire est premier parce que la plate raison humaine est impuissante à comprendre le mystère de la création.
L'oratoire est-il "premier" dans le sens d'être principal par rapport au laboratoire ?

Ou principal par rapport à toute la démarche alchimique ?

Ou premier dans le sens qu'il se rapporte à la Tradition primordiale, originelle, relative à l'aube de l'humanité Question voire avant ?

Amitiés. Fleur

Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Trinity le Lun 16 Mar 2009, 20:31

Charly Alverda a écrit:j'ai "tous lieux" de croire ! que l'oratoire est le coeur.
J’apprécie le jeu de mots. Oui, je pense que le « lieu » de prière, l’oratoire, peut être pratiquement n’importe où. Les clichés véhiculent des images de monastères et de lamaseries isolés en montagne, d’ermitages et de sanctuaires dans des lieux arides, d’églises romanes sombres perdues dans une lande, de bivouacs dans le désert, de chambres ou de cellules ou de grottes emplies de pénombre, mais, en réalité, si l’isolement, le calme, le silence, la lumière tamisée sont effectivement des outils facilitant la prière, la méditation, le ressourcement, ce ne sont pas des conditions obligatoires.

Il y a des gens qui prient dans des conditions apparemment inappropriées : en prison, en usine, ou en transit dans un aéroport, dans le train ou le métro - et on croit qu’ils dorment ! En principe, pas au volant d’une voiture - déconseillé - mais dans plein de lieux où on peut se sentir en sécurité, en confiance, à condition de disposer d’un peu de temps et de ne pas être obligé de garder sa conscience orientée vers l’environnement matériel, alors une foule de lieux peuvent parfaitement se transformer en oratoires, l’espace d’un moment.

Puisque l’oratoire, c’est bien simple : chacun l’emporte en Soi !

Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Charly Alverda le Mer 18 Mar 2009, 11:13

Bonjour à toutes et tous

Pour répondre ponctuellement à Aube-Aurore, j'énoncerai que la connaissance du processus de l'oeuvre ne permet pas de passer à la pratique, même de construire son athanor qui n'est pas vraiment un fourneau (a-thanatos). L'alchimiste n'utilise pas non plus de creusets, les ferments métalliques ne supportents pas plus de chaleur que les vitamines. L'alchimie est analogue à l'agriculture et n' a aucun rapport avec la métallurgie.

Mais revenons à nos cornues : la toute première opération (dissolution/corruption) requiert le Feu secret. La raison raisonnante ne permet pas d'accéder à la connaissance de cette captation du Feu, seule la vision par les yeux de l'esprit permet d'appréhender l'invisible. Ce ne peut-être que l'effet d'une révèlation et celle-ci est donc première dans tous les sens du terme.

Amicalement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Trinity le Mer 18 Mar 2009, 20:04

L'alchimie est analogue à l'agriculture et n'a aucun rapport avec la métallurgie.
J’en viens à me poser une question : la dualité oratoire/laboratoire est-elle pertinente ? En agriculture, le champ est le lieu où tout se fait : la fumure de la terre (compost), le labour, la plantation (ou semis), l’entretien et la récolte. C’est sur le champ que le labourant prend ses pauses, ses repas, un petit somme en été, et c’est aussi là qu’il médite sur le sens de sa vie et sur son rapport à la nature. Alors, pourquoi cette dualité ?

N’existe-t-il pas plutôt un lieu unique (le Soi), où tout se passe : pré-préparation (fumure), préparation (labour puis semis), solve (dissolution de la gangue de la graine), coagula (croissance jusqu’à maturation), étoile flamboyante (récolte) ?

Alors, l’oratoire, lieu de prière ? Oui, évidemment, par définition ; mais pas uniquement !

Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Sherlock le Mer 18 Mar 2009, 20:42

Hum hum…

Charly rejoint donc Laposse, qui, si je ne m’abuse, s’amusait déjà gentiment de la prépondérance métallurgique dans le fil e-Souffleurs, car l’alchimie n’a pas tant de rapports à la métallurgie qu’à l’agriculture, n’en déplaise aux… dé - tracteurs ! La graine doit se dissoudre pour permettre l’éclosion de la vie. Et plus est fermenté le terreau, mieux la matière première composte-t-elle. L’a-thanatos sous-jacent au mot ‘athanor’ désigne bien l’absence de mort, l’éternelle vie. Les formes se recyclent, mais la vie perdure.
Depuis la prima mater, de matrice en matrice, pérégrine le Mat, d’échecs en succès. LangueDesOiseaux1

Quand je lis ceci :
La raison raisonnante ne permet pas d'accéder à la connaissance de cette captation du Feu, seule la vision par les yeux de l'esprit permet d'appréhender l'invisible. Ce ne peut-être que l'effet d'une révélation
il me revient en mémoire cette première planche du Mutus Liber :

Ce livre, pas si muet que ça, nous montre d’emblée, en couverture, un paysan, dans son champ mais au repos (réceptif), subissant l’appel claironnant d’entités célestes. Telle est la page première du Guide dont est absent l’habituel bla-bla cher à la raison raisonnante.

Sherlock

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Nelly Foulcat le Jeu 19 Mar 2009, 15:47

Bonjour à tous. Comme l'a écrit Charly Alverda : "L'alchimie est analogue à l'agriculture".
Les alchimistes anciens appelaient souvent leur art : l’agriculture céleste et les Adeptes étaient les Labourants.
Fulcanelli ne manque pas de faire l’analogie entre l’agriculture céleste et l’agriculture terrestre. Je vous donne quelques extraits qui se trouvent dans "Les Demeures philosophales", partie "Dampierre", chapitre VII :

Les Anciens désignaient souvent l’alchimie sous le nom d’agriculture céleste, parce qu’elle offre, dans ses lois, ses circonstances et ses conditions le plus étroit rapport avec l’agriculture terrestre.

Mais toute graine capable de germer, de croître et de fructifier, réclame une terre propre. L’alchimiste a besoin, lui aussi, d’un terrain approprié à l’espèce et à la nature de sa semence ; ici encore, c’est au seul règne minéral qu’il devra le demander… Ne voyons-nous pas tous les soins de ce dernier (cultivateur) dirigés vers une exacte et parfaite préparation du sol ? Tandis que les semailles se font vite et sans grand effort, la terre, au contraire, exige plusieurs labours, une juste répartition des engrais, etc., travaux pénibles et de longue haleine dont l’analogie se retrouve au Grand OEuvre philosophal.

Que les vrais disciples d’Hermès étudient donc les moyens simples et efficaces d’isoler le mercure métallique, mère et nourrice de cette semence d’où naîtra notre embryon ; qu’ils s’appliquent à purifier ce mercure et à exalter ses facultés, à l’instar du paysan qui augmente la fécondité de l’humus en l’aérant fréquemment, en lui incorporant les produits organiques nécessaires. Surtout, qu’ils se défient des procédés sophistiques, formules capricieuses à l’usage des ignorants ou des avides. Qu’ils interrogent la nature, observent de quelle manière elle opère, sachent discerner quels sont ses moyens et s’ingénient à l’imiter de près. S’ils ne se laissent point rebuter et ne cèdent point aux erreurs, répandues à profusion dans les meilleurs livres mêmes, sans doute verront-ils enfin le succès couronner leurs efforts.

Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Henri Schersch le Jeu 19 Mar 2009, 17:49

Bonjour Nelly,
Pourrais-tu commenter ? Je me demande comment comprendre ce morceau de citation :
Mais toute graine capable de germer, de croître et de fructifier, réclame une terre propre.
Propre dans quel sens ? Relative à la propreté, ou à la propriété, ou à l’adéquation (appropriée), ou à plusieurs de ces sens à la fois, comme aiment en jouer les pratiquants de la langue des oiseaux ?
LangueDesOiseaux1
Et plus loin :
L’alchimiste a besoin, lui aussi, d’un terrain approprié à l’espèce et à la nature de sa semence ; ici encore, c’est au seul règne minéral qu’il devra le demander.
... ...
Que les vrais disciples d’Hermès étudient donc les moyens simples et efficaces d’isoler le mercure métallique
Quand je lis ça, je me dis que le caractère métallique - si souvent souligné - ne permet pas si aisément de tourner le dos à la métallurgie pour ne voir qu’une analogie agricole, même si le type de travail s’y apparente vraisemblablement. Je me trompe ?
Pas grave si tu ne peux pas m’éclairer.

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  boscanio le Mar 24 Mar 2009, 16:20


"Mais toute graine capable de germer, de croître et de fructifier, réclame une terre propre."

Propre dans quel sens ? Relative à la propreté, ou à la propriété, ou à l’adéquation (appropriée), ou à plusieurs de ces sens à la fois, comme aiment en jouer les pratiquants de la langue des oiseaux ?
Cher Henri,
Je pense que la réponse du sens de propre, se trouve dans vos question. Le sens de propre est bien appoprié si l'on lit la suite des passages cité :
L’alchimiste a besoin, lui aussi, d’un terrain approprié à l’espèce et à la nature de sa semence ; ici encore, c’est au seul règne minéral qu’il devra le demander.
Donc la terre propre n'est rien d'autre qu'un terrain approprié, ce qui peut nous donner des indications à propos des différentes terres alchimiques comme la terre noire de rome, la terre blanche feuillée, ou encore la terre celeste et la terre des vivants qui ne sont peut être que différents terrains appropriés à notre semence ou à notre feu secret interne durant les différentes étapes de ses peregrinations alchimiques.

Pour ce qui concerne le règne métallique il semble évident que la partie transmutation metallique doit obéïr à la regle alchimique immuable:"seuls les semblables agissent sur leur semblables", mais cela ne concerne que la poudre de transmutation, et non la pierre philosophale ou plutôt c'est la pierre mais orientée uniquement sur le règne métallique et sans aucune possibilité d'action sur le regne humain comme la medecine universelle, l'elixir de longue vie ou mieux encore l'elixir de la vie immortelle et autres aspects encore des miracles de la Pierre.
D'ailleurs si l'on applique cet axiome (seul les semblables agissent sur les semblables) force est de constater que toute pierre orientée à agir sur nous même ne peut venir que de nous même.
Ainsi si comme le dit (aproximativement) un autre axiome, "seul les métaux par les métaux peuvent êtres perfectionnés" et bien seul l'homme par lui même (l'homme) peut être perfectionné.
D'ailleurs la citation suivante de votre poste est très instructif et je pense que l'on peut en tirer un double langage.
L’alchimiste a besoin, lui aussi, d’un terrain approprié à l’espèce et à la nature de sa semence ; ici encore, c’est au seul règne minéral qu’il devra le demander.
Vous pouvez voir dans ce texte une défense ardente pour l'alchimie purement métallique c'est là le sens premier de ces phrases mais en même temps y est indiqué une autre voie plus propre à l'homme.
Dans cette citation il est question tout d'abord de la semence de l'alchimiste (et non du métal) car à travers le possessif "sa" (semence) et les termes de "propre" ou "approprié" il est clair que toute orientation de la pierre en vue d'agir sur l'homme ne peut venir que d'un terrain humain propre. Donc la semence de l'alchimiste, sa semence propre, (à lui même), a besoin d'un terrain approprié afin que les semblables puissent agir sur leur semblables.

boscanio

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 10/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

florilège cattésien

Message  Charly Alverda le Mar 24 Mar 2009, 17:08

Bonjour à toutes et tous :

Pour ce sujet passionnant, je vous transmets quelques extraits "significatifs" du Message Retrouvé de Louis Cattiaux.

Cordialement,

C...a


RAPPEL :

Dans le Message, Dieu est : " Lui, le feu secret qui sucite les Univers, qui les entretient, et qui les consume. "


0125'
Le jardinier est le plus savant des hommes, mais il ne le sait pas, parce qu'il travaille sur des semences obscurcies et sur une terre mélangée de mort.

0106'
Il trie les semences et fait paraître le fruit magique.

0419'
La lumière du soleil, de la lune et des étoiles féconde perpétuellement l'eau du ciel qui porte la semence jusque dans les profondeurs de la terre d'où surgit la vie des êtres et des choses.

0702
Le sage admirable est celui qui dénude la terre, qui dispose la semence et qui attend la moisson.

0131'
Le germe se tient dans le sperme.

0130'
Le sperme est caché dans le corps de la terre et dans celui de la pluie.

0159
La science divine se sert des lois naturelles comme moyens.
Elle transforme tout et ne tue rien.
Elle consolide le sperme et multiplie le germe.
Elle manifeste la vie en se servant de la mort.

0450'
Le sperme est la partie la plus concentrée et la plus pure du corps. Le germe est la portion la plus parfaite et la plus fixe du sperme.

2220'
Nous verrons le sperme paraître et croître comme la rosée du matin, et nous verrons le germe s'incarner dans sa pureté et la changer en sa propre nature fixe et parfaite.

0334
La nature enseigne le sage, et le sage aide la nature afin que le fruit paraisse à la vie et devienne parfait.
0334'
Celui qui sait unir les contraires de même nature possède la science.

0801
La spiritualisation du corps fait paraître l'eau et l'air qui nous animent et qui nous entretiennent.
La corporification de l'esprit engendre la terre et le feu qui nous soutiennent et qui nous multiplient.
Qui pèsera la part de chaque chose ?
0801'
L'homme sans la femme est comme une pierre dans le fond desséché d'un torrent; et la femme sans l'homme est comme un nuage égaré sur la mer.
“ Qui fera l'union des contraires au moyen du semblable ? “>

0460'
Il vaut mieux regarder en soi et se taire.
O germinative lumière !
O fruit très pesant du soleil !
O mariage secret des identiques contraires !
O splendeur fructifiante de l'unique beauté !

0626
Le sommet de l'amour, c'est découvrir Dieu dans l'homme et le feu dans l'eau.
Le sommet de la science, c'est unir les contraires de même nature jusqu'à la perfection concentrée du rubis solaire.

0653
L'homme intelligent et instruit use avec prudence du feu et de l'eau nécessaires à la vie.
0653'
Il assemble les contraires avec poids et mesure, car il faut beaucoup de ciel pour mélanger avec un peu de terre.

1052'
Là où il n'y a pas mélange de choses contraires, la mort est impuissante.

1269'
L'équilibre des contraires s'établit dans l'accomplissement de l'amour parfait et dans le repos de la connaissance ultime.
" Nous mangerons le soleil glorieux et nous serons vivants à jamais. "

1338'
Celui qui lira jusqu'au bout le Livre des contraires et qui saura les unir dans le NOM unique, double, quadruple et octuple, paraîtra sage aux sages, saint aux saints et fou aux fous.

1422'
Efforçons-nous d'être comme Dieu qui unit en lui avec fruit les contraires de même nature.
“ Les sages et les saints de Dieu bénissent le Livre qui confirme et qui honore leur parole inspirée.”

1431
Le véritable sage est celui qui voit les deux faces de Dieu et qui contemple ce qui est caché au-dedans. Car c'est dans l'union des contraires que paraît la vérité de l'Unique.

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Christian Hersey le Mar 24 Mar 2009, 18:37

Il y a matière à commenter. Le Message Retrouvé de Louis Cattiaux est présenté en deux colonnes qui se répondent mutuellement : à gauche les citations à connotation matérielle ou charnelle, à droite les citations à connotation spirituelle. Selon les commentateurs de l’ouvrage, Emmanuel et Charles d’Hooghvorst, vient de ce qu’il y a deux hommes en nous, l’homme charnel et l’homme spirituel, l’homme extérieur et l’homme intérieur, toutes choses sont disposées deux à deux. Chacun des versets comporte plusieurs sens en profondeur, la colonne de gauche donnant généralement les sens terrestres : moral, philosophique et ascétique ; la colonne de droite donnant les sens célestes : cosmogonique, mystique et initiatique.

Dans les citations reproduites ci-dessus par Charly Alverda, les deux aspects se distinguent grâce à la petite apostrophe qui suit le numéro de la référence. Donc, lorsque nous lisons les versets qui évoquent le sperme :
  • 0131’ Le germe se tient dans le sperme.
  • 0130’ Le sperme est caché dans le corps de la terre et dans celui de la pluie.
  • (et aussi 0450’ et 2220’, etc.)
il est important de noter la présence de l’apostrophe. Nous sommes donc dans la colonne de droite, celle qui a un sens céleste, mystique, et non pas physique, ce qui nous éloigne des dérives d’Aleister Crowley, mais par contre, nous retrouvons une corrélation assez évidente avec l’atome-germe décrit par Max Heindel comme un des fondements basiques de l’humain (dans Cosmogonie des Rose-Croix, mais aussi dans Enseignements d'un initié, etc.).

Il m’apparaît que le germe dont il est ici question est à envisager sur un plan bien plus général que la seule semence humaine, car il s’agit de comprendre qu’au plus haut niveau de généralité,
  • 0131 Tout est dans Tout ; Lumière dans Lumière.
Et qu’en toute chose, en toute matière, dans chaque règne, un infinitésimal « point » générateur, d’un potentiel infini, qu’il faut savoir choyer pour lui permettre d’éclore, tel un jardinier d’élite.

Christian Hersey

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Calcédoine le Mar 24 Mar 2009, 19:08

Bonjour-bonsoir !

Tous vos développements sont à la fois intéressants et profonds. Mais ne dériverions-nous pas du sujet initial : « Oratoire, lieu de prière ? ».

Définir l’oratoire n’est pas aisé, puisque ce n’est donc pas un lieu physique mais plutôt une sorte de disposition intérieure orientée vers un travail actif similaire aux soins qu’un jardinier apporte aux graines que la Nature lui offre.

Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Aube-Aurore le Mar 24 Mar 2009, 19:27

Bonsoir vous tous !

Boscanio dit :
Donc la terre propre n'est rien d'autre qu'un terrain approprié, ce qui peut nous donner des indications à propos des différentes terres alchimiques comme la terre noire de rome, la terre blanche feuillée, ou encore la terre celeste et la terre des vivants qui ne sont peut être que différents terrains appropriés à notre semence ou à notre feu secret interne durant les différentes étapes de ses peregrinations alchimiques.
La terre noire de rome, ça je connais : c’est une teinture employée dans les arts graphiques. La terre blanche feuillée, j’ai déjà lu ça dans des textes alchimiques, et il s’agissait, d’y semer de l’or. Mais la Terre céleste ? Et la Terre des vivants ? Est-ce la même allégorie ? Ou bien est-ce en rapport avec la religion ?
Amitiés. Fleur

Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Charly Alverda le Mar 24 Mar 2009, 20:14

Bonsoir

Afin que nous ne dérivions pas trop, je reprends le Message Retrouvé qui constitue selon moi un oratoire parfait, à cause de la tension exercée par les deux colonnes que Christian a parfaitement décrites.

Le Message commence par une " prière " au Père Doré inscrite à gauche et dont le texte forme le triangle du Feu ; en regard une prière à la Mère Brillante forme le triangle de l'Eau, enfin une troisième page est " consacrée" à la Lumière. Comment ne pas reconnaître dans cette " lumière " l'Etoile Flamboyante au centre des deux colonnes qui composent tout le livre. Cette étoile étant formée par le sceau de Salomon des deux triangles de Feu et d'Eau. On trouvera d'ailleurs cette exclamation : " Vive notre Seigneur le feu qui s'incarne dans notre maîtresse l'eau ! ".

Je ne voulais pour revenir à l'oratoire que donner l'exemple des trois " versets " ci-dessous avec les primes ou apostrophes. Mais trouvant ici de fins connaisseurs de Cattiaux, je vous laisse imaginer ces deux colonnes. VI, 09 et VI, 09'...

Amicalement,

Charly Alverda

0609
Les religions les plus sublimes laissent les hommes entre la vie et la mort, parce que personne ne cherche à les pénétrer et à les éprouver.

0609'
C'est l'or céleste qu'il nous faut, car la maladie de la mort n'épuise pas nos désirs.

0610
La guerre, l'épidémie et la famine réveillent les hommes de leur torpeur. Combien peu comprennent la vanité de ce monde prisonnier de la mort!

0610'
Celui qui possède en soi la semence de Dieu, la verra germer dans la pureté de son âme libérée; mais celui qui n'a pas ce feu desséchera même au contact de l'eau de la grâce.

0611
Il vaut mieux risquer la folie et la mort en cherchant Dieu dans le nombre que de croupir dans cette stérile agitation qu'est la fainéantise spirituelle du monde.

0611'
Notre raison est le mur qui nous fait douter du ciel.
L'absurde est celui qui nous fait renoncer à l'exil sur la terre.

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Des - dé - tails ! Des - dé - tails !

Message  Chèvre le Sam 18 Juil 2009, 12:06

Charly Alverda a écrit:Par coeur, je parle du centre de l'être bien sur, qui pour ma pratique se situe vers le ventre.

Je tenterais bien un : " Charly, tu en as trop dit ou pas assez !" si je pensais que ça a la moindre chance de marcher...

Mais reconnais qu'il y a là tous les ingrédients salés pour intriguer et faire saliver une chèvre profane Exclamation Quelle est cette pratique ?? De quoi s'agit-il donc ? Acceptes-tu d'en dire plus ?

Effet secondaire : depuis quelquez jours, je respire en envoyant l'air vers le ventre. (c'est à dire : 2 fois 45 secondes par jour. C'est peut-être insuffisant ? Rougissant ).
Ca ne sert peut-être à rien, mais mes narines me disent "merci". Ivre

Greg Audebrand (dont l'incroyable site Astrologie Traditionnelle a été recommandé sur le fil "Analogie pour les Nuls" CheminCroisé par Henri Schersch), conseille :

Pour apprendre à prier/contempler/méditer/se recueillir/se concentrer, le mieux est de prendre conseil auprès de quelqu'un de votre tradition (je ne sais à laquelle vous adhérez) qui s'y connaît. Chacun a ses techniques, ses méthodes, ses supports.

Que faire quand on n'adhère à rien Lutin Calimero Afro et qu'on débarque ??

Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Garfield le Jeu 05 Juil 2012, 15:49

CheminCroisé Albert Poisson considère la prière comme très importante pour la réalisation du Grand Oeuvre.

A ce sujet, je vous livre un extrait de "L'initiation alchimique" où Albert Poisson donne de judicieux conseils à son ami au sujet de la prière :
Ce que vous me dites de vos prières chantées est très bon, il faut vous habituer à composer vos prières, vous-même, au besoin à les improviser, à les mélanger à des méditations d'un quart d'heure, sur un texte mystique ou cabalistique à votre choix. La prière est indispensable à l'alchimiste ; n'oublions pas qu'une des devises favorites des adeptes du moyen âge était celle-ci :

«Lis, lis, lis et relis, travaille, prie, et tu trouveras. »

Il faut dans la prière s'isoler le plus possible du monde extérieur, au besoin se boucher les oreilles et fermer les yeux. On rentre complètement en soi-même. Je vous conseillerais aussi de vous tourner vers l'Orient en priant. Par la prière, le travail magique et la lecture des philosophes vous arriverez ; par travail magique j'entends l'étude du magnétisme dans le sens indiqué au commencement de cette lettre. Gardez-vous des évocations magiques, elles sont toujours dangereuses et les êtres évoqués sont généralement trompeurs. Vous me parlez de mon ouvrage : "Théories et Symboles", vous avez pu remarquer qu'il y a une grande lacune, j'ai préféré me taire que d'exposer entièrement l'hermétisme, j'en dis assez pour intéresser vivement le curieux et l'attirer, pas assez pour le mettre de suite sur la voie.

Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Oratoire, lieu de prière ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 00:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum