une clé

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: une clé

Message  Logos le Lun 06 Sep 2010, 12:52

Nietzsche encore avec Maître Stelio (il me rappelle trop le Maître Splinter des Tortues Ninja) ! Sarcastique (2)
un texte tout simplement... énorme, je trouve

Aimer grand grand que coeur cet ami définitevement hors-champ Aimer

j'ecris jamais sans etre dans un rapport intersubjectif...je suis issue d'une tradition orale et je n'ecris que pour faire fleurir l'entre-deux...c'est une des grande leçon du bardo (entre deux en tibetain),de la nde...

l'absence de prédicat est une des conditions pour pouvoir habiter le bord du vide...cet endroit limite ou les choses se passent.
l'absence de prédicat c'est aussi une des modalités de la klesis (appel) chretienne des origines...la vocation qui efface toutes les vocations comme le proletariat (qui n'est pas la classe ouvrière) est la classe qui abolit toutes les classes...pour appuyer la radicalité de cet appel Paul (qui a l'origine se nomme Saul en hebreu c'est un nom prestigieux qu'il va changer en Paul qui signifie petit...se faire petit c'est commencer a se delester de tout ce putain de surpoid)....et pour activer ce programme d'abolition de toutes les vocations Paul utilise la formule grecque hos me...comme non...dans tout ce que tu es tu dois a présent te considerer comme non...ceux qui possèdent comme non possédant...ceux qui pleurent comme non pleurant..ceux qui croient en dieu comme non croyant....glissement ontique pour pouvoir refleter l'eclat du vide ontologique...i'll be your mirror reflect what you are chantera Nico aux levres ourlées.
Et cela produira dans tout l'Empire romain une revolution sans précédent...la coeur subversif du message chretien poussera des milliers d'anonymes a refuser le service militaire,les fonctions sociales,l'investissement dans le culte...la religion chretienne sera la reterritorialisation radicale de cette ligne de fuite radicale qui raconte qu'elle est venue accomplir la Loi en l'abolissant...car les juifs qui sont des egyptiens qui se seraient libérés de leurs prédicats sont les premiers (de par leur nudité ontique) a sacraliser le Vide et donc a preparer le terrain de la bonne nouvelle chretienne qui est l'abolition du lien qui unit l'homme a dieu ou aux dieux...plus de secret,plus de vérité cachés,plus d'intiation...l'ecart qui en séparant l'homme de dieu crée un manque infini (qui est a l'origine de toutes les compulsions et toutes les obsessions,la soif des bouddhistes) est conservé mais Dieu l'éternel absent ou inaccessible est congédié...dieu c'est fait homme pour que l'homme devienne dieu et si l'homme devient dieu c'est que l'homme est devenu a-thée (a privatif qui ne signale pas l'etre ou le non etre de dieu mais son inexistence)...reste l'incommensurable profusion du réel qui dégouline et cet ecart,cet entre-deux qui est le lieu vide ou pourra enfin couler l'amour,ou pourront se bricoler toutes les belles histoires...fuck spirituality let's groove...ma version de la grace qui fait eclater la radicalité de la redemption comme un miracle athée...toute la puissance de la volonté qui en etant dirigé vers un hypothetique ciel épuisait le coeur de l'homme et l'empechait d'aimer vraiment (car le manque a etre qui est un manque de dieu crée le désir et la frustration et l'equation mortifère de la compulsion c'est que le desir est toujours en exces sur la jouissance....plus value et plus de jouir pour comprendre que toutes les compulsions,toutes les strates obsessionelles qui bricolent notre monde évidé de toutes ses qualités,notre monde vide,sont liés a notre nostalgie de dieu...on ne compulse que le vide,que le rien (dans le sens ou nietzsche disait que le nihilisme ce n'est pas rien vouloir mais vouloir le rien)...l'anorexique est la jeune fille pleine de rien,le camé compulse le vide qu'autorise la defonce,le sex addict compulse le sexe virtuel ou le plus superficiel possible,le trader produit de la plus value qui est un rien qui peut tout,le TV addict ne cesse de zapper devant le néant télévisuel...on ne compulse ni l'amour,ni quoi que ce soit qui ait des qualités...la qualité procure du plaisir..le vide de la jouissance..et le desir est toujours toujours en exces sur la jouissance,c'est une putain de regle mathematique (dans les evangiles de thomas il est raconté que si un lion bouffe un homme c'est un desastre car l'homme devient lion..mais si un homme devore un lion alors c'est class car le lion devient homme..c'est la carte la force que crowley nomme justement le desir..le lion c'est le desir qui nait du manque et qui est insatiable...qui va jusqu'a bouffer celui qui le porte,le petit desir bien sur celui que les grecs nommaient devoration pas ce grand Desir qui s'appelle liberté et qui nait de l'évènement )...coca cola est le symbole absolu de ce paradoxe...plus on en boit plus on a soif...et coca cola light sans cafeine représente l'apotheose de ce processus de néantisation...boire rien et avoir envie d'en boire a nouveau...a l'infini (le mauvais infini dirait hegel...celui qui se dirige vers le neant en galopant).
love is the law,love under the will...



et sachant que l'Evènement doit etre compris comme phénomène fulgurant ou un ensemble (un corps) s'appartient a lui meme l'espace d'un instant ["Qui se lut en son milieu sut secret d'Ecriture" nous dit d'Hooghvorst],il cesse donc d'appartenir a quoi que ce soit...il cesse donc d'appartenir a dieu...la vocation qui annule toutes les vocations...et la réalité rédimé est celle ou clignote la beauté (qui est absente du monde de l'usage contemporain...il faut evider le monde de ses qualités,donc de sa beauté pour pouvoir le consommer...la beauté est corelative au plaisir pas a la consommation qui necessite le vide) et la liberté...l'amour lui meme a besoin que dieu s'eclipse car julio iglesias le sait aussi l'amour ne vole bien qu'en liberté...

la notion d'initiation disparait si on est fidèle aux consequences de la kletis,de l'appel,de la grace gratuite ou de l'évènement badiousien...l'initiation appartient a une structure traditionelle ou on conçoit l'évènement comme pouvant etre provoqué et donc initié...je crois que le sentier empoisoné nous traverse...on choisit pas vraiment de le tracer...la vocation qui abolit toutes les vocations ou l'évènement qui surgit du vide pour produire du tout neuf pousse sur l'espace lisse du réel le plus cru et c'est pour cela qu'il exige qu'on soit nu...l'initiation aux plantes peut accelerer le desapage (ou pas) mais elle ne peut en aucune manière provoquer l'évènement...c'est aprés-coup que l'on réalise qu'on est hors-caste,ban-dit,vide de tout predicats...feuille blanche (il n'y a de lieu que le lieu comme mallarmé le chante) sur laquelle pourront se tracer l'inifini des langages qui tissent ce putain de monde et dans mon cas personnel les moments de grande combustion qui ont déchiré mes représentation pour que coule sur ma gueule une pluie de réel qui convoque le ciel et la terre pour qu'ils fertilisent mes os et ma chair et ainsi rédiment le monde,ces moments de grandes combustions ont explosés hors cadre rituel ou initiatique,hors cérémonie...et depuis je suis une sorte de black goat qui devore l'herbe hors-champs pour ne dépendre que de la profusion du vivant...mon a-theisme est comme une love song tragique chuchoté a l'oreille des vérités immanentes...une vision terminale de la liberté comme unique redemption...liberté qui permet a la volonté de niquer les desirs montés en boucle,les mouvements de la nature mais aussi liberté qui te tend le baton qui a toujours deux bouts...une conception baroque de l'incarnation comme niveau ultime d'existence...
l'acide c'est bon oui...

et a ce sujet je viens de lire un truc de schelling qui evoque un truc sur lequel je m'interroge depuis quelques temps...le caractère a la fois fulgurant et evanouissant de l'évènement qui n'autorise pas une réelle prise de conscience du moment de son apparition...en fait on ne recolte que ses consequences,ses processus de vérités ou flux enfin vivants...pour qu'un truc commence,s'initie vraiment il ne faut pas avoir conscience de son commencement...voici la phrase:

"car ici aussi il convient de dire:le commencement n'a pas le droit de se connaitre.Une fois accompli,cet acte est eternellement accompli.La décision qui,peut importe comment,doit constituer un commencement ne doit pas revenir a la conscience,elle ne doit pas etre rappellée-ce qui revient presque a dire revoquée.Celui qui en prenant une decision,se reserve le droit de la rappeler au jour,celui-la ne commence jamais"

etant entendu que la decision dont il parle est celle de rester fidèle a ce qui s'est passé...et le rituel initiatique a ceci de différent qu'il permet grace au rite de fixer ce moment ou les choses doivent commencer...
et puis un autre truc qui differencie l'evenement initiatique de l'evenement sauvage c'est cet ecart qui pousse entre les visions orientales ou occidentales de la grace...
pour les chretiens d'orient la grace est incréée et don gratuit...pur evenement sauvage tandisque pour les latins,les chretiens d'occident elle est créée et dependante des mérites,du travail...la providence qui recompense les plus méritants...voila voila ta question m'a permis d'eclaircir certains trucs donc c'est moi qui te dis merci

et je pense vraiment vraiment que ce qui donne de la substance au croisement se trouve dans la manière dont on en assume en les portant a leur paroxysme les consequences de la rencontre...et donc plutot qu'etre choisi nous choisissons de devenir sujet...nous choisissons d'assumer le tragique (l'esprit tragique ou heroique c'est ce qui fait cruellement defaut au monde contemporain...on est passé du tragique (vivre pour porter a son point extreme ou maximal une idée ou un devenir) a une conception comique ou grotesque de l'existence (entre humanisme qui bande mou et ricanement) de l'existence qui est une manière de rédimer le monde en lui insufflant des qualités et du sens...

Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Dommage...

Message  kunlun le Sam 23 Oct 2010, 18:24

Bonjour,

Je trouve dommage ces querelles de chapelles du style développement personnel c'est pas bien ! tradition c'est bien ! ou inverse ou autres.
Je ne suis personnellement pas acteurs de ces mouvements, n'en soutiens aucun, mais j'estime qu'il peut y avoir du bon en tout;
Dans le développement personnel, il y a des personnes de valeurs, de même que dans le monde de l'initiation.

En fait c'est le résultat qui compte. Il y a un problème, je trouve la solution. Peu m'importe de l'avoir trouvé ici ou là.

Le problème me semble t 'il c'est que des personnes (que je respecte bien entendu), prennent le rôle de gardien, alors qu'elles sont incapables d'exposer clairement ce qu'elles gardent, ne le sachant tout simplement pas, et de ce fait deviennent pointilleuse sur des éléments de détails sans réelles importances, amoureuse du décor, de la forme au détriment du fond, en un mot idolâtre.

N'aurait il pas mieux valu alors, que ces gardiens déclarent ouvertement avoir perdu les clés de la demeure.

Ne serait ce pas là les conditions nécessaires et saines, permettant une redécouverte ? redécouverte dans le sens d'une connaissance revivifié car incarnée par quelques individus.

" Nous ne comprenons pas ce que nous avons entre les mains !"
Cela n'a rien de dramatique.

Être capable de faire face à soi même tel que l'on est est une vertu nécessaire et je doute que l'on puisse construire quoi que ce soit de valable sans celle ci.

Il faut laisser tomber tout ces clichés et querelles de maîtres, d'obédiences de chapelles etc...tout cela est totalement stérile.

J'ai un problème, je trouve une solution, point.

A bientôt

Kunlun

kunlun

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Trinity le Sam 23 Oct 2010, 18:47

Bonjour.

Nous, les modérateurs, sommes au courant des dérapages possibles au sujet du "Développement personnel", et nous suivons les développements avec attention afin de garder bonne tenue au forum.

Plusieurs d'entre nous ont assisté à des conférences ou participé à des stages sur tel ou tel sujet qui pourrait être assimilé à du "Développement personnel", sans quoi ils n'auraient pas eu envie de se tourner vers la Tradition. Pour certains, il a pu s'agir d'obligations professionnelles, comme ces cadres qui reçoivent mission de se former en PNL (Programmation Neuro-Linguistique) pour des questions d'efficacité. S'intéresser au "Développement personnel" n'est certes pas un motif d'anathème ! Chacun est libre d'explorer ses potentialités et, éventuellement, d'en tirer le meilleur parti au quotidien.

Par contre, nous comprenons également que rechercher du "Développement personnel" peut conduire au leurre. Bien des techniques modernes de développement coupées des valeurs et des richesses véhiculées par la Tradition n'ont pour effet que flatter l'égo ou développer des "gadgets" ou des "siddhis".

Il y aurait donc utilité de d'abord préciser quel sens est à donner au mot "Tradition" car ce mot, lui aussi, recouvre plusieurs contenus, selon les auteurs, et préciser quels aspects particuliers des innombrables techniques de "Développement personnel" méritent la critique.

Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Aube-Aurore le Dim 24 Oct 2010, 14:48

Bonjour ! Ensoleillé

Je ne pense pas qu'il y ait ici de "querelles de chapelles" (comme dit Kunlun). Mais je suis moi aussi attristée de cet étrange procès fait au développement personnel. Dans mon esprit, tradition et développement personnel allaient de pair, comme des compléments mutuels, comme les deux jambes vont de pair, de préférence, s'il est question d'avancer.

Or quoi ? Je lis que tradition et développement personnels seraient antinomiques, comme s'ils devaient s'exclure mutuellement ? La tradition serait-elle alors synonyme de sous-développement personnel ? Serait-on dans la droite ligne de la Tradition en promouvant l'autisme, la sclérose, le repli sur soi ? Devrait-on se croire dans la droite ligne de la Tradition lorsqu'on reste timoré, renfermé, timide, esclave ? Oui, si on pense à une certaine tradition consistant à brider les consciences pour empêcher les gens de voir clair.

Si c'est cela la Tradition, alors, il faut la vomir, alerter, éveiller les consciences, et stimuler la défiance envers elle.

Mais je sais l'existence d'une autre tradition, laquelle remonte à la nuit des temps, une tradition qui, elle, a pour objets l'épanouissement personnel et, in fine, la fusion au Divin.
Amitiés
. Fleur

Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Dim 24 Oct 2010, 21:06

Bonjour,

Aube-Aurore écrit :

“... je sais l'existence d'une autre tradition, laquelle remonte à la nuit des temps, une tradition qui, elle, a pour objets l'épanouissement personnel et, in fine, la fusion au Divin.”

je pense avoir bien compris sa démarche confirmant sa proposition de départ : “ Dans mon esprit, tradition et développement personnel allaient de pair, comme des compléments mutuels, comme les deux jambes vont de pair, de préférence, s'il est question d'avancer.”

Est-il question d’avancer ? Pour la tradition gnostique, celle de l’advaïta vedanta, ou celle du christianisme primitif, il n’est question que de fusion avec notre vraie “nature” divine. Le Christ dit : “ de moi-même je ne puis rien faire “ et Paul confirme : “ Etant lié je suis libre “ c’est-à-dire lié au Christ intérieur lié au “Père” : “ Mon père et moi sommes un “, et le Boudha dit : “ Libère toi de l’attachement pour que l’illusion te détache ”.

La “question d’avancer” présuppose un itinéraire : pélerinage, labyrinthe initiatique, un retour au Soi. Ceci est la vision qui tombe sous le sens, en fait les cinq sens. Ceci serait possible s’il était “question” d’atteindre un “état divin”, la conscience-une, ce qui est “hors de question” ! Le “divin” ne pouvant être un état. Avancer signifierait quitter notre place pour aller à notre recherche.
Nous ne connaissons QUE des “états” de conscience, c’est-à-dire que nous avons toujours “conscience de”... quelque chose, d’objets. Or il s’agit de fusionner avec un non-état de conscience, avec la conscience sans objet produisant tous les états de conscience, mais celà ne peut se faire que par “grâce”, jamais par notre volonté.
Il est impossible à l’être identifié à son corps-mental d’accéder à cette conscience sans objet, la Vie, l’Amour créateur, car celle-ci est juste derrière les apparences. Le mental raisonnant ne peut accéder au “présent” (cadeau), éternel ici et maintenant, car il fonctionne exclusivement, par la pensée, avec la mémoire. Devant chaque objet il ne fait qu’actualiser (comme il peut) ce qu’il connait : je reconnais cela, ou cela ressemble à ceci. Par “hasard” confronté à l’inconnu, il est “hors de lui” et “perd conscience” !

L’être identifié à ce corps-mental crée par la pensée (dualisante par nature) à la fois les objets et le temps nécessaire à la prise en considération de ces multiples objets de son champ d’observation. Nous sommes à la fois la moitié de pensée qui se croit observateur et l'autre moitié que nous croyons objet(s). Le mental synthétise par les deux ordinateurs qui composent son cerveau les données arrivant de ses cinq sens, en temps UTILE, jamais en temps REEL, et “ Une différence de l’épaisseur d’un cheveu et c’est la différence entre le ciel et la terre “. Nous sommes la Vie, la conscience-Une qui crée incessamment tous les objets, les corps, qui ne sont qu’apparences transitoires, éphémères.
Ramana Maharshi dit : " ce qui n'est pas éternel ne mérite pas qu'on y prète attention ". Que connaissons-nous d'éternel ?
Si les corps humains (et autres) étaient éternels il n’y aurait pas cette peur de disparaître (seul MOTEUR de l’existence pour l’homme) qui fait croire à un but, à la nécessité d’avancer, en se bouchant les yeux sur notre fin inéluctable et la souffrance générée par cette identification aux données de nos sens. Nous confondons l’existence avec ce que nous sommes vraiment : la Vie qui anime ces existences éphémères.
Aube-Aurore, Charly, et tous les “autres” n’existent que le bref moment de leur apparition, mais ils ne SONT pas, il n’y a pas d’ “autres”, il n’y a que la conscience-une qui veut se reconnaître elle-même.
Une “éveillée” écrit : “ Remerciez la Vie, en une profonde gratitude, pour ce magnifique voyage terrestre qu'elle a entrepris à travers vous....
Ce que vous ressentez, c'est ce qui est le plus proche de vous, qui ne vous quitte jamais.... et que nous oublions si facilement, entraînés par un mental vers les objets extérieurs. C'est cette source, tendre et puissante, qui vous attire de l'intérieur, comme un aimant. Elle vous aime, elle déborde d' Amour.... c'est vous-même, en votre essence.... “

Eveil et développement personnel sont ABSOLUMENT antinomiques, ceci n’est bien sur qu’un témoignage “personnel” ! J’ai vu et reconnu ce qu’enseignent de multiples traditions : il n’y a que “le miracle d’une seule chose”. “Temps” qu’il y a un haut et un bas dans nos têtes apparaît la multiplicité des existences et nous sommes dans les “ténêbres extérieures”, ignorants de l’unique Vie que nous sommes, croyant en un hypothétique voyage temporel.

“ Les choses créées sont irréelles par rapport à Dieu, mais elles sont réelles entre elles, pendant le temps de leur apparition. ”

“ La vision juste, c'est voir les choses telles qu'elles furent et telles qu'elles seront, c'est-à-dire telles qu'elles sont en réalité dans l'unité première.”
(M + R)

Alors bien sur, “temps” que nous sommes dans l’illusion d’un voyage considérons au moins que :

“ Toutes les choses créées servent de véhicules pour remonter à la source ou pour s'en éloigner. Abandonnons-les de bonne grâce à chaque étape du voyage divin. “ (M +R)

Le temps du "voyage" il ne peut y avoir d’épanouissement “personnel”, seulement mille manières de se boucher les yeux par peur (de la mort) et plus ou moins de soufrances générées par l’identification à ce corps-mental. Les “éveillés” en portent témoignage : avec l’éveil il n’y a plus de souffrance, même si le corps connait la douleur, car la souffrance, comme le temps, sont psychologiques.

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Aube-Aurore le Dim 24 Oct 2010, 21:49

Bonsoir ! Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven Like a Star @ heaven

Merci Charly.
Il me semble que je commence à comprendre. En tout cas, ce point de vue m'intéresse. Il va peut-être me falloir du temps pour digérer tout ça.

Mais il reste quelque chose que je ne comprends pas : cette histoire de "grâce" :
(…) mais cela ne peut se faire que par “grâce”, jamais par notre volonté.
J'ai lu la même affirmation, quelque part, dans le corpus alchimique. Je comprends bien que la jonction entre l'humain et le divin se fait à l'initiative du divin, mais, à vous lire, on dirait parfois que tous les humains ne sont pas destinataires de la grâce, un peu comme si la grâce était distribuée avec parcimonie, un peu comme si tous les humains n'étaient pas appelés à se joindre au divin. Ce serait encore plus injuste que les lots tirés par la Française des Jeux, puisque non seulement peu gagneraient parmi les acheteurs de billets (ça, c'est logique), mais de plus, c'est comme si la plupart se voyaient interdire d'acheter des billets.

Or, j'aurais plutôt tendance à penser, comme il est dit dans la Bible, que, bien qu'effectivement peu soient "élus", tous étaient appelés. Je voyais la grâce un peu comme la pluie : elle tombe partout, mais tous ne sont pas mouillés, en particulier ceux qui s'en préservent volontairement (capuchons, parapluies, abribus).

La grâce ne serait-elle donc pas potentiellement disponible pour tous ? Et la "réceptivité" à la grâce ne serait-elle pas le résultat d'une attitude personnelle d'ouverture ? Et donc d'un travail sur soi pour "développer" cette propension à avoir cette attitude d'ouverture ? C'est ce travail sur soi que, pour ma part, j'appelle une "démarche", parce que ça découle d'une dynamique, pas d'une inertie.

Amitiés. Fleur

Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  kunlun le Dim 24 Oct 2010, 22:10

Bonjour Charly, et bonjour à tous,

Merci pour vos réponses et réflexions partagées.

Si je vous comprend bien Charly, votre réflexion vous conduit à croire qu’il n’y a rien à faire, et que toutes tentatives en ce sens relève de l’illusion, car c’est la divinité qui seule peut nous éclairer.

Je ne suis pas d’accord.
Pour ma part, je crois au destin, à l’influence des astres, et je pense qu’il est possible de s’en affranchir grâce à l’unité avec la divinité.

Toutes les connaissances que je possède ont été le fruit d’un effort, d’une action.
Ces connaissances me permettent aujourd’hui une communion avec l’intelligence de l’univers.
Certes cette intelligence de l’univers étaient toujours présentes, mais mon attachement à des désirs se plaçaient entre elle et moi et ne me permettait pas de l’accueillir comme je le fais aujourd’hui.

Pour cela, il m’a fallut agir, apprendre, trouver des moyens pour me libérer de ces attachements et ainsi faire de la place.

Souvent vous avez exprimé si je ne me trompe votre croyance en la révélation.
Je suis d’accord avec vous, cependant encore faut il avoir fait la place en soi, disons avoir remis le mental à sa place de serviteur, pour à nouveau entendre les mots de l’âme.

C’est pour moi, la part qui nous revient de réaliser (non pas pour une réalisation alchimique, dont l’articulation est plus complexe, mais du moins pour retrouver une communication, un lien avec le divin en soi).

Disons comme une première étape, détrôner le mental dictateur, qu’il redevienne le serviteur de l’être.

Au revoir

A bientôt

Kunlun

Ps: Aube Aurore, je suis en accord avec ta vision.

Hello

kunlun

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

grâce

Message  Chèvre le Dim 24 Oct 2010, 23:27

Passionnant débat, merci Kunlun, Aube-Aurore et Charly.

Je me permets d'y insérer une parenthèse, pour rappeler que les plus grands penseurs, théologiens, mystiques se sont penchés oralement et/ou laboralement sur cette question de la Grâce...

... ainsi que des philosophes, des scientifiques immenses (de la pointure d'Einstein et de Newton), parfois en connaissance de cause, parfois à leur insu. Tantôt avec éclat, ou bien obscurément...

... et encore d'innombrables artistes, et d'encore plus infiniment innombrables êtres humains, sans gloire, sans renom, mais pas sans pertinence...

Et toute cette ferveur humaine, sans jamais épuiser cette question. A tel point qu'à peine l'effleurer dignement semble déjà... une grâce...

Ceci pour rappeler quelle outrecuidance, quelle grossièreté il y aurait à assèner ici des 'vérités' mastoc et péremptoires. Qui regrette l'Inquisition?

J'ai un jour copieusement insulté un jazzman deux fois plus lourd que moi qui avait voulu m'expliquer que Debussy, c'était de la merde. Croyez-moi si vous voulez, il n'en menait pas large.

Comme si la Grâce était tellement volatile qu'elle échappe même à ceux qu'elle touche. Tiens! Encore une eau qui ne mouille pas les mains...

J'ajoute qu'à mon humble avis, il y a place ici (et place de choix) pour la naïveté... mais pas pour du n'importe quoi (grâce n'égale pas grassouillet). A moins de s'en foutre royalement (... c'est bien dommage), ou d'être complètement idiot (... c'est bien excusable)...

Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Dim 24 Oct 2010, 23:37

Bonjour

Oui, Aube-Aurore, à propos de la grâce vous avez raison, je crois, de faire l’analogie avec la pluie : Vous dites : “ ... j'aurais plutôt tendance à penser, comme il est dit dans la Bible, que, bien qu'effectivement peu soient "élus", tous étaient appelés. Je voyais la grâce un peu comme la pluie : elle tombe partout, mais tous ne sont pas mouillés, en particulier ceux qui s'en préservent volontairement (capuchons, parapluies, abribus).”

Je pense justement que les “méthodes de développement personnel” sont ces “capuchons, parapluies, abribus” !

Cattiaux utilise votre analogie, voici quelques occurences de ce mot : “grâce” dans le Message Retrouvé :

“ Le chemin de la délivrance est partout visible dans ce monde.
O pluie fécondante !

La grâce est comme l'eau qui délivre, et l'amour est comme le feu qui unit.

C'est la grâce qui sauve ce qu'il y a de bon en nous.
C'est l'amour qui le perfectionne, mais c'est la connaissance qui accomplit l'union mystérieuse et dernière.

La grâce de Dieu est comme une eau immaculée qui délivre les univers et les ramène au Seigneur ultime et premier.

La grâce de Dieu est comme l'eau céleste qui fait tout reverdir.

La grâce ne peut ouvrir que les coeurs généreux déjà pourvus d'eau céleste.”

Je passe à votre question :

“ La grâce ne serait-elle donc pas potentiellement disponible pour tous ? Et la "réceptivité" à la grâce ne serait-elle pas le résultat d'une attitude personnelle d'ouverture ? Et donc d'un travail sur soi pour "développer" cette propension à avoir cette attitude d'ouverture ? C'est ce travail sur soi que, pour ma part, j'appelle une "démarche", parce que ça découle d'une dynamique, pas d'une inertie.”

Il n’y a rien à faire pour être et les “éveillés” disent : ‘ Restez tranquille, ne faites rien “. Ce qui est de l’humour de leur part, sachant très bien que la peur de la mort nous fait nous agiter dans tous les sens (5) ! Aussi ajoutent-ils que “temps” que nous sommes identifiés à ce corps, dans l’illusion, faisons comme si... Il y avait un voyage, des travaux de développement à faire, des étapes et des “états de conscience” à obtenir, des purifications, c’est une dé-marche ! Mais une démarche que personne d’autre qu’un éveillé peut voir ! Ne suivons personne sur parole, expérimentons. Comme vous le dites fort bien ce travail doit découler d’une dynamique, d’une ouverture, la clé principale est la confiance dans l’accueil de chaque proposition de cette Vie, que nous sommes.

“ L'acceptation n'est pas la résignation. C'est l'accueil joyeux !
En accueillant ainsi, nous reflétons exactement ce que la Vie nous propose. Et chaque évènement est saturé d' Amour....
Dans cet accueil, il y a une subtile attention, une fine observation : c'est ce que nous sommes, conscience - accueil - silence....
C'est ce "vivre en conscience", afin que l'énergie ne se disperse pas dans un mental fragmenté et que la Réalité se révèle dans chaque instant du quotidien.”(Nicole Montineri)

Le hasard n’existe pas, nous sommes entièrement programmés, la dose de ce que nous ressentons en lisant ceci et écrivant cela est au programme ! Comme nous sommes tous différents, Il ne peut y avoir d’enseignement de “maîtrises”, un vrai “maître” - ne pouvant plus jouer aucun rôle - ne peut donner qu’un témoignage pour “baliser” un iténéraire personnel de chercheur. N’étant pas éveillé, c’est fort témérairement que je propose des paroles de maître à d’ “autres”, mon interprétation personnelle de ces paroles me fait croire qu’ainsi je peux toucher mon auditoire, or je viens de m’en rendre compte avec le dernier post de Kunlun, j’en suis loin ! Mais votre post aimante le mien et vice (?) versa ! (sourire)

Certes, il faut que le mental raisonnant cesse sa tyrannie, mais “vouloir” cela ne fait que renforcer cet égo dans des proportions incalculables ! la grâce seule peut faire qu’il reprenne sa place de “parfait serviteur”, par cette “mortification” dont parle Cattiaux :

“ Laissons donc là amour-propre, intelligence, raison et volonté particulière, pour aller vers le Seigneur comme l'enfant retourne à sa mère quand il est las de jouer avec l'eau fangeuse du ruisseau. “

Car (clin d’oeil aux apprentis alchimistes !)

“ Comment pourrait-il disposer du pouvoir divin, celui qui n'est pas redevenu comme un petit enfant inoffensif ? “

La seule chose que l’égo et son mental peut “réaliser” c’est son absolue incapacité à connaître la Vie, l’Amour, la Conscience, parce qu’elle l’englobe. Là, il lâche prise. Il faut bien comprendre que : “ Ce dépouillement est insupportable pour l'ego nourri de désirs. Cependant, dés que le fonctionnement égocentrique a été repéré, et avec lui, les attachements, les exigences et les prétentions, cessent alors naturellement les projections égotiques, sources de désirs incessants et de souffrances. Il y a abandon de toute implication personnelle et la vie devient harmonieuse, fluide. Ce n'est pas l'ego qui a renoncé à quelque chose. Il n'y a simplement plus d'implication. Reste une joie pure, sans cause, qui est notre état naturel. “ (Nicole Montineri)

Il est dit dans la Bible, quelque chose comme : “ Supposons que je parle les langues des hommes et même celles des anges : si je n'ai pas d'amour, je ne suis rien de plus qu'un métal qui résonne ou qu'une cymbale bruyante.
Je pourrais transmettre des messages reçus de Dieu, posséder toute la connaissance et comprendre tous les mystères, je pourrais avoir la foi capable de déplacer des montagnes, si je n'ai pas d'amour, je ne suis rien.” (Paul)

Les efforts personnels ne donnent que des connaissances (au pluriel). Un “beau” jour, lassé de ces pouvoirs dérisoires et de la longueur d’un infini chemin, l’amour de la Vie que nous verrons derrière les apparences, entre deux pensées, nous donnera par grâce SA connaissance... que nous sommes Cela de toute éternité. Que pourrait-il y avoir de plus beau que ce “présent”.

Vos parapluies et autres abribus ! me semblent bien être toutes ces pensées que nous faisons (à tort) notres, tous nos désirs, y compris bien sur celui de SE réaliser !

Voici les propos (en entier) de N. Montineri sur l’égo et ses désirs, mais tout son site relate un fabuleux témoignage du but terrestre de l’humain :
http://www.laconscience-espace.com/textes/FR/ego.html

Cordialement,

C...a

P. S : Puis que c’est le sujet initial et puisque les “connaissances” de Kunlun lui “ permettent aujourd’hui une communion avec l’intelligence de l’univers.” Je lui redemande, encore une fois, en quoi “ la réalisation alchimique “ aurait une articulation plus complexe “.







Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Logos le Dim 24 Oct 2010, 23:52

Je me joins à Chèvre pour les encouragements... les ferments sont de retour ! (doit on en déduire que le début de l'automne est propice à l'agriculture à ciel ouvert ?)

Comme si la Grâce était tellement volatile qu'elle échappe même à ceux qu'elle touche. Tiens! Encore une eau qui ne mouille pas les mains...

Cattiaux a écrit une jolie chose qui entre en résonance avec ça :

Le don est comme la somme d’une recherche particulière, accumulée pendant des cycles de vies incarnées. Il est inaliénable.
L’inspiration est comme la grâce, mouvante et très instable.
Elle peut apparaître et disparaître sans raison apparente. Beaucoup d’artistes, qui commencent brillamment leur carrière, finissent par truquer misérablement leurs œuvres toute la vie pour avoir violenté leur don au début.
Un grand philosophe a dit en souriant: «Ne forçons pas notre talent, nous ne ferions rien avec grâce».
Ainsi, ne voulant pas renoncer à leur art devenu mort, ils rusent à force d’intelligence pour tromper les autres et eux-mêmes, et finissent par nier l’existence de ce qu’ils ont perdu.
Nous avons l’exemple de ce grand peintre devenu démoniaque qui nomme dédaigneusement «sentiment» les œuvres humaines de sa jeunesse (ce n’est pas par hasard que le bleu est la couleur du ciel). C’est un exemple entre mille du dessèchement d’artistes exceptionnellement doués au départ, et mutilés par un orgueil délirant.
C’est ce don, joint à la grâce et à l’amour, et subsistant dans la liberté de l’être intérieur, qui permet de communiquer sans effort avec l’Univers sensible et intelligent qu’on nomme Dieu.
Quand la volonté tente de forcer l’expression et que l’orgueil exige la première place, ce qui ne va jamais l’un sans l’autre, la sensibilité est amputée ou détruite et le talent caricaturé avec grands peines et tourments.
Le malin aussi est sorti de Dieu, mais il a perdu la grâce et l’amour par l’ignorance de l’orgueil.



En exergue était cet aphorisme :


Pour approcher la vérité, il faut
être nu comme elle
. (M+R)


Il y aurait de belles choses à dire sur la nudité, mais on va s'éloigner du sujet... j'essayerai d'ouvrir une discussion sur ce thème (fécondé par "Ouvrir Vénus" conseillé par Boron, le philosophe italien Agamben, le pornosophe Baro Devel, etc...)

Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  kunlun le Lun 25 Oct 2010, 13:39

Bonjour,

Charly dans le post scriptum de ton dernier message tu dis :

P. S : Puis que c’est le sujet initial et puisque les “connaissances” de Kunlun lui “ permettent aujourd’hui une communion avec l’intelligence de l’univers.” Je lui redemande, encore une fois, en quoi “ la réalisation alchimique “ aurait une articulation plus complexe “.

Je ne sais pas pourquoi tu dis que tu me le redemandes ne l'ayant lu nulle part. ???

Peu importe.

La réalisation alchimique est plus complexe que de remettre à sa place le mental, et demande beaucoup plus de connaissances multiples.

Pourquoi ?

Libérer le mental afin qu'il retrouve sa place de serviteur, n'est pas un objectif très difficile à atteindre de nos jours, pourvu bien entendu que l'on soit disposé à apprendre et à expérimenter pour trouver le moyen efficace pour nous.

Mais l'alchimie, ce n'est pas cela, et cela demande beaucoup plus de connaissances, de pratiques et d'années. ( Bien sur, je ne possède pas la vérité absolue et reconnais donc que cela peut être différent pour d'autres...).
C'est un travail avec l'énergie vitale qui ne peut être envisagé que par des experts du domaine.
La meilleure chose à faire pour pénétrer ce domaine, c'est de pratiquer do in, afin de retrouver l'évidence de notre manifestation énergétique.
Après..., l'alchimie ...il n'y en a pas beaucoup qui parviennent à ce niveau de réalisation.

Pourquoi ?
Parce que cela demande un appel, une détermination totale et maintenue sur de nombreuses années et sans doutes aussi la chance provoquée de rencontres avec des personnes de qualités.

Ici je fais une pause, pour dire que je suis allé dans ma jeunesse à la rencontre de personnes témoignant d'un degré d'évolution supérieur à la moyenne.
Franchement, il n'y en a pas beaucoup, mais cela existe. Ceux que j'ai rencontré (3), je me suis attaché à leur pas, et j'ai appris auprès d'eux, pratiquant exactement ce qu'ils pratiquaient et suivant leurs recommandations.
Ce que je veux dire c'est qu'à aucuns moments, ces personnes ne se faisaient appeler maître et refusaient cette appellation.

Ces personnes étant nourris par leurs pratiques d'une façon essentielle et profonde ne cherchaient aucunes gratifications extérieures, et préféraient en tout la discrétion,
tout en étant toujours extrêmement simples et vraies, elles étaient profondément droites et de confiance telle une mère, tout en étant soumis aux mêmes contingences matérielles que chacun.

Bref, faire cesser les pensées, c'est une étape, mais en aucuns cas un aboutissement. Cela peut être le début d'autre chose et pourquoi pas de l'alchimie.

L'alchimie est totalement liée à la santé et l'alchimiste est potentiellement un médecin, en tout cas possède de très solides et concrètes connaissances dans ce domaine (à mille lieux de notre pauvre médecine actuelle propriété des trusts pharmaceutiques).

Merci
Kunlun





kunlun

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Lun 25 Oct 2010, 15:58

Bonjour Kunlun

CITATION :

“ Charly dans le post scriptum de ton dernier message tu dis : “ Puisque c’est le sujet initial et puisque les “connaissances” de Kunlun lui “ permettent aujourd’hui une communion avec l’intelligence de l’univers.” Je lui redemande, encore une fois, en quoi “ la réalisation alchimique “ aurait une articulation plus complexe “.
Je ne sais pas pourquoi tu dis que tu me le redemandes ne l'ayant lu nulle part. ??? “

Je te l’ai déjà demandé deux fois auparavant quand tu voulais nous initier à l’alchimie à partir de la doctrine de Nicolas Valois, mais comme tu l’écris : “ Peu importe. “

Tu affirmes un certain nombre de choses :

“ La réalisation alchimique est plus complexe que de remettre à sa place le mental, et demande beaucoup plus de connaissances multiples. “

Ce n’est absolument pas ce que dit Valois, Philalèthe, Cosmopolite et les autres adeptes qui ne parlent que de l’extrême simplicité de la chose ! Tellement simple que c’est notre “malice” et nos esprits tordus par l’avidité de pouvoirs matériels qui empêchent de voir l’évidence ! Les lecteurs familiers de ces textes sauront bien reconnaître mon propos, je me souviens présentement du Philalèthe qui disait : “ Il arrivât que j’enseignasse mot à mot... mais aucun (des chimistes du temps) ne pouvait comprendre. “

Quand tu affirmes : “ Libérer le mental afin qu'il retrouve sa place de serviteur, n'est pas un objectif très difficile à atteindre de nos jours, pourvu bien entendu que l'on soit disposé à apprendre et à expérimenter pour trouver le moyen efficace pour nous. “

Les éveillés passés et actuels apprécieront !

De plus quand tu dis encore : “ Mais l'alchimie, ce n'est pas cela, et cela demande beaucoup plus de connaissances, de pratiques et d'années.... C'est un travail avec l'énergie vitale qui ne peut être envisagé que par des experts du domaine. “

Je (re)dis au contraire qu’il est impossible de pratiquer sans la révélation du Feu secret, la toute première opération étant la “dissolution” qui ne se peut faire que par le Feu. Certes pour la pratique des transmutations métalliques (sans la Pierre) il faut beaucoup de connaissanceS des opérations de la Nature et beaucoup de pratiqueS. Peut-être as-tu une connaissance orientale de ces voieS transmutatoires ? Mais l’alchimie des adeptes cités n’a rien à voir avec : “ un travail avec l'énergie vitale qui ne peut être envisagé que par des experts du domaine. “ ???

Donc j’attends (éventuellement) que conformément à ta proposition de départ tu nous exposes la doctrine du “bon” Valois !

Cordialement,

C...a


Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Logos le Lun 25 Oct 2010, 16:02

un travail avec l'énergie vitale qui ne peut être envisagé que par des experts du domaine

http://www.youtube.com/watch?v=UbwiGeqNzj4&feature=player_embedded#!

Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Lun 25 Oct 2010, 16:15

Hum ! Précision obligée ! On peut considérer que l'anima mundi, ou la Pierre (quand elle est invisible aux yeux de chair) est l'énergie vitale ! Mais il ne m'a pas semblé que Kunlun parle de l'anima mundi mais plutôt du magnétisme humain, du "chi" ou "qi" oriental réf : do-in

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  kunlun le Lun 25 Oct 2010, 17:43

Bonjour Charly

" Donc j’attends (éventuellement) que conformément à ta proposition de départ tu nous exposes la doctrine du “bon” Valois ! "

Charly, je te défie de retrouver dans mes propos antérieurs une telle proposition.

K


Très heureux

kunlun

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Lun 25 Oct 2010, 18:04

Bonjour Kunlun

Je réponds (aisément) au "défi" !

Dans le post "La Clé" : initié par Kunlun !!! qui propose d'entrée : " J'ai souhaité partager avec vous un protocole, qui amènera celui qui s'y astreint, sans jugements préconçus mais avec ouverture d'esprit à faire l'expérience d'un petit supplément d'âme permettant la pénétration d'un texte (pour autant que son auteur soit un réel alchimiste : Nicolas Valois par exemple). "

D'ou ma demande d'entamer cette pénétration de texte, doublée de celle aliboron le Ven 20 Aoû 2010, 19:42 : " Dommage que maître Kunlun soit déjà reparti au pays des immortels, j’aurai aimé qu’il nous fasse part de sa lecture de Nicolas Valois... disposition qui était, me semble t’il, à l’origine de son intervention, non ? "

Lisez-vous nos réponses ?

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Chèvre le Lun 25 Oct 2010, 18:19

Poinct ne devons nous eschauffez, les amiz.

Afing d'eviter que cette Tourbe ne s'embourbe, escoutons plutost le bon Zecaire, en son Opuscule (ici, sur la 'conjunction'), qui semble abonder dans le sens de Charly :

Pour ce que ces actions sont continuelles, comme dict Geber en sa Somme, et pour raison de ceste admirable conjonction d'elemens, nostre science est appelée divine. Laquelle conjonction les philosophes ont appellee la seconde operation et d'autres l'appellent dissolution, disant fort proprement que c'est le secret des secretz, comme dict Pithagoras en la Tourbe des philosophes, c'est le grant secret que Dieu a voulu cacher aux hommes. Et Rasis au Libvre des Lumieres dict : si tu ignores la vraye dissolution de nostre corps, ne commance poinct à travailler. Car icelle ignoree, tout le reste nous est inutile.

[...]

De sorte qu'il n'en y a pas deux qui s'en accordent, combien que de vray ne soit qu'un seul terme voire ung seul jour ou une seule heure à laquelle il faut faire nostre conjonction par sa propre decoction. Mais pour l'envye qu'ilz ont de la tenir secrette, ilz ont de propos deliberé escript les termes differens les ungs des autres, encores qu'ilz entendent bien entre eulx qu'il n'y a qu'un seul terme, scaichans tres bien que icelluy congneu, le reste n'est que oeuvre de femmes et jeu d'enfans, comme dict Socrates : je t'ay montree la vraye disposition du plomb blanchy, c'est a dire la vraye disposition de nostre matiere, qui apparoist noire au commencement comme plomb, laquelle est faicte blanche par nostre continuelle decoction. Et si tu l'as tres bien congneue, le reste n'est que oeuvre de femme et jeu d'enfans; voulant dire par cela, qu'il n'y a besongne plus aisee que la nostre apres la dicte conjunction, comme de vray il est.

(pages 131-132 , edition critique de Renan Crouzivier, S.E.H.A. , Paris 1999)

Mais, Kunlun, peut-etre que ceste conjunction ou pour mieulx dire dissolution t'estoient for bien congneue, mais que tu preferois a bon droict les dissimuler et les cachez, comme ont faict Socrates et Zenon et Geber en sa Somme, et Ramon Lulle et tous leurs autres copaings; dans ce cas, dict le nous, afin que nous ne perdions pas nostre temps a t'escouter sans profis. Car il est bien vray que tu t'estois engagez à nous communiquez ta lecture du bon Valois. Ne nous fait donc poinct encor davantage salivez.

Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Aube-Aurore le Lun 25 Oct 2010, 19:14

Charly Alverda a écrit:Hum ! Précision obligée ! On peut considérer que l'anima mundi, ou la Pierre (quand elle est invisible aux yeux de chair) est l'énergie vitale ! Mais il ne m'a pas semblé que Kunlun parle de l'anima mundi mais plutôt du magnétisme humain, du "chi" ou "qi" oriental réf : do-in
Bonjour Charly Ensoleillé

Là, j'avoue être un peu dépassée. J'ai déjà entendu les mots "anima mundi" (Âme du monde), mais je ne suis pas sûr d'en saisir le sens. Sur CheminCroisé Wikipédia, on dit que, selon Alice Bailey [1], ce serait le Christ Cosmique. Ces notions d'Âme, d'esprit, d'énergie, se ressemblent tout en étant différentes, dirait-on. Pourrais-tu m'éclairer sur cet anima mundi ? Le "chi", ou "qi", ne découle-t-il pas, au niveau personnel individuel, de cette présence "animatrice", "motrice", plus globale, qu'est l'anima mundi ?

Amitiés. Fleur


_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
[1] Bailey ? Une amie de Chèvre ? Tire-langue (1)

Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Lun 25 Oct 2010, 22:33

Bonjour

Que cela est fort bien tourné Maître Caprin !

Ajoutons pour les modernes "adeptes" de la pratique, que même Fulcanelli (celui des Demeures) soulignait ce point essentiel ! :

" C'est pourquoi la dissolution, appelée mort par les vieux auteurs, s'affirme comme étant la première et la plus importante des opérations de I'OEuvre, celle que l'artiste doit s'efforcer de réaliser avant toute autre. Celui qui découvrira l'artifice de la véritable dissolution et verra s'accomplir la putréfaction consécutive, aura en son pouvoir le plus grand secret du monde. Il possédera également un moyen sûr d'accéder aux sublimes connaissances. Tel est le point important, ce pivot de l'art, suivant l'expression même de Philalèthe, que nous désirions signaler aux hommes de bonne foi, aux chercheurs bénévoles et désintéressés. "

Pour Aube-Aurore :

L’âme du monde est le plus grand des secrets, je ne puis évidemment que cerner la “chose” car comme le dit Cattiaux :

“ Les choses disent le mot, mais le mot n'est pas dit par les choses.
Les mots disent la chose, mais la chose n'est pas dite par les mots.”

“ Celui qui a trouvé la chose du Livre peut brûler le Livre pour cuire la chose, car ce qu'il obtiendra à la fin vaut plus que le Livre et que la chose.
<< Aucun malin ne pénétrera la simplicité ni n'approchera la pureté de la chose, car la malice les colle à l'écorce et elle les empêche de voir le dedans qui vit.>>

“ Le Livre n'est donc ni chair ni poisson, ni pierre ni plante, et cependant il est.”

“ Quelle est donc la chose qui n'est ni chair ni poisson, ni pierre ni plante, et qui cependant EST? “

Comme son nom l’indique cette “chose” anime le monde, un Sage a écrit : “ Si nous pouvions, dans un petit espace, inclure ce quelque chose qui produit à la fois le battement de nos cœurs et les circonvolutions des astres, et qui est l’âme du monde, nous aurions le secret du feu des philosophes. “

C’est l’aspect féminin de Dieu, la Sagesse de la Bible (Proverbes) qui exécute la volonté du Dieu-Feu qu’elle contient en son sein. C’est le mercure de la Nature, la fameuse rosée des “philosophes”, qu’il faut aimanter et fixer car bien que de nature physique elle est très volatile. Le secret de cet aimant est le secret de l’alchimie.
L’anima mundi est représentée, par les achimistes, par un cercle (indiquant le mouvement perpétuel circulaire) qui entoure le carré de la nature (naturée) dans lequel s'inscrit un triangle Hermès/Mercure, parce qu’elle est à la fois ce qui englobe la Nature et le support de l’oeuvre, comme elle est le support de notre existence, la Vie-conscience-une. Elle est aussi la Mère de certaines traditions, le prana des hindous, elle a d’innombrables noms Isis, Beya... C'est encore la première sephira de la kabbale.

Cordialement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Conclusion

Message  kunlun le Mar 26 Oct 2010, 16:45

Bonjour à tous,

En guise de conclusion je soumet à votre attention un texte que j'ai saisi hier dans un livre resté ouvert chez moi depuis des mois à cette page...belle synchronicité !

" Beaucoup, pour ne pas dire tous les hommes intelligents et intellectualisés, se satisfont ainsi des jeux de l'esprit sans réalisation psychophysique, et demeurent ravis dans les abstractions ensorcelantes sans s'apercevoir qu'elles ne mènent à aucune libération effective."

" Ainsi, je m'aperçois une fois de plus que toute discussion est vaine, car les mieux intentionnés et les plus raisonnables en apparence refusent absolument d'expérimenter."

" Sans donner de conseil à B., dites-lui combien ses questions d'intellectuel sont vaines et stupides pour moi et combien je suis las de sa tête dure et butée, dites-lui surtout que le mystère de la résurrection est actuel et palpable et non pas dans les fumées des spéculations intelligentes de tant de faux croyants qui se prennent pour des vrais chrétiens et qui ne sont que d'em...sophistes".

Louis Cattiaux, florilège épistolaire 66.


Mise au point à destination des malhonnêtes.

Ma phrase, ( la seule ) sur Valois : " pour autant que son auteur soit un réel alchimiste : Nicolas Valois par exemple ".

Devient après votre interprétation : "Je vous propose de vous expliquer la doctrine de Valois ", ou encore " je vous promet de vous expliquer Valois "

Cela n'est ni plus ni moins que de la malhonnêteté intellectuelle.

Mais ne vous inquiétez pas alchimiste mondain et autres piégeurs à gogo du cinabre, je prendrai congé prochainement et vous laisserai à nouveau occuper le terrain comme vous le firent durant bien des années, vous pourrez ainsi librement tourner en rond comme vous aimez à le faire.

Kunlun


Très heureux

kunlun

Nombre de messages : 51
Date d'inscription : 14/08/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Mar 26 Oct 2010, 17:06

Bonjour

Je ne répondrai qu'au détournement de la pensée de Cattiaux au sujet de l'expérimentation, 3 citations suffiront je pense (il y en a d'autres !) :

" Toutes les explications et toutes les expériences du monde et de nous-mêmes sont illusoires, car elles nous laissent ignorants, misérables et agonisants comme avant.
Seuls l'amour et la science du Très-Haut peuvent nous sauver des ténèbres de la mort.

Il y a une bénédiction pour celui qui expérimente le Livre, et il y a une bénédiction pour celui qui le réalise.

Le salut de Dieu est la science la plus expérimentale qui soit, car c'est la science du Dieu qui a créé le monde et les univers qui l'entourent, et celui-là ne délire pas abstraitement dans le vide !"

Cordialement,

C...a



Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Aube-Aurore le Mar 26 Oct 2010, 18:15

Charly Alverda a écrit:Pour Aube-Aurore :
L’âme du monde est le plus grand des secrets, je ne puis évidemment que cerner la “chose” (etc...)
Bonjour Charly Ensoleillé

Merci pour cette réponse. Elle semble certes évasive, mais je suppose que c'est en rapport avec la nature même de ce que nous essayons de décrire, cette "anima mundi".

Cependant, avant de m'enfuir vaquer (boulot oblige), je souhaite encore demander si l'anima mundi est la même chose - ou pas - que le "spiritus mundi", une expression que je rencontre parfois. Question

Amitiés. Fleur

Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Mar 26 Oct 2010, 18:49

Bonjour

Chère Aube-Aurore, à ta question précise correspond une réponse précise (!) :
L'anima mundi n'est ni le spiritus mundi ni le corpus mundi. Le cercle représente l'anima mundi, le triangle le spiritus mudi et le carré le corpus mundi.

http://herve.delboy.perso.sfr.fr/embleme_21.jpg

Il faut "tailler" un corps qui a une âme et un esprit, chaque alchimiste utilisera selon son propos du moment ces trois expressions, et d'autres : le corps contient le germe qui contient le sperme; les trois présentement sont invisibles et c'est le corps seul qui paraitra visible : la Pierre. Pour l'alchimie R + C, le corps vient de la terre, l'esprit des étoiles et l'âme de Dieu (la déité exécutrice), le tout est cet oiseau d'Hermès qui vole incessamment et qu'il faut piéger ! Limojon de Saint Didier dit "très charitablement" : "On prend un oiseau avec un oiseau, un poisson avec un poisson et un air avec un autre air". La table dit : "Le soleil est son père, la lune est sa mère et le vent le porte dans son ventre.

Je considère Cosmopolite le plus clair sur les actions de cet """ esprit """ universel qui descend du ciel vers la terre et remonte incessamment.

La figure de Maïer signale de plus un énorme problème pour la compréhension alchimique : il y a deux microcosmes contenant virtuellement le macrocosme, celui de l'homme et celui de la Pierre.
Amicalement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Charly Alverda le Mar 26 Oct 2010, 19:08

Dans ce mot : âme du monde il y a la "racine" du mot : Amour dont Dante a "vu" qu'il « meut le soleil et les autres étoiles » Dans sa plus haute expression c'est l'Amour, la déité, la Sagesse de Salomon, dans sa plus "basse", disons la plus dense, c'est la Lumière de la Nature qui crée, transforme et détruit tous les "corps". Ce qui est en bas, la Lumière de la Nature n'est visible que par la Lumière d'en-haut, celle qu'on appelle de la grâce, parce que jamais personne ne contraindra l'Amour.

" L'amour est la source de toute chose. Il est l'expression même de la vie dont le flux ne tarit jamais. Il est l'énergie qui imprègne l'univers entier de ses vibrations, qui le pénètre et le soutient. Chaque infime élément de la totalité est traversé par cette énergie impersonnelle, sans condition, sans limite. Elle est l'espace vibrant de la vie, silencieux et vide.

L'amour est cette énergie qui « meut le soleil et les autres étoiles » (dernier vers de la Divine Comédie de Dante). Il ne peut donc procéder de la volonté personnelle, de savoirs, d'ascèses… Il ne peut se plier à nos désirs égotiques.
L'amour ne demande rien, n'exige rien. Il est juste une expression perpétuellement jaillissante de la joie, essence de la vie. Il ne peut être source de souffrance. Seul l'attachement l'est.
On le cherche sans cesse alors qu'il est toujours présent. Tout le monde le cherche, même ceux qui semblent le refuser. Nos recherches sont maladroites, confuses, parce que menées sous l'autorité compulsive de nos ego. Nous essayons d'aimer… alors que nous sommes l'amour que nous cherchons ! Il est la nature de la vie, il est ce que nous sommes. On ne peut donc l'avoir, le posséder. Nos ego ne pourront jamais embrasser cette énergie, ils seront toujours déçus... Nous ne pouvons que répondre spontanément à sa vibration, à partir de notre propre cœur qui vit au rythme du Cœur cosmique.
C'est cette obsession de la quête d'amour qui détourne de la présence continue de l'amour.
La quête ne peut s'apaiser que lorsque l'amour est reconnu pour ce qu'il est. Il nous appelle donc à nous intérioriser, à retourner à sa source silencieuse. Alors on le voit en toute chose…
Il est toujours là et se révèle comme la trame de la vie, ce qui soutient l'univers, dans le silence de la conscience, désencombrée du bruit du moi et du mental."
(Nicole Montineri)

suite ici :

http://www.laconscience-espace.com/textes/FR/amour.html

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Myriam le Mar 26 Oct 2010, 21:44

Bonsoir à tous, et particulièrement à Charly qui nous dit, entre autres (je cite) :

L'amour est la source de toute chose. Il est l'expression même de la vie dont le flux ne tarit jamais. Il est l'énergie qui imprègne l'univers entier de ses vibrations, qui le pénètre et le soutient. Chaque infime élément de la totalité est traversé par cette énergie impersonnelle, sans condition, sans limite. Elle est l'espace vibrant de la vie, silencieux et vide.
L'amour est cette énergie qui « meut le soleil et les autres étoiles » […]
Ceci m'a émue, et m'a rappelé que, sur un forum aujourd'hui disparu, j'avais déjà rédigé, fin 2007, le texte qui suit, qui n'est pas sans relations harmoniques avec le texte posté par Charly, et que je crois utile de vous reproposer aujourd'hui :
Certaines de nos expériences personnelles vécues sont difficilement communicables non pas par volonté de secrets mais par faute de vocabulaire existant.

Elles ne sont vraiment compréhensibles que par des personnes connaissant le langage du coeur et de l’âme. Ce langage facilite la compréhension de telles expériences vécues très intensément mais malheureusement peu de personnes le pratiquent.

Je remarque que la grande majorité des chercheurs en alchimie ignore complètement une des clés essentielles pour la réussite du Grand Oeuvre : l’Amour. C’est un mot qui a de nombreux sens et qui a souvent été galvaudé. Bien souvent, les gens donnent à ce mot un sens purement matérialiste, et charnel, et oublient sa dimension première : la re-fusion au Divin.

L’Amour est aussi une force, une énergie et peut être comparé à un aimant aussi bien dans le plan physique que dans le plan astral. Il ne faut pas oublier que pour dégager l’énergie divine universelle contenue dans la gangue de notre pierre (matérielle), il faut non seulement que l’opérateur se libère de toute impureté de ses actes et de ses pensées malveillantes mais aussi qu’il se mette cordialement au niveau harmonique des plus hautes vibrations de l’univers, et donc de cette matière sur laquelle il travaille. Comment vouloir dégager l’énergie divine universelle contenue dans la gangue de notre pierre sans s’harmoniser avec le taux vibratoire élevé de l’Amour qui a engendré l’univers ? ? ?

Pour comprendre cela, la connaissance du langage du coeur et de l’âme est non seulement un outil essentiel mais tout un art d’être.
A mes yeux, telle est la clé principale.

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: une clé

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 02:02


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum