Alchimie spirituelle et opératoire

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Myriam le Ven 30 Mai 2008, 15:33

Bonjour à tous,

Pourquoi ignorer l’Alchimie spirituelle ou interne lorsqu’on pratique au laboratoire ?
Les pratiquants au laboratoire oublient que l’esprit de l’opérateur agit sur la matière et qu’il faut d’abord travailler sur soi-même si on veut réussir sa Pierre, sinon le résultat ne sera qu’une simple transmutation chimique.

L'auteur érudit Léon Gineste confirme que l’alchimie interne est complémentaire et inséparable de l’alchimie externe pratiquée au laboratoire.

Extrait du blog de Léon Gineste (dont le lien est : http://hermetisme.over-blog.com/article-19484600.html).

« Actuellement, les physiciens n’ignorent plus que l’homme en général et l’observateur en particulier, influent sur les phénomènes qu’il observe, c’est le principe anthropique. À la différence du scientifique qui cherche, en vain, à l’éviter, l’alchimiste va l’utiliser, s’en faire un allié et donc un complément indispensable à ses travaux au laboratoire.
De ce fait, la préparation de l’adepte est capitale, autant celle de son esprit que celle de son corps. Elle entre dans le cadre de l’alchimie que l’on appelle alchimie interne laquelle est complémentaire et inséparable de l’alchimie externe pratiquée au laboratoire.
L’alchimie interne n’est pas une vue de l’esprit, une spéculation, car la présence de l’alchimiste convenablement préparé permet d’effectuer au laboratoire des réactions dans la matière que la chimie normale ou nucléaire est incapable de réaliser ou réalise difficilement.
Donc, ceux qui considèrent l’alchimie comme uniquement un travail sur soi, une recherche spirituelle ne connaissent qu’une partie de l’alchimie. Il en est de même pour ceux qui considèrent que l’alchimie est seulement un travail au laboratoire.
L’alchimie peut donc se définir comme une mystique expérimentale ou plus précisément une mystique technologique nécessitant des travaux sur soi-même et, dans un premier temps, une œuvre au laboratoire avec de la verrerie. »

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Myriam le Lun 20 Oct 2008, 15:57

Bonjour à tous,

Bien souvent, les laborants alchimistes ne se préoccupent nullement de spiritualité et pensent que triturer la matière comme le font les chimistes dans leur laboratoire est de l’authentique ALCHIMIE . Ils sont à côté de la question.

Si les textes anciens évoquent la phase de Préparation, voire même, pour certains, de pré-Préparation, c’est qu’en parallèle d’une action matérielle concrète, il y a lieu de se préoccuper d’abord "d’épurer son MOI" (comprenez l’Âme, l’être profond, l’essence de notre conscience, la personnalité ontologique, intrinsèque). Il faut d’abord s’épurer soi-même avant de vouloir épurer la matière car il y a interaction entre individu et matière. Certains recherchent dans l’alchimie, un moyen de « faire de l’or », d’autres encore (ou les mêmes) recherchent l’élixir médicinal ou la possibilité d’aider autrui. En soi, c’est bien, mais il ne s’agit évidemment pas réellement d’Alchimie, car l’Alchimie permet à l’homme d’approcher la Connaissance de son être véritable, de son Moi divin, en lui faisant prendre conscience qu’il peut s’affranchir des limites qui brident habituellement les chercheurs chimistes matérialistes. Comme toute transformation fondamentale de l’être, l’Alchimie se fonde, d’abord, sur une INITIATION. C’est, ensuite, après avoir perçu qu’au sein de la matière se cache une Lumière engluée dans une gangue de terrestréités qu’il convient dès lors de se mettre à l’oeuvre au fourneau. Nous sommes là dans une démarche radicalement différente de celle qui consiste à débuter par chipoter avec des matières chimiques diverses dans l’espoir qu’un jour (un peu comme on peut statistiquement avoir une chance de gagner à l’Euromillion) un miracle, un hasard, une intervention divine ou autre, fasse plus ou moins accidentellement émerger de l’huile dorée obtenue des vertus quasi magiques.

Dans cette manière d’appréhender l’Alchimie, il n’est dès lors pas adéquat (ni logique) de débuter un travail matériel sur une minière quelconque, plus ou moins tirée au sort au hasard des conseils reçus d’ici ou là, sans avoir d’abord évolué profondément au niveau spirituel. Et ce travail préalable n’est possible que par une pratique assidue.

Je dis bien : une pratique. Car je lis trop souvent que certaines personnes, férues d’Alchimie, ayant acquis un sacré paquet de connaissances dans ce domaine, riches d’une spiritualité élevée, et continuant jour après jour à cultiver cette spiritualité ne sont pas reconnus comme des pratiquants en Alchimie, sous prétexte qu’ils n’auraient pas encore commencé la PHASE VERIFICATOIRE TERMINALE ! C’est absurde, évidemment : de même qu’il ne viendrait pas à l’idée de contester son diplôme d’architecte à Gaudi sous prétexte qu’il n’a pas encore achevé la Sagrada Familia, de même on ne niera pas le statut de laborant opératif à celui qui a commencé son Grand Oeuvre par...

...le Début !

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Nelly Foulcat le Mar 16 Déc 2008, 13:21

Merci Myriam pour ces informations. Certains chercheurs croient qu’ils font de l’alchimie alors qu’ils font soit de l’archimie, soit de la spagyrie. Fulcanelli dans « Les Demeures philosophales » a démontré par plusieurs exemples qu’aucunes opérations archimiques ou spagyriques ne se rapportent de près ou de loin à l’alchimie traditionnelle qui nécessite une aide divine.

Extraits de l’ouvrage « Les Demeures philosophales » chapitre VII - Alchimie et spagyrie :
...Nous ne voulons désespérer personne, mais la vérité nous oblige à dire que ceux-là ne sortiront jamais des voies de la chimie officielle, qui se livrent aux recherches spagyriques. Beaucoup de modernes croient, de bonne foi, s’écarter résolument de la science chimique parce qu’ils en expliquent les phénomènes d’une manière spéciale, sans pourtant employer d’autre technique que celle des savants hommes sur lesquels s’exerce leur critique. Il y eut toujours, hélas ! de ces errants et de ces abusés, et c’est pour eux sans doute que Jacques Tesson écrivit ces paroles pleines de vérité : " Ceux qui veulent faire notre OEuvre par digestions, par distillations vulgaires et par sublimations semblables, et d’autres par triturations ; tous ceux-là sont hors du bon chemin, en grande erreur et peine, et privez de jamais y parvenir, pource que tous ces noms, et mots, et manières d’opérer, sont noms, mots et manières métaphoriques."
En résumé, la science alchimique, d’une extrême simplicité dans ses matériaux et dans sa formule, reste cependant la plus ingrate, la plus obscure de toutes, eu égard à la connaissance exacte des conditions requises, des influences exigées. C’est là qu’est son côté mystérieux, et c’est vers la solution de ce problème ardu que convergent les efforts de tous les fils d’Hermès.
Batsdorff, au début de son traité (Le Filet d’Ariadne - Paris, Laurent d’Houry, 1695, p. 2.), prévient charitablement le lecteur en ces termes : "Tout homme prudent, dit-il, doit premièrement apprendre la Science, s’il peut, c’est-à-dire les principes et les moyens d’opérer, sinon en demeurer là, sans follement employer son temps et son bien… Or, je prie ceux qui liront ce petit livre, d’ajouter foi à mes paroles. Je leur dis donc encore une fois qu’ils n’apprendront jamais cette science sublime par le moyen des livres, et qu’elle ne peut s’apprendre que par révélation divine, c’est pourquoy on l’appelle Art divin, ou bien par le moyen d’un bon et fidèle maître ; et comme il y en a très peu à qui Dieu ait fait cette grâce, il y en a peu aussi qui l’enseignent."

Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Garfield le Mar 13 Jan 2009, 14:43

Chacun peut choisir les citations de Fulcanelli en fonction de ses propres convictions et en tirer la quintessence qui lui convient. Je vous démontre par un exemple que Fulcanelli parle bien de l’importance du travail au laboratoire afin de pouvoir vérifier à tout moment sa bonne compréhension des textes alchimiques.

…la Philosophie proclame la nécessité du travail manuel imposé aux chercheurs désirant acquérir la notion positive, la preuve indiscutable de sa réalité. Sans recherches techniques, sans essais fréquents ni expériences réitérées, on ne peut que s’égarer dans une science dont les meilleurs traités cachent avec soin les principes physiques, leur application, les matériaux et le temps. Celui donc qui ose se prétendre philosophe et ne veut labourer par crainte du charbon, de la fatigue et de la dépense, celui-là doit être regardé comme le plus vaniteux des ignorants ou le plus effronté des imposteurs. L’activité du sage ne se mesure pas aux résultats de propagande spéculative ; elle se contrôle auprès du fourneau, dans la solitude et le silence du laboratoire, non ailleurs ; elle se manifeste sans réclame ni verbiage, par l’étude attentive, l’observation précise, persévérante, des réactions et des phénomènes. Qui agit autrement vérifiera, tôt ou tard, la maxime de Salomon (Prov., XXI, 25), disant que « le désir du paresseux le fera périr, parce que ses mains refusent de travailler ». Le véritable savant ne recule devant aucun effort ; il ne craint pas la souffrance, parce qu’il sait quelle est la rançon de la science, et qu’elle seule lui fournit le « moyen d’entendre les sentences et leur interprétation, les paroles des sages et leurs discours profonds » (Prov., I, 6).
Extrait: Les Demeures Philosophales T 2 (Les gardes du corps de François II)

Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Sherlock le Mar 13 Jan 2009, 17:20

Ahum...

Bien sûr, Garfield. Fulcanelli, lui aussi, insiste sur l'aspect matériel de la recherche alchimique. L'aboutissement de la quête débouche nécessairement sur une phase pratique, concrète, efficiente : Quintessence, Elixir, Pierre, Transmutation vérifiable.

Mais ta citation contient aussi une autre vérité qu'il ne faut pas occulter :
L’activité du sage ne se mesure pas aux résultats de propagande spéculative ; elle se contrôle auprès du fourneau, ...
Elle se contrôle...
Fulcanelli a bel et bien écrit "contrôle".
Et ce mot est lourd de sens. Pour qui sait lire.

Sherlock

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Garfield le Mar 13 Jan 2009, 19:13

Ow, Sherlock ! Bonsoir ! On te voit peu ces jours-ci !

Je lis bien tes mots, mais je n'en perçois pas le sens. Que veux-tu dire en insistant sur ce mot ''contrôle'' ?

Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Charly Alverda le Mar 13 Jan 2009, 19:50

Bonjour à tous

Toujours vigilant ce cher Sherlock ! Sans la connaissance du Feu (secret) de l'Oeuvre il est bien évident qu'on ne peut rien entreprendre, puisque la première opération est une "dissolution" du "chaos" afin qu'il devienne le chaos des Sages - d'où l'on extraira notre couple primitif - et cette dissolution ne peut bien sur s'effectuer sans ce Feu. On comprend ainsi qu' il est réservé à très peu d'oeuvrer. Ceux qui disent le contraire n'ont pas mis un pied dans le labyrinthe, hélas !

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Sherlock le Mar 13 Jan 2009, 20:44

Hum hum…

La question de Garfield pourrait nous entraîner loin. Tentons de rester concis.

L’intervention de Charly Alverda est pertinente : sans avoir d’abord intégré correctement en soi le concept du Feu Secret – et sa « mise en œuvre LangueDesOiseaux1 » - il est dérisoire de vouloir œuvrer au fourneau. Et pourtant on voit certains souffleurs se vanter (venter ? LangueDesOiseaux1 ) et revendiquer des dizaines d’années d’expérience pratique… qui ont conduit à quoi ? Du vent.

On pourrait transposer le même constat au niveau de la Materia Prima et, sur ce forum, Myriam l’a déjà souligné plusieurs fois : il est dérisoire de vouloir « pratiquer » par essais et erreur, sur différentes matières, de façon répétitive, durant maintes et maintes années. Tâtonner, quoi. Au petit bonheur la chance. Est-ce bien sérieux ?

Soyons pragmatiques. Fulcanelli encourage très judicieusement de passer au fourneau pour ne pas raisonner (résonner ? LangueDesOiseaux1 ) dans le vide comme des théoriciens déconnectés du Réel, mais… à titre de contrôle, afin que le chercheur qui a évolué par sa pratique(*) puisse se confronter, par l’expérience, aux fondements de la Nature.

Ce qui signifie aussi, selon moi, que le chercheur en Alchimie passe logiquement plus de temps à l’oratoire et à la bibliothèque qu’au laboratoire.
_________________________
(*) pratique sur laquelle je ne m’étendrai pas ici pour ne pas susciter de puériles querelles d’écoles.

Sherlock

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Charly Alverda le Mar 13 Jan 2009, 21:55

Bonsoir

Très beaux ces oiseaux, quelle est leur langue Sherlock ?

Vos arguments sont comme toujours parfaitement étayés et vos conclusions pleine de sagesse. J'avais bien compris votre intervention sur le concept de "contrôle" de la bonne marche du processus de l'Oeuvre, mais comprendre le processus sans la possibilité d'oeuvrer, c'est posséder la carosserie d'un super bolide... sans moteur. Or je le répète la première des opérations s'effectue par ce feu, aucune putréfaction ne peut se faire sans lui, ce qui est la base d'une excellente méditation .... mais m'arrête tout net ! Quelques anciens ont bien recommandé la nécessité du Donum Dei avant de pratiquer, et malgré la tendresse particulière que j'ai pour le texte Fulcanellien, j'ai abandonné ses conseils quand je me suis rendu compte qu'il ne parlait pas de la pratique des anciens des XVIè et XVIIè siècles.

On ne peut qu'envisager à l'etude des textes Fulcanelli/Canseliet : que ce soit par le choix de l'antimoine ou de la Galène, ils n'obtiennent que des "particuliers". J'ai longtemps cru que Fulcanelli était "envieux" jouant sur une moderne formulation, il a fallu que je médite sur le texte de Cattiaux, son contemporain, pour découvrir que ce dernier s'exprimait (sans jamais employer les termes de soufre et de mercure) dans les mêmes termes que le Cosmopolite, Flamel, Valois ...

De plus, il n'est pas nécessaire d'aller en Espagne pour renconter un adepte ! J'ai cru longtemps aussi que ce voyage était aussi allégorique que celui du pseudo-Flamel, que voulait donc dire Canseliet ? Un Mystére de plus.

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Henri Schersch le Mar 13 Jan 2009, 22:51

Bonsoir Charly,

Je note votre intérêt permanent pour cette période des 16ème et 17ème siècles, tant au niveau des maîtres cartiers, que de la Rose+Croix, que de l’Alchimie, comme si ces dates représentaient un peu l’âge d’or de ce courant de pensée. Je note aussi combien vous attirez ci ou là notre attention sur les 3 Nicolas : le pseudo-Flamel, Grosparmy, Valois. Naturellement, ce dernier nous ramène indirectement aux familles de Valois, patronyme de deux frères qu’on retrouve dans la quête de l’identité de Fulcanelli. Y aurait-il filiation ? La question mérite au moins d’être posée.

Par ailleurs, pour ma part, il n’y a pas lieu d’associer outre mesure Fulcanelli à Canseliet, lesquels, contrairement aux apparences, représentent deux courants pas vraiment convergents. Être dépositaire de manuscrits ne signifie en rien être un héritier spirituel, loin s’en faut.

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Charly Alverda le Mer 14 Jan 2009, 00:06

Bonsoir

" Je note votre intérêt permanent pour cette période des 16ème et 17ème siècles, tant au niveau des maîtres cartiers, que de la Rose+Croix, que de l’Alchimie, comme si ces dates représentaient un peu l’âge d’or de ce courant de pensée. "

En effet mon cher Henri, je privilégie cet âge d'or ! Parce que c'est la nouvelle formulation de l'alchimie en terme de ternaire et non plus de binaire. On peut considérer, je pense, l'alchimie pré-Renaissance comme l'alchimie orientale avec une dualité soufre/mercure analogue au Yin/Yang. L'énergie UNE se manifeste sur le plan existentiel, en se polarisant deux fois, produisant les 4 éléments, cette double opposition suffit pour apprehender l'Oeuvre en terme duel. La redécouverte des textes hermétiques au XVè siècle et leur diffusion massive opère chez l'élite intellectuelle et artistique un renversement complet de la psyché. Cette conséquence entraîne à la fin du XVIè siècle les conceptions médicales de Paracelse et une nouvelle formulation de la "philosophie de la Nature". Beaucoup d'alchimistes du XVIIè sont médecins paracelsiens, en fait dorniens. "L'individu" tout juste naissant est fasciné par l'immensité d'un "monde" ( on a aussi découvert l'Amérique!) où absolument tout est vivant, même le métal est gouverné par un "ange". La seule façon d'appréhender cette multiplicité dans son rapport avec sa source unitive est de concilier l'opposition de toutes choses entre elles par le ternaire, symbole du caducée d'hermès. L'alchimie à cet instant-clef va, juste avant de disparaître, se formuler sur le plan de ce ternaire, la trinité d'en-haut correspond avec le ternaire du bas, est primordiale la captation de "celui du milieu" Hermès/Mercure.

Quant aux "personnalités" de Fulcanelli et Canseliet je me suis exprimé ce soir dans ma réponse à Myriam. J'ai cassé mes "idoles" !

Cordialement

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Garfield le Mer 14 Jan 2009, 12:33

Merci Charly. Je ne comprends pas très bien ta phrase :
L'alchimie à cet instant-clef va, juste avant de disparaître, se formuler sur le plan de ce ternaire, la trinité d'en-haut correspond avec le ternaire du bas, est primordiale la captation de "celui du milieu" Hermès/Mercure.
Cela signifie-t-il que l'alchimie est disparue aujourd'hui et qu'il n'est plus possible de la pratiquer au laboratoire ?

Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Charly Alverda le Jeu 15 Jan 2009, 20:16

Bonjour à tous

En réponse à Garfield :

Je pensais à F. Bonardel : " Philosopher par le feu " : “... un art cherchant entre Ciel et Terre, matière et esprit, une médiation transformatrice préservant de ce fait l'Alchimie d'être unilatéralement matérialisme ou spiritualisme. En ce sens, et pour s'être voulue aussi résolument non dualiste, l'Alchimie fut sans doute « la figure précise de la philosophie dont l'Occident n'a pas voulu * », mais dont rien ne permet d'affirmer qu'il ne voudra jamais plus.”

* C. Gagnon, Alchimie et Philosophie au Moyen Age, Montréal, Éd. Univers,1980, P. 80.

Cordialement,

Charly

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Nelly Foulcat le Mar 22 Fév 2011, 15:08

Dans l'ouvrage " Les Demeures philosophales – partie V intitulée "Chimie et philosophie", Fulcanelli nous démontre l'importance de la spiritualité dans la pratique alchimique. Voici un extrait :

Nous assurons donc, sans parti pris, que les grands savants dont nous avons reproduit les opinions se trompent lorsqu’ils nient le résultat lucratif de la transmutation. Ils se méprennent sur la constitution et les qualités profondes de la matière, quoiqu’ils pensent en avoir sondé tous les mystères. Hélas ! la complexité de leurs théories, l’amas de mots créés pour expliquer l’inexplicable, et surtout l’influence pernicieuse d’une éducation matérialiste les poussent à rechercher fort loin ce qui est à leur portée. Mathématiciens pour la plupart, ils perdent en simplicité, en bon sens, ce qu’ils gagnent en logique humaine, en rigueur numérale. Ils rêvent d’emprisonner la nature dans une formule, de mettre la vie en équation. Ainsi, par déviations successives, en arrivent-ils inconsciemment à s’éloigner tellement de la vérité simple qu’ils justifient la dure parole de l’Evangile : « Ils ont des yeux pour ne point voir et du sens pour ne point comprendre ! »

Serait-il possible de ramener ces hommes à une conception moins compliquée des choses, de guider ces égarés vers la lumière du spiritualisme qui leur manque ? Nous allons l’essayer et dirons tout d’abord, à l’intention de ceux qui voudront bien nous suivre, qu’on étudie point la nature en dehors de son activité. L’analyse de la molécule et de l’atome n’apprend rien ; elle est incapable de résoudre le problème le plus élevé qu’un savant puisse se proposer : quelle est l’essence de ce dynamisme invisible et mystérieux qui anime la substance ? De la vie, en effet, que savons-nous, sinon que nous en trouvons la conséquence physique dans le phénomène du mouvement ? Or, tout est vie et mouvement ici-bas. L’activité vitale, très apparente chez les animaux et les végétaux, ne l’est guère moins dans le règne minéral, bien qu’elle exige de l’observateur une attention plus aiguë. Les métaux, en effet, sont des corps vivants et sensible, témoins le thermomètre à mercure, les sels d’argent, les fluorures, etc. Qu’est-ce-que la dilatation et la contraction, sinon deux effets du dynamisme métallique, deux manifestations de la vie minérale ? Pourtant, il ne suffit pas au philosophe de noter seulement l’allongement d’une barre de fer soumise à la chaleur, il lui faut encore rechercher quelle volonté occulte oblige le métal à se dilater. On sait que celui-ci, sous l’impression des radiations caloriques, écarte ses pores, distend ses molécules, augmente de surface et de volume ; il s’épanouit en quelque sorte, comme nous le faisons nous-mêmes, sous l’action des bienfaisantes effluves solaires. On ne peut donc nier qu’une telle réaction n’ait une cause profonde, immatérielle, car nous ne saurions expliquer, sans cette impulsion, quelle autre force obligerait les particules cristallines à quitter leur apparente inertie.
.

Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Mar 12 Avr 2011, 23:25

Tout simplement, pour revenir à ce problème de dualité de l'alchimie opérative ou spirituelle. Il me semble que l'alchimie, comme toutes les voies initiatiques, mène à une certaine unité. Il apparait donc normal que ces différents aspects se rejoignent rapidement, comme bientôt tous les aspects de la vie.
Pour moi, l'alchimie est une philosophie globale de la vie, qui demande un gros travail au labo (heureusement pour moi, je suis un adepte de la cuisson solaire, une partie de mon labo est dans le jardin, ça me permets de moins m'enfermer dans une atmosphère enfumée et souvent malodorante Très heureux )

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Garfield le Mer 13 Avr 2011, 08:39

Bonjour Alambic,
Alambic a écrit:(heureusement pour moi, je suis un adepte de la cuisson solaire, une partie de mon labo est dans le jardin, ça me permets de moins m'enfermer dans une atmosphère enfumée et souvent malodorante)
Ca m’intéresse la pratique de la cuisson solaire, peux-tu nous la faire découvrir ?

Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Distillation solaire

Message  Alambic le Mer 13 Avr 2011, 21:07

La cuisson ou la distillation solaire sont des procédés traditionnels que l'on avait oublié jusqu'à ce que Stéphane Barillet en parle clairement (c'est sa spécialité, mais sa formation ne parle pas que de ça).
Etant distillateur de profession, ça m'a beaucoup intéressé et je pratique de plus en plus (en plus, ça permet de moins travailler l'hiver Très heureux ).
En fait, je pratique plus la calcination dans un four parabolique que la distillation dans un cuiseur caisse. Les effets de cette calcination sont très différents de ce que l'on connait avec nos gazinière ou nos fours à émaux, ou même les fours à bois utilisés par exemple pour les régules d'antimoine.
Stéphane donne un petit texte d'intro à sa formation (gratuit) qui décrit une petite expérience d'air simpliste avec un verre d'eau, une loupe et un aimant. Le mieux, c'est d'essayer et de voir comment développer ce petit truc. Personnellement, je remplace facilement la loupe par le four solaire.
L'histoire, c'est que la cuisson ne se fait pas avec des calories seulement, mais les différentes couleurs du prisme (UV et infrarouge notamment) ont une importance majeure dans le phénomène.
Il y a une photo de mon four dans le dernier article de mon blog devenir-distillateur.com (même si le sujet et le style de cet article sont plus proches de Pierre Dac que de Canseliet Sarcastique )
Bon, il fait beau : au boulot à ceux que ça intéresse Cool Cool Cool

PS. J'apprécie beaucoup S. Barillet, mais je n'ai aucun intérêt dans son affaire, je précise vu que je suis nouveau et que son style un peu coach en a défrisé plus d'un (dont moi au début) Horreur

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Laposse le Mer 13 Avr 2011, 22:06

Alambic a écrit:Bon, il fait beau : au boulot Ensoleillé
C'est très subjectif. Entre l'averse de grêle de ce matin et les chutes de neige annoncées pour cette nuit, difficile d'imaginer les préparatifs pour un barbecue...

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Ven 15 Avr 2011, 10:01


Voila le principe
Pour les alchimistes qui ne craignent pas la lumière ;-)

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Charly Alverda le Ven 15 Avr 2011, 12:46

Bonjour,

Que veux-tu faire avec ton régule d’antimoine Alambic? Des médicaments ?

“ Pour les alchimistes qui ne craignent pas la lumière ;-) , dis-tu non sans humour, ajoutant : “heureusement pour moi, je suis un adepte de la cuisson solaire, une partie de mon labo est dans le jardin, ça me permets de moins m'enfermer dans une atmosphère enfumée et souvent malodorant.”

Hélas les alchymistes craignent la lumière solaire par dessus tout ! Celle-ci étant polarisée, ils ne supportent que celle de la lune, s’appelant ainsi quelquefois “teinturiers de la lune”. Une faible lumière bleue ou violette étant supportable dans l’obscurité des corruptions et gestations. Il ne peut en alchymie y avoir d’atmosphère enfumée, le “petit roi” naissant et se développant grâce à la chaleur animale, dont le boeuf et l’âne sont le symbole. Quant aux odeurs les anciens recommandent de “luter” le verre en le fondant, mais le mastic semble suffisant. Les ferments minéraux sont aussi fragiles que les vitamines, ce n’est pas le feu des cuisines qui est utilisable.
Il faut bien comprendre le lien qui unit le feu du soleil à celui de la Nature invisible aux yeux de chair. Cosmopolite, Valois... et B. Valentin que j’ai sous la main disent tous la même chose et ce passage est à méditer:

“Observez donc en premier lieu qu'il faut bannir toutes choses étranges & qui ne sont utiles à la spéculation Philosophique, mais qui peuvent plutôt être cause que vous perdiez l'occasion de jouir de ce qu'il vous faut chercher ; or sachez que si vous êtes épris d'affection à posséder cet Aimant doré, vous devez premièrement adresser vos voeux & prières à DIEU avec zèle, contrition & humilité, afin que puissiez parvenir à la connaissance scientifique des TROIS divers MONDES qui sont à la raison humaine les curieux objets d'admiration.

Le premier est le MONDE céleste ou ARCHETYPIQUE, dans lequel l'AME immortelle doit avoir sa résidence, & duquel vient son premier ETRE qui fut après la Création divine de l'univers. Ce monde sur-céleste est, après DIEU, la première imperceptibilité mouvante ou la première Ame mouvante imperceptible, par laquelle la VIE naturelle opère sur-naturellement, et cette AME ou Esprit est la première Racine source de VIE de toutes les créatures, & ce que l'on peut véritablement appeler PRIMUM MOBILE, duquel les Sages & doctes ont tant écrit & disputé.
Le SECOND Monde est le CÉLESTE ou Ectypique, dont devez ensuite considérer les observations : Car c'est en lui qu'habitent & règnent les PLANETES & les ASTRES, & où ils ont leur cours, force & vertu, y accomplissant leur devoir, selon le décret de la Providence Divine, causant ainsi la génération des MÉTAUX & MINÉRAUX par leurs spirituelles influences.
Le troisième est le MONDE Elémentaire ou Typique, dans lequel sont tous les Eléments & les créatures sublunaires, parmi lesquelles sont les MÉTAUX & MINÉRAUX qui tirent leur origine des spirituelles influences de ces deux premiers Mondes, lesquels impriment incessamment leurs vertus dans ce Monde Elémentaire.
C'est du Monde SURCÉLESTE que la source de la VIE & de l'AME de toutes choses tire son origine ; & du Monde CÉLESTE provient la lumière de IIESPRIT. Mais c'est du troisième, savoir du Monde ELÉMENTAIRE, que procède le FEU imperceptible, tout divin et invincible par lequel les choses palpables & de solidité corporelle sont décuites ; ces TROIS subsfances ou matières sont les véritables Principes de la Génération & forme des MÉTAUX, entre lesquels l'OR est le plus excellent & de beaucoup préférable à tous les autres, parce que, par les opérations des Astres & des Eléments, le MERCURE de ce Métal a été décuit jusques à la perfection.

De même la vertu séminale des Animaux qui sont du sexe mâle, qui est l'Agent, se rencontrant dans les MATRICES de l'autre sexe, qui est le Patient, cette imême seinence se trouve être contiguë à la matière Menstruelle, qui est la Terre, & étant ainsi sortie de l'Agent & reçue par le Patient, elle est travaillée par les Astres & Eléments, afin que ces deux SEMENCES puissent être unies & nourries dans leur Terre MATRICE pour leur naissance & production.

Le même aussi doit-on observer de l'AME des Métaux, qui a été conçue par une composition imperceptible, invisible, incompréhensible, occulte & surnaturelle, & comnie d'EAU & d'AIR, formée du Chaos, & ensuite décuite par lie FEU & la lumière céleste ou Elémentale du SOLEIL supérieur, duquel les ASTRES reçoivent leurs forces, quand sa chaleur pénètre dans l'intérieur de la Terre comme dans sa MATRICE, & y porte la propriété opérative des ASTRES supérieurs qui fait que la Terre devient ouverte, afin que l'esprit inclus en icelle puisse donner nourriture & produire les Métaux, herbes, Arbres & Animaux, selon la semence multiplicative & prolifique d'un chacun, comme j'ai déjà dit que les hommes sont spirituellement & divinement conçus, les facultés de leur AME & ESPRIT étant formellement perfectionnées par la nourriture de la Terre Matrice, leur Mère-nourrice. Ce que l'on peut observer pareillement en tous les Métaux & Minéraux, & ceci est le plus grand secret de l'OR, de montrer & faire entendre par exemple & similitude où la NATURE a caché ce grand Mystère. Il y a moyen de prouver que la lumière céleste du SOLEIL est d'une propriété ignée que le Créateur du Ciel & de la terre a mis en elle, par le moyen d'un ESPRIT SULPHUREUX, Céleste, fixe & permanent, pour entretenir sa substance -corporelle & sa forme, cette créature céleste est enflammée par son cours perpétuel, si vite & si rapide, avec lequel elle se meut dans l'AIR, & qui continuera autant que son Cours sans diminution de ses forces, parce qu'il
n'y a aucune matière combustible en elle par laquelle cette grande lumière puisse être contrainte de souffrir diminution.


Ainsi donc, l'OR est décuit par ces Principes d'en-haut & parvient à telle fixité et nature invin cible, en sorte qu'aucune chose ne peut lui nuire, parce que les effets de l'Astronomie supérieure ont agi par leur commerce & relation harmonique avec l'inférieure, de telle sorte que ces Astres inférieurs étant fixés par les influences & vertus des Supérieurs auxquels ils symbolisent, ils ne cèdent à aucun examen, parce que ceux d'en-bas, par les influences & facultés de ceux d'en-haut, en ont obtenu une grande fixité & constance : observez & remarquez bien ceci sur la première Matière de l'OR.

Il faut que j'ajoute encore une autre similitude, selon la coutume des Philosophes, à savoir de cette grande LUMIERE du Ciel avec ce petit FEU que l'on voit journellement allumé sur la Terre, toujours brlilant devant nos yeux, & que je fasse voir quelle grande affinité, vertu magnétique, ou relation harmonique il y a de la grande lumière avec cette petite et que par ce Medium Aérien, elles conservent leur ETRE & le perfectionnement. Car on voit que sitôt que l'AIR conçoit quelque corruption par les aquosités qui sont attirées en haut, comme brouillards & autres semblables amas qui forment des nuées, lesquelles empêchent que les rayons du SOLEIL agissent par leur réflexion & vertu pénétrante ainsi qu'auparavant, de même le petit FEU Terrestre ne brûle pas si bien dans un temps couvert & nébuleux comme quand I'AiR est pur, clair & serein. Cela vient de ce que leur Amour est étouffé par les aquosités accidentelles de l'AIR ; en telle façon que la Vertu attractive est empêchée de faire son opération à produire les effets de sa sympathie.
Tout ainsi que le SOLEIL qui est la grande lumière céleste, & la petite terrestre qui est le FEU élémentaire se trouvent avoir une forte & mutuelle inclination & affection à s'attirer l'une l'autre par vertu magnétique ; de même le SOLEIL & l'OR ont aussi une particulière correspondance & certaine vertu attractive mutuellement entre eux, parce que le SOLEIL a travaillé dans l'OR ayant servi comme d'un puissant médiateur ;pour unir & lier inséparablement ces trois principes : Ainsi l'OR a son origine de l'Aimant doré & céleste.

Voilà donc la plus grande sagesse de ce monde, la sagesse des sagesses ; voire une sagesse qui surpasse la raison naturelle : car par cette sagesse on doit comprendre comment DIEU a créé l'ETRE céleste, les opérations du firmament, le dessein ou imagination spirituelle, & l'ETRE corporel de toutes les choses créées : elle comprend aussi en soi toutes les qualités & propriétés d'icelles, voire tout ce par quoi l'homme subsiste.

Dans cet Aimant doré est cachée ; la résolution de tous les Métaux & Minéraux, & leurs puissances & vertus, comme aussi la Première Matière de leur naissance &, leur pouvoir sur la SANTÉ ; leur congélation & fixation, & l'opération de leurs vertus pour guérir les maladies,
Observez & remarquez bien cette CLEF, car elle est divine, astrale & élémentale, de laquelle toutes choses terrestres sont produites ; elle est naturelle aussi bien que surnaturelle, & a sa naissance de l'esprit de MERCURE, divinement, de l'esprit de SOUFRF, spirituellement, de l'esprit de SEL, corporelleinent. Ceci est toute la voie & toute la science, le commencement & la fin ; car son CORPS est tellement lié avec L'ESPRIT par le moyen de l'AME qu'ils ne peuvent pas être désunis, niais engendrent un CORPS parfait auquel rien ne peut nuire. De cette substance spirituelle, & de cette Matière qui a formé un CORPS à l'OR, est fait le vrai OR POTABLE des anciens sages, lequel est plus parfait que l'OR même, qui doit être spiritualisé avant qu'on en puisse faire cette liqueur précieuse.”
(Traité de la Révélation de la Teinture des Sept Métaux, chapitre : de la teinture du soleil)

Cordialement,

C...a


Dernière édition par Calcédoine le Ven 15 Avr 2011, 19:07, édité 2 fois (Raison : doublon alambiqué)

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  loup le Ven 15 Avr 2011, 14:45

bj Alambic, à mon sens, ce feu que tu manifestes à travers cette parabole, est trop violent et direct pour la confection de la "médecine" (qui n'est pas la poudre de projection), mais ce n'est qu'un avis... aucune matière n'a, en son sein, cet "esprit universel" ; il est à réaliser et le feu ne doit pas dépasser les 50°C, après l'"esprit" de la vie disparait. Il faut CAPTER cet Esprit et non le chercher dans des matières ou minéraux en fusion. Il suffit de dissoudre et de coaguler (7 fois) pour que l'enfant soit plus grand que ses deux parents, et devienne cette huile épaisse et dorée (qui peux se cristalliser ) et appelée de divers noms. Ensuite on peut l'orienter pour les métalliques,avec le soufre de l'or, et en faire la "poudre" ou la "pierre"..(idem).. Mais tant qu'elle est naissante, le soleil lui est fatal Pas question

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Ven 15 Avr 2011, 17:59

Bonjour tous le monde,

Charly et Loup, j'ai du mal à vous suivre : je propose de partager un travail que je fais, et vous m'opposez une théorie sans la moindre trace d'une quelconque expérience personnelle…
Charly, je n'ai pas le temps de lire Basile : j'ai trop de travail au labo, et j'ai déjà sélectionné les textes qui me sont pour l'instant utiles : je renonce à être un érudit de l'alchimie.
Loup, mais de quoi parles-tu ? Tu semble avoir une conception très fermée de la pierre philosophale. Ce n'était d'ailleurs peut-être pas dans mon ambition que de faire une pierre philosophale dans cette opération : l'alchimie est très riche et les pratiques très variées !

Je vais maintenant préciser quelque chose d'important pour moi.
J'ai essayé de participer à un autre forum d'alchimie. J'ai du renoncer : dès qu'une discussion intéressante se mettait en place, il y avait toujours une meute de monolythiques fanatiques pour casser ceux qui proposaient quelque chose de constructif. Vouloir échanger son travail et son expérience était totalement illusoire, j'ai renoncé.
Quand j'ai trouvé votre forum, l'ambiance beaucoup plus détendue, plus ouverte, m'a plu. On ne se connait certes pas, mais on sent qu'il est possible d'échanger et de rigoler. Je suis prêt à échanger mes points de vue sur certains sujets, sans casser personne, sans imposer mes croyances ou mes méthodes, juste proposer. J'espère que c'est aussi votre souhait.
Alors je dois préciser que j'ai quand même des valeurs : par exemple, je n'accepte pas que la pratique de quelqu'un soit cassée par de la théorie. Il est déjà très rare dans notre domaine de parler pratique, que ça devrait suffire à être respecté. Il est bien sûr possible de proposer son point de vue, mais s'il n'est pas basé sur une expérience, il faut le préciser intervenir sans casser. Mais de toutes façons, je préfère la forme "j'ai fait ceci, de telle façon, et j'ai obtenu cela" qui pour moi devrait remplacer le "il faut faire comme cela". C'est une garantie, et un respect réciproque entre celui qui propose son travail et celui qui a alors les moyens de le vérifier par lui-même.

Je pratique différentes voies alchimiques depuis longtemps, je suis distillateur de métier, j'ai un intérêt particulier pour les médecines naturelles, et je suis un partisan de l'échange libre des connaissances (je peux donner en clair tous mes procédés, ça ne vous empêchera pas d'avoir le plaisir de les réinventer à votre tour, ceux qui en ont le courage en tout cas…). J'ai déjà publié ma conception de l'Art sur mon site www.devenir-distillateur.com à la partie "alchimie" (et dans mon livre "L'Alambic, l'Art de la Distillation") et je ne vous embêterai pas plus longtemps avec ça. Je voulais juste préciser ces choses pour être sûr que je ne m'étais pas trompé de forum Très heureux

Pour finir et répondre à Charly : non, je ne pensais pas faire un médicament de ce régule d'antimoine (la question est intéressante), je préfère les matières premières non toxiques (bien que la technique homéopathique permette de "dulcifier" les toxiques). Mais la question est intéressante Sourire
dulcifier : technique décrite dans la Nature Dévoilée

Hello

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Ven 15 Avr 2011, 18:09

Mais en fait, je me suis laissé emporter et on a perdu le fil du sujet : alchimie interne et/ou labo.
Quand je parlais d'expérience, je ne parlais pas seulement de manips de labo : il existe un tas de pratiques internes, ou intellectuelles, qui sont de grande valeur. Il n'y a pas -pour moi- de primauté du travail de labo. Mais l'expérience, de quelque type qu'elle soit, reste le plus important.
Ce qui compte : c'est le vécu (allez, je vous laisse, je dois nettoyer les reste d'une "petite expérience" dans la cuisine Sarcastique (2) )

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Ven 15 Avr 2011, 19:24

Argh, voila que je floode… Pirate
Je me suis trompé pour l'antimoine (excuse, Charly !), c'était le sujet d'un autre post. Je peux donc répondre différemment : oui, je fais (entre autres) des médecines avec ce four… et de la voie sèche aussi, n'en déplaise aux endives ;-)
à +

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Calcédoine le Ven 15 Avr 2011, 19:43

Bonjour Alambic,

Je suis heureux de voir enfin apparaître sur ce forum le témoignage de quelqu'un qui envisage l'alchimie sous des aspects matériels et concrets.
Personnellement, c'est un domaine que je ne connais pas beaucoup, donc, je serais bien en peine de dialoguer avec toi sur ce thème, mais je suis un peu curieux de tout, et j'attends de découvrir le cheminement qui est le tien et qui, aujourd'hui, croise ceux des participants précédents, et ceux des futurs participants qui passeront un jour par ici.

Ne t'étonne donc pas si bien des questions te paraîtront naïves, car ce forum n'est pas uniquement un forum d'alchimie (ni d'alchymie, ni d'Alchimie). C'est une croisée de chemins d'évolution, qui tendent tous vers le divin (si possible), par tant de voies. Au départ, c'est l'idéal rosicrucien qui a servi de point focal, puis est apparu le lien filial entre Rose+Croix et alchymie; puis s'est manifestée l'importance de la spiritualité. Mais nous supputons aussi que la réalisation de la "Pierre" est un processus qui oscille à la frontière entre le monde matériel et le monde spirituel. Or, cet aspect matériel est sous-représenté chez nous, d'où mes encouragements à te voir poster ici, si tu le souhaites.

Bien sûr, tu rencontreras de l'adversité, car chaque personnalité, forte de sa propre expérience, de ses lectures, de ses aventures, tendra peut-être à faire valoir un point de vue bien différent du tien, parfois même radicalement opposé. Là réside l'intérêt du débat : information, argumentation, explication. Il y aura aussi parfois incompréhension : c'est normal, car les expériences de chacun sont parfois tellement éloignées de celles des autres...!

Par contre, les modérateurs et moi-même veilleront tant que possible à interdire les querelles entre personnes, afin que l'accent reste mis sur les échanges d'idées, de concepts, de paradigmes. Les carrefours de la Croisée des Chemins doivent rester des points de rencontre, non des lieux de collision !

Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 00:10


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum