Shadowland (Peter Straub)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Shadowland (Peter Straub)

Message  Calcédoine le Jeu 10 Sep 2009, 15:48

Roman écrit par Peter Straub en 1980 et publié en traduction française en format de poche aux éditions J’ai Lu en 1987, «Shadowland» est un roman racontant l’initiation d’un magicien... qui ne souhaite pas le devenir !

Le début rebute un peu, car l’auteur succombe à la mode nord-américaine de la fin du XXème siècle consistant en une interminable mise en place des lieux et des personnages avant que l’histoire s’amorce enfin, une fois passées les 80 premières pages. L’abondance d’acteurs et les nombreux flashes-back rendent le début de la lecture difficile, mais tout prend heureusement sa place et son sens au plus on approche de l’apothéose finale.

Tom Flanagan, 15 ans, et son condisciple Del, sont invités à passer leurs vacances d’été auprès de l’oncle de ce dernier, Coleman Collins, en sa vaste propriété de Shadowland. Collins fut un magicien célèbre dans les années 1920, et se retira à l’écart du monde pour perfectionner son art au point d’atteindre des sommets inégalés et surpasser ses prédécesseurs, aux prix d’un total abandon de toutes considération morale. On ne parle pas de magie noire dans ce roman, car la distinction entre magie noire ou blanche n’a pas de sens, mais chaque acte est l’objet d’un choix, propre à chacun. Tom ignore qu’il a potentiellement en lui les capacités pour devenir un grand magicien. Pas un illusionniste de foire, non : un vrai magicien. L’oncle Coleman, lui, le sait, car ses capacités lui font percevoir l’aura prometteuse du jeune adolescent, et il choisit de le former pour qu’il devienne son successeur.

Mais dans le monde de Shadowland, tout est illusion, rien n’est acquis, rien n’est stable. L’oncle Coleman veut-il que Tom lui succède un jour, ou bien souhaite-t-il sournoisement s’accaparer ses capacités non encore épanouies ? Rien n’est clair, rien n’est certain. Les serments se font et se défont. Les amis fidèles d’un jour sont les ennemis du lendemain, et à nouveau amis le surlendemain, car tout Shadowland est un théâtre, et les illusions sont là pour déstabiliser, remettre en question les certitudes. Puis il y a tous ces personnages étranges qui entourent l’oncle Coleman et qui sont à la fois des personnages issus du passé du magicien mais aussi des acteurs modernes incarnant ces rôles : Mr. Peet et les Baladins, à la fois anciens partenaires des spectacles d’antan, acrobates au passé trouble, mais aussi mercenaires gardes du corps qu’on a du mal à identifier comme anciens Marines ou plutôt comme des trolls humanisés ; Speckle John, ancien maître magicien déchu, disparu et pourtant omniprésent ; « Squelette » Ridpath, étudiant en terminale dans la même école que Del et Tom, mais aussi avide apprenti magicien utilisé et renvoyé à lui-même, acteur consentant mais manipulé; tous les morts qui sont pourtant parfois là, parfois illusions, parfois pas, mais pas toujours. Et qui est Rose, cette jeune adolescente qui trouble Tom et Del, mais qui est à la fois amante adulte de l’oncle Coleman, et aussi la Rosa qui fut la femme de Coleman Collins vers 1925 ? Ne serait-elle pas un authentique rosier qui aurait pris forme humaine grâce à la magie ?

Cette Rose est un des éléments majeurs dans le parcours initiatique du jeune Tom. Elle est la femme idéale, l’amante inaccessible, celle qui le pousse à exprimer ses pouvoirs, à la fois par amour pour Tom et par soumission à l’oncle Coleman. Rose qui pousse Tom à se libérer : se libérer de l’illusion, libérer ses potentialités latentes, et s’évader de Shadowland. Rose celle qui voudra guider Tom à travers les obscurs souterrains, mais qui est également soumise à sa nature et au lieu. Et partout, les oiseaux sont présents en toile de fond : une chouette de cristal de grand prix volée, de véritables chouettes aux ailes menaçantes, des moineaux qui – selon la fable – sacrifient volontiers leur chant pour sauver le royaume, et les humains changés en oiseaux par magie, soit comme punition, soit pour permettre le vol et l’observation depuis le ciel.

Shadowland est un roman noir initiatique où le cheminement de l’apprenti magicien oscille sans cesse entre réalité et illusion, et où est tout au long présente la tentation de basculer dans une prodigieuse source de pouvoir incommensurable : la haine.
avatar
Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum