une clé

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: une clé

Message  aliboron le Lun 06 Déc 2010, 13:55

Ave Kunlun,

Content que tu aies mis un peu de vin dans ton eau... du coup, on peut papoter tranquille en attendant la mort... Clown

Peace and love !

alitourond

aliboron

Nombre de messages : 208
Age : 59
Date d'inscription : 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  kunlun le Mar 07 Déc 2010, 05:08

Bonjour,

Dublin merci. Je ne connaissais pas le grand jeu, et après m’être informé, il en ressort pour moi un enrichissement certain, une mise en perspective qui m’est utile.

Se brûler les ailes est lié directement au régime des feux.

Dans le taoïsme, on parle du feu guerrier et du feu lettré.


J’ai souhaité revenir sur la question : « Si la santé physique du cherchant lui interdit ces postures (pensez à Joe Bousquet), quelle alternative lui proposez-vous ? »

Dans ce fil « une clé », j’ai aussi présenté d’autres techniques qui sont les bases, la première étant l’attention à la respiration (couché, puis assis puis debout puis en marchant) sans ces bases il sera difficile, voir impossible d’entrer dans le travail avec les postures.

On ne doit pas être trop pressé, on doit raisonnablement penser en années, voir en dizaines d’années.

Cette première base permet d’unir l’esprit et le corps, l’attention et le souffle.

Sans cela rien n’est possible.

Cet exercice est juste. Celui qui le pratique n’en retire que des bienfaits multiples.


Je pense après lecture des diverses interventions précédentes et objections autour de mon propos que la réponse unique que je peux apporter, c’est que la voie commence par l’éveil de l’attention.

Éveiller l’attention est le fruit d’un travail graduel et apporte de nouvelles disponibilités.

En ce qui concerne les filtres culturels, le corps d'un être humain ou le nombre de ses vertèbres est la même au japon en afrique ou en france.

Ce que j'expose est la voie du corps.
Le retour au naturel du corps conduisant à l'esprit naturel.
(Mais c'est une étape et avant l'alchimie).


Envers les objections diverses que forment Aliboron ou Charly ou d’autres, mon problème est que répondre à toutes en détails, me conduirait à consacrer plus de temps que je ne le souhaite à cette communication.

Je ne suis pas venu jouer au professeur, j’expose mon point de vue et mon expérience.
Je suis venu en frère, pour partager.
Je ne viens pas ouvrir un quelconque commerce.

Par conséquent le temps que je choisis de consacrer à ce forum est limité.
Répondre à toutes les objections me prendrait un temps considérable.

Je peux répondre à une ou deux questions formulées clairement mais face à 10 ou 20 objections, je ne peux pas suivre faute de temps.


A bientôt

K

kunlun

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Logos le Mar 07 Déc 2010, 19:31

Content que tu aies mis un peu de vin dans ton eau... du coup, on peut papoter tranquille en attendant la mort...

Peace and love !

Spéciale Kunlun :

Dans le Zen, il importe avant tout de provoquer "I Chin", c'est-à-dire une profonde sensation de doute. Qu'est-ce-que la sensation de doute ? C'est quand on se demande : "où étais-je avant ma naissance ?", "où irais-je après ma mort" , on ne peut y répondre et cette ignorance est génératrice d'une puissante "sensation de doute" dans l'esprit. Installez-y solidement ce doute jusqu'à qu'il devienne une obsession dont vous ne pourrez plus vous débarrasser (in Pratique du Zen)

Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Mer 08 Déc 2010, 17:06

Mon cher Kunlun

Ayant définitivement accepté le point de vue des éveillés (c’est mon devoir, croire Sourire), car ne pouvant plus longtemps envisager l’altérité, je vous considère simplement comme une facette de moi-même, même si je traîne un peu les pieds pour l’aller contempler Sourire

J’étudie l’alchimie depuis une quarantaine d’années et je pense n’avoir pas trop perdu de temps.

Vous assurez : “Selon ma conception, médecine et voie alchimique sont intrinsèquement liées.
Celui qui pratique l’alchimie doit donc nécessairement posséder des connaissances solides et concrètes lui permettant d’être son propre médecin.
C’est une base sans laquelle rien de concret ne peut réellement s’édifier.”

L’alchimie occidentale n’a rien à voir avec le concept actuel de “science“, c’est un “art” relié à l’étymolologie grecque du mot poésie. Il est dit que c’est un art sacerdotal, parce que l’alchimiste séparant l’essence de la substance est “sacrificateur” et “prêtre selon l’ordre de Melchitsédek”.
Vous faites sans doute allusion à une alchimie orientale cachée, car bien que j’aie étudié d’une part la théorie des souffles, l’ “alchimie interne” chinoise, et d’autre part quelques recettes néo-métallurgiques très semblables à celles de la chrysopée occidentale - c’est-à-dire les innombrables voies des transmutations métalliques ; je n’ai rien trouvé de ressemblant de près ou de loin avec l’unique voie de la Pierre philosophale, mais peut-être ai-je mal cherché.
Cependant, je ne peux que vous assurer que l’alchymie (avec un Y) occidentale a beaucoup à voir avec le jardinage - les jardins fussent-ils maritimes Sourire - et ne nécessite que l’attention à la Nature (naturée) et la contemplation de la Nature (naturante) pour copier son grand art des transmutations, en tout et partout !

“Le jardinier est le plus savant des hommes, mais il ne le sait pas, parce qu'il travaille sur des semences obscurcies et sur une terre mélangée de mort.
.
Il trie les semences et fait paraître le fruit magique.
.
La lumière du soleil, de la lune et des étoiles féconde perpétuellement l'eau du ciel qui porte la semence jusque dans les profondeurs de la terre d'où surgit la vie des êtres et des choses.
.
Le sage admirable est celui qui dénude la terre, qui dispose la semence et qui attend la moisson.
.
L'art du jardinier, l'art du potier et celui du médecin s'unissent dans l'art du sage, pour manifester la lumière de Dieu dans le monde.“ (Le Message Retrouvé)

“ Le véritable escalier de la pratique alchimique est la médecine “, la médecine pour guérir les métaux “lépreux” certes et par la Pierre “guérir” des infirmités du corps-animal. Il serait souhaitable, pour avoir un dialogue possible sur ce sujet spécifique, soit que vous présentiez plus généralement votre vision orientale de l’alchimie, soit que vous partiez des propositions des adeptes occidentaux : Valois, Cosmopolite, Flamel, Limojon... qui parlent de la Pierre comme grande “médecine” !

Bien que je ne partage pas totalement le point de vue (*) de ce qui suit, voici un consensus sur la défintion de l’alchimie occidentale signé André Savoret :

http://livres-mystiques.com/partieTEXTES/ASavoret/Poemes/artdered.html

(*) Pas du tout en ce qui concerne “l’Elixir de longue Vie” !

Cordialement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  loup le Mer 08 Déc 2010, 17:41

Merci Charly, pour ce renvoi à André Savoret (dont je n'ai lu aucun article Interloqué (2) ) mais contrairement à toi, ce qu'il dit au paragraphe sur l'énergie la plus haute, à la fin, aurait pu être écrit par moi...tant c'est vrai (pour ma voie..) et Cattiaux aussi Boum !

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Mer 08 Déc 2010, 18:50

Prenez le temps de lire ! Si vous lisez les textes alchimiques de cette façon vous allez faire sauter la planète Sourire

"Merci Charly ,pour ce renvoi à André Savoret (dont je n'ai lu aucun article) mais contrairement à toi, ce qu'il dit au paragraphe sur l'énergie la plus haute, à la fin, aurait pu être écrit par moi... et Cattiaux“

Loup, je ne vois pas pourquoi nous serions opposés sur la nature de “l’énergie la plus haute” ? De plus Savoret, à juste titre (quoique un peu hésitant !) reconnait le caractère “magique” de l’Elixir des Rose-Croix sans se rendre compte (à cause des théories de Sédir) que c’est une allégorie R + C de l’Elixir de longue de vie.

Il écrit : “C’est pourquoi il ne retient en général de l'alchimie que ces deux résultats, bien secondaires cependant: la poudre de projection et l'élixir de longue vie ...”

Si Savoret est bon pour une définition du parergon, il est très mauvais pour celle de l’ergon (c’était un grand ami de Canseliet qui a connu, selon ses dires (et non selon Sédir Sourire) Fulcanelli himself et Irène Hillel-Erlanger ! La Pierre ayant puissance universelle a pour première fonction d’être le support de la vraie “substance” (élixir) de la Communion, et d’un point de vue secondaire elle peut évidemment guérir la “lèpre des métaux” ou accélérer un processus de croissance végétal.

Amicalement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Logos le Mer 08 Déc 2010, 19:45

(suite de mon message précédent)

« Ô mort, vaines sont tes menaces.
Ta place, c’est à l’Energie universelle que tu la dois,
mais moi, elle m’a libéré de la peur.
Parce que tu détiens le bail de nos terres,
tu te donnes de l’importance.
Mais a-t-on jamais brûlé l’effigie
de quelqu’un qui vit encore ?
Quand j’aurai des comptes à rendre,
ce n’est pas à toi que je les rendrai.
Va-t-on demander justice à un gendarme
quand le roi est présent ?
Râmprasâd dit : J’habite le royaume de la conscience ;
c’est elle qui m’a fait le bail,
et l’Energie Universelle en est le témoin ». Chants à Kâlî – 97.

Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  loup le Jeu 09 Déc 2010, 00:04

bj Charly, je voulais simplement dire que sa remarque sur la "médecine"est juste, elle n'est faite que pour l'homme, pour l'altérer et l'orienter sur les métaux, il faut l'unir au soufre de l'or, et là, nous avons la P. de Proj. mais qui n'est plus bonne pour l'homme....Nous "créons" un condensateur" qui attire, comme un aimant, l'énergie de la vie (qui pour moi est plus du "domaine Magnétique" ) Et ce plus que "vie" permet a cet homme de SE RECONNAITRE ..c'est le but ...l'union de se qui est épars.......pour "accéder" aux plans, aux portes, (comme les pelures d'oignon). Je pense que nous sommes d'accord mais je n'aime pas les rhétoriques ni les "branlettes" intello. qui ne satisfont que leurs auteurs Hello

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Jeu 09 Déc 2010, 12:25

Loup y es-tu ? Sourire

Au risque des "branlettes intello”, la formulation est des plus importantes puisque au commencement (dans le Principe) est le Verbe.

Le Verbe dans son essence (solve), et la Pierre dans son épiphanie, substance (coagula), sont deux facettes (pour le cerveau humain) du seul miracle.

“ Les uns nient son existence dans le ciel et son incarnation sur la terre, et les autres ignorent que la chose s'accomplit encore sous leurs yeux d'aveugles.
.
L'évidence du mystère aveugle les plus savants. “ (M + R)

Il y a, par la Pierre, dissolution de l’illusion de plans, de portes, d’ “états”, qui ne sont que l’appréhension par la pensée (duelle par nature) de l’Unique source, Fontaine de Vie non manifestée. Les états (règnes/plans) de la création comme les “états de conscience” humains sont éphémères parce que nés - et tout ce qui naît meurt, ils se manifestent par la Source de tous les états, immortelle parce que non-née
Le Verbe s’adresse aux trois plans de la création et “par permission” l’homme peut le coaguler en Pierre pour l’absorber dans une “sainte communion”. Il ne peut donc y avoir “altération” de la Pierre quand elle est orientée sur le règne végétal ou sur le règne minéral/métallique, le Miracle ne peut se corrompre, l’Amour créateur transforme tout ce qu’il touche.

“ Il y a deux voies de retour en Dieu: soit la dissolution dans
la vie universelle et libre, soit la coagulation en elle.
.
La première est enseignée par beaucoup et réalisée par
quelques-uns. La seconde voie est enseignée par quelques-uns
et réalisée par bien peu.
.
Celui qui les sépare est ignorant.
Celui qui les unit est sage.
.
Redevenir non né ou naître deux fois, sinon demeurer
prisonnier des alternatives des morts et des naissances dans
les mondes mixtes.”
(M + R)

Cordialement,

Charly



Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Ludivine le Jeu 09 Déc 2010, 12:51

Bonjour à tous,

Je suis entièrement d'accord avec toi loup. Un long travail au laboratoire permet de découvrir les mécanismes de la Nature, de les vivre au plus profond de nous-mêmes, de vivre des expériences incomprises par quelqu'un qui ne prononce que de longs discours spéculatifs sans pratique.

Le magnétisme a un rôle important pour la réalisation du grand œuvre de même que la Lumière. Magnétisme me fait penser à la CheminCroisé carte du Tarot "L' Amoureux", soit un jeune homme attiré par l'amour d'une femme … comme un aimant ! L'alchimiste choisit une matière qui l'attire, qu'il aime tel un un aimant qui attire les matériaux ferromagnétiques. A propos des aimants, voici un lien :
http://f5zv.pagesperso-orange.fr/RADIO/RM/RM23/RM23B/RM23B12.html

Les opératifs réussissent le Grand Oeuvre en fonction de leur "niveau spirituel" auquel est lié le potentiel magnétique qui dépend lui-même aussi de l'air qu'on respire et de notre environnement. La plupart des Adeptes insistent à juste titre sur ce point essentiel : notre environnement ! Pour parvenir à entrer en harmonie avec sa matière choisie, l'opérateur doit "se perfectionner" afin de fusionner avec la Lumière divine, qui est en lui et également dans sa matière, et ainsi ne former plus qu'Un.

Eugène Canseliet dans son ouvrage "L'Alchimie expliquée sur ses textes classiques" nous explique ce lien très intime entre la matière et l'opérateur :
Entre l'alchimiste et la matière, le contact physique doit s'établir dès le début et constamment se maintenir. Tout de suite le toucher n'est pas peu de chose, par lequel s'installera l'échange du magnétisme, allant bientôt en augmentant, et en s'intensifiant avec l'aide du feu. Celle-ci se montre tant décisive, quant au résultat, que l'opérateur deviendra bientôt le philosophe par le feu – philosophus per ignem – des anciens traités.

Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Jeu 09 Déc 2010, 13:24

Bonjour

Tu as sans aucun doute une longue pratique au laboratoire Ludivine, mais Canseliet et toi n’avez pas suivi la voie du Grand Oeuvre, mais la voie des transmutations métalliques. Dans votre (vos) voie(s), qui ne nécessite qu’un bon intellect, une longue pratique est requise et la présence d’un maître és techniques bienvenue, mais pour l’acquisition de la Pierre, selon les anciens adeptes (l’autobiographie de Zecaire est exemplaire) seule la révélation du Don de Dieu peut nous y conduire. Pourquoi ? Parce qu’une fois connu le processus des transmutations métalliques, il faut transposer cette connaissance sur les 3 plans de la création et que la toute première opération du G. O. est la dissolution par le Feu secret dont l’obtention est justement conditionnée par la révélation divine.

Évidemment les Fulcanseliet touchent beaucoup plus que les adeptes, c’est beaucoup plus facile à comprendre, même si c’est évident qu’ils n’ont rien compris à la Pierre dite philosophale et non philosophique, c’est un genre Sourire

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  aliboron le Jeu 09 Déc 2010, 14:56

Bonjour à tous,

Du fond de mon incompétence, j'applaudis néanmoins (d'une main, comme d'habitude) à la correction de Charly :
« La Pierre ayant puissance universelle a pour première fonction d’être le support de la vraie “substance” (élixir) de la Communion, et d’un point de vue secondaire elle peut évidemment guérir la “lèpre des métaux” ou accélérer un processus de croissance végétal. »

Qui peut le plus peut le moins; et comme dit Saint Paul (qui Communia) « ce n'est plus bibi, mais le Christ en moi ».
A ce sujet, le seul (à mes yeux asins) digne d'être en-visagé sur un site nommé La Pierre, puis un fil con-sacré à l'Alchimie, et suite à un post modestement intitulé « la Clef »... je suis ravi qu'enfin quelqu'un nous dise à qui peut bien servir cette clef.

« Servir; ne pas se servir; ne pas asservir ». Soit, un art sacerdotal, parce que l’alchimiste séparant l’essence de la substance est “sacrificateur” et “prêtre selon l’ordre de Melchitsédek”; comme le rappela Ar-lych.

Maintenant qu'il nous a remis les pendules à l'heure (la onzième...), j'attends toujours, en revanche, qu'on nous éclaire sur la dite clef !
Or, grâce à de récentes interventions ici, j’m'en avise d'impressionnantes utilisations depuis une quarantaine de minutes et je pense n’avoir pas trop perdu de temps.

Loup, qui semble en connaître un rayon, dit ceci (à mots couverts, on le comprend) à propos des propos de Savoret
« ce qu'il dit au paragraphe sur l'énergie la plus haute, à la fin, aurait pu être écrit par moi...tant c'est vrai (pour ma voie..) »

Fort charitablement, sans vaines rhétoriques ni "branlettes" intello. qui ne satisfont que leurs auteurs... il nous éclaire (un chouïa) un peu plus loin sur le ma du moi :
« Et ce plus que "vie" permet à cet homme de SE RECONNAITRE ..c'est le but ...l'union de se qui est épars.......pour "accéder" aux plans, aux portes, (comme les pelures d'oignon). »

Là, je m'incline tel le regrétté Thomas.
Pour mémoire :
En 1929, passant devant l'étal d'un marchand de légumes, François Thomas eut une révélation : Il découvrit en l'oignon un petit être qui " va vers la perfection et vivra toujours ".

François prit le nom de frère Thomas et se mit à arpenter la France pour faire partager sa découverte à tous. Ainsi naquit la secte des adorateurs de l'oignon. A priori un groupe d'allumés. Sans aucun danger.

A ceci près que Thomas avait également observé, que l'oignon ne s'épanouissait pleinement que lorsqu'on lui coupait la tige. Quelques adeptes y voyant un symbole s'émasculèrent, afin de s'épanouir aussi.

Mais trève de plaisanterie, y trop de zinitiés ici, et ça rigole pas avec les maux des autres.

Savoret en était, du même bois (dont on fait les flutes ?), si j'en juge d'après ce sous-entendu final, auquel Loup fit finement écho :

« Un troisième emploi de ce corps constitue ce que l'on a appelé l'Elixir des Rose-Croix, donnant aux sens psychiques de l'homme une pénétration particulière. Sur ses effets, ses avantages et ses dangers, Sir Bulwer Lytton a écrit dans son Zanoni des pages décisives. Mais c'est ici le pont qui pourrait relier l'alchimie à la magie - et l'on me permettra de n'en pas dire davantage. »

Là où j'ai du mal à piger, c'est qu'au début de son exposé, Savoret s'attarde (avec une assurance multi-compétences que je lui envie) sur l'ignorance de ceux qui, en mal de synchrétisme ou d'ingéniosité déplacée, se représentent l'alchimie « comme une branche du tantrisme ou ceux encore qui la confondent avec la magie ».

Jusque là ok, encore que c'est pas si simple... Sauf à confondre le sens et la portée originelle de ces accès au Sans-Accès, avec leur dévoyements ésotériques » ou gymnastes.
Les prières et recueillements de nos alchimistes très chrétiens peuvent être adressés à l'Essenciel en des modes apparemment plus « corporels ». C'est la qualité de l'intention, la hauteur et profondeur de l'humilité qui fait (dé-fait) TOUT.

S'ensuivent quelques considérations savoresques (bien plan-plan) sur l'alchimie interne taoiste, et sur le yoga-prana-et autres barbe à papa... Bref, des emplois du « corps » censés, au moins, conférer « aux sens psychiques de l'homme une pénétration particulière ». Non ?

Faute de pénétration de ce magistral exemple « d'ourobouros », où l'erreur des uns se fait mettre, au Final, par la vérité d'un autre...
mais, plus encore : faute d'obtenir ne serait-ce qu'une miette de sapience concernant la fameuse clef permettant cette ézotérik con-clusion... je me dois d'en entreprendre, la morve dans l'ame, non point l'élucidation (quelle vanité ! ... qui s'empilerait sur d'autres... irritables en plus), mais une humble approche. 

Mille excuses d'oser rappeler à ceux qui bidouillent, munis de passe-partout, la serrure de « l'entrée ouverte au palais fermé », que nos anciens sans exception ont affirmé que cette clef est : la Mort.

Dissolution radicale; c'est logique : comment passer à travers les murs autrement ? Sans ce passage terrifiant par ces fourches caudines : makach ! Que dalle !
Que de la branlette ! ... quelle soit « intello » ou « laborieuse » n'y change rien. Avec ou sans besicles, la chouette de Kunrath se bouche le seuil.

Z'ont affirmé aussi la consonnance indispensable entre ora et labora.
Donc, la mort à soi-m'aime (au moins) du postulant. La mise à l'unisson rappellée par Ludivine se joue là, puis... si Dieu le feu : s'ensuivent la mélodie et ses repons internels. S'imaginer qu'elle viendrait en cours de route, au hazard d'un tour de main ou, du fait de « pratiques » ésotériques est hors sujet.

Vu que tous ici sont ok sur l'indispensable fusion sans confusion dedans-dehors, rien à ajouter. Par contre, je me désole de constater qu'il y a encore, autour de l'athanor, moult partisans de l' « occultisme », (certes re-visité ou, « cautionné » par une branche molle de la science contemporaine), qui croient pouvoir percer le secret.

On dirait que toutes les anciennes tentatives d'entrer ainsi, au débotté... au Palais du Roi, ne leur servent aucunement de leçon. De ce qui ne convient pas. Celle qui dit « Je suis noire, mais belle » est, terriblement, à cheval sur les « convenances ». C'est un minimum...

Voyez les fourvoiements dans les Particuliers, (au mieux), trop souvent doublés de sinistres quêtes de « pouvoirs » (au pire), des alchimistes de la Golden Dawn (un coucou à Bulwer et à Lytton...). De leurs cousins de la Myriam. Leurs prédécesseurs : Federico Gualdi, Cagliostro, etc etc... jusqu'au lugubre L.Caetani.

Je vous invite à méditer sur ce qu'en disait l' Adepte R. Buchère à Sédir :
« Vous savez que les alchimistes du Dragon ont celé leur secret sous le couvert d'énigmes si difficiles à pénétrer, que ceux-là seuls qui sont au courant de la pierre infernale peuvent les démêler : d'ailleurs c'est fort heureux !»

Quant à la Pierre céleste, elle n'est pas bordée d'énigmes, juste sertie dans le plus simple mystère : la mort. Tant qu'on se targue d'énigmes, occultes ou même électro-magnétiques, c'est qu'on est loin de l'abscence nécessaire.

Je me dispense de vous encombrer avec l'énorme florilège que constituerait les dires des anciens sur cette clef, la seule, « pivot de l'Art », Secretum secretorum... amen.

Par contre, vu la tournure médicale, donc corporelle (au sens holistique) donnée d'entrée à ce post, (tournure confusément confirmée par Savoret grand buveur d'Elixir), je crois interressant d'aller voir ailleurs... que dans le mutisme inexpugnable de nos Adeptes, au cas où notre fameuse clef (ou un double ?) serait y présentée.

Pour ma part, je l'ai vu, à peine dissmulée par les nuées sur le sanctuaire, dans une « pratique » du Dzogchen (tibet de tintin) nommée « thögal ». Ceux que ça branche peuvent, en attendant une assistance céleste à la pratique non-praticienne de la chose... consulter les rares ouvrages dispo sur le Sujet.
-  L'essence perlée du secret » traduit et commenté par J.L Achard. Le plus « charitable »...
-La liberté naturelle de l'esprit », de Longchenpa; ainsi que « Le miroir du coeur »: tous deux traduits par Ph. Cornu.
-Une rarissime intervention de la tradition Bönpo sur ce sujet : « Les sphères du coeur »
-Et pour finir par le commencement : « La mort, l'état intermédiaire et la renaissance dans le bouddhisme tibétain ». Le plus... raide.

A ceux qui ne « voient » pas le rapport... je conseille une excursion prolongée en ces régions montagneuses, avec un peu d'obstination et de chance, ils y rencontreront surement de grands Abstracteurs de Quintessence. Avec fourneau, parfois....

Ne me remerciez pas, j'ai vraiment pris plaisir... à vous prendre le choux.
Cordialement
bo-ron

aliboron

Nombre de messages : 208
Age : 59
Date d'inscription : 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Ludivine le Jeu 09 Déc 2010, 15:41

Bonjour Aliboron,

Aliboron a écrit:A ce sujet, le seul (à mes yeux asins) digne d'être en-visagé sur un site nommé La Pierre
Ce site s'appelle "La Pierre" ? Pas question
As-tu mis tes bonnes lunettes Aliboron ??? Scratch


Aliboron a écrit:Mille excuses d'oser rappeler à ceux qui bidouillent, munis de passe-partout, la serrure de « l'entrée ouverte au palais fermé », que nos anciens sans exception ont affirmé que cette clef est : la Mort.
Mourir pour renaître à autres choses comme le phoenix renaît de ses cendres.



Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  aliboron le Jeu 09 Déc 2010, 16:34

So sorry Ludivine, mais je vois un Hermès, en filigranne à tous les carre-fours...

fo k'j'arrrette de fumer, je sais Yeux au ciel

aliboron

Nombre de messages : 208
Age : 59
Date d'inscription : 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Chèvre le Jeu 09 Déc 2010, 17:02

... Tu fumes donc des "Phoenix" ?

Tout ça me rappelle encore la CheminCroisé carte de L'AMOVREVX

... Quand tu la vois tu ne sais si le morveux l'amour veut...

Ou si l'amourevx dit : " la mor vevx "

... En tout cas c'est nous

Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Logos le Jeu 09 Déc 2010, 18:52

...

"Amour te veut
te meut jusqu'à la mort
s'il ne te ment
s'il ne te perd
si énigme, il n'attend en complice
que tu retournes à toi même."

(Henri Giriat)

J'en profite pour glisser que l'alligator (in les eaux intermédiaires du Shamayim ?) a évoqué le nombre 11 dans le fil "mélencolia"...

Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  loup le Jeu 09 Déc 2010, 19:31

bj, je ressens dans les propos d'aliboron, la déception de celui qui a été fort déçu et qui renie ceux qui peuvent lui rappeler ses anciennes amours... Pourquoi autant d'agressions et de mélancolies?????? La dérision est une arme pour celui qui a demandé d'être ST THOMAS!!!!!!! tu commets une inversion, il faut, grace à la foi, obtenir des réponses et des certitudes VIVANTES et toi (par fraternité je me permets de te tutoyer) tu inverses le protocole ...les gens s'appuient sur les miracles pour avoir la foi..et c'est l'inverse qu'il faut faire....... Aimer Je n'ai signalé que la FIN de Savoret, qui pour moi signifie une réalité d'Alchimie pratique et vivante !!!!! L'homme devient autre, après cette redynamisation et cette montée en vibration...Mais il ne peux la faire que s'il a fait le CHEMIN en même temps, car c'est un CADEAU..il n'en a plus besoin ......La Parole est AUSSI la Pierre, car elle transmute l'autre, à condition que l'autre ENTENDE et s'il est branché "mental" cela lui est impossible ....Je peux te "raconter" un coucher de Soleil, mais ne peux te le faire VIVRE ......excuse moi.

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Logos le Ven 10 Déc 2010, 07:46

Pourquoi autant d'agressions et de mélancolies ?
Peut être pour indiquer qu'il faut traverser une forêt Reloup Sommeil

A propos du dérèglement de tous les sens de Rimbaud...

Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens. Toutes les formes d’amour, de souffrance, de folie ; il cherche lui-même, épuise en lui tous les poisons, pour n’en garder que les quintessences. Ineffable torture où il a besoin de toute la foi, de toute la force humaine, où il devient entre tous le grand malade, le grand criminel, le grand maudit – et le suprême Savant ! – Car il arrive à l’inconnu ! Puisqu’il a cultivé son âme déjà riche plus qu’aucun ! Il arrive à l’inconnu, et, quand affolé il finirait par perdre l’intelligence de ses visions, il les a vues !.

[...]

Maintenant je m'encrapule le plus possible. Pourquoi ? Je veux être Poète, et je travaille à me rendre Voyant : vous ne comprendrez pas tout et je ne saurais presque vous expliquer. Il s'agit d'arriver à l'inconnu par le dérèglement de tous les sens. Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort, être né poète, et je me suis reconnu poète. Ce n'est pas du tout de ma faute. C'est faux de dire : Je pense : on devrait dire : on me pense - Pardon du jeu de mots.

Je est un autre. Tant pis pour le bois qui se trouve violon, et nargue aux inconscients, qui ergotent sur ce qu'ils ignorent tout à fait !

Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  aliboron le Ven 10 Déc 2010, 12:44

Ave Loup,

Puisque tu te fends d'une réponse à mézigue plus courtoise que ta 1ère ébauche de dialogue :

« je n'ai qu'une remarque , ni jugement ..impressionnant !!!!!! je savais que cela existait mais ?????? »
laquelle, conviens-en, peut irriter... (j'avoue mon gros défaut), alors je vais te répondre plus aimablement.

Mes anciennes amours sont toujours aussi nouvelles (Vita nuova). Pourquoi, comment, je n'en sais fichtrement rien, cela me dépasse; je m'en réjouis et rends grâce, c'est tout.

Ils induisent néanmoins une récurente conséquence : la lucarne ainsi offerte au coeur le met face au spectacle mirobolant (plus ou moins intense, du fait de mon indigence foncière et à géométrie variable), de ce que, dans le soufisme on nomme idoinement : l'Unicité de l'existence.

Soit, la perception im-pensable mais ô combien éprouvable, du « multiple dans l'Un ».
Ce qui ne me confère nulle sapience, encore moins une quelconque « autorité » prétentieuse, juste des aperçus, des émerveillements AMOUREUSEMENT éprouvés.

Deuxième conséquence, compréhensible bien que ne justifiant rien : il m'est difficile et parfois insupportable d'entendre médire de « ma » Belle.

Bref le syndrome du « chevalier », avec ou sans les Monthy Python... J'me soigne mais ça passe pas vite, comme tu as pu le constater.

Le rapport avec l'alchimie ? Au sens ou l'entend Charly (par exemple), pleinier.
Autrement, aucun. Rien de rien...
Si ce n'est la pénible impression, parfois irritante (c'est pas bien, je sais), que sous prétexte de travail au labo ou de « pratiques » ésotériques, on nous assène ici et là des « certitudes » bancales ou franchement débiles, sans réel droit de réponse.
Non pas que j'en sache plus ou mieux, juste autrement.

Qu'est-ce à dire ?

Comme tu n'as pas manqué de l'entendre évoqué, voir rabaché bovinement par ceux-là même qui en vérité, n'en tiennent pas du tout compte : l'Opus est à la fois matériel et spirituel.
Sur le « matériel » en question, je ne me permettrais jamais d'avancer quoique ce soit, vu ma crasse ignorance.
En revanche, il est un autre aspect du dit « matériel » qui m'est, en quelque sorte, accessible : les Eléments (au sens parascelsien, si l'on veut). Sous cet angle, on peut effectivement dire (pour aller vite) que « la matière est de la lumière ralentie ».

Jusque là, on nage toujours dans de l'amniotique (avec sentiment océanique, dirait Freud), si ce n'est qu'on observe que la dite MERVEILLE, « en to pan » s'articule; et pas n'importe comment.

Même si elle ne se répette jamais « exactement », pour cause de spirales, Dame Nature, s'exécute cependant fort harmonieusement. Ce, aussi bien en « nous » qu'au « dehors ». Une danse aux figures libres, bien que rigoureuses.
C'est ballot, mais ça me scotsche. Aussi, pour en épouser au mieux les volutes, je réquisitionne tout ce qui constitue mon humain et dérisoire baggage : neurones inclus.
En haut lieu, « on » ne m'en a jamais interdit l'usage, pour cause de vilain mental, etc... Au contraire : le pousser sans cesse à la limite, le porter au rouge « pour » qu'il implose encore et toujours, jusqu'à la louange.
Aussi, les sempiternels lieux communs sur son usage commun (inclus celui qu'en font ses détracteurs pour... en médire), me laissent amusé mais las.

Car là où ça devient à la fois vertigineux (et hallucinogène, faut le reconnaitre), c'est, ainsi que tu le rappelles : La Parole est aussi la Pierre.
L'assertion est prodigieuse; s'origine à la racine commune du dedans et du dehors.

D'où, sans doute, la spécificité du langage alchimique, celui des Adeptes d'ici et d'ailleurs.
Art de musique.
Avec laquelle, me rappelait récemment un copain, on ne peut même pas dire « passe-moi le sel »..., mais avec laquelle se fait et se défait, simultanément, perpétuellement, le Monde.
Scellé, à même le Silence. Qui en dit long...

C'est Lui qui transmute.
Il est présent entre chaque omega et alpha; interval majeur diffracté en myriades « d'articulations ». Ce qui donne le sens n'en a pas, et pourtant...

Cordialement.


aliboron

Nombre de messages : 208
Age : 59
Date d'inscription : 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Humilité

Message  Dublin le Dim 12 Déc 2010, 12:18

L'humilité est sans doute ce qui m'est le plus dificile.
J'en dirai donc un mot, au travers d'exemples pris dans les pages précédentes.
J'étais, en effet, venu avec l'intention de parler du GRAAL; mais j'ai relu les pages précédentes, et d'autres impératifs me sont apparus.
K, je souhaite vous dire que dans votre "retour sur la question" que j'avais posée au travers de Joe Bousquet, vous trouvez effectivement les mots pour dire ce que j'attendais, en évoquant le Souffle. Et votre réponse devient essentielle pour moi. Merci.
Ensuite, il y a des idées de CA qui me touchent profondement:
Celle-ci:
"ce qui m'amene à mieux considerer une autre facette de moi-même qui serait pleine de la violence rentrée de l'écorché vif, lumière prisonnière de sa gangue de plomb".
Et celle-là:
"Non éveillés, nous ne pouvons parler que d'expériences c'est à dire de nous-mêmes"
Que c'est vrai.
et enfin:
"pour revenir aux Eveillés, une experience (hélas) d'éveil (chouette!) déjà ancienne ne m'a laissé qu'un certain discernement sur cette population"...
Cette "expérience" que vous abordez avec beaucoup d'humilité, et comme en passant, nous relie sans doute.
Mais alors?
Pourquoi donc est-ce que j'ai eu envie de fuir en écoutant Denis Marie?
Permettez-moi de redevenir l'espace d'un instant "philosophe".
En "kantien" que je suis, lorsque je redeviens philosophe, je sais que la Question qu'il pose (et que sans aucun droit je transpose au sein du Noumène, dont chacun sait qu'on ne peut rien "savoir") est: "Que puis-je savoir?
Et que sa "réponse" est, en synthétisant au maximum: rien qui ne me soit donné dans l'Espace et dans le Temps....soit l'horreur absolue!
mais gardons la question:
"que puis-je savoir de l'Eveil"?
Et vous en donnez la meilleure "réponse" possible: Rien, répondez-vous, puisque je ne suis pas "éveillé" sauf....cette "expérience", réponse, qui me titille quelque part... peut important que je trahisse Kant.... Il se trahira lui-même en réintroduisant dans sa "critique de la raison Pratique", tout ce qu'il avait détruit dans la raison Pure.... et dont il ne pouvait vivre sans.
Mais cette "expérience" ne devrait-elle pas tendre à me faire identifier la même Lumière ?
Ainsi, quand je lis une phrase de Nicole M, je pose le livre sur ma poitrine, je ferme les yeux, les mots se liquéfient, s'effacent, disparaissent, et je "sens" de loin, malgré les agitations des abeilles qui frappent contre la vitre de cristal qui m'en sépare, quelques-uns des rayons de la Lumière dans laquelle elle est immergée, elle.
Mais alors, suis-je "déterminé", "préparé" par ces 30 ans de travail au cours desquels, il est manifeste que nous avons emprunté des chemins proches ?
Suis-je dans ce qu'il y a quelque jours ici, je désignais par "culture", "linguistique" "famille d'esprits", bref dans l'INUTILE ?
Pourquoi donc est-ce que je n'ai pas partagé votre "émoi" (au deux sens du mot) en écoutant Denis Marie; ou en lisant Bernard Harmand ou Betty ?
Il est vrai que vous n'avez peut-être pas écouté ce long entretien qu'il donne (Denis Marie) à deux personnages dont l'un a l'avantage sur l'autre de se taire davantage.
Je ne suis pas arrivé au bout.
Mais je tenais à partager cette réflexion avec vous tous, m'excusant envers ceux que, malgré le choix de mes mots, j'aurais pu heurter.
Il sera plus avant question de "la Lumiere du Graal", mais je ne voulais poursuivre cet "entretien infini", sans dissiper un mal-entendu, et dire qu'il m'est apparu d'autant plus incompréhensible que j'ai le sentiment que nous partageons tant de "sens".
Amicalement,
dublin

Dublin

Nombre de messages : 6
Date d'inscription : 20/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Henri Schersch le Dim 12 Déc 2010, 17:13

Ludivine a écrit:Le magnétisme a un rôle important pour la réalisation du grand œuvre de même que la Lumière. Magnétisme me fait penser à la carte du Tarot "L' Amoureux", soit un jeune homme attiré par l'amour d'une femme … comme un aimant ! L'alchimiste choisit une matière qui l'attire, qu'il aime tel un un aimant qui attire les matériaux ferromagnétiques.
Cette histoire d'aimant m'a fait penser au coup de foudre ! On peut trouver un parallélisme entre les forces magnétiques et les rapports amoureux humains. Les amants, tout comme les aimants s’attirent, portés par des forces contraires, et le coup de foudre est l’un des facteurs de l’aimantation des roches ferrugineuses. (lien : ici)

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  loup le Dim 12 Déc 2010, 17:32

bj, en fait , pour moi, il s'agit bien d'aimantation de forces qui s'attirent et se fondent pour créer un genre de condensateur....le "magnétisme" est à la base de notre vie ..

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Dim 12 Déc 2010, 19:15

Bonjour

Par défaut de moyens techniques sophistiqués je n’ai pu écouter Denis Marie, mais cette “émission” aurait pu me gonfler tout autant que Dublin Sourire ! Les “coups de coeur” que je présente sur le forum sont toujours précis. Un ami à qui je parlais de l’intense émotion que me procure ce genre de texte, me fit remarquer que d’aucuns pleuraient à chaudes larmes en lisant Marx, et j’ajoutais piteusement, in petto : pourquoi pas Hitler APRÈS TOUT Sourire

J’ai “entrevu” pourquoi le très marrant Nisargadatta disait très (très) sérieusement à propos de la Gita : “c’est de moi dont parle ce livre”. S’il y a quelque chose en moi qui résonne (en ne raisonnant plus) quand je lis un texte, si cela me procure frissons, excitations, larmes au yeux, ce n’est plus le mental qui commande... c’est moi-même conversant avec moi-même... et cela n’est peut-être pas destiné à mon “prochain”. Car comme dit fort justement Bernard : “A qui enseigner et enseigner quoi, sachant que pas un être n’a le même niveau de conscience qu’un autre ? “ S’il y a quelque chose en moi qui répond (positivement) à un paysage, un être, ou un livre, c’est que je suis dans l’accueil de moi-même. POINT

A la ligne. Les pseudos garantissant l’anonymat, j’écris ici spécialement pour Aliboron, donc pas à une “personne” Sourire dont je sens la souffrance exacerbée par tous ces vilains qui ont de succulents gâteaux alors qu’il n’en a pas, simplement parce qu’il a décidé de n’en pas demander Sourire. C’est ce qui s’appelle avoir le cul entre deux chaises, et cela m’arrive encore trop souvent, quand j’oublie de “regarder” qui soufre et voui.. c’est toujours le mercure-Hermès-Christ. Arff !

Aussi je replace à l’intention d’Aliboron cet extrait de Denis :

“ (…) Il y a une vie qui est là déjà en nous, dans notre cœur. Comme un enfant délaissé, qui nous attend et nous réclame. Une façon simple de regagner son cœur consiste à formuler un vœu, un souhait. Du fond du cœur avec un élan profond et sincère, nous exprimons cette demande. Il n’y a pas vraiment de mot ou de formule magique à prononcer ; ce qui compte le plus, c’est notre authenticité, la foi de vie et d’espoir que nous y mettons. Nous la faisons dans une entièreté telle, que soudainement par cette inspiration, l’espace en nous est recréé. Alors, nous renaissons dans une ouverture inconditionnelle, qui nous laisse sans mots, suspendus… À cet instant, nous pouvons nous sentir touchés en notre Être, tout comme une seule étincelle enflamme du bois mort. Notre cœur est plein d’amour contenu, pareil à un trésor qui n’attend que d’être découvert. D’une simple étincelle peut naître un brasier. (…)”

Aliboron : “ En haut lieu, « on » ne m'en a jamais interdit l'usage, pour cause de vilain mental, etc... Au contraire : le pousser sans cesse à la limite, le porter au rouge « pour » qu'il implose encore et toujours, jusqu'à la louange.
Aussi, les sempiternels lieux communs sur son usage commun (inclus celui qu'en font ses détracteurs pour... en médire), me laissent amusé mais las.

Certes l’Amour, le Soi, l’atman, n’imposera jamais rien, en dépit du premier commandement : Je suis ce qui est éternel, tu n’auras pas d’autres dieux devant moi. Ce “haut-lieu” est cet enfant délaissé, et comme disait Baba Ram Dass : “ mon mental raisonnant est un bien mauvais maître, mais un parfait serviteur. “ Attention à l’inverTion !
Le “pousser sans cesse à la limite, le porter au rouge « pour » qu'il implose encore et toujours, jusqu'à la louange” ? Qui le pousse ? Qui fait croire qu’il peut “imploser jusqu’à la louange” ? Qui a “besoin” de louange ? Est-ce cet enfant délaissé ? Ne serait-ce pas plutôt celui qui a une telle peur de disparaître qu’il piétine cet enfant, au nom d’un romantisme de roman, d’une reconnaissance des “autres” pour ne pas se sentir si seul ?

S’il savait qu’il meurt chaque nuit dans le sommeil profond, ce mental si indigne de louanges (comme de mépris) nous tuerait en nous empêchant de nous endormir !!! Mais il “sait” qu’il va disparaître avec le bonhomme (ou la bonne femme !) ceci est la cause de toutes nos souffrances, et non des douleurs. La souffrance est psychologique, la douleur est physique, il n’y a confusion des termes que le temps de notre identification aux données de nos sens, que le temps où le mental est PREMIER, ce qui est généralement le cas de ces “existences” provisoires, et bien sur pas de la Vie (éternelle) qui les habitent provisoirement de toute éternité. Cette Vie, éternelle - parce que non née, est NOUS, elle peut voir ce mental tyrannique, le diable des religions monothéistes, l’égo ne peut pas se voir, il est l’illusion que fabrique la mémoire du corps par peur de mourir. Nous ne pouvons pas être ce que nous voyons ! C’est, selon moi, un grand espoir déjà pour les prisonniers du mental.

Excuse-moi si ce que je dis ressemble aux ” sempiternels lieux communs “, mais je t’affirme par expérience (seulement, mais c’est déjà pas mal) que ce qui te laisse las... et pas amusé ! c’est l’égo, qui s’angoisse à la PENSEE d’être de plus en plus menacé.
Betty était arrivée au point où elle “constatait” qu’elle allait peut-être devenir folle ou mourir, mais elle laissait faire, “son” discours égotique n’était plus crédible. Ne plus se croire c’est la grâce que je NOUS souhaite !

Bon j’arrête, ouf ! crie le forum chauffé au rouge !

Amicalement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  aliboron le Lun 13 Déc 2010, 12:01

Ave Charly,

Je te réponds de bon coeur. Tu me dis d'abord ceci :

« Les pseudos garantissant l’anonymat, j’écris ici spécialement pour Aliboron, donc pas à une “personne” dont je sens la souffrance exacerbée par tous ces vilains qui ont de succulents gâteaux alors qu’il n’en a pas, simplement parce qu’il a décidé de n’en pas demander . C’est ce qui s’appelle avoir le cul entre deux chaises, et cela m’arrive encore trop souvent, quand j’oublie de “regarder” qui soufre et voui.. c’est toujours le mercure-Hermès-Christ. »

Bon, je ne sais pas trop par quoi commencer...
Affirmer haut et fort que je suis en pleine forme ?
Que mon gros « je » ne manque de rien, qu'il n'a jamais été aussi comblé par la Vie ?
Que mon égo est ravi d'avoir le droit aux mêmes sorties que mes chiens (tout le monde en laisse... surtout lui, brave bête mais qui n'en fait qu'à sa tête) ?
Que le gateau qu'on m'a offert est tellement gros, que je n'en ai pour l'instant ingurgité que quelques miettes?
Que j'ai plaisir à en partager la saveur, parfois. Ici, par exemple...

Là, c'est ma « personne » qui te répond, (que je m'appelle ali-dupont ou adolph marx, peut nous chaut : je ne m'appelle jamais, sauf pour m'engueuler quand je suis trop con) :
Qu'il se trouve que j'ai eu la chance (« imméritée »-incompréhensible-inespérée-etc...) de bénéficier
de transmissions Silencieuses, de la part de deux lignées (une soufie Naqshabandi, l'autre Dzogchen); que j'en suis encore et toujours, incurablement sur le seuil... pour cause de nonchalance chronik.
Que malgrè cela (qui ne regarde personne), j'ai néanmoins co-naissance, à usage privé surtout, de ce qui convient et de ce qui ne convient pas. Tout au moins les grandes lignes.
Que cette omnubilation sur l'ego-pas l'ego, n'a jamais été encouragée par mes maîtres... que ça amusaient beaucoup;
qu'ils ne déconsidèrent pas l'usage des neurones pour certains; que chaque postulant nécessite un traitement approprié; qu'aucune formule standard et collective n'est possible; que cela n'a donc pas grand chose à voir (dans le fond-en fait) avec les pseudos évidences ayant actuellement pignon sur rue.
Que les éveils « spontanés », dont la recrudescence est certes encourageante, sont une chose. Mais qu'ils ne qualifient aucunement à guider, encore moins à transmettre avec efficience.
Que l'omnubilante abscence d'égo, dont ils font la clef de voute de leurs témoignages, n'est qu'une manifestation subtile de la persistance de la chose.
Qu'il conviendrait d'avoir un rapport plus juste avec ce pauvre égo, bref : de dire moins de conneries, ne serait-ce qu'en tenant compte des inestimables témoignages antérieurs (disponibles à foison de nos jours). Témoignages qui furent commis par des géants, à coté desquels nos éveillés font (souvent, trop souvent) figures de nains. Qui ne témoignent que pour eux-même... ô Soi mon Soi...

Quant à l'Atman-amour-soi : sauf à l'hypostasier dans un ciel à surmoi (un de plus), ce que nous pouvons en connaître se trouve justement à la racine du dit égo... du je au Je, il n'y a qu'un saut quantic à effectuer... pour se re-trouver au début de la voie; pas à la fin !!!

Voilà, à part ça, je ne sais plus trop quoi dire, si ce n'est que la rage-souffrance est un précieux carburant. Peut-etre la savourer dans sa nudité, au delà ou en deça, du parce que et du pourquoi qui en voilent (égo trop biographique ?) la pureté : pur jaillissement d'être, louange ?
« L'abime parle à l'abime », nous, on est juste préposé à l'entretien de l'hygiaphone; pas plus mais surtout pas moins.

Cordialement
alipersonne

aliboron

Nombre de messages : 208
Age : 59
Date d'inscription : 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  loup le Lun 13 Déc 2010, 18:06

bj, il se trouve toujours ce "match" entre les théoriciens et ceux qui pratiquent, même sans forcement de résultat final, mais seul l'opératif, en chimie aussi, du reste, peut prouver qu'il est sur la bonne voie. La Théorie nourrit les "racines" de nos questions, mais il n'est pas sûr que "l'arbre pousse" !!!! Nos étagères regorgent de solutions possibles, et justement trop de "richesses" nuisent aux pousses, comme les perles dans un tas de fumier, à qui se fier ???? Et s'appuyer sur un "maitre" (en fait, plusieurs personnes), qui ne l'est que par un éléve en manque de reconnaissance, ce n'est pas très sérieux... mais plus de traces réelles de cette science, tout au moins pour le "public"... et les livres vont bon train, ainsi que les "délires". Je pense que cela ne vaut pas les "duels" qui surgissent çà et là... et les égos qui s'affrontent et la cruelle déception de ceux qui "rament" !!! Ce temps est un temps d'individualisme, où l'initiation est personnelle, mais voila nous n'avons plus l'habitude. Sommeil Et cela est dans tous les forums, car les intervenants attendent trop de réponses toutes crues, sans faire d'efforts..; ce ne sont que des réflexions personnelles, j'y retourne. Studieux

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 02:03


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum