Soleil Noir

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Chèvre le Mar 21 Déc 2010, 15:50

"Qui saura... Qui saura?... QUI SAURA ?..." Mike Brandt

Salut

Merci Sherlock pour les images.

Ayant lu et relu et rererelu le texte d'ALIBORON, texte dont les thèmes abordés, et la façon de le faire me semblent assez rares, sous quelque ciel qu'on se trouve, je propose ci-après un espèce de résumé commentaire de texte. Afin d'éclairer, d'abord, ma propre lanterne... au risque d'embrouiller le sens (ce qu'à Dieu ne plaise, mais sait-on jamais). Chemin faisant, relevant quelques thèmes récurrents sous la plume du dit auteur. Et en profiter pour glisser quelques questions.

Il y a 53 paragraphes dans le texte. Je me permets de les rappeler en tête de chaque paragraphe. Les premiers (§ 1 à 4) sont plutôt introductifs et rappellent quelques leit-motivs boroniens :

1/ L'Insaisissable... ("mystérieuse Aragne"...), thème hautement récurrent, à rapprocher, pour l'approche de sa nature fugace, du "monde Imaginal"; ou encore, ce qui n'est accessible que par "grâce" ("planter un drapeau de prière"), et en particulier "notre Clef".

2/ La demeure, ou la clarté nimbant cet Insaisissable : c'est "le NOIR".

3-4/ Insaisissable, encore : le "milieu des choses secrètes".

5-6/ Idées et humeurs relèvent les unes et les autres de l'habituel bouc émissaire : 'le vilain ego'. Remarque au passage : le caractère trompeusement 'spontané' des humeurs. Celles-ci, un peu rapidement étiquetées 'NATUREL' , semblent bonnes, et donc moins 'chutées' que les idées. Et si c'était l'inverse, suggère Aliboron?

"Bref : les noumènes, même déguisés en idées, sont innocents!" On s'aperçoit ici que notre auteur ne crache pas sur Kant et sa "Critique de la raison pure".

En effet : les noumènes sont la réalité intelligible dans le sens originel utilisé par Platon.

Kant pousse le bouchon plus loin et amplifie le concept: les noumènes sont ce qui est au delà de l'expérience qui en est faite (ou noème). Il restreint par là les prétentions de la raison quant à la connaissance. Donc les choses telles qu'elles sont « en elles-mêmes », au delà de leur réalité phénoménale, nous ne pouvons les connaître. (source sur les noumènes : Wikipedia)

( Aliboron reviendra un peu plus loin sur les risques d'une Raison Pure hégémonique: "t'as raison... mais tort de n'avoir que raison... Hi han..." )

Ici se place une phrase un peu énigmatique: "Le medium n'est pas QUE le message : mise en abymes nécessaire. Politesse. "

Cela suggère qu'en lisant ce post, on n'est pas seulement en contact visuel avec un texte... mais possiblement en contact d'un autre type avec autre chose. (cela dit, si c'est énigmatique, ça n'a rien de trop bouleversant pour un tireur de cartes : on tire bien les cartes parce qu'elles nous mettent en contact/présence d'autre chose... dans ce cas, le medium n'est pas QUE les cartes... mais aussi tout ce qui les 'agence'... ce qui fait qu'un tirage 'répond' à une situation, à une question... Invisibles forces aux petits bras musclés. C'est en tout cas comme ça que je lis ce passage.)

Bref : la "conscience" exprimée n'est pas un gage de pertinence ni même d'authenticité.

7-8-9/ Thème majeur : le "croisement" entre les deux "versants du réel": Rien et Tout.

Chyasme monstrueux et à plusieurs facettes : Rien X Tout, nuit X jour, "croisés, de plus, avec l'axe mineur mais indispensable : dedans-dehors ou sujet-objet."

C'est, dit Aliboron, "la Clef de nos anciens chymistes jouant (en ultime instance) le rôle du "et": particule conjonctive, nuptiale, entre ces deux versants du Réel." Et ce mot clef, encore : "Vrai re-bis". et plus loin : La Rose. "Pivot de la Mort-Vie".

10-11-12/ Pour l'évoquer, recours à une autre image, elle-même au confluent de plusieurs ésotérismes:

"Cette clef (pivot de la Mort-Vie) est présente entre chaque omega et alpha / non-temps, pourtant source du devenir."

"Equi-noxes", "mi-nuit, ou midi, porte des dieux ou des hommes", "Intervalle majeur".

C'est là "ce qui donne à l'Ephémère son mode apparent de succession temporelle", et ce qui fournit au 'vilain mental' les moyens de sa prise de pouvoir sur toute notre existence... le 24 images/seconde de notre cinéma permanent, au Maya-Kinopanorama, sur l'écran blanc de nos nuits noires.

C'est aussi "ce qui peut donner des constellations, au mieux; des "histoires personnelles" adhésives, au pire. [...] Ouroboros du pauvre, tournant en bourrique."

13/ Ce "jeu impensable entre temps et éternité" conduit-il à flairer pourquoi "le temps est qualifié d'inconnue de l'Oeuvre. Un des trois X..."

14/ Mais, mise en garde : "cela ne se conçoit pas au point d'en agencer un système posé; ne peut être l'objet d'aucune "explication" totalitaire; juste des doigts désignant parfois la lune..."

15/ Les choses créées" dit Cattiaux, "sont réelles entre elles, pendant le temps de leur apparition." Elles pointent donc, tout comme Bibi, apparu lui aussi... (à l'instant même, mais peu importe) vers "l'harmonie sous-jacente". Non pas 'je' au sens de moi-Aliboron, moi-Chèvre, moi-Tartempion... Non pas ce 'je', "pas le mien, l'autre : perpétuellement à la source". Source de tout le 'manifesté' pour commencer, comme disent les hindous... "Donc la "mienne" de source, en passant... Mercy".

Il y a des chances pour que les choses créées nous renseignent sur elles, sur leur origine, et donc sur la nôtre: c'est pareil. On dirait que refuser de considérer la réalité des dites choses, fut-elle éphémère, le temps de leur apparition, c'est aussi refuser d'envisager ce qui les crée, leur origine... et donc jeter l'Océan avec l'eau du bain. Dommage... autrement dit : gare à ne pas lire Cattiaux à l'envers. Le Message Re-perdu... Très ballot.

16-20/ Car "chaque existant (en tous les règnes) est comme noyauté, d'origine, par une "goutte" de cet océan d'Inconnaissance, dont il est l'ex-pression sans cesse renouvelée."

Ainsi, nous-mêmes, "nous serions "troués" d'une même bouche d'ombre ou mystère..." et parents, donc de tous les 'existants'. Mais seuls, en tant qu'humains, nous aurions la possibilité de le 'réaliser': "anamnèse" (ou 'retour à la mémoire' de... l'antériorité, 'où' et 'quand' elle soit 'logée'… en tout cas, sûrement pas « quelque part dans un ciel hors d’atteinte, d’avant nos Big-Bang… mais ressemblant plutôt à ce qu’en a deviné Nicolas de Cues : centre partout et circonférence nulle part, ET inversement » ), cette anamnèse, donc, "qui est nommée par l'alchymie : pivot de l'Art."

Car "la mort de ce que nous croyons être, credos inclus" met "fondamentalement à l'unisson le labourant et sa matière; semblablement trouée par le même secret. Celui de leur "apparition"."

Ici, Aliboron glisse ce qui ressemble à un conseil, ou bien est-ce un souvenir : "Réincruder pour accéder au bord de cette très intime margelle, à l'épicentre de l'égo, puis se jeter dedans."

Il n'y a peut-être pas lieu d'en dire plus, mais si jamais y'avait moyen de savoir où, quand, comment... cette réincrudation... m'est avis qu'il y aurait preneur chez les plus Andrés.

(Quoi ? bon d’accord… ανδρειος andreios ,« courageux »… d’où la croix χ du même nom, dirait-on.)

Parce que, "la première image du Mutus Liber", le "destin tragique de certains" auto-initiés sauvages (R.-G. Lecomte, Daumal, Arthaud et autres poètes sacrément maudits) , donnent une idée de l'aspect inhumain que peut prendre cette "mort à soi-même".. Aliboron rappelle que "qui veut sauver sa vie, la perdra. [...] ça intéresse toujours quelqu'un, une pratique?".

Suit un paragraphe plus dense encore : celui-ci :

21/
Semblablement : mais seulement, coté « carlingue », dont les différences restent ainsi à considérer scrupuleusement et cordialement... mais, identiques / même secret, coté « coeur ». L'identité tend à sembler « évidente », via l'intuition (ou l'artillerie lourde du Vedanta); la similitude permettant la bonne distance, non. Vu qu'en fait elle porte non pas sur du « formel » persistant (comme on le croit), mais sur le parallélisme des processus subtils donnant et, maintenant jusqu'à extinction, une présence donnée ici bas. Processus émanant, quoiqu'on désire en croire, du Vide-Un.

Pas facile, je trouve. Pour ma part, je comprends ceci :

Nous venons de parler de l’esprit, et de son ‘reflet’, l’ego. A présent, parlons du corps, de la « carlingue » Ça se passe « semblablement », mais pas plus. Ça se ressemble, avec des modalités différentes : il n’y a pas identité, mais « parallélisme des processus subtils » qui concourent, tant pour le « corps » que pour « l’esprit » à la maintenance d’un semblant d’identité, peu ou prou homogène, « une présence ici-bas. » Ces ‘processus’, qui donnent d’une part continuité au corps, d’autre part continuité à l’âme, et enfin continuité ou simultanéité ou interactivité aux deux navigant de conserve, tels Dupont et Dupond, relèvent d’un même secret, côté cœur… Car ils « émanent, quoiqu’on désire en croire, du Vide-Un»…

22/ … dont on devine que « le centre est partout et la circonférence nulle part, ET inversement ». Ce qui est la moindre des choses pour une Clef noyautant «chaque existant (en tous les règnes). »

Noter le ET inversement, et pas OU. Car « OU inversement » serait bien trop doux à nos logiques. « ET inversement » nous replace dans l’inconnaissable, l’impensable… enfin… un minimum.

23-28/ Pour parler de cet « impensable », de cet « isthme (barzak du soufisme) », « un langage crépusculaire s’impose ».

Langue des oiseaux, «volatil murmure » des bosquets sacrés, aphorismes poétiques, abstraction profonde du Taoïsme... Cattiaux rejoint les chiasmes du livre de la Voie et de la Vertu :

«
Les choses disent le mot mais le mot n’est pas dit par les choses
Les mots disent la chose mais la chose n’est pas dite par les mots »
»

Héraclite enfin : « Hadès est Dionysos »

(au passage : J.-V. Vernhes : « Dionysos est dieu du vin et de la végétation, de l’eau en tant que principe de vie. Dieu de l’ivresse, mise en rapport avec l’inspiration poétique ».)

Ces chiasmes nous rappellent encore la croix de Saint André ( ‘chiasme’, du grec χιασμός : khiasmós ("disposition en croix, croisement") terme lui-même provenant du χ , ou ‘khi’ ) et dont l’axiome scientifique bien connu est un exemple :

« Absence de preuve n’est preuve d’absence. »

Axiome scientifique, et pourtant curieusement méprisé… jusque dans des endroit comme ce Forum-ci… Intitulé pourtant : ‘Ora et labora’ ?!? Va comprendre, Charles.

29-30/ « Habiter le vrai-semblable (volatil) plutôt que la vérité (fixe)». Appel à la communication d’Aliboron ? Ou : si un autre zozo venait à se trouver du même côté de la « très intime margelle » , qu’il ne se gêne pas pour la ramener (sa fraise, et non la dite margelle). Car : "du mi-lieu : [...] rien à dire ; tout à vivre encore et en corps. Juste la précaution de rigueur : « Non nobis… » "

A propos de mi-lieu, c’est la moitié du post-fleuve d’Aliboron, et là que j’arrête le mien, de post, d’un nouveau genre : le dé-résumé… Ou : comment commenter grossièrement ce qu’Aliboron s’était donné beaucoup de mal à concentrer élégamment. J’avoue que je ne suis pas peu fier de ma trouvaille… Si on me jette pas des pierres, je continuerai pour la deuxième partie…

Et je profite de la pause pour glisser en douce une 3ème question : pas sur le ‘vivre encore et en corps’, non, parce que , quoique ça m’intrigue énormément, ça m’inspire plutôt un silence… allez, disons : ‘de respect’.

Une question sur le « non nobis » : c’est quoi, au juste, le « guidon » , de ce côté-là de la margelle ? Un flair imparable ? Des certitudes à provenance mystérieuse, et cependant indiscutables ?

Mais, si ma boule de Monte-Cristal répondait à une question entre toutes… décidément, c’est ‘réincruder’ qui me nargue le plus fort les synapses…

« Réincruder pour accéder au bord de cette très intime margelle, à l'épicentre de l'égo, puis se jeter dedans. »



avatar
Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Henri Schersch le Sam 08 Jan 2011, 18:31

Bonjour à tous !

Ici plus haut, Sherlock établissait un lien entre le Soleil noir et certaines conceptions en vigueur en Egypte antique. La terre d'Egypte est aussi réputée comme étant une des sources de l'alchimie, donc, ne serait-il pas logique de retrouver un lien entre ce soleil noir et une phase alchimique ? Voici un commentaire trouvé aujourd'hui dans un gros livre (712 pages !) rempli d'illustrations, précisément en regard de l'image 19 extraite du Splendor Solis de 1598 :

Le soleil noir en tant que soleil extérieur et dont le «sombre feu qui tout embrase» mène la matière à la putréfaction. Dans le «Livre de la Sainte-Trinité», on dit que c'est le feu du soleil noir qui brûle en Adam, coupable du péché originel, et en sa descendance. L'alchimie arabe fait également du «soleil noir ou de l'ombre du soleil» le symbole des impuretés de l'or vulgaire, qu'il s'agit de purifier.
Alchimie & Mystique – Le Musée hermétique (Alexander Roob), Taschen, 1997, p.234


. . .


avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Logos le Ven 28 Jan 2011, 12:05



Una pintura de Cattiaux, La Piedra filosofal, comparada con un icono oriental de la natividad.
(Une peinture de Cattiaux, La Pierre Philosophale, comparée avec une icône orientale de la Nativité)
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Boral le Jeu 10 Fév 2011, 11:04

On peut voir un soleil noir dans l’énigmatique mural de Jean Cocteau dans l'église de notre dame de France à Londres. On y trouve aussi plein d'autres symboles, comme la rose aux pieds de la croix, etc.

Jean Cocteau Mural, the Church of Notre Dame de France, London:

http://www.flickr.com/photos/marktjones/sets/72157622997219645/


avatar
Boral

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 20/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Boral le Jeu 10 Fév 2011, 18:11

Némesis, le soleil noir :
@ http://www.anakinovni.org/nemesis.htm
avatar
Boral

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 20/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Logos le Sam 12 Mar 2011, 13:08

"Quand on dit de Perséphone qu'elle est comme le miel, c'est par antiphrase" (Scolie à Théocrite)
Perséphone c'est Proserpine la mystérieuse (mais Proserpine ne fait que passer aux Enfers alors que Perséphone en est la régente) souveraine amante à venir, celle que l'on nomme la quatrième chair vivante et qui célèbre les noces de celle qui n'est plus avec celle qui n'est pas encore (ou celle qui fut avec celle qui sera) car sur la spirale de l'éternelle ascension tout est retour... Arrivée de toujours tu t'en iras partout...

Proserpine sollicitée par la configuration astrale du renversement final des temps se doit de ressortir et très vite des enfers nocturnes "où se rassemblent pour agir depuis toujours nos agonies sans heures et nos morts non significatives. Et quand elle en ressortira, elle attirera tout à elle, la jeune et si belle Proserpine "aux cheveux d'or vert" qui arrive vers nous, en nous apocalyptiquement"

I'll be your mirror reflect what you are...

(radio stelio)
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Henri Schersch le Ven 15 Avr 2011, 10:43

Bonjour,

J'ai trouvé encore une autre représentation d'un Soleil Noir.
J'ignore s'il s'agit d'une copie d'un dessin ancien, à tendance "runique", dirais-je, ou bien s'il s'agit d'une facétie récente à rattacher à la mode "gothique".

avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Chèvre le Ven 29 Avr 2011, 15:15

Aliboron évoquait récemment le clair-obscur, à propos de Rembrandt, ici : Rembrandt Harmensz (ou Harmenszoon) van Rijn (1606-1669) CheminCroisé ; voici de ce peintre "les pélerins d'Emmaüs" (Musée Jacquemart-André) :




avatar
Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  i maestri cantori le Sam 24 Mar 2012, 18:39

Quand j'entends "soleil noir", je pense à Vulcain.
Allez savoir pourquoi.
Le Soleil cache une planète et ce qu'elle est ne peut être révélé. Voici ce qui remonte de ma mémoire, et c'est associé au Tibétain-Alice Belay.
Max Heindel parle lui d'une période de Vulcain.
Peut être des pistes de recherches ?
avatar
i maestri cantori

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Trinity le Sam 07 Avr 2012, 10:08

Bonjour i maestri cantori. Il y a plusieurs idées dans ce que tu suggères.

D'abord, cette très hypothétique planète Vulcain qui serait une jumelle de la Terre, partageant la même orbite à la même vitesse, et donc toujours située de l'autre côté du Soleil, et fatalement invisible. Cette idée qui, astronomiquement parlant, ne tient pas la route, fut très en vogue au 19ème siècle et dans la littérature de science-fiction (Fleuve Noir), comme au cinéma (La Quatrième Dimension). A ne pas confondre avec la planète natale de Monsieur Spock, que la série Star Trek situe dans un lointain système solaire.

Ensuite, il y a la "Période de Vulcain" dont parle Max Heindel. Ce n'est pas à proprement parler une planète, mais un "âge" de notre propre planète Terre. Un âge où certaines caractéristiques étaient différentes. Un peu comme un humain passe par les stades nourrisson > enfant > adolescent > jeune > adulte > mûr > vieillard, avec non seulement un corps physique à chaque fois un peu différent mais surtout avec des caractéristiques psychologiques et des mentalités différentes, la Terre est passées par des stades évolutifs que Max Heindel nomme d'après des noms d'autres planètes parce que certaines caractéristiques sont similaires à ce que ces autres planètes symbolisent.

Je ne vois pas plus que toi quels indices te font instinctivement associer Vulcain et Soleil Noir, sinon – peut-être – une connotation négative et le symbolisme du feu. A moins qu'il s'agisse d'une réminiscence de l'expression "Vulcain solaire", qui aurait servi de premier pseudonyme à "Fulcanelli", d'après l'auteur Filostène dans "CheminCroisé Fulcanelli exhumé" ? Lui-même s'inspirant vraisemblablement d'autres auteurs plus anciens, dont CheminCroisé Eugène Canseliet qui fournit par exemple cette piste dans "Deux Logis Alchimiques" (section "la Villa Palombara") : le Vulcain du Soleil => Vulcan/Hélios => Vulcan-Eli.
avatar
Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  i maestri cantori le Sam 07 Avr 2012, 11:03

Après avoir écris ce post, j'ai tapé Vulcain et Soleil Noir sur google. Il semble qu'il y ait des réponses.

La Période de Vulcain correspond à un développement futur de la terre. Mais le passé, présent, futur, est-il vraiment aussi délimité que cela ?
avatar
i maestri cantori

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  i maestri cantori le Sam 07 Avr 2012, 11:26

Voilà, j'ai vérifié. Mais peu importe....

Période de Saturne
Période du Soleil
Période de la Lune
Période de la Terrre moitié martienne
Période de la terre moitié Mercurienne
Période de Jupiter
Période de Vénus
Période de Vulcain
avatar
i maestri cantori

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

La Bible de Darwin

Message  Garfield le Sam 07 Avr 2012, 11:44

C'est encore le Nazisme qui sert de trame de fond à ce thriller états-unien issu de la plume de James Rollins (né à Chicago en 1961) : La Bible de Darwin. Ce roman fait partie d'un cycle relatant les aventures d'agents de la Sigma Force, un département (fictif) rattaché à la DARPA (agence états-unienne gérant les projets de recherche de pointe pour l'armée), le Soleil Noir y tient une place de choix en tant que projet de recherche nazi.

Ed. Fleuve Noir (Mars 2009), ISBN 978-2-265-08070-6
Ed. Pocket (Nov. 2010), ISBN 978-2-266-18548-6
Dans la continuité du programme Lebensborn visant à re-créer une race humaine soi-disant "pure", deux groupes rivaux rescapés de la Forschungs und Lehrgemeinschaft @ Ahnenerbe fondée par Heinrich Himmler en 1935 se terrent dans une vaste caverne aménagée dans l'Himalaya pour mener à bien le projet Soleil Noir et dans une immense réserve privée située en Afrique du Sud. Si le but est lié à la génétique (la technologie actuelle est évidemment plus performante en ce domaine qu'en 1940), le procédé est plutôt étonnant puisqu'il met en œuvre un engin radiant de quelques mètres de diamètre, en forme de cloche ("die Glocke"), dont l'action relève de la mécanique quantique et non de la manipulation de l'ADN. L'idée repose sur l'expérience virtuelle du chat de Schrödinger : la Cloche est, au niveau macroscopique, similaire à la boîte dans laquelle on place le chat. Tous les états possibles y coexistent, indifférenciés, jusqu'au moment où un seuil de décharge est atteint, et détermine quelle réalité émerge parmi les potentialités. Si possible celle qui est souhaitée, en l'occurence, ici, des bébés conformes à l'idéal prôné par le programme Lebensborn, futurs surhommes, géants blonds aux yeux bleus.

S'il y a quelques idées intéressantes dans ce roman, puisque l'intrigue vise à dénouer un code caché dans des runes dispersées (genre Da Vinci Code), il faut néanmoins savoir qu'on reste dans un cadre hollywoodien classique, à la James Bond, donc stéréotypé et sans surprises. Sont au rendez-vous bagarres, courses-poursuites avec voitures, combats d'hélicoptères, voyages intercontinentaux en tous sens, snipers dans la foule, destruction d'attractions foraines, vols de documents, enlèvements, meurtres, incendies, et grosses explosions (la plus grosse étant gardée pour la fin, comme il se doit). Chemin faisant, nous avons droit à une visite privée du mythique château de Wewelsburg, pour y admirer la représentation du Schwartze Sonne et de la pièce qui se trouve dessous.

Petite dérogation au schéma standard : si tous les méchants meurent, y compris les ex-méchants convertis en bons aryens, quelques bons héros états-uniens meurent aussi. On dira bien sûr d'eux qu'ils ont "préférer sacrifier leur vie pour protéger leur patrie", plutôt qu'expliquer qu'à trop s'approcher du Soleil Noir sans protection, on peut s'y brûler...
avatar
Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 36
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Aube-Aurore le Mar 25 Déc 2012, 09:43

Bonjour à tous ! Ensoleillé

Je lis dans ce fil que plusieurs d'entre vous ont associé le Soleil Noir à CheminCroisé l'Alchimie.

Je viens de trouver une piste supplémentaire qui confirme cette association d'idées.
Dans le livre "Le Tarot" de Frédéric Maison Blanche, dans le chapitre où on décode les éléments présents sur la carte CheminCroisé Le Soleil, l'auteur met en évidence la noirceur du soleil que l'on voit assez bien sur certains jeux, par exemple dans la version du maître cartier Jean Dodal, vers l'an 1700 :



Pour les alchimistes, le Soleil noir est la matière première et primitive qui ne demande qu'à se transmuer lors d'une évolution. Telle est la signification de l'éclipse qui, après la catastrophe de la disparition du Soleil, voit la résurrection de l'astre.


Amitiés. Fleur
avatar
Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 37
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  loup le Mar 25 Déc 2012, 18:30

bj, tu es bien placée (Aube) pour savoir que tes "rayons" ne brûlent pas... et qu'il n'est pas bon que ce "feu" du Ciel brûle de tous ses feux... Donc, avant d'éclairer, il est dans le clair obscur... là où se trouve SA place !!!!

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Henri Schersch le Mar 25 Déc 2012, 22:27

Bonjour Loup. Ferais-tu allusion à une chaleur modérée, en relation avec le processus alchimique ?
Lorsque le soleil apparaît, à l'aube, il réchauffe, mais sans violence, contrairement au soleil de milieu de journée. Ensoleillé
Réchauffer sans cuire...
avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  loup le Mer 26 Déc 2012, 18:11

bj. Demande-toi pourquoi certains Yogis font salutation au Soleil, avant son lever !!!!! Pourquoi le Soleil Noir a été indiqué par Fulcanelli ?? Pourquoi se tourner à l'est ? (Ils ont oublié... la vraie raison) Studieux

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Nelly Foulcat le Mer 26 Déc 2012, 21:08

.
"Osiris est un dieu noir".

Cette phrase, mise en exergue par Logos en CheminCroisé tout début de ce fil est le titre d'un @ texte publié par André Breton en 1944. Cette expression est elle-même tirée du chapitre VII de l'œuvre d'Eliphas Levi "@ Histoire de la Magie" (1859). Lui-même reprenait une affirmation similaire de Plutarque dans son "Isis et Osiris", CheminCroisé comme nous l'a rappelé Aliboron.

Qu'une divinité principale soit noire dans un pays où la majorité des pharaons étaient noirs (contrairement à l'imagerie populaire répandue), cela paraît dans l'ordre naturel des choses ; pourtant, ce qui importe ici n'est pas la couleur elle-même mais la symbolique dont elle est porteuse. Raison pour laquelle les ésotéristes ont noté ce détail avec une certaine insistance. Osiris était une divinité solaire égyptienne, mais un "soleil nocturne" : contrairement à Râ (représenté par le soleil diurne visible en plein midi), ou Horus (soleil levant), Osiris représentait l'astre après son coucher jusqu'à son lever suivant, soit le trajet du soleil durant la nuit, période pendant laquelle le dieu visitait la partie inférieure de la terre, éclairant le royaume des morts. Outre la relation avec le thème de la survie après la vie, la succession solaire Râ / Osiris / Horus représente le cycle des réincarnations (Horus symbolisant le nouveau-né, le ressuscité, le re-né).

Fulcanelli, à son tour, en fait mention dans son Mystère des Cathédrales, partie Paris (p. 109 de l'édition Pauvert de 1999) :
La couleur noire fut donnée à Saturne qui devint, en spagyrie, l'hiéroglyphe du plomb, en astrologie une planète maléfique, en hermétique le dragon noir ou Plomb des Philosophes, en magie la Poule noire, etc. Dans les temples d'Egypte, lorsque le récipiendaire était sur le point de passer les épreuves initiatiques, un prêtre s'approchait de lui et lui glissait à l'oreille cette phrase mystérieuse : «Souviens-toi qu'Osiris est un dieu noir ! » C'est la couleur symbolique des Ténèbres et des Ombres cimmériennes, celle de Satan, à qui l'on offrait des roses noires, et aussi celle du Chaos primitif, où les semences des toutes choses sont confuses et mélangées; c'est le sable de la science héraldique et l'emblème de l'élément terre, de la nuit et de la mort.
avatar
Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  loup le Mer 26 Déc 2012, 22:42

bj, Nelly ; ce n'était pas à ce propos que je voulais mettre une "pierre" à l'édifice !!! Très heureux... Si tu veux mon avis, durant la période de ce "Dieu Noir", je préfère la Lune, elle est plus productive... Pâle A l'époque de ces "anciens" Philosophes, le noir était aussi attribué à ce qui est opaque, et le blanc à la transparence. Et dans la "pratique" la destruction du "corps" passe par la noirceur, les vapeurs nauséabondes s'échappent, pour l'obtention d'une matière épurée, un sel... En fait le Soleil Noir correspond à un "acte" bien particulier dans un instant aussi particulier...

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Soleil Noir

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum