La cellule biologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La cellule biologique

Message  Logos le Ven 23 Avr 2010, 10:11

Bonjour

J'ai pondu un texte sur l'idée que la cellule biologique est un "champ" à explorer, analogiquement... et ensuite mon ami Stelio (le castor) a répondu un truc... j'espère que ça vous plaira Ivre

le centre contient le Noyau (Être, Nom, Semence) contenant le code ADN (je vise plus spécifiquement le code, les lois virtuelles immuables de la "technologie ADN" plutôt que le brin matériel soumis aux changements)... Code-Logos constituant une Bibliothèque virtuelle géante

dans la cellule biologique ce code est transcrit (en ARN) puis traduit en protéines, assurant l'immense majorité des fonctions cellulaires, de sorte que leur réseau d'interaction (multidimensionnel) est un bon indicateur des pouvoirs de la cellule



l'idée c'est donc que la conscience est protéique... Protée étant le dieu grec qui pouvait changer de forme à volonté et "protôs" signifiant "premier"... la conscience est la volonté de puissance qui se trouve derrière l'Hermès joueur et le diabolos...
(la conscience est alors intimement liée au "charcutage" opéré par le "diabolos" signifiant "séparateur" en grec)

Notre rhyzome de protéines forme une structure gouvernant la dynamique des flux de la cellule
On mesurera la puissance vitale de la cellule en fonction de ses flux : activité, vitesse, débit ... désir liquide... Gagner en puissance c'est alors modifier le réseau protéique en vue d'augmenter notre quantité de mouvement... en physique on appelle ça le "moment cinétique" (du latin "momentum" contracté de "movimentum")

Modification qui constitue le coeur de l'Art des mutants
Modifier sa conscience-protéique demande donc de s'intéresser à sa source... l'ADN et ses lois impersonnelles... et c'est le dévouement à la "gaie science" qui active des processus qui transforment le brin ADN par modification de sa conformation tridimensionnelle ou par mutation directe (mais ces processus n'affectent aucunement le Code qui est lui éternel et immuable... c'est le Dieu lointain)

Dieu le Code est inaccessible mais il tisse le réel de Poésie... d'où l'idée fondamentale que la Science est une connaissance esthétique et magique de la matière... Nietzsche disait que l'existence est la végétation qui recouvre la roche nue du réel



voilà les quelques réflexions qui me sont venues, j'espère que ça vous parlera... je pense qu'il y a encore beaucoup à explorer !

*** Réponse de Stelio ***

C'est trés parlant et trés imagé le truc sur la cellule biologique...

Et il est bon d'insister sur le fait qu'il s'agit d'une représentation esthetique,désirante et ludique (le Grand Jeu) de l'existence...et donc de l'etre (puisque toute metaphysique pose une grille anthropocentrique sur le réel inhumain par essence)...

Le Jeu est le privilège de ceux qui s'accomodent de la transvaluation des valeurs...la sortie de l'histoire,du processus du travail et de la négation dans lequel l'animal de l'espece Homo Sapiens est devenu humain dans la lecture hegelienne de Kojeve..."l'homme a échappé a sa tete comme le condamné à la prison" dira Bataille...reste l'art,l'amour,le jeu,la beauté prise comme premier pas vers le terrible,la danse avec l'ombre et avec la lumière,les processus de vérité qui coulent et une nouvelle economie de relation avec les animaux qui nous peuplent...

"La disparition de l'Homme à la fin de l'histoire n'est donc pas une catastrophe cosmique:le Monde naturel reste ce qu'il est de toute éternité.
Et ce n'est donc pas non plus une catastrophe biologique:
l'Homme reste en vie en tant qu'animal qui est en accord avec la Nature ou l'Etre donné.
Ce qui disparait,c'est l'Homme proprement dit,c'est a dire l'Action négatrice du donné et l'Erreur,ou en général le Sujet opposé à l'Objet"

Kojève

Et la sortie de l'histoire est un processus individuel,une sorte de hors-piste ou de sentier etroit qui sillone la ou tout est langage...les langages qui tissent le réel et qui s'ecoulent sous forme de données brutes,intensives,signifiantes et désirantes...baiser tes représentations jusqu'a ce qu'elles t'aiment...une nouvelle manière d'apprehender les valeurs...qui est aussi indissociable d'un devenir-animal un manimal des trois dernières heures du jour...

"les trois dernières heures du jour,Dieu s'assied et joue avec Leviathan,comme il est écrit:"Tu as fait Léviathan pour jouer avec lui"

Talmud, Avoda zara.



en bonus :

On evalue le réel avec nos représentations...et on est tissé par plusieurs couches de représentations...car les valeurs nous enrobent dans un entrelac de lignes dures,souples ou fuyantes...les lignes dures sont les valeurs ou représentations qui emanent de nos données biologiques,les trucs liés a la survie on peut les appeller "structure",puis tu as tous les fils qui composent la culture,coutumes,morales,grilles cognitives,religion,philosophie,spectacle,media etc...qui tissent notre rapport au monde des relations entre les hommes et les idées...qui posent sur nos yeux des lunettes normés...qui definissent le jeu du normal et du singulier...et puis il y a les lignes fuyantes ou des processus de vérité qui s'ecoulent a partir d'un évènement ou d'une profanation et qui font trembler le metier a tisser tant leur desir irrépréssible de reconfigurer le jeu des représentations est vecu comme une évidence...

finir par n'avoir plus que la peau sur les os... plus t'es mince plus tu peux changer de fringues souvent (tunique de peau)...aprés tu peux enfiler des costumes adaptés et en changer souvent car c'est tous les jours carnaval...
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum