Ufologie, voie initiatique

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Charly Alverda le Sam 08 Oct 2011, 21:17

Bonsoir Le Marcheur !

J’ai doublement pensé à vous en début de soirée, car j’ai entendu un “phénomène” sur la Radio Ici et Maintenant, ce type (au moins du 8e !) s’appelle Christophe Allain. Le présentateur d’emblée narre que Marie Thérèse de Brosses l’a contacté après avoir lu le livre de ce spécimen d’humain en affirmant qu’elle n’avait jamais lu un tel livre d’ “illuminé”, ce qui m’a fait dresser l’oreille ! Effectivement, j’ai entendu bien des choses étranges dans ma vie mais j’ai vécu ces 2 H d’entrevue en un instant ! Ce gars là est sur très hautes fréquences.
Il a accepté de mettre les “étiquettes” les plus conventionnelles sur les différents types d’énergie qu’il fréquente, ainsi il décrit un “archange” comme la conscience d’une nébuleuse (astronomique), une fée comme une responsable des réseaux énergétiques de la nature... Cela dans un langage très familier, avec beaucoup d’humour, il nous “apprend” que toutes les consciences sont enchâssées les unes dans les autres, la Connaissance est “en-haut” dans la “mort” et que l’Amour est “en-bas” dans la jouissance de la Vie d’où la nécessité de l’équilibre au “milieu” d’être autant incarné que désincarné ! Il perçoit la (les) consciences énergies comme des mondes multidimensionnels, le monde de la fée serait à 8 dimensions ! Il affirme qu’un “archange” ou un “ange” nous aide à la seule condition de lui demander (encore faut-il le percevoir !), en vertu du respect du libre arbitre, mais que cette aide est naturelle l’archange disant “pas de problème puisque je suis toi !”.

il est possible d’écouter cette entrevue qui aurait duré 7 h, c’est autre chose que Matrix, quoique !

Sur son blog (qui est en veille) il a mis en exergue :

“Une expérience vécue, relatée par un égo est une trace laissée par la chaussure du marcheur dans le sable.
Cela n'a plus aucun rapport réel avec la chaussure ni ce qu'a fait le marcheur et cela n'indique ni le but ni la voie du marcheur.
Pourtant au milieu de la trace, laissée par le vent; peut etre un indice sur la chaussure et la marche du marcheur, destinée à toi et toi seul.

Qui sait si tes propres pas ne croisent pas cette route..

Ceci est ma voie : ne croyez que ce dont vous pouvez faire l'éxpérience directe, parce qu’au final la vérité absolue est sans forme et tant qu'à être dans une vérité relative, autant que ce soit celle dont vous pouvez faire l'expérience.”

http://spiritpartage.forumactif.com/t5196-radio-ici-et-maintenant-interview-de-christophe-allain

Cordialement,

C..a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Dim 09 Oct 2011, 11:45

Bonjour Monsieur Alverda,

Il est étonnant que cette émission qui évoque "une expérience vécue", "la chaussure du marcheur", "le cheminement sur la route", "ses propres pas qui croisent cette route", (et qui, donc, évoque par plusieurs éléments ce qui concerne le présent sujet), ait été diffusée par la Radio "Ici & Maintenant" précisément durant la semaine encadrée par les deux passages de l'émission dans laquelle je suis moi-même interviewé par Alexandre au sujet de "l'Hypothèse Initiatique" susceptible d'expliquer comment le phénomène OVNI interagit avec l'humanité.
Il s'agissait de l'émission "Vague d'OVNI", dirigée par Didier de Plaige :
- mardi 4 octobre 2011, à partir de 23h00 jusqu'au lendemain à 01h00;
- dimanche 9 octobre 2011, de 14h00 à 16h00.

A moins qu'il s'agisse d'une facétie intentionnelle de la part des programmateurs, je serais tenté d'y voir une synchronicité étonnante.

A moins qu'il s'agisse d'un pur hasard...
(pour ceux qui y croient) Clin d'oeil
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Charly Alverda le Mer 12 Oct 2011, 21:40

Je lis l’ancien blog du gars, heureusement il a de l’humour. Je rappelle que ne sachant nommer les différents types de consciences-énergies qu’il fréquente (à hautes fréquences !) il a pris dans différentes traditions ce qui lui paraît le plus approchant ; je ne résiste pas au plaisir de partager cet extrait :

... D'après le géobiologue le fait que nous ne respections plus les traditions de veillée des morts, le fait que certains prêtres manquent sérieusement de foi (d'après lui il lui est arrivé d'entrer dans des églises ou la quantité d'âmes qui n'arrivaient pas à monter était phénoménale : un paradoxe quand même, franchement le gars qui fait les offices devrait changer de métier..)

Bon dans ce cas vaut mieux appeler un ange ou un archange pour faire un envoi groupé.
Apparemment les esprits de la nature ne savent pas quoi faire avec nos morts : ils ne peuvent pas les obliger à monter et les anges et archanges ne vont pas contre le libre arbitre. Donc aider les morts qui traînent chez eux est apparemment un service qu'ils apprécient.

Après on peut prendre son bâton de pèlerin pour aller expliquer à deux chevaliers qui se battent encore en plein milieu d'un vortex qu'ils sont morts et qu'il va peut être falloir songer à y aller.. mais bon faut être motivé là (surtout gare aux mauvais coups.. après faut mettre des rustines sur le corps éthérique et appeler une licorne pour le réparer..)

Vous croyez que j'ai fumé la moquette? (j’avoue que moi aussi un peu ces derniers temps.)
Mais non il parait que c’est avant que je fuyais la réalité : quand je refusais de voir ça et que je bossais 100 heures par semaine.

Ne vous inquiétez pas : un jour nous y serons forcément dans la 4ème dimension, et ce jour là si je suis paumé j’avoue que je serai bien content qu’un allumé m’envoie un tunnel de lumière, surtout si le prêtre est de mauvaise humeur à l’église.

Ps : pour ceux qui font tourner les tables : vous appelez simplement des entités non humaines qui ont envie de jouer.. et généralement quand elles ont fini de jouer les humains ne sont plus en très bon état.
En résumé c'est vraiment pas une bonne idée.


http://evolutionspirituelle.over-blog.com/90-index.html

Ce type est parfaitement sain d’esprit... selon moi !
Sourire

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Laposse le Jeu 13 Oct 2011, 13:30

Bonjour Charly,

En effet, ce gars a de l’humour ! Très heureux
Je n’ai pas encore longuement parcouru son blog ni son forum, mais en un (trop) rapide coup d’œil, j’ai repéré quelques phrases qui montrent une sagesse certaine, et une approche saine, sereine, altruiste des phénomènes dits « paranormaux » :
Mon idée, au départ, était de permettre aux gens qui ont une perception qui se développe brusquement (ou une perception de naissance), d'avoir un retour d'expérience sur la question. Parce que c'est vrai que c'est difficile quand on est mis face à l'incompréhension de l'autre et que l'on se retrouve sans aucune référence.
(…)
je ne prétends donner de leçons à personne ni posséder "la vérité" : l'expérience m'ayant prouvé que chacun est maitre de son propre "monde" et possède sa propre vérité.
Je lui trouve aussi un certain talent à poser de bonnes questions :
Vivre une expérience est la seule manière de connaitre une chose réellement.
Toute autre chose est incomprise et peut être interprétée de travers : alors doit-on parler ou se taire? Faire des koans ou autre chose?
(…)
Et si être à l'écoute du monde qu'on contemple tous les jours, c'était être à l'écoute de soi-même?
Bien que ce site s’écarte quelque peu de l’Ufologie dont il est question dans ce fil-ci, il me semble évident que la démarche est voisine et concerne un sujet voisin, lequel n’est pas sans interconnections. On dirait que, sur ce forum-là, bien des chemins personnels de vie peuvent aussi s’y croiser. CheminCroisé
Merci de nous avoir fait connaître ce lien. Très heureux
avatar
Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 48
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Charly Alverda le Jeu 13 Oct 2011, 22:06

Bonsoir,

J’espère que Le Marcheur est d’accord, je trouve que les “histoires” du gars Christophe sont parfaitement en phase avec le sujet initial. Certes, je n’ai trouvé que ses “fées” qui puissent être qualifiées d’OVNIs, le reste des habitants de ses “mondes”, a commencer par son guide qui squatte un cactus, pouvant être désignés sous le terme d’ONIs. ONIs soit qui mal y pense ! :

“Nier l'existence d'une énergie dans sa réalité c'est se nier soi-même et son propre esprit : c'est une involution pour moi.
.
Si on perçoit une voiture, une ville, un bout de pain, on ne peut les nier.
Si on perçoit une énergie intelligente on ne peut la nier non plus.

.
Il faut expérimenter son monde pour avancer tout simplement et un seul guide pour ça : votre propre voie; aucune autre n'est valide et n'a de valeur. Que vous suiviez votre intuition, Dieu, une lumière ou autre, peu importe.”

EXTRAITS :

1) La dernière fois je vais faire le plein de ma bagnole, je commence à m'inquiéter pour la révision que j'ai un peu fait traîner.

.
Réponse de la voiture: "T'inquiète pas je te préviendrai si y'a un truc à faire.."
??

.
Ben je lui avais pas vraiment parlé mais bon c'est cool...
.
Du coup, je dis à la pompe : "Elle est pas cool ma bagnole?"
-"Bof, moi, j'en vois passer des centaines comme ça tous les jours..."

.
Donc on peut aussi parler avec une bagnole et une pompe... eh be...
.
J'ai essayé avec plein d'autres objets : mais bon j'y arrive pas.
La bagnole, ça devait être un coup de bol ; surement mon Ego qui bloque encore.


2) L'autre soir, je vois mes chats sauter brusquement du canapé et se mettre au garde à vous devant la cuisine.
(Mes chats ne se côtoient pas vraiment d'habitude sauf quand c'est pour courir après une bestiole quelconque)

.
Ils ont les yeux comme des soucoupes et les oreilles dressées et regardent un truc dans le vide.
Je m'approche et je sens une énergie chaleureuse de haute fréquence : je reconnais sans problème des elfes.
Il y en a 3 au moins.

.
Je ne sais pas ce qu'ils font mais apparemment ils essaient de communiquer.
Là je m'aperçois que ma clairaudiance refuse de fonctionner : je suis surpris et en plus j'aime pas parler aux étrangers sans bien vérifier, donc impossible de savoir ce qu'ils veulent.
(C'est mon Ego qui s'est mis au milieu là..)

.
Les chats ont l'air de se régaler et je ne sais pas ce que font les elfes, mais ils semblent suivre un truc des yeux comme si on bougeait une balle devant eux.
.
Je demande poliment à un elfe de bien vouloir se déplacer et là je vois mon chat suivre l'elfe des yeux : en fait mes chats voient vraiment les elfes et semblent écouter quelque chose que je n'arrive pas à percevoir.
.
La scène dure un bon moment : plusieurs minutes pendant lesquelles je ne sais pas trop quoi faire ; puis finalement je laisse mes chats à leur réunion en me disant que si on me transmet des infos je les aurai bien un jour ou l'autre... ou bien peut être que les instructions sont juste pour mes chats, va savoir.
.
Faut vraiment que je m'entraîne pour communiquer avec les étrangers dans les situations insolites parce que la surprise m'a privé de mes capacités : l'Ego s'est immédiatement interposé.
Encore du boulot à ce niveau.


3) Je vois un de mes chats en train de se frotter amoureusement à mon maitre spirituel vénéré (mon cactus en pot quoi hé hé hé) et le renverser par terre lamentablement.
Je récupère tant bien que mal la terre et le remets droit.
Là je demande au lutin s’il ne veut pas que je le mette ailleurs parce que bon quand même, ça manque de classe de se faire répandre comme ça par terre...

.
- "non!"
- "Mais pourquoi il se frottait à toi ? En plus tu piques!"
- "Un élève reconnaissant."
- "Quoi ? Ça veut dire que tu es également le maitre spirituel de mon chat ? Tu te fous de moi ?"
- "Ben, à ton avis, pourquoi j'ai voulu que tu me ramènes chez toi ? Et puis pourquoi les chats n'auraient pas le droit d'être guidés ?"
- "Arf, oui, c'est vrai."

.
Bon ben c'est bien : mon chat et moi sommes enseignés par le même cactus... c'est mon psy qui va être content.


4) On boit une bouteille de champagne chez la thérapeute de neurotraining (elle bosse pas loin de la boîte et nous, dans ma boîte, on aime bien trouver de bonnes raisons de faire un apéro, comme partout.)

.
On discute de tout et de rien et elle nous explique qu'ils ont des tests de neurotraining qui permettent de déterminer si la personne est folle ou pas.
.
- "Ah bon, et vous faites quoi si la personne est folle ?"
- "Je trouve un prétexte pour ne pas faire la séance et je ne la reprends pas : moi je joue pas avec les cas psy, ça peut plus les déglinguer qu'autre chose."
- "Ça veut dire qu'on a tous passé vos tests avec succès?"
- "Eh oui !"

.
Eh ben, soit les tests sont pas du tout au point, soit j'ose pas imaginer ce que ça veut dire un cas psy...”
.
“... Je passe devant plein de voitures et je me rappelle brusquement que je ne peux pas parler avec les objets.
.
Réponse d'en haut:
"Tout ce que tu peux aimer avec sérénité, tu peux lui parler : c'est ça le secret.
Au début tu n'aimais que moi alors tu ne parlais qu'avec moi : parce que je te rassurais, te protégeais et t'englobais de lumière et d'amour.
Et puis tu as commencé à aimer la nature : tu as cherché à retrouver ta connexion à la terre et, ce faisant, tu as pu commencer petit à petit à parler avec elle.
Tu es en train d'apprendre à parler avec ses représentants.
Tu as développé un lien affectif avec ton cactus, alors tu peux parler librement avec lui.
Vous autres avez un lien affectif avec vos voitures et donc lorsque tu t'es soucié de ta voiture, tu as pu lui parler et dans le bon état d'esprit parler avec la pompe à côté.
Si tu pouvais aimer sereinement toute la création alors tu parlerais sereinement avec toute la création.
Mais seul l'enfant intérieur peut parvenir à se résultat puisque il est le seul à posséder assez d'amour et d'innocence pour aimer tout sans distinction.

.
Comprends-tu pourquoi le fait d'avoir renié l'enfant intérieur dans la société a rendu tes contemporains aveugles, sourds, et muet; et leur a enlevé la possibilité de communiquer réellement avec tout ce qui les entoure ? Y compris dans leurs liens affectifs les plus forts?
Car l'amour serein et innocent de l'enfant intérieur ne peut être imité par l'Ego."

.
Je continue sereinement mon chemin et petit à petit la paix et l'amour augmentent tranquillement en moi.
.
J'arrive au travail dans un état de paix que je n'ai jamais connu avant.
.
"C'est bien : continue sans forcer et sans chercher rien de plus : laisse les choses se mettre en place sereinement. Il ne sert à rien de vouloir courir avant de marcher.
Si tu ne cherches par à forcer, qui sait, un jour, tu pourrais peut-être même voler."

.
- "voler? ça doit être bien !"
.
-"Tu voleras quand tu pourras donner cet amour innocent à celui qui t'a tout pris, t'a battu à mort et t'a jeté dans la boue : parce que tu le verras comme l'esprit divin qui s'est déguisé pour te permettre de vivre l'expérience que tu as demandée."
.
- "Euh, je crois qu'après réflexion, je vais me contenter de marcher..."



Je donne le lien car, en plus de l’humour, tout ce qui est dit sur CheminCroisé l’égo et le mental est parfaitement juste, autant que je puisse m’en rendre compte. Sourire

http://evolutionspirituelle.over-blog.com/110-index.html

Cordialement,

C...a


Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Mar 18 Oct 2011, 19:06

Bonjour,
Charly Alverda a écrit:J’espère que Le Marcheur est d’accord, je trouve que les “histoires” du gars Christophe sont parfaitement en phase avec le sujet initial. Certes, je n’ai trouvé que ses “fées” qui puissent être qualifiées d’OVNIs, le reste des habitants de ses “mondes”, a commencer par son guide qui squatte un cactus, pouvant être désignés sous le terme d’ONIs.
En première lecture, pour un scientifique classiquement formaté, c'est déroutant. Voire même rebutant, peut-être, et incitant au rejet pur et simple. Pensez donc : un type clairaudiant qui a un cactus pour gourou ! On dirait un scénario pour une fiction comique, non ?

Pourtant, en seconde approche, lorsqu'on élimine l'humour (lequel est pourtant très bon, et teinté d'autodérision), et si on prend le récit pour ce qu'il est, à savoir un témoignage de la perception d'événements, aussi étranges puissent-ils paraître, on distingue très nettement :
- une totale cohérence du récit d'un bout à l'autre (il nous manque le recul pour juger de la persistance de sa cohérence au cours du temps) ;
- la conscience qu'a le témoin de l'étrangeté de son vécu, et donc de la difficulté à transmettre valablement son témoignage ;
- une sagesse certaine, à la fois spirituelle et méthodologique.

Je prends donc ce témoignage en considération. Maintenant, quant à tenter de comprendre quelle est la nature et l'origine des situations observées, je ne me risquerais pas à l'analyse…

Il serait erroné de croire que ce que vit "ce gars Christophe" soit sans rapports avec ce qui s'étudie en ufologie. En 1969, dans "Passport to Magonia" (étrangement traduit en français sous le titre "Chronique des apparitions extra-terrestres" en 1972), Jacques Vallée montrait que plusieurs thèmes survenant de manière récurrentes dans les manifestations OVNI avaient trait avec des entités qu'il est difficile de qualifier d'extraterrestres, mais ressemblent plutôt à des êtres qu'on retrouve dans nos folklores sous les vocables de lutins, fées, elfes, korrigans, diablotins, kobolds, petits hommes verts… Ces derniers étant perçus non pas comme dotés d'une peau verte mais vêtus de vert; cette couleur étant en rapport avec le monde végétal et, toujours selon certains folklores, seraient les êtres gardiens des plantes (leurs "anges" gardiens ?) voire même des personnifications de l'esprit de plantes ou de groupes de plantes. Par là, je veux dire qu'il n'est pas exceptionnel de collecter des récits évoquant des entités humanoïdes en relation avec le monde végétal. Voilà qui devrait intéresser les spagyristes, et qui relativise fortement l'apparente absurdité de prêter une intelligence, une sagesse, et un mode d'expression à un cactus. Si le témoin exprime ainsi sa réalité, nous nous devons d'admettre que c'est sa réalité, et donc – peut-être – une part de "LA" réalité.

Il y a en tout cas un élément du récit qui retient particulièrement mon attention :
2) L'autre soir, je vois mes chats sauter brusquement du canapé et se mettre au garde à vous devant la cuisine.
(Mes chats ne se côtoient pas vraiment d'habitude sauf quand c'est pour courir après une bestiole quelconque)
.Ils ont les yeux comme des soucoupes et les oreilles dressées et regardent un truc dans le vide.
Un cas comme celui-là, je l'ai déjà vécu personnellement. Peut-être devrais-je le développer dans la section CheminCroisé Expériences vécues. Un chat d'un voisin, très familier chez moi, entre un soir dans la salle à manger alors que j'étais à table : il sortait d'une sieste dans la pièce voisine et avait entendu les bruits des couverts. Alors qu'il franchissait la porte, subitement, il s'arrêta, ouvrit de grands yeux éberlués, en regardant fixement un endroit en l'air où rien de particulier n'était visible. Pas un insecte, pas un reflet, rien. Puis il s'assit un bon moment en regardant cette "chose" invisible aux yeux humains. Après quelques minutes, moins intrigué, il s'aventura dans la pièce, mais toujours en jetant périodiquement un regard vers un point de l'espace où il n'y avait rien de visible, ce point de l'espace devenu dès lors plus facile à déterminer puisque le chat se déplaçait.

Ce détail supplémentaire m'incite donc à accorder crédit au récit de Christophe. Que ce témoin puisse percevoir (ou interpréter) le monde différemment du commun des mortels ne devrait pas étonner ceux qui ont entendu parler du cas de @ Daniel Tammet, victime du syndrome d'Asperger, ex-autiste pratiquement guéri, qui présente la particularité de percevoir les nombres comme des couleurs ! Il est donc applaudi comme un calculateur de génie, alors que lui, très modestement, considère qu'il ne fait que décrire les couleurs qu'il voit en termes numériques. Il a relaté son témoignage dans "Je suis né un jour bleu".



A câblage cérébral différent, perceptions différentes…
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Charly Alverda le Sam 22 Oct 2011, 21:59

Not’ gars Christophe et les extra-terrestres extras ! Sourire

... il semble que la nature ait un langage naturel qu'il suffit de savoir déchiffrer et il est inutile d'aller dans le subtil pour ça : la terre nous parle constamment d'après ma femme.
Elle sait reconnaitre les arbres qui dorment et ceux qui sont éveillés (apparemment certains dorment plus profondément que d'autres).

Bref alors qu'elle essaie de m'expliquer tout ça (mais j'avoue que la nature dans le monde matériel, y'a sacrément du boulot pour moi), nous allons nous étendre tranquillement à coté d'un vieux monastère. Il y a plusieurs autres personnes qui se sont installées là pour pique-niquer.
* * *

Là, brusquement je vois un truc hallucinant du coin de l'oeil : une espèce de machin gris métallisé dans le ciel : c'est délire, ça a la tronche d'une soucoupe volante ! Je regarde aussitôt : plus rien.

Je vérifie : extra terrestre positif.. oups.
Rien à faire j'ai toujours peur moi devant des extra terrestres.

Comme ils sont positifs, j'engage la conversation avec eux (surtout que j'ai sollicité des extra terrestres positifs pour nettoyer un truc récemment : donc je ne vais pas les snober, mais moi je les voyais plutôt comme des êtres super évolués : des sortes d'anges quoi, je ne m'attendais pas à voir des types en soucoupe volante.).

C'est la conversation télépathique la plus claire que j'ai jamais eue : c'était au delà de la clairaudiance et en dessous de la fusion d'esprit : un état intermédiaire. Mais franchement c'était super facile de parler.

J'ai discuté un moment et ils m'ont expliqué que c'était une patrouille dans le coin. Apparemment ils ont une technologie qui leur permet d'amplifier la télépathie : ce qui expliquerait qu'on puisse parler aussi facilement.

Je leur ai demandé pourquoi leur vaisseau était aussi moche (c'est vrai quoi, moi j'aurais bien vu un vaisseau comme dans la guerre des étoiles ou comme celui des asgards de stargate) et ils m'ont répondu que c'était dû à leur technologie.

Ils étaient super sympas en tout cas : et il semble bien qu'il y a réellement une armada sur et autour de notre planète. Mais ils semblent se déplacer dans une dimension au-dessus (de ce que j'en ai compris) donc on en a une palanquée en permanence autour de nous mais on les voit pas.

Donc ce n'est pas une légende cette histoire. Et en plus ils pourraient se manifester dans notre dimension à tout moment. Ca ne me plait pas du tout ça.

Ils m'ont expliqué plein de trucs, mais bon je pense que plein d'autres en parlent mieux que moi.
Ce qui est rassurant c'est qu'on n’est pas seuls .. et qu'il y a une équipe prête à intervenir pour réparer si on part trop en couille. Ce qui l'est moins c'est qu'apparemment ils n’interviendrons pas tant qu'on n’aura pas vidé notre karma collectif.

Bon ben je comprends mieux plusieurs trucs :
1) Mon Ego n’arrête pas me dire qu'on va tous exploser et la lumière me dit que tout est sous contrôle : s’il y a réellement une armada extra terrestre prête à nous aider dans le coin je comprends mieux.
2) Je comprends pourquoi on m'a dit que ma clairvoyance ne serait pas développée plus sans un enracinement supérieur, sans quoi je deviendrais dingue : si je me mets à voir des extra terrestres partout, ça va pas le faire.
C'est super flippant, j'ai un peu l'impression d'être dans "invasion Los Angeles..".
3) Si avant il n'y avait que des extra terrestres hostiles qui essayaient de nous maintenir en involution je comprends pourquoi toutes les voies et pratiques étaient cachées.
Si ceux qui ont le contrôle de la planète cherchent à nous faire évoluer, c'est logique qu'on soit tous encouragés à dire ce qu'on voit au lieu de la fermer et d'avancer seuls dans notre coin.

Faudra que je vérifie quand même la prochaine fois si ma boulangère n’a pas le petit doigt en l'air.

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Charly Alverda le Sam 22 Oct 2011, 22:36

Alien two... much ! Sourire

* * *

Alien télépathe.

Donc le meilleur moyen pour faire face à une peur, c'est de démystifier les choses.
J'ai peur des extra terrestres, donc autant me renseigner sur eux et leur fonctionnement.

Renseignements pris, les aliens négatifs installent des implants qui empêchent d'évoluer (sûrement en bloquant les chakras), ils vont dérégler les axes horizontaux et verticaux du corps énergétique, ce qui provoque des perceptions altérées. Et ils peuvent provoquer de gros ennuis de santé.

Faut pas être parano non plus, mais un petit coup d'extra terrestre positif pour le nettoyage ce n'est pas un mal.

Donc j'en ai profité pour discuter avec mon fantôme extra terrestre. En fait, à mon grand étonnement la conversation a été super limpide aussi.

Alors en fait je me trimballe un implant qui m'a été installé par l'armada qui nous aide en ce moment (ceux qui sont intervenus après le problème du pub).
Il augmente mes capacités télépathiques (ce qui rend les conversations bien plus limpides, en tout cas avec les extra terrestres), et il permet d'autres choses aussi, entre autre ça aide mon boulot de nettoyage sur le nombril.
(je bouffe à tous les râteliers pour ce qui peut me permettre d'évoluer et de nettoyer les chakras, en plus ça ne gêne pas la fée du feu).

C'est pas discret: c'est pas du matos japonais, c'est plutôt du mastoc français : ça fait un gros bloc sur mon épaule droite, mais on ne va pas se plaindre en plus non? Et ils ont installé ça sur le corps éthérique.

D'après mon 'consultant', les extra terrestres que j'ai rencontrés en patrouille ont une technologie qu'il qualifie de très 'primitive' au niveau des vaisseaux spatiaux et du reste. Il semble qu'ils soient issus de cette galaxie, mais pas de la même dimension. Il a dit que l'implant qu'on m'avait mis, bien que pas très évolué était potable, et qu'il pouvait s'en servir pour communiquer avec moi. Ma foi je ne vais pas le contrarier.

Lui est issu d'une autre galaxie et d'une dimension au-dessus et sa civilisation est largement plus évoluée.
Bon bref, s’il considère que des types qui sont dans un vaisseau spatial qui maitrise le déplacement dimensionnel sont peu évolués, je n'imagine pas ce que son peuple sait faire, pour eux on doit être des hommes des cavernes.

Bon c'est un peu le bordel tout ça, mais j'avais besoin d'approfondir sur la question.

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:00

Les carnets du Marcheur – Tome III

Avant-propos


Précédemment, au CheminCroisé chapitre III du tome II de mes carnets, j'avais exploité le cas de "l'humanoïde de Vilvorde" pour illustrer la conclusion à laquelle j'aboutissais (l'Hypothèse Initiatique), puisque le comportement du petit personnage observé en cette nuit de décembre 1973 montrait de façon originale, et symboliquement, qu'un obstacle apparemment infranchissable pouvait être aisément franchi moyennant un "changement de perspective".

Tout récemment, j'ai retrouvé et relu les rapports publiés à cette occasion dans la revue "Inforespace", éditée par la SOBEPS (SOciété Belge d'Etude des Phénomènes Spatiaux) en 1974 et 1978. Je fus surpris d'y redécouvrir bien des éléments que j'avais oubliés, et d'autres qui, avec le recul (35 ans écoulés depuis !) m'apparaissent à présent autrement significatifs et parlants dans le cadre de l'Hypothèse Initiatique.

C'est pourquoi je me permets de revenir aujourd'hui sur cette observation ufologique peu banale, et sur les analyses et commentaires qui s'ensuivirent, en vous proposant de découvrir (ou redécouvrir) ces textes devenus quasi introuvables aujourd'hui.
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:01

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 1

Retour à Vilvorde


Extrait du rapport d'enquête (1974), par Jean-Luc Vertongen
.
. . . .
.
Description des lieux et conditions de l'observation
.
C'est en pays flamand que cette fois l'insolite s'est produit, à une douzaine de kilomètres au nord-nord-est de Bruxelles, dans la commune industrielle de Vilvorde. Le canal maritime reliant les bassins portuaires de la capitale à l'Escaut traverse cette localité d'environ 35.000 habitants. On y découvre de nombreux entrepôts ainsi que plusieurs usines et des industries lourdes raccordées à un important réseau électrique à haute tension alimenté par la centrale thermique toute proche de « Pont-Brûlé ».

Située dans un quartier d'habitations principalement unifamiliales, l'observation s'est faite depuis le domicile du témoin qui occupe le rez-de-chaussée d'une modeste maison sise à front de rue et construite entre murs mitoyens. A l'arrière de la demeure, un jardinet d'environ 75 m² est délimité par trois hauts murs chaulés. Au-delà du mur du fond s'étend la vaste propriété d'un établissement scolaire dirigé par des Sœurs Ursulines. Le témoin désirant préserver son anonymat ainsi que sa tranquillité, seules les initiales de son nom seront mentionnées dans ce compte rendu qui pour cette même raison ne sera pas accompagné d'un plan localisant exactement le lieu de l'observation, ce détail n'a de toute façon qu'une importance mineure dans le cas qui nous occupe ici.

.
. . . .
Holà ! Pas si vite !
Je conteste cette conclusion quant à "l'importance mineure" de ce "détail" !

Bien entendu, je reconnais (et confirme) que l'anonymat et la tranquillité du témoin doivent être préservés. Cela va de soi. Néanmoins, l'Hypothèse Initiatique (H.I.) se doit de prendre en considération l'ensemble du contexte de l'observation et toute la symbolique qui s'y rattache, y compris la nature du lieu, la configuration du lieu, le nom du lieu, le nom du témoin, ou tout autre élément susceptible d'être porteur de signification. J'ai retrouvé le nom réel du témoin et vérifié que ce patronyme ne semblait porteur d'aucune information utile ; inutile donc de dévoiler son identité. Par contre, en considérant le lieu de l'observation, en matière de symbolisme, nous sommes servis ! Car la commune de Vilvorde n'est pas située n'importe où ! Bien qu'en plein centre de la Belgique, le symbolisme de la frontière y est présent de façon redondante.

Rappelez-vous que la Belgique est divisée en 3 Régions : Région Flamande, Région Wallonne, et Région de Bruxelles-Capitale. Vilvorde se trouve en Région Flamande, mais à la limite de la Région bruxelloise, avec laquelle elle a une "frontière" commune. La limite communale se double donc d'une limite régionale, et aussi d'une limite linguistique, puisque Vilvorde est administrativement gérée exclusivement en Néerlandais, tandis que la Région bruxelloise est officiellement bilingue Français/Néerlandais (même si les Francophones y sont largement majoritaires).

. . .

Vilvorde est aussi largement connue pour faire partie de "l'Arrondissement de Bruxelles-Halle-Vilvorde" (en gris foncé sur cette petite carte noire, où Vilvorde figure en rouge, et Bruxelles-Capitale en blanc). La saga politique concernant la scission de cet arrondissement électoral, longue de plusieurs décennies, a fait tomber plusieurs gouvernements, et est restée la pomme de discorde qui a conduit à la très longue impossibilité de former une coalition gouvernementale après les élections du 13 juin 2010 (un an et demi sans gouvernement). Ces élections, anticipées, furent d'ailleurs provoquées par les exigences incontournables liées à cette scission. Vilvorde n'est donc pas une commune ordinaire en Belgique : elle est un des rares symboles de la scission entre Flamands et Francophones, au même titre que Comines ou "les" Fourons.

De plus, étymologiquement, Vilvorde se rapporte aussi au concept de frontière. Wikipédia nous apprend que :
Vilvorde, retranscrit Filfurdo en 779, signifie probablement : les gués ou les ruisseaux nombreux, de fil, qui paraît identique au néerlandais moderne veel, et furdo, furte, vorde, voorde, que l'on traduit tantôt par gué, tantôt par courant d'eau.
A bien des égards, Vilvorde représente donc la frontière, la limite, l'obstacle (cours d'eau), mais aussi le point de franchissement de l'obstacle (le gué). Ce concept est important pour la suite, mais sans attendre, notons encore qu'au sujet de l'incident OVNI, il est précisé noir sur blanc dans le rapport que l'observation survint non loin du lieu-dit « Pont-Brûlé ». Le pont, lui aussi, symbolise le franchissement d'un obstacle, tout comme le gué. Et le « pont brûlé » représente symboliquement la quasi impossibilité de désormais franchir l'obstacle : durant les conflits passés, détruire les ponts était une tactique efficace pour bloquer une armée. L'expression "couper les ponts" signifie encore aujourd'hui "cesser d'entretenir une relation", fixer des barrières, séparer, scinder.

Reprenons maintenant la lecture du rapport d'enquête de l'époque :

.
. . . .
.
L'événement eut lieu en 1973, approximativement à la mi-décembre, quelques jours à peine après la rencontre de Boondael (1). Bien qu'étant au cœur de l'hiver, il ne subsistait plus rien des abondantes chutes de neige du mois précédent, toutefois le temps était toujours très froid et un vent fort soufflait sur la région.

.
. . . .
(1) Allusion à une observation d'environ 90 secondes survenue le 2 décembre 1973 vers 06h30 (quasi atterrissage, avec objet, faisceaux lumineux, et réaction animale), présentant également des éléments symboliques... passés totalement inaperçus aux yeux de l'enquêteur de l'époque ! Peut-être pourrai-je un jour vous présenter ces éléments.
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:02

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 2

Un petit homme vert


Extrait du rapport d'enquête (1974), par Jean-Luc Vertongen
.
. . . .
.
Description de l'observation
Ce soir-là, M. V.M. (28 ans à l'époque) était allé se coucher avec sa femme quand vers deux heures du matin il se réveilla et se leva pour se rendre aux toilettes situées dans une petite cour extérieure attenante à la cuisine. Afin de ne pas réveiller son épouse, il se déplaça dans l'obscurité en éclairant son chemin avec une lampe-torche. Arrivé dans la cuisine, il entendit à l'extérieur le bruit d'une pelle qui tombe et aperçut alors, filtrant à la gauche du rideau obturant la fenêtre, une clarté verdâtre en provenance du dehors. Le témoin compara celle-ci à la luminosité diffusée par l'éclairage d'un aquarium. Sachant que son jardin se trouvait normalement plongé dans l'obscurité la plus complète à cette heure-là, il fut intrigué par cette clarté insolite et par le bruit qu'il venait d'entendre. Il se dirigea vers la fenêtre, en écarta le rideau et découvrit alors un spectacle déconcertant qui le laissa tout interdit : dans le fond du jardinet, se trouvait un petit personnage d'environ 1 m 10, revêtu d'une combinaison luisante qui diffusait une luminosité verdâtre. Le personnage était visible de dos et de trois-quarts, il était de corpulence moyenne, la tête, les jambes et les bras étaient normaux. L'uniforme de couleur verte était très luisant et scintillant, le témoin en compara l'aspect à la matière des carrosseries de certaines voitures de type « buggy » (polyester teinté avec particules métalliques). La tête était protégée par un casque transparent en forme de boule et un tuyau en partait de l'arrière pour se raccorder à une sorte de « havresac » que le personnage portait sur le dos. Ce sac était de forme rectangulaire et il lui couvrit le dos à peu près de la taille jusqu'à hauteur des omoplates si tant est qu'un humanoïde en soit pourvu. Tout cet attirail avait exactement le même aspect que le reste de l'uniforme.

Le vêtement ne présentait apparemment aucune couture, ni bouton, fermeture ou poche. Le témoin remarqua une ceinture et lors d'un déplacement du personnage, il put voir qu'il portait sur le ventre, à hauteur de la taille, une petite « boîte carrée » de couleur rouge vif, lumineuse et scintillante. La ceinture avait une largeur de 3 à 4 cm environ et la petite « boîte » 8 cm de côté pour une épaisseur de 3 ou 4 (insistons sur le fait que ces mesures sont très approximatives), celle-ci diffusait une luminosité rouge d'une intensité constante. Le pantalon, dont le bas était légèrement bouffant, était pris dans de petites bottes serrantes qui avaient le même aspect que le reste de l'uniforme. Aucun détail apparent n'était visible. Les mains avaient une morphologie comparable aux nôtres mais de proportion plus menue. Elles étaient gantées et les manches du vêtement étaient resserrées aux poignets et tout comme le bas de pantalon elles étaient également légèrement bouffantes. Vue de dos, la tête paraissait ronde et noire et M. V.M. pensa que le personnage devait avoir des cheveux courts. Un halo lumineux nimbait le visiteur nocturne de la tête aux pieds en éclairant partiellement le sol et le mur de gauche. Aucun mouvement respiratoire n'était perceptible et aucun son n'était émis par l'humanoïde.

Il tenait en main un instrument à peu près comparable à un aspirateur ou un détecteur de mines qu'il passait lentement de gauche à droite au-dessus d'un tas de briquaillons que le témoin avait rassemblés quelques jours auparavant dans le fonds du jardin. L'objet était composé d'un long manche coudé à une extrémité pour former une poignée avec au-dessous de celle-ci une petite boîte rectangulaire. Le « détecteur » lui-même se présentait sous forme d'une épaisse plaque rectangulaire avec la partie frontale biseautée. Le côté opposé était constitué d'un cylindre dont le diamètre devait correspondre à l'épaisseur de la plaque. C'était entre ces deux parties que le manche se trouvait logé. La couleur de l'instrument était identique à celle de l'uniforme de l'humanoïde, aucun bruit et aucun rayonnement n'étaient perceptibles.
. . .
.
. . . .
Reconstitution artistique tardive
(bien postérieure au rapport originel),
mais conforme à la description produite
initialement par le témoin.





Plusieurs éléments sont intéressants dans ce récit.

Il y a ce bruit de "pelle qui tombe". Lorsque le témoin se lève, ce n'est pas parce qu'il a été éveillé par quelque chose d'insolite : il a simplement besoin de se rendre aux toilettes. C'est seulement lorsqu'il se trouve à proximité de la fenêtre donnant vers le jardinet que le phénomène se manifeste et attire son attention en produisant un son. La suite du récit montre qu'il n'y a pas de pelle qui entre en jeu. Nulle part, à aucun moment. Mais le son est identifié comme tel par le témoin. La pelle…
Paradoxalement, alors que le témoin cherche à se déplacer silencieusement afin de ne pas réveiller son épouse, le phénomène produit un bruit qui devrait s'entendre assez fort. On pourrait débattre de l'éventuel aspect onirique du témoignage, puisque, malgré le bruit, le témoin reste le seul sujet éveillé (et l'est-il vraiment pleinement ?) susceptible d'observer la suite ; mais là n'est pas mon propos, car il nous faut constater que nous sommes ici face à la phase "d'appel" du phénomène, le moment où un quidam ordinaire est interpellé par l'irrationnel, lequel attire son attention dans une direction précise.
La pelle = l'appel ! LangueDesOiseaux1

Un parallélisme intéressant est à établir non seulement avec d'autres observations d'OVNI comportant cette phase d'appel, mais avec un élément similaire, apparemment sans rapport : la première planche du CheminCroisé Mutus Liber, le "Livre muet" ancien à l'usage des alchimistes, où l'on voit des anges descendre du ciel réveiller à coups de trompes un humain endormi.

Dans les deux cas, symboliquement, nous observons cet appel à "s'éveiller", à "ouvrir les yeux", à "regarder ailleurs"; et cet appel provient du "Ciel" (ange, OVNI). Nous sommes donc bien dans un contexte initiatique (titre de notre sujet) comportant une orientation céleste.

Ainsi interpellé, notre témoin s'approche ensuite de la fenêtre, distingue une lueur verdâtre et écarte les rideaux. Ce n'est qu'à ce moment qu'il devient témoin oculaire du phénomène. Contrairement aux cas ufologiques les plus courants, où les témoins observent d'abord quelque chose d'anormal puis tentent d'enregistrer un maximum de détails, ici, on peut parler d'une démarche inverse, puisque c'est le phénomène qui attire le témoin à porter son regard sur lui. Et ce qui est à observer n'est pas banal, puisque cela répond très précisément à la description de "petit homme vert" !

Le "petit homme vert" est certes une expression devenue un peu péjorative, sarcastique, utilisée pour se gausser des témoins d'incidents ufologiques. Pourtant, elle correspond à une certaine réalité puisque plusieurs observations ont fait état de la présence d'humanoïdes de petite taille à la peau aux reflets verdâtres. Néanmoins, bien d'autres récits, bien plus nombreux, parlent de petits humanoïdes gris, de géants blonds, ou de monstres velus, ou pourvus d'ailes, ou d'êtres ressemblant à Bibendum (cfr. la publicité pour les pneus Michelin), voire même d'entités ressemblant à des volumes simples (sphères, cubes, boîtes). A Vilvorde, le personnage observé se coule donc dans le moule de l'archétype populaire du "petit homme vert". Or, il faut savoir que toute une mythologie se greffe sur cette expression : les petits hommes verts, ou vêtus de verts, sont depuis des siècles populairement associés aux lutins, aux esprits de la nature, aux "gardiens" des végétaux. Dans l'observation de Vilvorde, non seulement le bonhomme est vert, mais tout est vert : ses vêtements, ses accessoires vestimentaires, ses appareils, et la luminosité qui en émane. A l'exception d'une boîte carrée rouge vif portée à la ceinture.

Un autre élément intéressant est le contexte technologique suggéré. Bien que la télé couleur existât bien avant 1950, ce n'est qu'en 1971 que la télévision belge produisit sa première émission en couleurs ; en 1973, le nombre de récepteurs adaptés était très restreint. Par contre, la luminosité verdâtre n'est pas sans évoquer certains outils de pointe de l'époque : les oscilloscopes (appareils de mesure utilisés en électronique) et les écrans à haute valeur technologique (terminaux d'ordinateurs, monitoring cardiaque en hôpital). Symboliquement, nous sommes dans le domaine de la technologie de pointe. C'est aussi le cas de l'ustensile tenu par le personnage, identifié comme un aspirateur ou un "détecteur". Curieusement, parmi les explications possibles, ce sont celles-là que retient le témoin : un appareil pour aspirer, absorber, détecter, rechercher. Le vêtement, lui aussi, fait penser à l'équipement des astronautes que la NASA a popularisé seulement quelques dizaines de mois auparavant. Technologie de pointe, là encore, avec une connotation orientée vers l'astronautique.Le témoin est plus ou moins conscient de cette analogie, puisqu'il en fera état lors de la contre-enquête (en 1978), lorsqu'il sera invité à donner son avis sur la matérialité de son observation :
Extrait du rapport de contre-enquête (1978), par Franck Boitte
.
. . . .

.
Il est possible que si j'étais sorti pour toucher le personnage, ma main serait passée à travers, je n'en sais rien. Il est possible qu'il s'agissait seulement d'une image en relief transmise de très loin (*). Il se déplaçait avec lenteur et une sorte de lourdeur caractéristique qui m'a fait penser à celle des cosmonautes sur la lune.

.
. . . .
(*) Cette idée est mise en défaut par la présence de la "soucoupe" en tant qu'engin de transport. [Note de Franck Boitte].
Cette "soucoupe" est décrite plus loin dans le récit.

avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:02

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 3

Communication


Extrait du rapport d'enquête (1974), par Jean-Luc Vertongen
.
. . . .

. . . .
Le témoin remarqua que le petit personnage semblait se mouvoir difficilement, il se déplaçait lentement en se dandinant et en fléchissant légèrement les genoux. Sa démarche paraissait particulièrement lourde. C'est alors que M. V.M. utilisa sa lampe-torche et fit deux appels lumineux en direction du fond du jardin. A ce signal l'humanoïde se retourna et il semblait que son cou ne devait pas être mobile car il ne tourna pas la tête mais pivota tout d'une pièce. Le témoin aperçut alors pour la première fois le visage noir du visiteur insolite. Ni le nez, ni la bouche n'étaient visibles ; seules, de petites oreilles plus ou moins pointues pouvaient se distinguer. De forme ovale et de couleur jaune, les yeux étaient particulièrement grands, très brillants et entourés d'un bord vert. Sur l'iris, le témoin remarqua des petites veinules noires et rouges, la pupille était noire et légèrement ovale. De temps à autre des paupières s'abaissaient sur les yeux en même temps, le visage devenait pour quelques instants complètement sombre. Quand les yeux étaient ouverts, ces deux paupières supérieures étaient invisibles, on pourrait les comparer à des sortes de stores noirs ou des volets masquant progressivement les yeux en tombant.
Regardant le témoin de face et tenant son « détecteur » de la main gauche, l'ufonaute sembla répondre aux signaux lumineux en levant la main pour former un signe « V » avec l'index et le majeur, après quoi il se retourna et chemina vers le mur du fond de sa démarche caractéristique en balançant légèrement les bras. Arrivé devant le mur, il posa un pied à plat contre la maçonnerie puis, sans hésiter, il fit de même avec le second pied et monta le long du mur sans modifier l'allure bien que maintenant il gardait les jambes raides. Durant cette progression surprenante, le personnage avait toujours le même mouvement de bras et il tenait son appareil dans la même position que lorsqu'il se trouvait par terre. Arrivé au sommet de cet obstacle d'environ trois mètres de haut, il décrivit un arc-de-cercle complet en se redressant puis en basculant vers l'avant pour descendre sur l'autre face du mur selon cette même méthode inattendue.
. . . .

.
. . . .
Je relève deux éléments relatifs à l'astronautique :
1.. . .(…) le petit personnage semblait se mouvoir difficilement, il se déplaçait lentement en se dandinant
. . .. .et en fléchissant légèrement les genoux. Sa démarche paraissait particulièrement lourde.
Cette démarche est typiquement celle des astronautes de la NASA telle qu'on a pu les voir en télévision depuis juillet 1969, une cinquantaine de mois avant l'observation de Vilvorde. L'allusion à l'espace, aux cieux, est ici encore présente en filigrane.
2.. . .(…) seules, de petites oreilles plus ou moins pointues pouvaient se distinguer.
Cette histoire d'oreilles pointues pourrait renvoyer à des animaux (par exemple : les chats). Elle font cependant aussi penser à Monsieur Spock, figure célèbre de la science-fiction (Star Trek), prototype de l'extraterrestre amical. Cette série fut certes diffusée aux Etats-Unis entre 1966 et 1969 (sans grand succès, l'immense popularité ne vint que bien plus tard), mais ne fut connue en Europe que bien après l'incident de Vilvorde. Les oreilles pointues renvoient aussi aux elfes, qui, comme les lutins et petits hommes verts, sont aussi des personnages de la mythologie traditionnelle occidentale.

Le constat est patent, mais il est malaisé d'en extraire une interprétation qui fasse consensus. Soit le témoin est en train de projeter dans son récit des bribes d'éléments significatifs (relatifs à l'exploration spatiale) issus de son inconscient (souvenirs d'images des missions Apollo) ou de l'inconscient collectif (M. Spock, inconnu en Europe à cette époque-là), soit c'est le phénomène lui-même qui met en scène ces éléments issus du "patrimoine culturel immatériel de l'humanité" (conscient + inconscient collectif). Les deux tentatives d'explications sont potentiellement riches à explorer ; je ne me risquerai pas à trancher. Reste le fait que le contact témoin/phénomène présente nombre d'éléments porteurs de sens lorsqu'on se donne la peine de les examiner sous l'angle du symbolisme, au lieu de se borner à enregistrer les seuls paramètres physico-chimiques objectivables comme le fait, à tort, l'ufologie "classique". Et s'il existe des éléments porteurs de sens, il y a donc communication, transmission d'informations.

Soulignons, en passant, un détail troublant : la manière dont le témoin parvient à détailler les yeux de l'entité qui se tourne vers lui. A moins que ces "yeux" soient démesurément grands (et j'entoure le mot "yeux" de guillemets, car rien ne dit qu'il s'agisse réellement d'yeux; peut-être tombons-nous ici dans le piège de la projection anthropomorphique, par analogie), la distance entre l'humanoïde et le témoin semble trop grande pour percevoir un tel niveau de précision. Par contre, ce regard étrange, "contre nature", marquera profondément le témoin, ce qui peut expliquer l'importance qu'il y accordera lors de sa déposition.

Pour notre part, soulignons cette communication (rudimentaire) qui s'établit entre "l'ufonaute" et le témoin : lorsque ce dernier allume sa lampe-torche, le petit bonhomme se retourne vers lui et lève la main droite "pour former un signe « V » avec l'index et le majeur". Sans ambiguïté, il y a là un contact, une communication d'information, même si cette dernière est à interpréter. Deux explications me viennent à l'esprit, et elles ne s'excluent pas nécessairement mutuellement.

La première est que ce « V » est un symbole de la Victoire, allusion au signe popularisé à maintes reprises par feu le Premier Ministre anglais Winston Churchill, en poste durant les années de guerre contre l'Allemagne nazie. @ Cette page démontre à quel point ce signe « V » faisait partie intégrante de sa stratégie de communication mobilisatrice durant la deuxième guerre mondiale.
. . .
L'autre option, que personne ne semble avoir remarquée, est que le « V » est aussi l'initiale du prénom du témoin, et aussi l'initiale du nom de la commune : "M.V.M., de V.". Pourquoi éluder l'hypothèse que le petit bonhomme vert puisse s'adresser nommément au témoin ?

Quoiqu'il en soit, la suite de l'observation nous offre la démonstration qu'il existe un moyen original de "vaincre" (Victoire) un obstacle apparemment infranchissable : c'est la manière dont le petit bonhomme franchit le mur ! Pour lui, c'est tout comme si l'horizontalité et la verticalité n'étaient pas deux dimensions distinctes, mais la continuité d'un même plan ! Cette façon d'appréhender le monde nous paraît évidemment incongrue ; pourtant – et c'est en cela que je perçois l'ufologie comme une voie initiatique – cette différence de perception constitue précisément le seuil entre deux paradigmes, deux conceptions globales très différentes de la manière d'appréhender la réalité.

Le mur symbolise l'obstacle, la frontière, la limite, la barrière, la bordure, la séparation entre deux espaces. Franchir le "mur" est un désir humain immuable (franchir les mers, explorer, franchir le mur du son, quitter la Terre pour franchir l'espace, franchir le mur de la lumière…). Le mur est aussi symbole d'emprisonnement. Certes, il est aussi protecteur face aux éventuelles intrusions, mais il est aussi une limitation qui s'oppose à notre désir de liberté et d'exploration de ce qui se trouve au-delà. Et voici que cet improbable petit humanoïde vert fournit une solution élémentaire au problème du franchissement de l'obstacle : un changement de perspective, consistant à considérer que la progression verticale n'est que la continuité naturelle de la progression horizontale !

Heu… Concrètement, comment fait-on ? Scientifiquement parlant, je ne vois pas. A part le lézard gecko (muni de ventouses aux pattes !) et les insectes, nous ne semblons pas en mesure de franchir un mur de cette manière. Sauf, peut-être, si nous nous persuadions que la gravité n'est qu'une illusion à ignorer.
Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait !
Là réside le sens profond de tout processus initiatique : changer de paradigme, changer notre façon de percevoir ce que nous croyions être le réel, faire éclater le carcan de nos certitudes pour accéder à un autre niveau de représentation du monde plus riche en possibilités.

CheminCroisé Qu'est-ce que le Réel ?
Plus qu'une certitude scientifique, ne serait-ce pas plutôt une interprétation consensuelle provisoire ?
Je me risque donc à vous proposer cet essai de décodage du message symbolique attaché à cet événement ufologique :

. . . Pour accéder à un autre niveau de réalité, . . .
bien que cela semble infanchissable,
changez de paradigme !
N'est-ce pas là une invitation à un cheminement initiatique ?
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:03

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 4

Fin de l'observation


Extrait du rapport d'enquête (1974), par Jean-Luc Vertongen
.
. . . .
.
Une minute s'étant écoulée après cet exploit peu ordinaire, une vive auréole de lumière blanche apparut derrière le mur tandis que le vent couvrait quelque peu un son stridulé faiblement perceptible. (Rappelons aussi que durant toute l'observation, le témoin se trouvait derrière une fenêtre fermée). Ensuite, montant très lentement, un objet rond devait apparaître progressivement à quelques mètres à peine en arrière du mur. Après une brève ascension, l'engin s'immobilisa durant quatre minutes approximativement en faisant toujours entendre ce bruit comparable au frottement des élytres d'un criquet avec la même intensité. Il pouvait avoir un diamètre d'environ cinq mètres (cette taille a été estimée d'après la largeur du jardinet), la moitié supérieure était phosphorescente, de couleur orange et surmontée au centre d'une coupole transparente qui diffusait une lumière verdâtre. La moitié inférieure était de couleur bordeaux foncé et dans cette zone sombre se détachaient nettement trois feux alignés horizontalement : un bleu à gauche, un jaune au milieu et un rouge. Ces trois feux s'allumèrent alternativement trois fois de suite comme des flashes. Sur le pourtour de l'engin, le témoin remarqua comme des gerbes d'étincelles semblables à celles d'une pierre à briquet. Elles se situaient à la limite de la partie sombre et de la partie phosphorescente, soit au niveau de la plus grande circonférence de l'engin. Elles semblaient être projetées vers l'extérieur selon un mouvement rotatif bien que l'OVNI ne parût pas tourner sur lui-même. Sous le dôme transparent, M. V.M. aperçut l'humanoïde baignant dans une luminosité glauque, aucun autre détail n'était visible dans l'habitacle. Juste au-dessous de la coupole, le témoin remarqua encore un sigle tracé sur la partie orange de l'objet, il était composé d'un cercle noir traversé diagonalement par un éclair jaune plus brillant que la couleur phosphorescente orange (voir croquis du témoin). L'engin monta alors verticalement d'environ vingt mètres en gardant toujours sa position horizontale, puis il bascula lentement. Les gerbes d'étincelles étaient toujours visibles autour de l'OVNI. Ensuite la stridulation augmenta d'intensité pour devenir une sorte de chuintement et l'engin partit en accélérant vers le ciel en laissant derrière lui une traînée lumineuse. Après quelques secondes il n'était plus qu'un petit point perdu dans les étoiles.



A aucun moment au cours de cette rencontre extraordinaire, le témoin n'a éprouvé un sentiment de crainte et jamais il n'eut une réaction d'hostilité vis-à-vis de l'humanoïde. Il faut signaler également que durant toute l'observation rapprochée, M. V.M. n'a reçu un quelconque message verbal ou « télépathique ». Lorsque l'engin eut disparu, il ne parut pas tellement ébranlé par tout ce qu'il venait de voir car il s'installa à la table de la cuisine et se prépara une légère collation, après quoi il retourna très normalement se recoucher et se rendormit paisiblement. Outre sa femme, son cousin logeait également dans son appartement et durant son observation il pensa le réveiller, mais finalement, on ne sait pourquoi, il ne le fit pas.

Le lendemain matin il se leva comme tous les jours sans se plaindre de migraines ou d'un éventuel malaise et dans le courant de la matinée il alla inspecter son jardin. Il n'y décela rien de particulier : rien n'avait apparemment disparu et il ne releva aucune empreinte au sol ni aucune éraflure sur le mur. L'humanoïde n'avait même pas laissé des traces de pas…

.
. . . .
Et voilà : pas de traces ! Le témoin reste seul avec son souvenir...
C'est malheureusement le lot de bien des témoignages OVNI sortant de la banalité. C'est en quelque sorte la "signature" du phénomène. Dès qu'une observation d'un objet volant non identifié s'écarte un peu de l'ordinaire (à savoir quelques lueurs suspectes vues de loin), dès qu'un rapport présente des éléments suffisamment intrigants pour mériter une étude approfondie, les preuves se dérobent…
Certains détracteurs n'hésitent pas à tirer prétexte de cette absence de preuve pour prétendre qu'il y a là preuve de l'absence. Ce serait là une faute de logique, évitons-la donc. Par contre, convenons que l'aspect onirique de la scène, le contexte nocturne et noctambule, l'absence de traces et de témoignages alternatifs (malgré la présence de témoins, endormis) jouent en défaveur de la crédibilité du récit, lequel restera donc essentiellement un vécu personnel plus qu'un document scientifique certifié.

Mais reprenons notre analyse axée sur le symbolisme. La fin du témoignage concerne un OVNI au sens le plus habituel du terme : un objet volant non identifié. Celui-ci s'élève d'au-delà du mur sans qu'il ait été possible de voir le "petit homme vert" pénétrer dans l'objet (à cause du mur), cependant, le témoin voit que l'étrange personnage est bien à bord : c'est donc un véhicule, lequel permet, une fois franchi l'obstacle du mur, de filer à grande vitesse vers l'infini de l'espace. Du point de vue du décodage symbolique, nous pouvons conclure qu'une fois le changement de paradigme opéré, dès que la façon de concevoir le monde est modifiée (simplifiée ?), le chemin s'ouvre sur l'infini. Mais quant à obtenir des preuves scientifiques indubitables de ce nécessaire changement de paradigme pour toucher à l'infini, chacun est renvoyé à soi-même…
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:04

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 5

Au-delà du mur


Poursuivons notre examen des éléments symboliques potentiellement présents dans ce récit, car plus haut (au Chapitre 1 de ce troisième carnet), nous avons lu un peu rapidement, sans le souligner, que derrière le mur de fond du jardin de M. V.M. s'étendait le domaine d'un collège géré par des Ursulines.
Extrait du rapport d'enquête (1974), par Jean-Luc Vertongen
.
. . . ..
Informations complémentaires
.
Cette observation a été signalée par un membre de la SOBEPS et n'ayant pas eu connaissance de ce cas immédiatement, l'enquête n'a démarré que quelques semaines après l'événement. Ce n'est que dans le courant du mois de mars qu'on a eu la possibilité de se rendre sur les lieux présumés de l'atterrissage. En visitant la propriété des Sœurs Ursulines avec l'espoir d'y découvrir des indices confirmant les propos du témoin, la sœur portière de l'établissement scolaire déclara n'être au courant de rien de particulier et n'avoir rien remarqué d'inhabituel dans la propriété de l'école. Interrogé à son tour, le jardinier de l'établissement ne put que confirmer cette déclaration. Aucune trace au sol n'a été remarquée et la végétation de l'endroit ne présentait aucune anomalie, hormis quelques arbres fruitiers dépérissant à cause de la pollution atmosphérique provoquée trop fréquemment par les usines du voisinage. Le mur d'enceinte qui limite le jardinet du témoin a été examiné, la face de cette maçonnerie côté pensionnat ne présentait aucune trace suspecte. On put constater enfin que le potager était suffisamment dégagé pour qu'un éventuel engin venant du ciel puisse s'y poser; un hélicoptère pourrait très bien y atterrir sans difficulté.
.
Dans le but de découvrir d'autres témoins, 500 circulaires bilingues ont été distribuées dans toutes les boîtes aux lettres du voisinage invitant les habitants à signaler à la SOBEPS tout événement insolite qui aurait été constaté à cette époque. Cette tentative n'a donné aucun résultat.
.
. . . .
Cet extrait montre que l'enquête a été poussée au maximum dans de multiples directions dans l'espoir de recouper les informations fournies par l'unique témoin. C'est pourquoi il était nécessaire de vérifier s'il ne résidait aucune trace derrière le mur. Là encore : chou blanc ! Tout en constatant néanmoins que l'espace dégagé était suffisant pour poser un objet aérien, tel un hélicoptère. Mais le rapport d'enquête ne mentionne qu'accessoirement le fait que le terrain d'où décolle l'engin du "petit homme vert" soit la propriété d'un établissement d'enseignement. Ce ne serait là qu'un détail, sinon que nous tentons précisément ici d'examiner dans quelle mesure le phénomène OVNI présente une connotation initiatique. Or, voyez-vous le rapport entre le mot enseignement et le mot CheminCroisé initiation ? Ils sont parfois synonymes !

L'établissement dont question ici ne dispensait pas un enseignement de type supérieur (spécialisation), mais plutôt de base. Ceci cadre assez bien avec le concept d'initiation. De plus, constatons que les Sœurs Ursulines – des religieuses, donc – sont représentatives d'un contexte religieux. Ce qui symboliquement fait écho à cet étrange engin qui file vers les cieux…

Doit-on décoder le message symbolique en écrivant que le phénomène OVNI propose une initiation par le biais d'un changement de paradigme induit dans un contexte religieux, spirituel ?
C'est mon opinion, mais personne n'est obligé de me suivre dans cette voie : nous tentons ici un décodage du symbolisme présent dans certaines manifestations ufologiques sans chercher à dériver dans un quelconque prosélytisme. Mais il n'est pas sans intérêt de constater qu'une "initiation visant à changer de paradigme dans un cadre spirituel" n'est pas sans rappeler la démarche de base de l'Alchimie, laquelle (lorsqu'elle est bien comprise) n'a que peu à voir avec des manipulations chimiques par rapport à une transmutation de soi-même. Dans cette optique, il n'est pas absurde de rappeler que la commune de Vilvorde accueillit jadis la résidence et le laboratoire de l'alchimiste CheminCroisé Jean-Baptiste Van Helmont (1577 - 1644), ce qui renforce le lien symbolique entre les deux voies initiatiques : ufologie et alchimie.
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:05

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 6

Défier les statistiques


Extrait du rapport d'enquête (1974), par Jean-Luc Vertongen
.
. . . ..
Pour compléter ce compte rendu, il faut signaler que ce n'était pas la première observation du témoin. Quelques mois auparavant, M. et Mme V.M. se trouvaient en vacances à la côte belge à Westende et c'est au cours d'une promenade sur la plage qu'un soir de la dernière semaine du mois d'août, en compagnie de leur cousin et de la belle-sœur du témoin, ils virent un objet bizarre qui se déplaçait sur l'eau. Il devait être environ minuit, le temps était doux et la mer calme, le groupe marchait le long de l'eau (marée haute) lorsqu'ils entendirent un bruit étrange en provenance du large, et qui ressemblait un peu à une sirène de bateau d'une intensité moyenne. Ce fut le cousin de M. V.M. qui le premier aperçut au niveau de l'eau et très près de la grève, un objet rectangulaire très plat de couleur rouge d'environ 5 à 6 m de long, plus ou moins noyé dans l'obscurité et une légère brume. En passant à hauteur des témoins, ils purent y distinguer 4 « hublots » carrés d'une luminosité très faible qui était alignés horizontalement au-dessus de l'objet, ils entendirent également le clapotis de l'eau que pouvait provoquer celui-ci en se déplaçant. Venant de Nieuport, l' « embarcation » progressait très lentement parallèlement à la côte vers Ostende. M. V.M. braqua sa lampe-torche sur l'objet et les 4 « hublots » s'éteignirent immédiatement, seule la « coque rouge » restant visible. Un brise-lames barrait la route du « bateau » qui devait logiquement se fracasser sur l'obstacle. Bien au contraire, arrivé à hauteur de celui-ci, l'objet, gardant toujours sa position horizontale, se souleva, franchit le brise-lames, puis continua sa route en redescendant au niveau de l'eau. Un détail curieux encore : lorsque l'objet passait au-dessus de l'obstacle, les témoins continuaient toujours à entendre des clapotis dans l'eau.

Lors d'une visite chez le témoin en juillet de cette année, il déclara avoir fait une nouvelle observation entre Vilvorde et Bruxelles. Il ne se souvient plus de la date précise mais estima que ce devait être un soir d'avril. Il conduisait sa voiture (Ford Escort), accompagné de sa femme et de son cousin quand se trouvant dans les environs de Koningsloo sur un plateau bien dégagé, ils remarquèrent une seconde « lune » assez bas dans le ciel. La voiture roulait à environ 60 km/h et le moteur qui était engagé en troisième vitesse commença à avoir des ratés pour finalement se bloquer complètement tandis que les phares s'éteignaient. N'ayant pas débrayé, la voiture qui se trouvait à ce moment sur une légère pente n'a pas bougé de place étant bloquée par le moteur. L'automobiliste tenta de relancer le moteur sans obtenir de résultat. Après une minute environ l'objet lumineux s'éloigna et c'est alors que selon un phénomène qui devient assez habituel maintenant dans ce genre d'incident, le moteur se remit en marche tout seul sans l'intervention du conducteur. Etant toujours en 3e, la voiture avança quelque peu mais contrairement à ce qui s'était produit lors de la rencontre d'Aische-en-Refail (2), ici le moteur recala à nouveau car la route montait faiblement et en troisième vitesse, le régime étant vraisemblablement trop bas, il ne pouvait gravir cette dénivellation. Il est regrettable que le témoin qui connaissait pourtant la SOBEPS n'ait pas fait part immédiatement de cette nouvelle rencontre, ce qui aurait permis de mener des investigations directement après l'événement et non avec quelques mois de retard comme ce fut le cas maintenant.

.
. . . .
(2) Autre observation survenue en Belgique et décrite dans le périodique Inforespace, numéros 16 et 17 (1973-1974). Les pannes de moteur provoquées par des OVNI sont notoires. Pareil incident est mis en scène au tout début du fil "Rencontres du Troisième Type", de Steven Spielberg (1977). L'explication la plus probable fait intervenir une forte induction magnétique affectant le circuit électrique du véhicule dont dépend l'allumage des bougies du moteur.

C'est ainsi que nous découvrons que le témoin, défiant toute statistique, s'est trouvé plusieurs fois au bon endroit au bon moment. Lorsqu'on pense que la plupart des gens ne voient jamais d'OVNI tout au long de leur vie, et que les témoins sont très rares, même parmi ceux dont la vie les conduit dehors la nuit dans des lieux peu fréquentés, le fait que quelqu'un puisse être trois fois témoin de tels phénomènes en un laps de temps de quelques mois seulement pose question. C'est suite à des cas comme celui-ci que j'ai conçu l'idée que les rencontres n'étaient pas purement fortuites, mais qu'il existait une relation entre le phénomène OVNI et les témoins. Car les deux autres situations décrites dans cet extrait du rapport d'enquête de Jean-Luc Vertongen sont corroborées par d'autres témoins, et des effets physiques ont été constatés, levant tout doute quant à la matérialité du phénomène. Plus question ici d'évoquer un contexte onirique comme à Vilvorde.

Si les OVNI étaient de "simples" véhicules d'origine extra-terrestres comme le postule l'HET (Hypothèse Extra-Terrestre), des rencontres avec des témoins seraient aléatoires, et probablement jamais répétitives, vu leur rareté. Donc, à moins d'être verni comme pas possible et vu qu'il est statistiquement hautement improbable de remporter trois fois l'EuroMillions en moins de deux ans, je considère pertinent d'envisager une relation privilégiée entre le phénomène et certains de ses témoins. Ceci sans parvenir à déterminer si le phénomène OVNI sélectionne ses témoins, ou si ce sont ces derniers qui l'attirent, comme certaines personnes semblent attirer la foudre. Par contre, si nous acceptons l'HI (Hypothèse Initiatique), alors l'improbabilité de l'observation répétitive saute, puisqu'une initiation survient généralement par paliers afin de laisser au candidat le temps d'intégrer les implications de ses sauts conceptuels progressifs.

Nuançons néanmoins le propos. A part la scolarité (processus initiatique, au sens premier) qui est obligatoire, en général l'initiation est choisie et demandée par le candidat. Dans le cas de l'ufologie, elle est subie sans avoir été demandée (consciemment). Allons même plus loin : certaines observations d'OVNI ont engendré des traumatismes et n'ont pas débouché sur une évolution personnelle bénéfique. Certains témoins ont préféré refouler leur expérience faute de parvenir à transcender la peur qui en a découlé. S'il y a bien un processus initiatique à l'œuvre en ufologie, force est de constater qu'il n'est pas présent dans tous les cas d'observations, et que parfois le résultat semble à l'opposé de ce à quoi on pourrait s'attendre.
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:07

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 7

L'écho de Quarouble ?


Extrait du rapport d'enquête (1974), par Jean-Luc Vertongen
.
. . . .

.
Commentaires
.
Revenons à l'observation principale. En consultant l'étude de J. Pereira sur les humanoïdes (3) on peut classer l'être observé à Vilvorde dans la catégorie T8X1 c'est-à-dire : « scaphandrier de taille variant entre 90 cm et 1 m 20, revêtu d'une combinaison opaque ou transparente, porteur de lampe(s), et casque globulaire transparent ». Cette description rappelle notamment les humanoïdes observés à Quarouble le 10 septembre 1954 (4). D'autre part le témoin déclara qu'à intervalles plus ou moins réguliers, des sortes de paupières s'abaissaient en même temps sur les yeux de l'ufonaute. (…) On pourra s'étonner de ce que le témoin donne des détails aussi infimes que des petites veinules dans la description des yeux. Au moment de l'enquête, il a dessiné cet œil en grandeur réelle et plus tard une vérification a été faite en présentant ce dessin à une distance de dix mètres environ, ce qui doit correspondre à l'espace qui séparait le témoin de l'humanoïde; on peut admettre qu'il est effectivement possible de distinguer des petits détails si le dessin est bien éclairé. N'oublions pas que les yeux de l'ufonaute étaient lumineux, ce qui permettait de les distinguer d'autant mieux.

Quant au sigle qui se trouvait sur l'engin, sans avoir fait des recherches systématiques, il semblerait que celui-ci n'a jamais été observé auparavant. Ces informations ont principalement été communiquées par M. Franck Boitte tandis que M. Yves Vézant qui participa également à cette enquête entreprit de vérifier si le témoin avait pu puiser des éléments de son récit dans un livre que lui avait prêté un ami à qui il avait fait part de sa rencontre nocturne.


En effet, bien que M. V.M. prétende être peu informé sur le phénomène OVNI, il a lu le livre de Franck Edwards «.Soucoupes volantes – Affaire sérieuse.» en principe après son observation, mais avant que ne démarra notre enquête. On y relève :
. .
p. 96 – l'affaire Marius Dewilde : créatures ressemblant à des hommes – portant un casque brillant comme des scaphandriers – taille entre 1 m et 1 m 20.
p. 144 – petits êtres de plus ou moins 1 m – déplacement comme des automates et qui devaient remuer les pieds pour changer de direction.
p. 148 – créatures phosphorescentes comme le cadran d'une montre.
p. 152 – petits êtres « humains » de plus ou moins 1 m – vêtement brillant d'une pièce – sur la poitrine une boîte de la taille de trois paquets de cigarettes empilés.
p. 158 – yeux brillants comme les yeux jaunes des chats.
p. 163 – coiffé d'un casque transparent et des tuyaux reliaient ce casque à un appareil sur le dos.
p. 166 – étrange insigne sur le flanc de l'engin.
p. 252 – engin ayant des lumières : rouge – bleu – blanc (s'allumant par intermittence) puis de nouveau rouge – bleu – blanc.
Tous ces détails peuvent à des degrés divers se retrouver dans le récit du témoin mais ils ne suffisent pas à construire tout le témoignage qui contient bien d'autres caractéristiques non mentionnées dans l'ouvrage de Franck Edwards. Hormis cet unique livre traitant d'ufologie, M. V.M. qui lit beaucoup, n'avait jamais approfondi ce sujet, ses lectures s'orientant plutôt vers une littérature abordant la primhistoire et les énigmes que poseraient les civilisations disparues. Etant plus jeune, il avait participé aux réunions d'un cercle où se débattaient des thèmes religieux entre participants appartenant à des confessions différentes et ces discussions parfois vives, voire passionnées, purent à l'époque impressionner fugitivement sa personnalité encore malléable. (…)

Malgré tous nos efforts, nous ne sommes pas arrivés à recueillir d'autres témoignages qui auraient pu confirmer cette observation peu commune qui ne compte, hélas, qu'un seul témoin ; aussi doit-on rester extrêmement prudent et n'accorder qu'un crédit relatif (5) à ce récit pourtant cohérent d'un bout à l'autre et dont la description est souvent très précise. Soulignons que le témoin a précisé que l'étrange personnage n'avait laissé aucune trace sur le sol ou sur le mur, ce détail important peut jouer en faveur de l'authenticité du témoignage. En effet, s'il s'agissait d'une supercherie bien orchestrée, il est fort probable que le témoin nous aurait présenté, par exemple, des éraflures sur les briques chaulées pour donner plus de poids à son récit. Au cours d'une visite ultérieure le témoin a maintenu ses déclarations et le croquis qu'il refit de l'humanoïde se révéla conforme au dessin réalisé lors de la première entrevue quelques mois plus tôt. (…)

Jean-Luc Vertongen.

.
. . . .
(3) Cette étude est parue dans les numéros 24 à 29 de la revue française "Phénomènes Spatiaux".
(4) Quarouble est un petit village français à très grande proximité de la frontière belge, où le témoin, Marius Dewilde, a observé des êtres humanoïdes et un objet volant. J'y reviendrai ultérieurement.
(5) Les indices de crédibilité et d'étrangeté se mesurent sur des échelles allant de 0 à 5 établies par Claude Poher, premier responsable du GEPAN, organisme français dépendant du CNES ayant dans ses attributions l'élucidation des phénomènes aériens inhabituels. Dans le cas de l'observation de Vilvorde, les indices attribués furent 3 pour la crédibilité (= Moyennement crédible) et 5 pour l'étrangeté (= Extrêmement étrange).

Nous voilà donc arrivés à la fin (provisoire) de cet étonnant récit. Pour la commodité de la lecture, j'ai tronqué quelques considérations accessoires ou redondantes.

Nous constatons que les enquêteurs n'ont pas ménagé leurs efforts tant pour tirer un maximum d'informations de ce témoignage que pour en évaluer la crédibilité en toute honnêteté. Je vous ai posté ci-dessus le reste du rapport afin que vous puissiez évaluer par vous-mêmes la méthodologie utilisée, car cette partie n'apporte que peu d'éléments concernant l'Hypothèse Initiatique, mais nous pouvons néanmoins relever :
- la mise en avant de l'importance des yeux du petit personnage (symboliquement, nous pourrions évoquer les yeux en tant que miroir de l'âme, ou insister sur le nécessaire "changement de regard" propre à toute expérience initiatique) ;
- une possible réminiscence inconsciente de l'affaire de Quarouble, médiatisée vingt ans plus tôt, que je vous analyserai dans un prochain tome de mes carnets.
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Sam 02 Juin 2012, 18:09

Les carnets du Marcheur – Tome III - Chapitre 8

Religiosité et paranormal


Avant de clore, penchons-nous quelques instants sur la contre-enquête conduite par Franck Boitte et publiée dans la même revue Inforespace en 1978. Une contre-enquête est une pratique habituelle dans ce genre d'affaires afin de vérifier la persistance des dires des témoins au cours du temps et, indirectement, de vérifier la crédibilité de ceux-ci. A Vilvorde, Il apparut que les aspects religieux, mystiques, et paranormaux étaient plus présents qu'il n'y semblait au premier abord, accentuant par là même le problème de la relation entre le phénomène et le témoin, et jetant les bases d'une approche ufologique dépassant les seuls aspects purement matériels propre à l'HET du premier degré (*), paradigme dominant à l'époque.
.
(*) L'HET 1er degré propose que les OVNI soient des véhicules matériels, physiques, solides,
. . . . en "tôles et boulons", version plus évoluées des appareils volants d'origine humaine.

Extrait du rapport de contre-enquête (1978), par Franck Boitte
.
. . . .
.
(…) suivant les conseils d'ufologues dont on cite fréquemment les noms, nous avons gardé des contacts avec le témoin. Au cours de ceux-ci, divers éléments qui n'avaient été qu'esquissés lors de l'enquête on été approfondis; dans le même temps, des ufologues tels que Michel Monnerie, Bertrand Méheust ou Pierre Viéroudy publiaient les résultats de leurs réflexions qui remettent en cause la plausibilité de l'hypothèse extraterrestre au premier degré. Or, comme nous allons le voir, le cas de Vilvorde, considéré comme une dualité « phénomène-témoin » comporte des éléments qui vont dans le sens des idées émises par ces trois chercheurs. Partiellement connus à l'époque de l'enquête ils n'ont pas fait l'objet d'une diffusion car les éléments récoltés à ce moment étaient trop imprécis, le témoin manifestant une évidente réticence à en livrer tous les détails.

.
. . . .
Dès l'introduction, Franck Boitte souligne que le témoin n'avait pas cherché à médiatiser son observation : c'est par le biais de confidences faites à des proches que le cas fut connu. D'abord réticent et méfiant, car de nature introvertie et peu intéressé par l'ufologie, le témoin se révéla cordial une fois la glace rompue. Ultérieurement, ce dernier chercha seulement à savoir si d'autres êtres semblables à celui qu'il observa furent mentionnés ailleurs. Ces détails apportent un crédit supplémentaire à la véracité du témoignage de M. V.M., lequel, rétrospectivement, s'interroge sur son étrange passivité lors des faits :

Extrait du rapport de contre-enquête (1978), par Franck Boitte
.
. . . .
.
Je restais là, stupéfait, sans songer à alerter qui que ce soit. J'ai lu depuis que des gens sortent avec un fusil ou des choses de ce genre, mais moi je n'ai même pas songé à réveiller ma femme, ni mon ami devant qui je suis pourtant passé pour aller me recoucher. J'avais l'impression d'être au cinéma. Lorsque l'humanoïde et la soucoupe eurent disparu, je me suis préparé une légère collation car j'avais faim. Puis je suis retourné dormir.

.
. . . .
Ce genre de comportement passif, difficilement compréhensible, est loin d'être exceptionnel de la part de témoins. A Vilvorde, notre témoin est resté passif comme s'il avait regardé une séquence d'astronautique à la télévision. Pour l'approche qui nous concerne ici, extrayons du récit ce mot-clé fourni par Monsieur V.M. : "cinéma". Ceci est directement à mettre en rapport avec une démarche initiatique : la mise en scène. Bien sûr, nous savons que des initiations radicales mettaient (mettent ?) parfois réellement en jeu la vie du postulant, mais en général, l'objectif est d'amener les candidats à une prise de conscience d'un autre niveau de compréhension, et non de les tuer. Dans bien des rituels initiatiques, il y a une part de mise en scène (décorum) pour créer un climat de réceptivité propice. Il semblerait que le phénomène OVNI ne déroge pas à cet usage !

Revenons sur la dimension religieuse de l'incident. Lors de la contre-enquête, à la question de savoir comment il interprète le signe V formé avec deux doigts par l'humanoïde, le témoin répond : "Je ne sais pas. Du temps du Christ, on l'interprétait comme un signe de paix; mais aujourd'hui plus personne ne croit à cela. On parlerait plutôt d'intervention diabolique." Ce n'est pas anodin, puisque parmi toutes les réponses possibles, M. V.M. propose une interprétation à connotation religieuse. Est-ce dans cette direction qu'il faudrait chercher une explication à cette étrange propension à être plusieurs fois témoin du phénomène OVNI ?

Je ne prendrai pas position sur ce point, me contentant de mettre à votre disposition ces éléments relevés par les enquêteurs de l'époque. Et parmi ces éléments, notons encore une étrange vision relatée par Monsieur V.M. de nombreux mois après l'affaire de Vilvorde mais survenue bien avant. Vu la longueur du texte original, je me permets ci-dessous de vous le résumer.
.
. . . .
.
Vers 1965, âgé d'environ 19 ans, M. V.M. fréquentait un ami dont les parents s'intéressaient aux questions religieuses et organisaient chez eux de petites réunions auxquelles il lui arriva d'assister, mi par curiosité, mi par politesse. Il se demandait notamment comment toutes les religions qui croient fondamentalement aux mêmes principes peuvent encore lutter entre elles. Un soir d'hiver, des américaines mormones, de passage à Bruxelles, avaient été invitées. La réunion se termina en dispute parce que des invités protestants contestaient l'authenticité des découvertes faites par John Smith, le fondateur du mouvement mormon. Lassé par ces disputes stériles, V.M. quitta la réunion avant sa fin, soit peu après minuit. Dehors il avait neigé. Longeant une petite rue proche d'une ligne de chemin de fer, V.M. aperçut devant lui une sorte de disque lumineux qui jetait des rayons, et au milieu duquel se trouvait un visage. A environ dix mètres de distance et autant du sol, cela avait la grandeur d'une affiche publicitaire vue à la même distance et dégageait une lumière dorée. V.M. ne voyait plus ni la rue ni les maisons : "On aurait dit un soleil, mais moins éblouissant, au centre duquel se trouvait le visage du Christ en sueur. En sueur, vous vous rendez compte, alors qu'il neigeait !" Le témoin explique qu'il a identifié le Christ par sa ressemblance avec les représentations qu'on en fait généralement, et à la présence d'une couronne d'épines autour du front. Puis il perçut un message, dans sa tête (il évoque l'hypothèse d'une télépathie), disant "Ne retourne plus chez ces gens".
La vision s'est ensuite effacée d'un seul coup. M. V.M. rentra chez lui. Le lendemain, il retourna reprendre tout ce qui lui appartenait sans donner un mot d'explication et n'y retourna plus jamais. Cet épisode confirma chez ce témoin le sentiment d'avoir toujours été guidé, non pas depuis l'affaire de l'humanoïde, mais depuis toujours.

.
. . . .
Ainsi donc, c'est le témoin lui-même qui vient apporter de l'eau à notre moulin en évoquant une guidance extérieure, semblable à celle des instructeurs guidant des candidats, étape après étape, vers une initiation !

Monsieur V.M. continua-t-il dans cette voie ? Je n'en sais rien. D'ailleurs, cela relève de sa vie privée et sort du cadre de cette analyse. Il reste que, malgré ses zones d'ombres et la suspicion qu'une part du contenu du phénomène observé puisse provenir de l'inconscient du témoin et de son vécu personnel, cette affaire de "l'humanoïde de Vilvorde" présente aussi des éléments apportant crédit à ce récit. Celui-ci comporte des indices redondants autorisant à envisager très sérieusement l'hypothèse que le phénomène OVNI puisse faire partie d'un contexte plus vaste, interagissant de façon répétée avec certains témoins (et, à travers eux, au reste du monde), présentant bien des analogies avec un processus initiatique.
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  loup le Sam 02 Juin 2012, 18:31

bj, je pense simplement que nous sommes les acteurs d'une gigantesque pièce de théâtre, et que le temps est venu de changer de "levier" pour ouvrir notre vision au monde qui nous entoure. Avant, il y avait les "dieux, déesses et autres subalternes", les anges et autres "messagers" et maintenant que nous sommes un peu plus dans les étoiles, les O.V.N.I. et leurs "messagers". Changement de plan, et initiation. Voir aussi les films qui nous ont préparés à cela... tout concourt à l'ouverture, chacun prend ce qui lui parle, c'est tout. Il s'agit de "s'ouvrir" à l'extérieur. Quant au New-age, je m'en méfierais, c'est un fourre tout.

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

re ovni

Message  jf le Mer 04 Juil 2012, 07:38

Pourquoi devons-nous toujours nous baser sur notre civilisation (en grande majorité égocentrique) pour "imaginer" comment devraient se comporter des "civilisations extraterrestres" ?

Pourquoi devraient-elles se montrer ? De plus, nous ne représentons rien (à mon humble avis) pour elles - éventuellement comme nous lorsque nous allons visiter un zoo Clown - ou, si elles ont un quelconque intérêt pour nous, ce serait de nous sauver de notre stupidité, par exemple de la destruction de notre monde par la bombe atomique ou autre, etc... Elles doivent nous connaître depuis bien longtemps (les dieux comme les Annunakis, Mésopotamie, des Egyptiens, etc ; nous ne connaissons pratiquement rien de notre passé) et vu notre mode de vie, guerres, armes destructrices, comportement du plus fort envers le plus faible...& co

Une phrase que j'avais lue (?) - mais je pense qu'elles ont dépassé ce stade - on peut imaginer que si les extraterrestres se montrent, ou s'ils viennent nous rendre visite, cela pourrait se passer comme l'arrivée de C. Colomb et des chrétiens (sûrs qu'ils ont la vérité) en Amérique du sud, on voit encore le résultat.

(Bien sûr ceci n'implique que moi) Très triste
avatar
jf

Nombre de messages : 4
Age : 60
Date d'inscription : 30/06/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Le Marcheur le Mer 04 Juil 2012, 19:12

Bonjour tout le monde !

Vu que je me suis spécialisé dans l'étude des OVNI, je ne suis donc pas compétent pour parler des extraterrestres et de leurs civilisations. C'est peut-être dommage, mais je ne me sens pas la force de devenir expert dans deux domaines aussi différents. Je ne puis donc pas débattre de l'éventuelle existence d'extraterrestres, ni de leurs éventuelles civilisations, et encore moins de leurs intentions – s'ils en ont !
Désolé
Tout le travail que j'ai résumé dans mes "Carnets" ci-avant sert précisément à montrer que le phénomène OVNI peut très bien se passer de l'hypothèse extraterrestre. Car vouloir expliquer les OVNI comme étant des véhicules servant à transporter des passagers d'une planète à une autre, c'est faire de l'anthropocentrisme primaire : c'est transposer notre propre tendance à utiliser un véhicule (une voiture ou un avion, par exemple) pour nous rendre d'une ville à une autre. C'est très réducteur. C'est limitatif. Cela encombre l'esprit et le bloque dans ses possibilités à explorer plein d'autres possibilités.
Malade
Parmi les manifestations OVNI, peut-être y en a-t-il (un petit nombre ?) qui impliquent vraiment des véhicules transportant des extraterrestres. C'est possible. Mais puisque nous savons que le phénomène OVNI manifeste souvent une propension à leurrer ceux qui en sont témoins, et à les mener en bateau, je ne me risquerais pas à accepter d'emblée l'explication de premier niveau (HET). Ce serait foncer tête baissée dans le panneau de l'illusion que – peut-être – le phénomène nous propose pour mieux nous berner et nous empêcher de chercher plus loin.
Tête au mur
Enfin… peut-être !

Sans formellement nier la possibilité de visites extraterrestres (ce n'est pas mon domaine, donc je ne prendrai pas position sur ce point), je constate que le phénomène OVNI manipule les témoins, apparemment pour faire passer un message à l'humanité. Mais, comme je l'ai détaillé dans mes "Carnets", le message ne nous est pas transmis par des êtres venus d'autres planètes dans des véhicules volants, mais le phénomène OVNI dans sa globalité EST le message. Et les "mots" de ce message sont les différents épisodes étranges dont les humains sont les témoins. Reste alors à prendre le recul nécessaire, rassembler tous ces "mots", les comparer, les analyser, les décoder, pour tenter de comprendre l'ensemble du message.
Scratch
Il y a évidemment une intelligence derrière ce message ("intelligence" au sens large), mais elle n'est pas nécessairement (et probablement pas) le fait d'entités biologiques extraterrestres.
PetitGris
Et ci ces dernières existent, elle ne représentent vraisemblablement qu'une petite partie du problème posé par le phénomène OVNI...
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Aube-Aurore le Lun 17 Déc 2012, 15:52

Bonjour à tous ! Ensoleillé

Les OVNI ne voyagent peut-être pas dans les mêmes CheminCroisé temps que nous car s'ils devaient traverser l'espace à presque la vitesse de la lumière, il leur faudrait plusieurs centaines d'années de notre temps ! Jacques Collin expose son opinion à ce sujet dans son ouvrage « L'eau-delà de l'eau : De l'autre côté du miroir de l'eau ».
Le phénomène ovni ne peut être appréhendé que si nous comprenons que ces entités "d'outre temps" ne voyagent pas dans l'espace mais à travers des temps accélérés où d'une certaine manière l'espace disparaît. Ils n'ont pas besoin de l'espace pour voyager. Leur apparition n'est qu'une matérialisation corpusculaire de la fonction d'onde de leur forme dans notre espace au temps très ralenti. La comparaison grossière que l'on pourrait faire serait celui de l'éventail. Dans la dimension du temps accéléré, l'éventail est replié, la forme est une mémoire, une information et dans notre réalité au temps ralenti, l'éventail est déplié, c'est la matérialisation de la forme dans l'espace. En fait ces entités, passent par quatre états de la matière :

- l'état stable, notre réalité.

- l'état instable, augmentation vibratoire, c'est la forme du plasma. C'est vraisemblablement l'état de l'ovni que j'ai vu.

- l'état de luminescence, état de pseudo transparence, mais encore visible. Les photos d'ovni à ce stade sont floues. Le temps de l'appareil photos n'est pas le même que celui de l'objet dont le temps autour est déjà dilaté. Il y a un décalage de fréquence par rapport à notre temps ralenti.

- la disparition, point d'accélération du temps où ils se dématérialisent dans une dimension, que nous appelons sur terre, faute de mieux, l'univers quantique. Ce qui reste très vague pour donner une explication sur ce qui se passe. C'est le même phénomène qui se produit dans les accélérateurs du CERN à Genève où des particules à des vitesses quasi luminiques, apparaissent et disparaissent sous forme d'onde à partir d'une certaine fréquence, mais à l'échelle extrêmement modeste du niveau atomique. Un ovni est un objet qui est capable de passer de la mécanique quantique à la mécanique classique de notre univers. A ce point, le vaisseau, après dématérialisation devient une immense onde de matière dans un autre temps. Toute comparaison respectée, notre mort biologique utilise ce même processus mais sans toutefois aucune dématérialisation du corps physique.
avatar
Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 37
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Montaléchel le Lun 17 Déc 2012, 17:53

Bonjour Aube-Aurore.

Ce que dit Jacques Collin au sujet de la nature des ovnis est original, et intéressant, quoique très spéculatif.
Des idées à creuser, donc, qui nous permettent d'envisager, de supputer, d'explorer des pistes nouvelles, d'imaginer, de découvrir.
Donc, dans cette logique, on retombe sur la proposition du Marcheur : en nous incitant à nous poser des questions, les ovnis nous font évoluer, ils ont un potentiel "initiatique".

Par contre, au sujet des ovnis, s'ils sont des véhicules habités (ce qui n'est pas du tout établi), je te propose de nuancer l'idée que "s'ils devaient traverser l'espace à presque la vitesse de la lumière, il leur faudrait plusieurs centaines d'années de notre temps !" En effet, selon les lois de la Relativité générale, plus un véhicule approche de la vitesse de la lumière, plus le temps ralentit. Donc, à une vitesse de déplacement proche de celle de la lumière, le temps de déplacement perçu par les voyageurs tend vers zéro ! Certes, vu de notre point de vue de Terriens immobiles, ce temps semblerait long de plusieurs siècles, mais il n'en irait pas de même pour les voyageurs (cas bien connu du Paradoxe des Jumeaux de Langevin).

L'argument de certains opposants à la possibilité de visiteurs venus de l'espace, qui voudrait qu'une immense distance intersidérale soit un obstacle infranchissable en une vie, est radicalement contredit par la science.
avatar
Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  VillaChicoubis le Mer 04 Déc 2013, 02:38

Eh bien moi je dis : Chapeau !

Le Marcheur, je ne vous connais pas mais déjà à l'esprit de votre enquête je vois que vous êtes un sage.
En effet, il faut être sage pour être convaincu et chercher suivant ses convictions, tout en étant capable en route de s'ouvrir à d'autres possibilités.

Beaucoup restent la tête dans le sac, faute d'avoir eu la sagesse d'en sortir. Vous, vous avez su parfaitement convertir le questionnement qui vous plombait en or initiatique... Ce, certes grâce à de trés grandes connaissances et références, mais surtout grâce à la sagesse qu'a votre esprit quand il distille tout cela.
A votre place je ferais une descente dans certains milieux pour les recadrer, car c'est vrai que le phénomène ET exalte, et qu'à ce jour il est devenu un domaine où tout se raconte, surtout n'importe quoi (voir certaines collines), ce qui est, au final, préjudiciable aux esprits qui cherchent vraiment...

Parmi vos constatations, je résonne (je n'ai pas fait de faute, j'écris bien : je "résonne"... comme une cloche) !
Car vous me renvoyez à des choses très familières puisque je suis la proie de phénomènes de "visions", d'hallucinations trés puissantes comme je le raconte dans CheminCroisé le dernier sceau.

Et je dis bien "je suis la proie", car ce phénomène me poursuit, parfois bien malgré moi.
On a l'impression que les dés sont pipés : combien de fois les esprits m'ont invitée à des parties perdue d'avance car pipées ?

Témoins ciblés par le phénomène ? Je suis ciblée, moi aussi. Je peux entrer en vision à côté de quelqu'un alors que cette personne ne voit rien.

Effet très réaliste, détaillé, vivant, du truc : des témoins voient les rivets des engins comme j'aurais vus ceux des armures. Toujours ce métal blanc, argenté, brillant, propre. Tant au niveau des vaisseaux que des armures, que ce soient celles des anges, des saints, ou des chevaliers...

Réaction bizarre de votre sœur qui, sachant votre passion, s'abstient de vous signaler : "Frangin, j'ai ET qui veut rentrer maison qui vient de débarquer dans le jardin" ! En phase de phénomène, je me suis souvent rendue compte a posteriori que je ne réagissais pas comme à l'ordinaire, telle que je me connais. Oui : 3 chevaliers en armure débarquent jouer au tarot dans ma cuisine et je ne me rue pas sur le téléphone pour en parler ni à ma sœur, ni à mon médecin. Acceptation totale et normale, jusqu'à plusieurs semaines après où, là, je redescends en me disant : Diantre !  

Sans compter que vos témoins relatent des phénomènes eux aussi familiers : le sentiment qu'on va entrer en collision avec quelque chose de gros, peur inspirée par la rencontre, ciel qui s'ouvre (comme ce témoin laissé confus dans son pré), phénomènes avec les astres (un matin, j'ai attendu un soleil qui a mis plus de trois heures à se lever, mais j'ai aussi eu beaucoup d'effets avec les étoiles - qui bougent - ou la lune, et le sentiment d'entendre des voix depuis sa face cachée qui complotaient de sales coups contre moi, ou l'orage). Sans compter le ressenti par les pieds : la terre qui tremble (ce qu'on peut ressentir aussi, je pense, au contact d'un OVNI).

Et puis un OVNI, j'en ai vu : oui, une nuit, il s'est posé en silence dans mon salon pour ne pas déranger mes invités qui dormaient au-dessus, et, à bord, le capitaine était un chevalier templier qui depuis quelques semaines me servait d'initiateur... Il était connecté par écran informatique à Noé !

Raconté comme cela, vous pouvez rigoler, car moi aussi j'en rigole.
Et pourtant, tout cela, je l'ai vu, vécu, et quand la chasse reprend, je le revis. "Ils" ne sont jamais à court d'inspiration pour me surprendre, bien qu'avec le temps je me sois familiarisée à tout cela.

J'aurais pu très vite conclure que j'étais devenue cinglée, me faire soigner et abrutir de drogues pour être soulagée.
J'ai préféré rester lucide, consciente, et juste me demander de manière cartésienne : "C'est quoi le foutu truc qu'on a pas compris au niveau du cerveau sur terre et qui s'est réveillé chez toi/moi/nous suite à une chute de cheval et sans doute aussi beaucoup de lecture pour comprendre  ?".

En fait, vous et moi, très sérieusement, on cherche la même chose : "Comment font les cloches de Pâques pour voler ?"

Au fil de recherches, d'enquêtes, de rencontres, de témoignages, d'expériences avec certains de mes élèves (j'anime une petite école initiatique privée), bref de tout un tas de tractations comme vous, j'ai pour ma part quelques idées. Je partage, sait on jamais ? Des fois qu'en retour, vous aussi, vous vous mettiez à "résonner", puis raisonner...

Mon idée est la suivante : par de savants calculs quantiques, on a établi que le visible, la matière, sortait de l'invisible. Comme si l'invisible était une caméra qui, en projetant sa lumière, viendrait condenser la matière, lui donner ses formes, la renseigner sur son comportement, et ainsi créerait le ciel la terre et tout l'univers. (Ailleurs, en astrophysique, cet invisible, ils l'appellent "matière noire" car elle ne réfléchit pas la lumière - Hasard : comme Dieu et les ET, la matière noire se laisse observer mais jamais démontrer ; pourtant elle composerait 95% de ce qui nous entoure, on la contiendrait car il y a de micro espaces vides entre nos cellules).

Alors, imaginons que ce qui vaut pour la matière vaille pour notre esprit, à savoir qu'il pourrait, lui aussi, sortir de cet invisible (L'âme, par exemple, appelée en science "champs morphiques") qui se concentre.
Car finalement, en effet, pour créer, un esprit a besoin d'être concentré... (Ce qui est en haut, pour rappel, se retrouve être comme en bas).

Dans cet ordre d'hypothèse, imaginons que notre cerveau, en plus de faire tout ce qu'on a observé qu'il est capable de faire, puisse se comporter comme une radio, et capter à certaines fréquences une diffusion émise depuis l'invisible. Et que, par le biais de son imaginaire (sa boite à image), il habille de lui même cette diffusion d'images... Celui qui croirait au petit jésus verrait ainsi le petit jésus, et ceux qui auraient préférence pour la confédération galactique verraient la confédération galactique, et ses multiples vaisseaux car ils ont pleins de formes ; n'avez-vous jamais enquêté chez Ashtar ?


Comme dit dans la Bible, seuls ceux qui chercheraient avant tout la vérité, qui chercheraient à rester neutres, objectifs, sur le 3ème chemin, celui du milieu (il faut du sang-froid), pourraient voir au-delà de ces reflets de notre imaginaire, la vraie image qui se trame derrière tout cela.

Dans cette hypothése du cerveau radio, le cerveau étant le central sensoriel en plus du central intellectuel, il va sans dire qu'il pourrait entrer en champs hallucinatoires aigus avec manifestations au niveau des 5 sens et qu'alors, ce qui serait perçu le serait avec autant d'acuité, voire plus, qu'en schéma ordinaire.

Quant aux séances de groupe : à Fatima, ils ont été plus de 1000 de la contrée à voir le soleil faire une petite danse dans le ciel ; en Belgique, plus de 2000 à voir des engins.

C'est un clan d'âmes qui est alors visé. Un clan concentré là pour participer au phénomène (comme chez Ashtar).

En gros, derrière les expériences de fantômes, d'ET, de dames blanches et j'en passe, comme vous le dites : "Le message est le phénomène".
Et le message est : "Je m'amuse bien avec vous".

Admettre l'existence d'une conscience supérieure, d'une intelligence qui nous écrase, ce n'est pas évident...
Mais admettre une conscience supérieure qui joue avec nous au point de nous faire prendre les anges pour des ET, c'est encore moins évident.

Cela nous ramène sur terre et nous rappelle qu'on est pas des dieux et qu'on pourrait être à la merci de bien plus fort que nous.
Inacceptable ! C'est la révolte ! Et, avec la révolte, l'enfer qui continue, peut-être... Cet enfer qui est de ne pas savoir, de ne pas parvenir à tout comprendre, pour les plus doués, ou tout simplement de rester dans l'ignorance et l'illusion pour les autres.

Bien à vous tous de méditer sur mon hypothèse... Qui n'est qu'une hypothèse... car je suis bien incapable de prouver quoi que ce soit...
avatar
VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Bravo

Message  Ulysse le Mer 01 Oct 2014, 17:27

Bonjour le Marcheur,

J'apprécie beaucoup vos écrits au sujets des OVNI's. On y ressent une profonde conviction de cette réalité mais aussi votre grande modestie à émettre votre avis sur le sujet, ce qui est rare dans le domaine ufologique.

Continuez ainsi le Marcheur et merci encore.

Ulysse

Ulysse

Nombre de messages : 1
Age : 70
Date d'inscription : 30/09/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Ufologie, voie initiatique

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum