Alchimie spirituelle et opératoire

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Aube-Aurore le Ven 15 Avr 2011, 19:58

loup a écrit:aucune matière n'a, en son sein, cet "esprit universel"
(...)
Il faut CAPTER cet Esprit et non le chercher dans des matières
Bonjour loup Ensoleillé

Ce point de vue m'étonne, car je pense qu'au contraire, l'Esprit est en tout, y compris dans la matière.
La moindre particule de matière est bourrée d'une énergie gigantesque; la matière elle-même n'est qu'une forme particulière d'énergie comme Einstein l'a montré avec sa célèbre formule de conversion de la matière en énergie :
E = Mc2
Or, la Vie ne peut s'exprimer dans le monde matériel que grâce à cette énergie partout présente. Ça, c'est le point de vue des scientifiques.

Du point de vue des spiritualistes, l'Esprit divin baigne tout l'univers. Les deux approches se rejoignent donc.
Pourrais-tu m'expliquer ton point de vue qui dit qu'aucune matière n'a, en son sein, cet "esprit universel" ?
Je suppose que nous employons des mots semblables mais que nous ne parlons peut-être pas des mêmes choses.

Amitiés. Fleur

Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 36
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Charly Alverda le Sam 16 Avr 2011, 16:12

Bonjour,

il ne viendrait jamais à l’idée de confondre un traité de jardinage avec un traité de mécanique, or il semble qu’il y ait un consensus des modernes pour voir dans l’alchimie une néo métallurgie là ou les anciens y voyaient une sorte d’agriculture ! Lire un traité d’alchimie de la Renaissance tardive, écrit dans une langue savoureuse, mais en formation, n’est certes pas aisé de prime abord. La facilité dans laquelle j’avais - autant que les autres - versé m’avait amené à lire un “Que sais-je” traitant du sujet, du genre : “L’alchimie expliquée sur ses textes classiques”. Le philosophe (peut-être Sénèque ?) rappelle que “pour celui qui ne sait où il va, il n’est pas de vent favorable”, une bonne théorie est indispensable, or de théorie dans ce livre point, mais théorie “particulière” il y a bien chez l’auteur des Demeures Philosophales, ce qui en a conduit plus d’un à torturer de la stibine pendant des décennies, j’en connais !
La plus élémentaire prudence devrait amener à comparer les anciens et les modernes, et les premiers sont unanimes à fournir les mêmes conseils et la même théorie. Je prends un “Anonyme” du XVIIe, au hasard qui fait merveilleusement les choses, et je lis : “La calcination vulgaire est la pulvérisation par le feu et la réduction du corps en chaux, cendres, terre, c’est la mort du mixte. La calcination philosophique est l’extraction de la substance de l’eau, du sel, de l’huile et du reste terreux. C’est un changement d’accident, une altération de cette quantité, une corruption de cette substance, mais de manière que toutes ces choses puissent se réunir pour produire un corps plus parfait. La calcination vulgaire se fait par l’action du feu commun ou des rayons concentrés du soleil. La philosophique a l’eau pour agent d’où l’axiome : les chymistes brûlent avec le feu, les philosophes avec l’eau.”

Je reprends certains points de Alambic : “je renonce à être un érudit de l'alchimie.(...)"

Il ne s’agit évidemment pas de devenir un érudit de l’alchimie, pourquoi faire ? Mais d’acquérir une théorie, en confrontant les anciens, qui amène à une pratique.

“l'alchimie est très riche et les pratiques très variées !”
Euh ?! Seuls les modernes affirment cela.

“Alors je dois préciser que j'ai quand même des valeurs : par exemple, je n'accepte pas que la pratique de quelqu'un soit cassée par de la théorie. Il est déjà très rare dans notre domaine de parler pratique, que ça devrait suffire à être respecté.”

Je pense avoir le sens du respect et je répondais à ton assertion, que je qualifiais d’humoristique : “voilà le petit roi dans son bain” , ce qui pourrait contribuer à “casser” les velléités de pratique de certains. Aussi quand tu dis : “. Mais l'expérience, de quelque type qu'elle soit, reste le plus important.” j’acquiesce hautement et parle de MON expérience qui n’est pas de seconde main et réponds en même temps à Calcédoine : “Je suis heureux de voir enfin apparaître sur ce forum le témoignage de quelqu'un qui envisage l'alchimie sous des aspects matériels et concrets.”
Je m’exprime donc vraiment très mal ! Il est évident que je considère l’alchymie sous des aspects matériels et concrets, mais sans connaître physiquement cet “Aymant doré” je m’arrête court, n’ayant (selon moi!) aucune chance de le trouver en manipulant des “matières” au hasard, ou en suivant des “receptes métalliques” ; d’autant il ne s’agit pas de “faire” la Pierre mais seulement de la rendre visible... et palpable. Les anciens sont unanimes à dire : “le Feu et l’Azoth suffisent” ou encore : “une seule matière, un seul fourneau, un seul feu.” mais dans ce dernier axiome, ils sont quelque peu “envieux” Sourire rien n’est simple dans le monde sublunaire, mais toujours duel.
Par contre on peut FAIRE une “pierre” pour transmuter un bout de plomb en or, une autre pour des médecines et là, les “voies” et les pratiques sont multiples. A de très rares exceptions toutes les citations sur le forum - comme support de réflexion - sont des modernes, et sur un forum dédié à la spiritualité, c’est un peu court d’argumentation ? Sourire
Devant l’’énorme assemblée des alchimistes modernes, je veux bien en fin de compte - pour apaiser les esprits - remballer mon Y-rebis et revenir à la résolution, au XVIIe siècle, de la même problématique : ainsi les alchimistes “pratiquent” des “voies” et des “matières” et les anciens n’étaient QUE des “philosophes” pratiquant la seule et unique voie de la Nature” qui ne se révèle que par amour de cette voie. Le “règne de la quantité” n’étant pas qu’un “signe” de notre temps, allusion guénonienne, bien sûr.

Cordialement,

C...a


Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Laposse le Sam 16 Avr 2011, 21:02

Charly Alverda a écrit:Le “règne de la quantité” n’étant pas qu’un “signe” de notre temps, allusion guénonienne, bien sûr.
Je crois percevoir là une pointe de sarcasme lapossien. Sarcastique Car, bien sûr, la primauté de la quantité sur la qualité est bel et bien un signe de notre temps. Si je devais pousser plus loin la comparaison, j'imaginerais bien des containers convoyés par cargos entiers, remplis de lots d'alchimies made in China, vendues par trois pour le prix de deux, mais jetables après seulement une ou deux laveures. Le mode d'emploi serait en 18 langues, mais ne dirait que le strict minimum élémentaire : tenir hors de portée des enfants (surtout le cinabre, qui contient du mercure; idem pour l'antimoine, qui est un poison); éviter les contacts avec la peau, porter des gants et des lunettes, ne pas ingérer; toujours débrancher votre alchimie avant de la nettoyer; ne pas démonter votre alchimie vous-même sous peine d'annulation de la garantie; en cas de défaillance, toujours ramener une alchimie défectueuse à votre revendeur ou faire appel à un alchimiste agréé. Mais pour ce qui est d'expliquer comment s'en servir, cho leï mah-ron !
Chinois <= Mad in China

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Sam 16 Avr 2011, 22:03

Joli délire Laposse ! Heureusement, ou malheureusement, le taoïsme global n'a pas encore atteint notre Art… quoique si tu tapes "alchimie" sur google, tu risques d'en voir passer pas mal avant de tomber sur Basile Valentin !!!

Charly, la question n'est pas de disputer nos points de vue sur ce qu'est ou non l'alchimie : je respecte ton point de vue même si je n'y adhère pas, et même s'il a des faiblesses (si tu ranges "La Nature Dévoilée" et pas mal de rosicruciens parmi les anciens par exemple, ton alchimie monolithique risque d'en prendre un coup…). Mais si tu nous parles de ton Y-rebis, ça semble être très intéressant : au lieu d'intervenir pour critiquer les pratiques des autres, tu pourrais nous décrire le process que tu suis, et les résultats qui en découlent (même s'il n'y a pas de résultats, un CR de travail reste très intéressant) !

En fait, la question c'est qu'il s'oppose une théorie, ou des principes expliqués de façon voilée, à une expérience pratique (labo, oratoire, ou simple expérience de la vie). Voila l'histoire.
Personnellement, parler de façon voilée et obscure ne m'intéresse pas (mais je n'interviendrai pas pour casser ceux qui s'y complaisent, chacun sa façon de faire). Je préfère l'expérience, et le partage de l'expérience, après, chacun est libre de s'inspirer des copains ou non.

En alchimie, j'ai fait beaucoup d'expériences, à peu près tout ce qui était à ma portée, tous les règnes, plusieurs voies, plusieurs buts… et j'ai eu beaucoup de bonheur avec ces pratiques apparemment disparates. Quand j'étais bloqué, j'ai cherché à contourner les problèmes (c'est comme ça que je suis devenu bouilleur ambulant), je me suis beaucoup intéressé aux médecines naturelles issues de l'alchimie : d'une part, c'est classique chez les alchimistes (les R+C de 1614 faisaient même vœux de faire profession de médecin à titre bénévole), d'autre part, c'est concret (on réussit à guérir, ou non). Que le but soit concret est très important : on peut évaluer sa progression, ça évite de piétiner jusqu'à devenir déçu et sceptique.
Mais beaucoup, peut-être surtout depuis les publications de Canseliet, restent attachés à la découverte d'une opération unique qui sert à… (mystère). Pourquoi pas ? en un sens, c'est admirable.
Bière

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Sam 16 Avr 2011, 22:15

Bonjour Calcédoine, tout à l'heure, j'ai oublié de répondre a ton message, emporté que j'étais…
"Ne t'étonne donc pas si bien des questions te paraîtront naïves, car ce forum n'est pas uniquement un forum d'alchimie"
Mais, c'est ça qui est bien ici : l'alchimie se sent peut-être mieux dans une atmosphère plus spirituelle que technique ! et puis les questions "naïves" sont les plus sincères !
J'espère que l'on passera de bons moments dans ces conditions Très heureux

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Laposse le Sam 16 Avr 2011, 22:23

Alambic a écrit:Joli délire Laposse !
Eh oui ! Tel est ici mon rôle : délirer, sarcasmer, égratigner, faire sourire, dédramatiser, canaliser les tensions par un bon mot ou une connerie. Un peu comme les bouffons des rois des temps anciens, qui faisaient rire, mais qui parfois aussi égratignaient la politique du souverain. Et tout le monde risque un jour d'en prendre un peu pour son grade, y compris moi-même, car je ce crache pas sur l'autodérision de temps en temps. Et en général, ça passe bien, parce que tout le monde sait bien que Laposse est un peu Gaga !

Ce qui me passe pour l'instant par la tête concerne le tragique choix entre le cru et le cuit. Faut-il réchauffer une préparation ou non ?
Un bouilleur de crus n'est-il pas un préparateur de cuites ?
Bière . . . => => . . . 36Etoiles

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Charly Alverda le Sam 16 Avr 2011, 22:43

Bonsoir,

Mais où as-tu lu, Alambic, que je critiquais ta pratique ? Puisque je n’ai pas la moindre idée de ce que tu veux obtenir avec ton régule !
Si je vivais à la campagne, crois-moi, je ferais des médicaments; les recettes de l’abbé Rousseau, par exemple, ne sont nullement à dédaigner.
Je connais évidemment, comme la plupart j’espère, la matière première, le mercure invisible : “le soleil est son père, la lune sa mère, le vent le porte dans son ventre...” je ne sais pas le capter certes, mais qui sait le faire ici ou ailleurs ? Qui sait prendre la viande de l’air ? Parole fortement imagée de Limojon. Fulcanelli reprochait à Guaita (qui n’avait pas la moitié de ses connaissances !) de croire que c’était possible ! ! Dans quel monde vivait-il déjà ! Et pourtant les lecteurs des modernes évitent soigneusement de lire la fin des Demeures Philosophales : “Considérée au point de vue de son action chimique sur les substances des trois règnes, la mort est nettement caractérisée par la dissolution intime, profonde et radicale des corps. C'est pourquoi la dissolution, appelée mort par les vieux auteurs, s'affirme comme étant la première et la plus importante des opérations de I'OEuvre, celle que l'artiste doit s'efforcer de réaliser avant toute autre. Celui qui découvrira l'artifice de la véritable dissolution et verra s'accomplir la putréfaction consécutive, aura en son pouvoir le plus grand secret du monde. Il possédera également un moyen sûr d'accéder aux sublimes connaissances. Tel est le point important, ce pivot de l'art, suivant l'expression même de Philalèthe, que nous désirions signaler aux hommes de bonne foi, aux chercheurs bénévoles et désintéressés.”

Admettons qu’en ce siècle déspiritualisé il en soit encore qui connaissent la voie de la Nature; ils ne le diront bien sûr jamais. Fukushima est exemplaire des pratiques des souffleurs !
J’ai cité la pratique de calcination des anciens, ils ne déliraient pas dans le vide !

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Alambic le Sam 16 Avr 2011, 22:57

Charly Chinois

Alambic

Nombre de messages : 40
Date d'inscription : 12/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Ludivine le Jeu 04 Aoû 2011, 15:19

Au début de CheminCroisé ce fil, Myriam souligne l'importance de d'abord travailler sur soi-même afin d'approcher son "Moi divin" car l'esprit de l'opérateur agit sur la matière.
Myriam a écrit:Les pratiquants au laboratoire oublient que l’esprit de l’opérateur agit sur la matière et qu’il faut d’abord travailler sur soi-même si on veut réussir sa Pierre, sinon le résultat ne sera qu’une simple transmutation chimique.

l’Alchimie permet à l’homme d’approcher la Connaissance de son être véritable, de son Moi divin, en lui faisant prendre conscience qu’il peut s’affranchir des limites qui brident habituellement les chercheurs chimistes matérialistes.
En effet, l'Alchimiste qui a réalisé le Grand œuvre ne peut ignorer le pouvoir de l'esprit sur la matière, esprit qui régit tout, qui est partout, en toutes choses, dont la vie est la conséquence de son activité et le mouvement en est le résultat.

Fulcanelli nous décrit très bien cet Esprit ainsi que l'importance du travail spirituel dans "Les Demeures Philosophales" – Le grimoire du Château de Dampierre (chap. 6) :
Il est évident que le philosophe, parvenu au résultat tangible du labeur hermétique, n’ignore plus quelle est la puissance, la prépondérance de l’esprit, ni l’action vraiment prodigieuse qu’il exerce sur l’inerte substance. Force, volonté, science même appartiennent à l’esprit ; la vie est la conséquence de son activité ; le mouvement, l’évolution, le progrès en sont les résultats. Et puisque tout tient de lui, que tout s’engendre et se découvre par lui, il est raisonnable de croire qu’en définitive tout doit nécessairement retourner à lui. Il suffit donc de bien observer ses manifestations dans la matière grave, d’étudier les lois auxquelles il semble obéir, de connaître ses directives pour acquérir quelque notion des choses et des lois premières de l’univers. Aussi, peut-on conserver l’espoir d’obtenir, par le simple examen du labeur spirituel dans l’ouvrage hermétique, les éléments d’une conception moins vague du Grand Œuvre divin, du Créateur et des choses créées. Ce qui est en bas est semblable à ce qui est en haut, a dit Hermès ; et c’est par l’étude persévérante de tout ce qui nous est accessible, que nous pouvons élever notre intelligence jusqu’à la compréhension de l’inaccessible. C’est là l’idée naissante, dans l’idéal du philosophe, de la fusion de l’esprit humain et de l’esprit divin, du retour de la créature au Créateur, au foyer ardent, unique et pur d’où l’étincelle martyre, laborieuse, immortelle, dut, sur l’ordre de Dieu, s’échapper pour s’associer à la matière vile, jusqu’à l’accomplissement révolu de son périple terrestre.

Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Ludivine le Dim 29 Juil 2012, 15:27

L'alchimie opérative peut nous conduire tout naturellement à des états modifiés de conscience. Le fait d'étudier la conscience, son origine et ses multiples aspects ne signifie pas nécessairement que l'on ne travaille pas au laboratoire !
D'ailleurs, l'expression "alchimie spirituelle" ne peut être qu'un pléonasme, nous explique Loïc Tréhédel dans son ouvrage "L'Alchimie, antique science de demain" dont voici un extrait :
[...]le mobile premier qui pousse vers l'Art étant [est] de nature spirituelle, même si cela est inconscient chez quelques personnes. Ensuite, notre vision du réel est directement fonction de notre état de conscience, observation également valable pour les "Esprits forts" victimes du mirage de la rationalité. Enfin, l'alchimie induit des états modifiés de conscience souvent très profonds dont il vaut mieux être le témoin que l'objet passif si l'on veut rester maître des opérations.
L'Alchimie n'est bien sûr pas la recherche des transmutations métalliques ; si c'était cela uniquement, tous les chercheurs dans nos laboratoires de chimie feraient de l'alchimie. On sait qu'il n'en est rien. L'Alchimie n'est pas non plus la recherche de la panacée, l'élixir de longue vie ou de la jeunesse éternelle, même si elle peut y conduire... Mais alors pourquoi travailler sur les métaux pour découvrir ce qu'est vraiment l'Alchimie ? Parce que, nous dit Loïc Tréhédel dans le même ouvrage cité ci-dessus :
Les minéraux et les métaux sont également conscients mais à un niveau d'intériorité qui défie l'imagination humaine. Nous ne pouvons communiquer avec eux ni par le rêve, ni par le sommeil profond mais par l'enstase du Soi. Cette communication peut être directe, royal privilège de rares mystiques, ou indirecte, par la pratique alchimique. En effet, l'obtention et la manipulation du Mercure philosophique des métaux plonge l'opérateur dans une allégresse toute particulière qui n'a d'égale que l'expérience du Soi. Cela peut expliquer les enthousiasmes religieux des vieux alchimistes lorsqu'ils contemplèrent l'éblouissante majesté de l'univers occulte des minéraux.

Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Nelly Foulcat le Mar 07 Aoû 2012, 15:02

Pratiquer au laboratoire ne se résume pas à des sublimations, des calcinations, des distillations, des dissolutions, des coagulations ou des putréfactions, mais vise plutôt à une imitation de la Nature basée sur une observation minutieuse de l'essence fondamentale des métaux et de la croissance de ces derniers dans les veines de la terre. Ce serait une grande erreur de supposer tirer n’importe quelle connaissance réelle des écritures des Sages, car ils ne peuvent montrer seulement que l’extérieur et ne laissent pas apparaître le principal qui est l’Essence interne de toutes les créations. C'est ce que nous dit un auteur anglais anonyme, en 1677, dans son ouvrage "La seule vraie voie" ou "Un traité pratique, bon, et utile, indiquant le Chemin de Vérité" ("The Only True Way - Or - An Useful, Good, And Helpful Tract, Pointing Out The Path Of Truth").
.
Nevertheless, we may almost every day see foolish persons spend their whole substance on those absurd experiments, being induced to do so by the foresaid pseudo-alchemists, who impose on them with a false process, and fanciful perversions of Nature.

With these useless and unnecessary experiments the true Alchemists will have nothing to do. They follow the method pursued by Nature in the veins of the earth, which is very simple, and includes no solutions, putrefactions, coagulations, or anything of the kind Can Nature, in the heart of the earth, where the metals do grow and receive increase, have anything corresponding to all those pseudo-alchemistical instruments alembics, retorts, circulatory and sublimatory phials, fires, and other materials, such as cobbler's wax, salt, arsenic mercury, sulphur, and so forth ? Can all these things really be necessary for the growth and increase of the metals ? It is surprising that any one not entirely benefit of his senses can spend many years in the study of alchemy, and yet never get beyond those foolish and frivolous solutions, coagulations, putrefactions, distillations, while Nature is so simple and unsophisticated in her methods. Surely every true Artist must look upon this elaborate tissue of baseless operations as the merest folly, and can only wonder that the eyes of those silly dupes are not at last opened, that they may see something besides such absurd sophisms, and read something besides those stupid and deceitful books. It seems that they are so entangled in their sophisms that they can never attain to the freedom of true philosophy.
Néanmoins, nous pouvons presque chaque jour voir des personnes idiotes dilapider tous leurs moyens en ces expériences absurdes, étant incitées à agir ainsi par les susdits pseudo-alchimistes, lesquels leur en imposent avec un faux processus et de fantaisistes interprétations perverties de la Nature.

Les vrais Alchimistes n’auront cure de ces expériences inutiles. Eux suivent la méthode qu'emploie la Nature dans les veines de la terre, qui est très simple et n’inclut ni solutions, putréfactions, coagulations, ou quoi que ce soit de cette sorte. La Nature pourrait-elle, au cœur de la terre, là où les métaux croissent et augmentent, avoir un quelconque rapport avec tous ces instruments pseudo-alchimiques comme les alambics, cornues, circulatoires et fioles sublimatoires, feux, et autres matières telles que la cire du cordonnier, le sel, le mercure l’arsenic, le soufre, et ainsi de suite ? Toutes ces choses pourraient-elles vraiment être nécessaires à la croissance et l'amplification des métaux ? Il est surprenant que n’importe qui ne bénéficiant pas de toutes ses facultés puisse dépenser beaucoup d’années dans l’étude de l’alchimie, et ne jamais parvenir au-delà de ces idiotes et frivoles dissolutions, coagulations, putréfactions, distillations, tandis que la Nature est si simple et si peu sophistiquée dans ses méthodes. Assurément, chaque vrai Artiste doit considérer ce tissu complexe d’opérations sans fondement comme de la pure folie, et peut uniquement se demander si les yeux de ces dupes sont au moins ouverts, s’ils peuvent voir quelque chose outre de tels sophismes absurdes, et lire quelque chose outre ces livres stupides et trompeurs. Il semble qu’ils soient si empêtrés dans leurs sophismes qu’ils ne puissent jamais parvenir à la liberté de la vraie philosophie.

Certes, le travail acharné au labo sur toutes sortes de matières par toutes sortes de voies chimiques n'est pourtant pas sans effets positifs, puisqu'il conduit à prendre conscience... de son inutilité ! Le tout est de s'en rendre compte, comme affirme cet auteur anonyme dans l'ouvrage susmentionné, et de comprendre qu'il n'y a qu'une voie, unique, simple :
.
There are many false ways, but there can be only one that is true, and indicates a process which does not require many hands, or much labour. For this reason, beloved friend and Brother, you must work hard by day and by night to obtain a thorough knowledge of the metals, and of their essential nature. Then you will be able to understand the requirements of the art. You will know without being told what is the true substance and the true method. You will see the utter uselessness of your former labour, and you will be amazed at your former blindness. Study the nature of metals and the causes of their generation, for they derive their birth from the same source as all other created things.
Il y a beaucoup de fausses voies, mais il ne peut y en avoir qu'une vraie, et qui indique un processus qui n’exige pas beaucoup de main d'oeuvre, ni beaucoup de travail. Pour cette raison, cher ami et Frère, vous devez travailler dur jour et nuit pour obtenir une connaissance complète des métaux et de leur nature essentielle. Alors, vous serez capable de comprendre les exigences de l’art. Vous connaîtrez, sans que ce soit dit, quelle est la vraie substance et la vraie méthode. Vous verrez l’inutilité totale de votre travail antérieur et vous serez stupéfié de votre ancien aveuglement. Étudiez la nature des métaux et les causes de leur génération, car ils sont nés de la même source que toutes les autres choses créées.

Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Christian Hersey le Jeu 09 Aoû 2012, 19:05

Bonjour à tous,

Les propos de « l’auteur anglais anonyme » cité par Nelly Foulcat me semblent parfois très durs envers ceux qui gaspillent abondance de temps et de moyens à « maltraiter » des matériaux divers en omettant d’observer la Nature pour en déduire les lois simples qui régissent les transmutations. Je mets ces excès de langage sur le compte d’une probable exaspération, bien compréhensible lorsque celui qui, par charité, tente d’aider les apprentis alchimistes à progresser dans le noble Art ne peut que constater l’inanité de ses efforts face à l’étroitesse d’esprit bornée de ceux qui refusent d’envisager l’Alchimie comme autre chose qu’une variante particulière de la chimie dont les équations et processus resteraient à (re)découvrir, quitte à dédier en pure perte plusieurs décennies de vie à ces lubies.

Cet auteur aurait plutôt pu dire : « Tant pis pour eux ! Dûment informés, ils font leurs choix, librement ; il leur revient d’en assumer les conséquences ! ». C'eût été probablement moins charitable (bien qu’il ne soit pas non plus déontologique de forcer autrui à voir clair à tout prix), mais moins susceptible d'engendrer des aigreurs d’estomac. Car comme il le laisse entendre lui-même, les vrais alchimistes ont bel et bien précisé dans leurs rares écrits que [url=]Soufre[/url] et [url=]Mercure[/url] n’étaient pas des matières concrètes, mais des images, des analogies, pour essayer de faire comprendre des concepts délicats, relatifs à l’impalpable, à l’invisible. Donc, en principe, pour tout esprit un peu attentif, pas de confusion possible.

Il faut donc bien différencier les écrits des vrais Adeptes de ceux des souffleurs qui, comme je le crois, ne sont pas nécessairement animés par la volonté de tromper leurs lecteurs (quoique leur caractère envieux les y pousse peut-être ?), mais à l'instar des prédicateurs religieux, sont surtout soucieux de faire partager leurs authentiques convictions… qui ne pouvent pourtant que conduire à l’échec !

Christian Hersey

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie spirituelle et opératoire

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 00:07


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum