Les secrets alchimiques de Montpellier (Léon Gineste)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les secrets alchimiques de Montpellier (Léon Gineste)

Message  Duboisin le Jeu 24 Déc 2009, 08:03

Bonjour,
C'est une information que j'ai trouvé sur un forum d'alchimie, au sujet d'un livre récent de l'auteur alchimiste Léon GINESTE.
Comme j'ai pu lire un post à son sujet sur le forum "Croisée des Chemins", je vous propose cette lecture qui va dans le sens de ce qui a déjà été évoqué.
Cordialités,
Duboisin.
-------------------------------------------------------------------------------

Livre : Les secrets alchimiques de Montpellier - L. Gineste

Il est toujours agréable de voir un auteur publier un travail sur un sujet hermétique d’envergure tel une cité. En ce sens , il faut féliciter Monsieur Léon Gineste pour son ouvrage « Les secrets alchimiques de Montpellier ». Il convenait bien de mettre à l’honneur les nombreux aspects hermétiques de cette ville, confluent et carrefour où tant d’hommes illustres se sont côtoyés.

Dans cet ouvrage de plus de 400 pages, l’auteur commence classiquement par nous expliquer ses conceptions de l’alchimie et nous fait un rappel sur son histoire, ses origines réelles ou supposées puis sa transmission à Montpellier qui fut, comme on le sait, la plus vieille faculté de Médecine de l’ancienne France. Avant d’arriver à la partie du livre plus particulièrement consacrée à une lecture alchimique de la ville, explicitée par de nombreuses illustrations et de rares documents, l’auteur nous plonge dans les détours de ses conceptions sur « l’alchimie et les connaissances actuelles ». Dans cet exercice difficile, mais vain, il nous entraîne dans une rêverie ou l’on voudrait que le scientifique et l’Hermétique se côtoient dans un souci d’unicité et que les mots de l’un en viennent à expliquer le Mystère de l’autre. C’est là que le bas blesse car une construction mentale ne peut saisir ce qui n’en a point. Aussi les « bradions » « luxons » et autres « tachyons » que l’auteur livre en pâture pour impressionner le candide lecteur déjà initié à son « métalangage », participent de cette tendance verbeuse qui s’imagine pouvoir un jour lever le voile de Nature, par force, ruse ou contrainte.

Assurément, le style de l’auteur est agréable, il truffe habilement son texte de références historiques, de considérations morales et religieuses, d’interprétations alchimiques puisées essentiellement dans la voie classique telle que semble l’enseigner Roger Caro dans ses ouvrages désormais bien connus. Mais pour faire bon teint et satisfaire tout le monde, il nous refait le coup des « influences astrales » et tout hypnotisé par ses sempiternelles granules mises à toutes les sauces, il semble oublier qui fait la pluie et le beau temps dans le petit monde…

Cependant les choses dérapent sérieusement lorsqu’il commence à parler de feu capillaire, d’herbe sans racine et autres faits opératoires réels que faute d’avoir connu dans la simplicité de l’opération canonique, il suppute dans des manipulations sophistiques qui bafouent l’unicité, selon le principe du « rien d’étranger ». Nombreux sont ceux qui font naufrage à ce point, car faute d’être partis sur de bons principes et d’avoir connu les véritables possibilités de Nature, il est impossible d’aboutir à quoi que ce soit selon les principes de Monsieur Gineste. Mais plus grave, il induit le lecteur à croire qu’il détient un savoir réel et qu’il peut l’instruire valablement. Il use aussi tout au long de son livre d’un argumentaire dont la conclusion est qu’il détiendrait une transmission de « l’église alchimique de Montpellier » et qu’on doit prendre en considération ses grades ou autres distinctions qu’il aurait notamment acquis auprès de Roger Caro.

Nous n’avons rien contre le « réveil » des chevaleries ou des églises – après tout, si les hommes en ont besoin… c’est un moyen comme un autre- mais nous déplorons le vide dans lequel vont tomber les dupes lorsqu’ils vont s’apercevoir que cette voie n’a pas de cœur, si au moins un jour ils pratiquent… A moins qu’ils ne restent comme la plupart dans la rêverie, n’ayant pour toute spéculation qu’un peu de sel obtenu à grand peine des cendres. Et encore, seuls les plus courageux s’aventureront jusque là, sans même se douter des raccourcis inouïs permis aux vrais enfants d’Hermès.

Nous ne rentrerons pas dans les méandres de la pensée de l’auteur, de ses efforts, de ses justifications, de ses conclusions parfois perspicaces, de ses croyances souvent naïves, mais force est de considérer que les Maîtres ont savamment verrouillé l’entrée du Jardin, et l’on sait qu’ils ne sont jamais aussi envieux que lorsqu’ils paraissent clairs. Eugène Canseliet a égaré les uns avec l’antimoine vulgaire, et en a enfermé beaucoup dans une lecture fautive de Fulcanelli et de nombre de classiques. Roger Caro a stoppé net les autres avec le cinabre des mines et des textes et des clichés qu’il faut savoir prendre non pas au deuxième, mais au troisième degré, à travers toute une mascarade.

Ainsi, fondées sur un malentendu réel de l’opération de Nature et des mutations de la Matière, toutes les spéculations de Monsieur Gineste ne peuvent avoir aucune valeur d’enseignement et demeurent inexorablement stériles.
La chose est regrettable et son précédent ouvrage paru aux éditions Dervy nous avait laissé la même impression. Ici, il réitère l’opération (dans des éditions plus confidentielles) et diffuse, par l’attrait d’un ouvrage accessible, fondé sur une bonne idée et apparemment anodin, un subtil poison qui finalement gâte et discrédite son œuvre, ses prétentions et ses considérations philosophiques. Donc, à prendre avec des pincettes. Mais Montpellier en a vu d’autres, et le bonhomme Caramentan l’emportera avec les soufllaculs, sous le regard amusé du Gaulois aux belles bacchantes du Peyrou.


Les secrets alchimiques de Montpellier – Léon Gineste
Editions Fortuna - Tournai Belgique - 2009
415 p. illustrations en N&B - Env. 33 €
avatar
Duboisin

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 15/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les secrets alchimiques de Montpellier (Léon Gineste)

Message  Calcédoine le Jeu 24 Déc 2009, 17:36

Présentation, par l'éditeur
Chaque ville est bâtie sur le mystère de sa fondation. Une donation, ou une fausse donation comme les moines en fabriquaient par centaines, nous apprend que Montpellier aurait été créé en 985. En effet, le comte de Melgueil aurait fait un don au sieur Guilhem d'un lieu où demeurait un certain Amalbert. Depuis lors, ce sieur Guilhem, jusque-là parfait inconnu de tous, n'ayant ni titre ni conjoint devint l'ancêtre de tous les seigneurs de Montpellier. Était-il apparenté à Guihem, comte d'Orange devenu saint Guilhem ? Qui était ce premier habitant, le nommé Amalbert? Nul ne le sait. Après cet acte capital, cette origine obscure, les documents sont devenus rares et toujours incertains dans la mesure où fleurissaient les palimpsestes. Devant l'incertitude des écrits, on ne saurait déceler le secret de la ville qu'en interrogeant ses vieilles pierres... Où en faisant parler les sculptures à partir de l'analogie. Par exemple, un corps nu féminin désigne en réalité une cornue... De la matière œuvrée par l'alchimiste s'élève alors un langage étincelant qui éclaire sourdement le fond des âges, où se profilent les ombres séculaires des mythologies et les silhouettes courbées des vieux maîtres médecins et alchimistes. Ainsi défilent dans ce clair obscur auréolé de l'énigme alchimique, Arnaud de Villeneuve, François Rabelais, Nostradamus, Jacques Cœur, Pierre-Jean Fabre et bien d'autres encore...L'empreinte de ce savoir fut confiée à la pierre. Livre ouvert mais invisible aux yeux des Montpelliérains devenus inattentifs par l'accoutumance et aussi une certaine méconnaissance liée à la mentalité de notre siècle. Cet ouvrage vous guide, vous révèle et vous décrit l'esprit le plus intime de la ville, son expression dans la matière animée. Partez à la découverte du message immortel de la vieille citée Languedocienne, message qui dépasse la seule ville pour rayonner sur toute l'Europe comme le fit jadis Prague sous le règne de l'Empereur alchimiste Rodolphe II.

Biographie de l'auteur, par l'éditeur
Léon Gineste est docteur en sciences humaines, maître es sciences et professeur de théologie gallicane ancienne à la The International University (Californie). Il fut formé pendant dix ans en alchimie par l'un des plus prestigieux maîtres du XXe siècle.
avatar
Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les secrets alchimiques de Montpellier (Léon Gineste)

Message  loup le Mer 01 Déc 2010, 12:00

bj, je prends ce sujet au rebond sur Mr Gineste qui a repris, à son compte, "l'organisation" de l'église de la Nouvelle Alliance, alors que le fils de R.Caro l'a dissoute... n'ayant plus de consistance, et en étant (le fils ) le dépositaire... J'ai suivi Caro durant 5 ans, et les "titres" ronflants viennent de cette période. Il n'y a pas de mal à essayer de faire revivre la nostalgie du passé, mais je n'ai aucun souvenir que ce MR ait réalisé quoi que ce soit en opératif, chez Caro ??? ; et vouloir entrainer autrui, même intellectuellement, sur une démarche vouée à l'echec, là je ne peux que condamner, mais juger, je ne sais ???? On peut se fourvoyer seul, mais entrainer d'autres, ça "craint", sacrée responsabilité........

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les secrets alchimiques de Montpellier (Léon Gineste)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum