Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Message  Bruce Hellaire le Ven 04 Fév 2011, 17:59

Bonjour. C'est en lisant le post de Christian sur les CheminCroisé Monuments funéraires Rose+Croix que m'est venue cette idée : et si l'abbaye de Maredsous, située elle aussi en Province de Namur, avait été, à un moment de son histoire, un refuge rosicrucien ?

La susnommée CheminCroisé Abbaye de Maredsous est un vaste ensemble regroupant non seulement tous les éléments d'une abbaye bénédictine classique (logements pour les moines, cloître, salle capitulaire, église abbatiale, réfectoire, etc.), mais aussi une très vaste bibliothèque de plus de 400.000 ouvrages, incluant le contenu de la bibliothèque de l'ancienne abbaye d'Orval (aujourd'hui en ruines), c'est aussi un collège réputé où les étudiants séjournent en internat, c'est également un centre d'études et de recherches sur la Bible (le CheminCroisé Centre Informatique et Bible), mais encore une fabrique de bière et de fromages (produits qui ont assuré la subsistance des moines depuis la fondation), ce qui fait de l'ensemble un lieu touristique très prisé. Des retraites spirituelles y sont également possibles.

Mais peu importent ici tourisme, bières, et fromages.

L'abbaye de Maredsous est relativement récente, bien plus récente que sa voisine, l'abbaye de Maredret, distante de quelques centaines de mètres à peine (aisément accessible à pied).
Architecturalement parlant, l'abbaye de Maredsous n'est pas une survivance du Moyen-Âge : l'ensemble néogothique a été édifié à partir de 1872 sur des terres inexploitées appartenant à la famille Desclée.

Desclée ? Des clés ?
Il se pourrait qu'on puisse en trouver, et pas seulement entre les mains du CheminCroisé St-Pierre statufié près de l'entrée de l'église abbatiale, mais voyez plutôt la porte sur laquelle il veille :



Sur quoi donne cette porte ? Les visites guidées nous montrent un couloir assurant la jonction entre la partie ouverte au public (l'abbatiale) et les lieux plus privés : l'intérieur du monastère. Si vous avez l'occasion de participer à une visite guidée des lieux privé, et si vous vous risquez à poser quelques questions un peu plus pointues relatives à l'ésotérisme, il vous sera répondu (sur le mode "circulez, 'y a rien à voir") que les symboles très nombreux sur les lieux sont des plus classiques, conformes à la doctrine officielle de l'Eglise de Rome, et qu'on peut faire dire aux symboles à peu près n'importe quoi. Je parle en connaissance de cause : j'ai essayé. Dont acte. On vous racontera, par exemple, que la rose est un ancien symbole bénédictin représentant le Paradis (ce qui n'est pas faux, à condition de décoder !)

Pourtant, cette porte n'est pas la seule à porter une rose associée à une croix. Dans la nef de l'abbatiale, plusieurs colonnes (mais pas toutes) sont marquées du même signe. A chaque fois, un porte-bougie est disposé en regard. Une bougie neuve devrait porter la flamme au niveau du centre de la croix, là où éclot la rose.

Est-ce à dire que l'abbaye de Maredsous véhicule de nos jours encore une perpétuation de la tradition Rose-Croix ? Rien n'est moins sûr…

A l'occasion de quelques échanges verbaux ou épistolaires que j'ai pu entretenir avec quelques habitants permanents de ce lieu, j'ai eu l'impression qu'il n'en était rien. Si l'authentique Tradition se perpétue en ces lieux, ce doit être de manière extrêmement discrète; secrète même, dirais-je. En tout cas à l'insu de l'autorité ecclésiastique locale. Peut-être dans l'intimité de la vaste bibliothèque, si précieuse et d'accès strictement limité.

Mais d'autres indices semblent confirmer la discrète présence de cette précieuse Rose au sein de l'abbaye. Observons le portail d'entrée de la vaste église abbatiale :

Les trois statues principales (au centre, logiquement, saint Benoît - je suppose -puis saint Martin qui partage son manteau et saint Jean-Baptise) sont entourées par deux anges agenouillés portant des blasons. Regardons bien celui de gauche, celui qui jouxte saint Martin :


Le blason initial porte trois étriers, indice se rapportant à la cavalerie ou à la chevalerie, mais l'ange vient, avec son air de rien, substituer une rose à un des étriers (dont on aperçoit pourtant encore la barre inférieure). Nous assistons donc "en temps réel" à une modification de blason, au profit de la Rose. Étrange, n'est-ce pas ?

Et cette modification n'est pas un hasard, un simple accident architectural, puisque le même motif se retrouve à l'identique sur un des vitraux, associé à la figure de saint Jean-Baptiste, et surmonté d'une couronne de comte, comme nous le confirme cette page CheminCroisé héraldique de Wikipédia.

Il pourrait s'agir d'une sorte de signature du donateur ayant financé le vitrail.
Pourtant, la présence du blason, en pierre, au-dessus du portail principal, lui donne une importance plus grande qu'un simple financement de vitrail...

Dans ma jeunesse, j'ai rencontré, en son bureau, à Maredsous, un moine érudit, le père Georges Passelecq. Il produisait régulièrement de petits textes pour une revue de parapsychologie aujourd'hui disparue à laquelle je collaborais moi-même, "Réalités Psi Magazine", diffusée par l'Association Belge Pour l'Etude de la Parapsychologie (ABEPS). Ce moine-là aurait probablement pu nous en apprendre beaucoup sur les sujets dont je viens de vous parler.
Malheureusement, le temps ayant fait son œuvre, j'ai appris son décès, survenu en 1999, à l'âge de 90 ans

Il n'empêche que l'abbaye de Maredsous a aussi accueilli en sa communauté Dom Columba Marmion en 1886, et y devint abbé en 1909 jusqu'à sa mort en 1923. Il fut béatifié en 2000. D'origine irlandaise (né à Dublin en 1858 sous le nom de Joseph Marmion), il entra au séminaire Holy-Cross de Dublin en 1874. Difficile de ne pas voir en sa personne une part d'héritage de la foi gaëlique, à l'image du moine irlandais saint Colomban (540 – 615), grand réformateur de la règle monastique, dont il a choisi de porter le nom.

Difficile aussi de nier l'influence celtique sur ce personnage qui a marqué la vie de l'abbaye, lorsqu'on voit la croix qu'il arborait dans sa loge, ou en pendentif, et qui, en grand format, orne désormais la chapelle où il repose.

A Maredsous, si l'ésotérisme a pu y disparaître, il ne semble jamais vraiment bien loin…




Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Message  Laposse le Ven 04 Fév 2011, 19:07

A Maredsous, s'il y a du spirituel, les spiritueux ne semblent jamais vraiment bien loin…

Voyez donc cette superbe vidéo artistique présentant cette abbaye.



(supporte l'agrandissement en plein écran via ce lien : http://www.youtube.com/watch?v=bScRrmLkSr4&feature=player_embedded )

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Message  loup le Sam 05 Fév 2011, 14:21

bj, très belles photos, et il n'y a pas de fumée sans feux, une "maison" d'accueil sûrement, à quelle époque??? Bien que la croix de la porte paraisse plus templière, la croix a toujours rayonné de la Rose, signifiant : aux quatre coins de la terre, la rose ou ROS=force...; autant d'interprétations que d'intervenants .. Hello

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Message  loup le Sam 05 Fév 2011, 14:22

j'ai aussi remarqué le nom curieux; mare dessous ????

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Message  Bruce Hellaire le Sam 05 Fév 2011, 20:17

Bonjour Loup.

Pour ce qui est de l'époque, la réponse est double !
.
a) Le site de Maredsous est relativement récent (1872), donc moins de 150 ans, et rien n'existait préalablement en ce lieu désolé (pas de reconstruction sur un site plus ancien).
.
b) Au niveau de l'esprit monastique, Maredsous est la continuation de CheminCroisé l'abbaye de Beuron (Bade-Wurtemberg, sud-ouest de l'Allemagne), où un jeune moine belge, Hildebrand de Hemptinne, convainc ses supérieurs d’ouvrir une maison bénédictine dans son pays natal.
Mais au fil du temps, l'abbaye subit aussi des influences diverses.
La CheminCroisé Congrégation de l'Annonciation, qui occupe l'abbaye de Maredsous, est une obédience bénédictine. Bien qu'indépendante, on considère que l'abbaye principale de cet ordre religieux est l'archi-abbaye de Trier (= Trèves), en Allemagne, non loin des frontières luxembourgeoise et française.

En ce qui concerne la croix clouée sur la porte, oui, elle a une allure de croix templière, ou, du moins, d'une de ses variantes, car la croix pattée originelle ne présentait pas cet aspect fourchu, comme on peut le vérifier dans l'armorial des maîtres de l'ordre du Temple.


voir aussi ce lien sur les variantes de croix templières :
http://www.templiers.net/symbolique/index.php?page=les-croix-templieres
Certains diront évidemment qu'il s'agit d'un élément purement décoratif, servant à donner un cachet esthétique adéquatement intégré dans cet ensemble architectural néo-gothique. Déjà au 19ème siècle, on aimait le "faux vieux". Mais, à mon avis, un symbole n'est jamais placé en un lieu par hasard, sinon par les sots, mais je ne crois pas que des sots interviennent dans cette construction, ni au niveau de la famille Desclée, ni au niveau des moines, ni au niveau de l'architecte, CheminCroisé Jean-Baptiste Bethune, auteur de plusieurs bâtiments religieux, comme le béguinage de Sint-Amandsberg (Mont-Saint-Amand ), près de Gent (Gand, en Belgique). Non : je pense que cette croix pattée ornée d'une rose en son centre a du sens. Mais qui l'y a mise ? Dans quel but ? Je ne sais.

Par contre, il se raconte que la Rose-Croix tirerait son origine d'une survivance templière, après la destruction de l'Ordre du Temple en 1312. C'est, du moins, ce que laisse entendre Roger caro dans son "Legenda des F.A.R.+C." comme le rappelait Myriam dans le fil CheminCroisé Frères Aînés de la Rose+Croix. Mais ceci ne peut être que partiellement vrai, puisqu'on sait aussi que les précurseurs de la Rose-Croix sont aussi à rechercher parmi les CheminCroisé Frères de la Rosée Cuite, et aussi du côté de l'Allemagne lors de la rédaction des "textes fondateurs" du rosicrucianisme par Johan Valentin Andreae.

La rose, seule, véhicule bien sûr un symbolisme propre; mais la rose associée à la croix prend une signification particulière.


Loup, tu évoques aussi la signification possible du nom de Maredsous. J'ai aussi réfléchi à cela. Mare est dessous ? Marais de dessous ? Mare est de sous (apport financier) ? Il y aurait pu avoir une étymologie logique là-dedans, par analogie avec l'abbaye voisine de Maredret (marais droit ?), mais j'ai posé la question à un guide : on n'en sait trop rien. L'abbaye de Maredret est sur le même sommet que celle de Maredsous; aucun marais aux alentours. Le village de Maredret est, lui, en contrebas, dans la vallée de la Molignée (meule ignée = meule de foin brûlée, ou moulin incendié). Il y a bien quelques étangs, mais la vallée est étroite, et ce cours d'eau est bien alimenté; pas de marais en vue, à ma connaissance. Le nom de Maredsous est apparu avec l'abbaye, et elle n'a pas été construite sur pilotis sur une nappe d'eau. Auparavant, ce sommet désertique s'appelait Scrépia. Je suis donc bien incapable de deviner l'origine de ce nom, et encore moins sa signification. A l'occasion, j'essaierai d'en apprendre plus à ce sujet.

Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Message  loup le Sam 05 Fév 2011, 23:59

merci de faire partager tes recherches Hello

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Maredsous, refuge Rose-Croix ?

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 02:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum