La morale du crocodile (rites de passage)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La morale du crocodile (rites de passage)

Message  Logos le Lun 19 Avr 2010, 10:58

Ce texte du célèbre ethnopsychiatre Tobie Nathan est la préface du livre de Fabrice Hervieu-Wane, "Une boussole pour la vie".


Dans une cité lacustre, au Bénin, les jeunes gens, à l’orée de l’âge adulte, plongent tout au fond du lac pour en ressortir six mois plus tard, une larme scarifiée au coin de chaque œil. Disparus aux yeux de leurs proches qui les pleurent comme s’ils étaient morts ; accueillis, dit-on, par les divinités de l’eau, leurs nouveaux parents, auprès desquels, ils constitueront une nouvelle “fratrie”, une confrérie. Que se passe-t-il durant ces six mois passés dans un ailleurs, un espace où les humains ne sauraient survivre ? Ils n’étaient sans doute pas au fond de l’eau au sens propre, mais il est certain que tout a été mis en œuvre pour qu’ils rencontrent les divinités de l’eau. Il est un fait que ces jeunes-gens seront, toute leur vie durant, des crocodiles... Non pas “comme des crocodiles”, mais “des crocodiles” ! Leur “substance” s’est transformée au cours du rituel - on dit parfois que “leur chair a été cuite”. Certes, ils ont traversé des épreuves dont on sait qu’elles avaient un certain nombre de caractéristiques : elles étaient apparemment absurdes, elles étaient plutôt violentes ; de plus, ils ont dû subir la violence et la douleur des inscriptions corporelles... Et si l’on se demande pour quelles raisons il était nécessaire de souffrir à ce point, de risquer sa vie et peut-être même sa santé mentale, la réponse est évidente : “pour grandir !”

Des rituels d’initiation, il y en avait tant naguère encore - les circoncisions en groupes dans les sociétés d’Afrique de l’Ouest, les “ retraites ” en brousse des “ sociétés de chasseurs ”, les interminables séances de tatouage des sociétés d’Indonésie, sans parler des rites les plus violents de subincision en Australie... Mais le monde a changé ! Un jeune homme de Ouidah me confiait récemment qu’il avait refusé les profondes scarifications sur les joues car il envisageait de partir poursuivre ses études de mathématiques aux États-Unis et ne voulait pas avoir à répondre aux questions que lui poseraient inévitablement ses camarades d’Université.

Ces rituels sont indubitablement des traumatismes : traumatisme du non-sens, en premier lieu, de se voir imposer d’incompréhensibles épreuves, traumatisme des frayeurs, quelquefois savamment mises en scène, traumatisme physique, aussi, des douleurs et des blessures...

“ Il faut traumatiser pour éduquer ”, voilà en substance ce que semblaient prescrire les sociétés traditionnelles par l’entremise de tels rituels. Mais le mot “ éduquer ” n’est peut-être pas celui qui convient le mieux. Peut-être vaudrait-il mieux dire “ fabriquer ”, pêtrir, “ cuire ”, comme l’on chauffe le métal avant de le façonner pour lui donner sa forme définitive... Mais si les rituels ont tendance à disparaître, la question de leur fonctionnalité reste toujours d’actualité. Car, ce que l’on sait, c’est que plus une expérience est “ traumatique ”, plus elle a tendance à fixer la mémoire de manière photographique. La frayeur fixe le temps ; la douleur inscrit l’événement sur le corps propre ; et l’absurdité des injonctions contraint à se remémorer les séquences à l’identique puisqu’il est impossible alors de relayer la mémoire par de la cohérence. Ainsi comprenons nous que le rituel d’initiation apparaît là-même où il est nécessaire de transmettre à l’identique ; là-même où la société ne fait pas confiance à la mémoire des hommes ; là où l’on souhaite déconnecter le contenu du vecteur. Tout se passe comme si les sociétés à rituels d’initiation souhaitaient transmettre un message de génération en génération sans que les humains reponsables de cette transmission n’en aient jamais eu connaissance, de peur qu’ils ne le corrompent. Les initiés sont messagers d’un texte dont ils n’ont jamais eu connaissance, qu’ils transmettent à leur tour, à l’identique à une nouvelle génération d’initiés qui ne le connaîtront pas d’avantage.

Tel est l’avantage que l’on pourrait dire “ cognitif ” de tels rites. Quant aux fonctions psychologiques, si souvent évoquées dans les textes de psychanalyse et d’ethnopsychanalyse des années ‘70’, quoiqu’indéniables, elles me semblent secondaires et, pour tout dire, la conséquence des fonctions cognitives. Le non-sens coagule les individualités, regroupe les personnes autour d’une autorité censée détenir le sens. Surmonter la douleur rend digne d’appartenir ; et les marques corporelles deviennent, en toute logique, les signes d’une appartenance commune. Combien d’hommes-crocodiles, dans les rues de Cotonou, reconnaissables à cette larme creusée dans la chair le long d’une cicatrice initiale ; combien d’hommes-léopards aux moustaches inscrites dans la chair de leurs joues...

Construction d’une mémoire commune, fabrication d’êtres “ de même chair ”, constitution sociale de groupes de semblables, telles sont d’évidence les conséquences et donc probablement les fonctions psychologiques de tels rites. L’on devine aisément qu’ils conviennent à des sociétés dont le problème est de préserver le savoir ; des sociétés qui doutent de la capacité de leurs membres à le transmettre fidèlement ; des sociétés, enfin, où les anciens savent infiniment plus que les jeunes adultes. Ces trois caractéristiques n’existent évidemment plus de nos jours : le savoir est transmis sur des supports fiables, totalement indépendants des vecteurs humains et il n’existe plus aucune raison pour que les jeunes soient moins savants que leurs aînés.

Pourtant, si les rites disparaissent, perdant leur fonctionnalité cognitive, en l’absence de ces initiations fortes et ancrées culturellement, on observe chez les jeunes des sociétés développées des comportements que l’on pourrait considérer comme des rites de substitution : l’initiation à la violence, à la drogue, à la délinquance ou à l’intégrisme religieux - comportements où l’on retrouve les trois dimensions des rituels d’initiation : frayeur, douleur et non-sens... Comme s’il existait une insistance sociale, une rémanence de la fonction psychologique de rituels ayant perdu leur fonction structurale.

De là l’idée de Fabrice Hervieu-Wane de réintroduire délibérément une part de rituels initiatiques dans notre système éducatif. D’abord les réserves : initiation et éducation relèvent de deux philosophies antagonistes. D’un côté les sociétés modernes qui prétendent expliquer, justifier, s’adressent à des êtres de raison déjà constitués. De l’autre, des sociétés à initiation, où le rite de passage n’est jamais justifié, car il y perdrait sa raison d’être ; où l’on façonne une matière informe, où l’on doit défaire plutôt que bâtir. Les premières se situent dans une temporalité de la progression, où les acquisitions s’accumulent année après année jusqu’à constituer l’être qui advient au terme d’une longue - d’une très longue - maturation. Les autres organisent des mondes du saut qualitatif brutal, des univers où la métamorphose est possible. Chaque étape de la vie de la personne, puberté, mariage, naissance du premier enfant, mort des parents, peuvent être l’occasion d’une nouvelle métamorphose.Des sociétés, donc où changer de statut conduit à changer de nature.

Métapmorphose est bien le mot correct et appelle les comparaisons avec les métamorphoses que l’on peut observer dans le monde des invertébrés. Le ver s’enroule dans un cocon où se déroulera une véritable déliaison de son être. Il perdra sa forme, ses organes, ses fonctions jusqu’à devenir une sorte de bouillie vivante informe. Mais c’est de cette décomposition que pourra naître une nouvelle forme, un papillon. Métamorphose extrême puisque le nouvel être exploitera un espace radicalement différent : autant le ver était lié à la terre dans sa reptation, autant le papillon en sera indépendant, partant aussitôt investir les airs. Métamorphose donc avant d’investir de nouveaux milieux... Philosophie de l’éducation d’un côté, de la progression, de la constance de l’être ; philosophie de l’initiation de l’autre, du changement radical de nature, de milieu, de la métamorphose. On voit mal, à priori, comment opérer un dosage où à la raison de l’une, on viendrait ajouter la dynamique de l’autre... D’autant qu’il se pose aussi des problèmes d’éthique.

Les sociétés modernes qui ont manifestement pris le parti d’une philosophie de l’éducation, ont une certaine conception de l’égalité des êtres. Il va de soi pour un tel monde qu’un enfant de six mois est un citoyen à part entière, qu’il doit jouir des mêmes droits qu’un adulte ayant conquis sa place dans le système social. Alors que pour les sociétés à initiation, un non-initié ne jouit d’aucune existence propre et, par conséquent, d’aucun droit.

Pourtant, les systèmes éducatifs modernes, démocratiques par nature, ceux-là mêmes qui postulent que tout être correctement éduqué deviendra un citoyen responsable se révèlent au bout du compte impitoyablement sélectifs et inégalitaires. Alors que les systèmes initiatiques qui paraissaient inégalitaires au premier regard finissent par intégrer toutes les personnes, même si c’est dans des niches spécifiques. Car s’il n’existe qu’une nature, identique pour chacun, les différences seront de degré, conduisant à des classements et in fine à des exclusions. En revanche dans un monde qui admet des natures multiples, les différences viendront se distribuer dans des fonctions organiquement distribuées.

C’est ainsi que l’on observait naguère d’étranges paradoxes dans les sociétés traditionnelles africaines : des aveugles devenus devins, des mégères devenues habitées des dieux ou des psychopathes devenus gardiens du temple. C’est ainsi que je m’explique cette insistance opiniâtre de l’initiation, sa résurgence spontanée dans les jeunes générations, époque après époque : par une lutte contre l’exclusion, par un refus d’abandonner des êtres échappés des grilles d’évaluation, par une sorte de spasme de rejet d’un monde gigantesque dont toute la violence est concentrée dans sa linéarité. C’est pour cette raison que je souscris à mon tour au projet de Fabrice Hervieu Wane, malgré toutes les difficultés qu’il présente, d’introduire une part d’initiation à l’intérieur du fonctionnement éducatif. J’en attends pour ma part des propositions originales pour récupérer sans condescendance, sans mépris, les laissés pour compte du système. Je voudrais croire sincèrement - et non pas par coquetterie démocratique - qu’il est possible d’insérer dans notre monde les exclus par leur étrangeté et non pas en les contraignant à s’inscrire à un nouveau dernier échelon de la grille spécialement créé pour eux.

Les éducateurs, les enseignants, les familles trouveront dans ce livre des façons d’inverser les perspectives, de voir dans le fugueur un adepte spontané du voyage initiatique, dans le jeune drogué un expérimentatteur de substances, dans l’anorexique un explorateur des capacités mystiques du jeûne... De ce point de vue, le livre de Fabrice Hervieu Wane est bien plus qu’un nouveau livre sur l’adolescence. Il est un véritable livre de morale contemporaine. À lire et à relire...
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale du crocodile (rites de passage)

Message  Christian Hersey le Lun 19 Avr 2010, 23:12

"Il faut traumatiser pour éduquer"
Pas d'accord.
Je ne nie pas l'impact éducatif d'un traumatisme, mais chercher à traumatiser pour éduquer ne devrait être qu'une solution de dernier recours, au même titre que la peine de mort dans le domaine juridique, la bombe nucléaire en diplomatie, ou la lobotomisation en psychiatrie. C'est en les traumatisant qu'on "casse" le psychisme des éléphanteaux pour en faire des animaux dociles; on fait pareil avec certains soldats "d'élite" : casser leur volonté pour en faire des robots obéissants, prototypes pour une société que certains voudraient nous imposer. Ce n'est pas en cassant un psychisme humain qu'on élève (↑altitude) un enfant vers les cieux. Au pire, cela pourrait même le pousser à cultiver un sentiment de vengeance, contraire à l'effet recherché.

Il me semble, au contraire, que dans le cas des rituels initiatiques violents, ce n'est pas la violence en elle-même qui est recherchée, mais la proximité de la mort. Dans cette proximité du danger mortel, le psychisme enclenche des mécanismes débouchant sur des états de conscience rares. On parle ici pratiquement de NDE, d'expériences aux frontières de la mort. Tout l'art du chamane initiateur réside dans sa capacité à guider le postulant jusqu'à cette frontière et de l'en ramener, enrichi de cette expérience qui l'aura transformé, qui lui aura fait percevoir directement ce que des milliers de discours ne pourraient faire comprendre.

Dans cette démarche conduisant aux frontières des univers, la tradition béninoise des crocodiles est à rapprocher de la dangereuse escalade du jeune amérindien en quête de la plume de l'aigle, de l'apprenti chamane des steppes dans son trip psychotrope au son des tambours, du baptisé par immersion jusqu'à suffocation dans l'ancienne tradition chrétienne. Pour une approche visuelle du phénomène, je suggère de se référer à l'initiation proposée au lieutenant Blueberry dans le film CheminCroisé Blueberry, l'expérience secrète", avec Vincent Cassel. Une courte vidéo, plus ou moins explicite, est disponible sur le site de CheminCroisé Première.
avatar
Christian Hersey

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale du crocodile (rites de passage)

Message  Logos le Lun 19 Avr 2010, 23:42

hello Christian

ce n'est pas la violence en elle-même qui est recherchée
oui... je suis d'accord pour dire que la violence ne doit pas être recherchée pour elle-même, mais je ne pense pas que le "traumatisme" en question renvoie à des pratiques absurdes... il s'agit bien de traumatiser pour induire une expérience-limite... expérience proche de ce que Badiou appelle un Evénement

"C’est uniquement lorsqu’il est saisi par la déflagration de l’événement que l’animal humain devient ou plutôt entre dans la composition d’un sujet… Le fait que l’événement qui survient est en dehors des lois régulières de la situation (et donc un événement amoureux pour être réellement un événement doit survenir du "dehors" de la situation - c'est-à-dire du vide... s’il surgit du plein de la situation, de ses lois, donc d’un programme, d’un manque ou même d’un désir ce n’est pas un événement mais un simulacre et c’est un des noms du Mal) oblige a créer, à inventer de nouvelles manières d’être dans la situation…"

un traumatisme est quelque chose qui marque, qui accule... qui oblige à changer, à inventer une nouvelle manière d'être
au final je dirai qu'il y a un "art du traumatisme"... il doit faire mal mais aussi laisser un "espace" de changement
(Crowley appelle la Tempérance de son tarot l'Art)

le traumatisme ne doit pas être aveugle, sinon il tue (un peu comme les éléphanteaux ou les soldats)
il doit être double... comme les signes doubles du zodiaque qui sont les signes transformateurs... (Vierge "sublimante" et Poissons sont 2 signes doubles complémentaires par exemple)
entre volatilisations et fixations...
remember sol niger...

et aussi pas forcément besoin d'un maître humain pour traumatiser... la vie peut s'en charger

Blueberry... c'est de Jan Kounen je crois
lui il a été traumatisé Sarcastique
il est resté perché avec l'ayahuasca (le breuvage amazonien)... il a dû retourner en Amérique du sud pour retrouver ses esprits

tu faisais référence à "nos" soldats d'élite qui se font détruire psychologiquement... au Gabon, le Mwiri est la branche guerrière du Bwiti (tradition initiatique gravitant autour de la racine Iboga)... ce sont les commandos de la jungle... ils sont torturés, humiliés, et en plus ils prennent des plantes sorcières... Estomaqué (alors que nos soldats d'élite se cantonnent à la bière... ceux qui ne sont pas d'élite s'autorisant d'autres consommations en tout genre)
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: La morale du crocodile (rites de passage)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum