Les falsificateurs

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les falsificateurs

Message  pluviose le Lun 07 Fév 2011, 10:16

Bonjour. J'ai été récemment impressionné par le roman "Les falsificateurs", d"Antoine Bello, tant cette histoire colle à notre époque et met en scène le mode de fonctionnement occulte de notre société. Avant d'évoquer son contenu, il faut dire que j'ai dévoré cette aventure d'un bout à l'autre, sans voir le temps passer. Le style est léger, coulant, abouti, efficace, et on a tout le temps envie de connaître la suite, comme dans un thriller bien construit. J'avoue avoir peu dormi durant quelques nuits, tant je n'arrivais pas à décrocher avant une heure nocturne très avancée.

Vu sa taille, l'histoire a été scindée en deux tomes. En format de poche chez Folio(Gallimard, 2007) c'est pratique et ça équilibre, puisqu'on peut mettre un bouquin dans chaque poche :
"Les falsificateurs", Folio n° 4727, ISBN 978-2070355273, 590 pages;
"Les éclaireurs", Folio n° 5106, ISBN 978-2070437733, 490 pages.



Le héros, c'est Sliv Dartunghuver, un jeune islandais diplômé en géographie, qui trouve un emploi très bien rémunéré en qualité de chef de projet auprès du cabinet de conseil environnemental Baldur, Furuset & Thorberg. Du moins le croit-il ! Lors de sa première mission, une étude comparative de sites présélectionnés pour l'implantation d'une station d'épuration à Sisimiut (Groenland), quelques minuscules anomalies manifestement volontairement introduites dans la version finale de son propre rapport l'intriguent. De fil en aiguille, il découvre que le cabinet qui l'emploie a deux faces : c'est à la fois un réel bureau de conseil environnemental, et aussi une cellule d'un groupement occulte totalement inconnu, le CFR (Consortium de Falsification du Réel), dont les activités sont inconnues de près de la moitié des membres du cabinet, y compris de certains dirigeants fondateurs. Durant tout le roman, nous suivons Sliv Dartunghuver dans son ascension au sein du CFR, partageant avec lui la fierté des opérations de falsification qu'il réussit, mais ses échecs et ses déceptions aussi, en l'accompagnant dans sa quête fondamentale : à quoi sert le CFR, quels buts poursuit-il ?

Comme dans un James Bond, ce roman passionnant nous transbahute sans arrêt d'un continent à l'autre à la suite de ce jeune homme qui a toute liberté pour mener à bien ses travaux de falsification (de l'histoire ou de l'actualité), disposant de l'appui d'un réseau de professionnels tous spécialisés dans des disciplines diverses. Mais pourquoi vous résumerais-je l'histoire, alors que Wikipedia le fait si bien ?
Wikipedia a écrit:En 1991, Sliv Dartunghuver, jeune Islandais diplômé en géographie, est embauché en qualité de chef de projet par le cabinet de conseil environnemental Baldur, Furuset & Thorberg. Gunnar Eriksson, son supérieur hiérarchique, lui révèle rapidement que le cabinet abrite les activités d’une organisation secrète, le Consortium de Falsification du Réel. Les agents du CFR, disséminés dans des centaines de bureaux et d’antennes à travers le monde, produisent des scénarios qu’ils s’efforcent ensuite d’installer dans la réalité en créant de fausses sources ou en altérant des documents existants. Ainsi par exemple, la chienne Laïka, censée avoir fait le tour de la terre à bord d’un satellite Spoutnik, n’a jamais existé. Malgré l’insistance de Sliv, Gunnar refuse de dévoiler la finalité du CFR et l’identité de ses dirigeants. Sliv accepte de rejoindre le CFR, sans toutefois bien réaliser toutes les implications de sa décision. Il montre rapidement des dispositions de scénariste exceptionnelles, son premier dossier (la description des manoeuvres d’une multinationale pour exproprier le peuple Bochiman de ses terres ancestrales) décrochant même le prix du meilleur premier scénario. Lors de la remise des prix à Hawaï, il rencontre[…]
Wikipedia ne nous livre malheureusement pas le contenu du second tome [ CheminCroisé http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_%C3%89claireurs_(roman) ] où l'on voit Sliv poursuivre sa quête (quels sont les buts du CFR ?), et chacun des personnages se débattre avec des questions existentielles. Se pose aussi la question de la survie du CFR, car, par le passé, il était relativement aisé de produire de faux documents ressemblant à s'y méprendre à des anciens, et à glisser subrepticement ceux-ci dans des archives; mais les techniques scientifiques évoluent, et il devient de plus en plus difficile de tromper les experts capables de déterminer si un papier, un tissu, une encre, une peinture, une technique, un style littéraire, sont bien de l'époque prétendue; vu les risques, le CFR ne devrait-il pas alors se limiter désormais à la seule falsification informatique des archives ?

A cela s'ajoute une énigme, un jour de fin 2001 où les protagonistes constatent aisément que la guerre des Etats-Unis en Irak est motivée par de faux documents : fausses armes de destructions massives, faux certificats d'achat de matériaux nucléaires, etc. Il apparaît rapidement que la falsification émane de leurs propres rangs. Que ce passe-t-il ? Des traitres ? Une cellule dissidente ? Qui manipule qui ?

Je ne vous raconterai pas la fin, afin de laisser à ceux qui le souhaitent le plaisir de découvrir la lecture de ces deux volumes. Par contre, il y a des enseignements à tirer de ce double roman, parce que ce qui y est décrit sous forme de fiction ressemble étrangement à la façon dont l'histoire et l'actualité nous sont racontées. Partout, tout le temps, la vérité est manipulée, voilée, niée, travestie. Maintenant qu'Internet nous permet d'accéder aux informations du monde entier sans passer par les filtres des agences de presse, maintenant que des témoignages peuvent être diffusés dans le monde entier en quelques heures sans recevoir l'Imprimatur des pouvoirs en place, tout le monde peut constater qu'on nous raconte n'importe quoi à n'importe quel sujet. Ceux qu'on vilipendait il y a peu sous le nom de "conspirationnistes" ont désormais prouvé à maintes reprises que les dirigeants de tous les pays, de toutes les grandes entreprises, mentent pratiquement tout le temps, à tout sujet. Les photos peuvent être truquées à volonté grâce à des logiciels téléchargeables gratuitement, et n'importe quelle vidéo peut être bidouillée à volonté pour faire accroire le contraire de ce qui est.

Par ce volumineux roman, Antoine Bello touche à une question essentielle qui prend de nos jours une ampleur jamais égalée : où est la vérité ?
On rejoint ici le thème de l'essai de François Reynaerts CheminCroisé Nos ancêtres les Gaulois et autres fadaises proposé par Garfield, ou d'autres sujets semblables abordés dans la section CheminCroisé Histoire occulte.

Sur un thème plus philosophique, c'est aussi à rapprocher, d'une certaine manière, de la question posée par Montaléchel : CheminCroisé Qu'est-ce que le réel ?
avatar
pluviose

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les falsificateurs

Message  Henri Schersch le Lun 07 Fév 2011, 21:41

Bonjour Pluviose, et merci.
J'ai trouvé cette interview d'Antoine Bello au sujet de ces deux livres, proposée sur Daylimotion par Médiapart (10 minutes et 30 secondes).

avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum