Les imbibitions

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les imbibitions

Message  betov le Ven 18 Mar 2011, 11:22

Rarement, on aura vu l'un des thèmes de l'alchimie aussi malmené que le concept d'imbibitions. La plupart des pages Web abordant le sujet ne savent même pas où, dans la succession alchimique, intervient l'imbibition. Encore moins sait-on ce que c'est que cette chose et quel en est l'achèvement.

L'ordre, tout d'abord. Les imbibitions se pratiquent après la survenue du sentiment océanique et avant la phase noire. Les imbibitions se terminent par le retournement, qui est le début du noir. Bien que l'oeuvre ne soit qu'une seule et unique opération, ces diverses phases sont diverses par nature et ne sont vraiment pas simultanées. Du tout.

Pour comprendre, si c'est possible, le sentiment océanique, on peut lire l'Allégorie de Merlin du Pseudo-Geber:

"Un certain roi se prépara à la guerre pour terrasser ses ennemis. Au moment où il voulut monter à cheval, il demanda à un de ses soldats à boire de l'eau qu'il aimait beaucoup. Le soldat en répondant lui dit : Seigneur, quelle est cette eau que vous demandez ? Et le roi lui dit : L'eau que je demande est celle que j'aime beaucoup et dont je suis moi-même aimé. Après quelques réflexions, le roi but et il but de nouveau jusqu'à ce que tout son corps fut rempli et que toutes ses veines furent enflées. Le roi devint pâle. Alors ses soldats lui dirent : Seigneur, voici le cheval que vous désirez monter. Et le roi répondit (respondens dixit) : Sachez qu'il m'est impossible de monter à cheval. Les soldats lui demandèrent : Pourquoi cela est-il impossible? Parce que, répondit le roi, je me sens appesanti et que j'ai des douleurs de tête si violentes qu'il me semble que tous les membres se détachent."
Pour comprendre, si c'est possible, ce qu'est le retournement, on peut lire Le vrai livre du docte abbé Grec Sinesius :

"Et ainsi ce qui est dessous, est semblable à ce qui est dessus, et ainsi y sont faits deux luminaires, l'un fixe, l'autre non, desquels le fixe demeure dessous, et le volatil dessus, soi mouvant perpétuellement jusqu'à ce que celui qui est dessous, qui est le mâle, monte sur la femelle et tout soit fixe, et alors naît un luminaire sans pareil."
Et pour comprendre ce qu'est le noir plus noir que le noir, la tête de corbeau, l'homme sans tête, le soleil noir, etc... ad nauseam..., il suffira d'en faire l'expérience. L'obscurité n'est pas ce noir ci. Ce noir qui nous préoccupe est, en quelque sorte, l'objectivation du rien. Au delà du fait de ne rien percevoir, par réduction successive, dans les imbibitions, de la distance entre percevant et perçu, le retournement s'installe et le retournement n'est autre que le début de la phase noire.

Les imbibitions sont toujours plurielles, et pour cause, puisqu'il s'agit principalement de fixer le volatile et que cela ne peut se faire en une fois. Posons la question suivante: Comment passe-t-on du mouvement à l'immobilité ? A l'évidence, pour ne pas rebondir en tous sens, il convient de ralentir la chose, et cela ne peut se faire que progressivement. En fait, l'expérience montre qu'il y a bénéfice à diminuer autant que possible le dosage des imbibitions. Sur la fin, c'est même la réduction de ces dosages qui tend à devenir elle-même le nourrissement en tant que réduction. Certains ouvrages disent l'inverse et suggèrent d'augmenter progressivement le nourrissement, mais ce n'est que figure de figure. En fait, cet augmentation est l'augmentation d'une réduction. La viande terminale, c'est l'avalement dans le gouffre.

Les imbibitions sont les premiers pas vers le deuxième membre du paradoxe: La congélation de l'esprit. Ces pas sont des pas au bord du gouffre.

N'être rien. Telle est la pompe des imbibitions, puisqu'il faut un moteur à toutes choses. Mais, à moins d'utiliser, un sabre ou un révolver, on se dirigera vers ce rien à pas lents... très lents... jusqu'à l'arrêt des pas eux-mêmes.

Tout en restant profondément athée pour ne pas commettre de crime contre l'esprit, on prendra de la distance et du souffle avec cet extrait de l'épître apocryphe de Jacques (Bibliothèque de Nag Hammadi) :

"Soyez emplis afin que vous ne soyez pas diminués. Car ceux qui sont diminués ne seront pas sauvés. Bonne, en effet, est la plénitude et mauvaise la diminution. De même, donc, que ta diminution est bonne et que ta plénitude, au contraire, est mauvaise, ainsi celui qui est empli diminue et celui qui est diminué ne s’emplit pas, comme s’emplit celui qui est diminué et celui qui est empli, lui aussi, il devient parfait suffisamment. Il vous est donc nécessaire de diminuer dans la mesure où il vous est possible d’être emplis et de vous emplir dans la mesure où il vous est possible de diminuer, afin que vous puissiez vous emplir davantage. Soyez donc emplis de l’Esprit, mais diminués de la raison : car la raison est l’âme, elle est aussi psychique".
Bonne nuit de l'être à tous.

betov

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les imbibitions

Message  Henri Schersch le Ven 18 Mar 2011, 13:38

Donc, si je te suis bien (parce que ces textes sont tout de même ardus), les imbibitions n'ont rien à voir avec une humectation, ni avec des arrosages parcimonieux comme on agit avec de fragiles plantules en train de germer timidement, mais il s'agirait plutôt de "s'imprégner l'esprit" ?

Ça aurait plutôt un rapport avec une forme d'étude, progressive, à petites doses, posément, pour se former à une certaine tournure d'esprit pour devenir apte à comprendre autrement, non ?
Studieux

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les imbibitions

Message  betov le Ven 18 Mar 2011, 14:10

Non, Henri, les textes n'ont rien d'ardu. Au contraire, ils sont limpides pour le pratiquant et la seule difficulté, pour le non-pratiquant provient du manque de référant. A la base, le véritable verrou est le sentiment océanique, source de toute la suite. Le terme "océanique" lui-même est aussi précis et descriptif que possible, mais la survenue du phénomène n'est pas vraiment facile à expliquer. Quoique...

Un autre Henri (Suso), a dit: "Le crépuscule des sens est l’aube de la vérité".

Les traités l'ont dit et répété tant et tant de fois: Dissoudre le corps et congeler l'esprit. J'ai du mal à imaginer comment on pourrait être plus clair. J'ai souvenir d'une la lecture voisine qui en venait à la conclusion que pour être entendu, il fallait sans doute parler plus fort. Encore plus fort. RireAuxEclats

betov

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les imbibitions

Message  Nelly Foulcat le Ven 18 Mar 2011, 15:37

Dans "Les Demeures Philosophales" sous le titre "Le merveilleux grimoire du château de Dampierre, chapitre IV, Fulcanelli décrit l'imbibition en ces termes :

Zeus, pour sa part, marque le ciel, l’air et l’eau ; à telle enseigne que les Grecs, pour exprimer l’action de pleuvoir, disaient : Uei o ZeuV, Jupiter envoie de la pluie, ou, plus simplement, il pleut. Ce dieu apparaît donc comme la personnification de l’eau, d’une eau capable de pénétrer les corps, d’une eau métallique, puisqu’elle est d’or ou tout au moins dorée. C’est exactement le cas du dissolvant hermétique, lequel, après fermentation dans un baril de CheminCroisé chêne, prend, à la décantation, l’aspect de l’or liquide. L’auteur anonyme d’un manuscrit inédit du XVIIIe siècle écrit à ce sujet : « Si vous laissés écouler cette eau, vous y verrés de vos propres yeux l’or brillant dans son premier être, avec toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. » L’union même de Zeus et de Danaé indique la manière dont le dissolvant doit être appliqué ; le corps, réduit en poudre fine, mis en digestion avec une faible quantité d’eau, est ensuite humecté, arrosé peu à peu, au fur et à mesure de son absorption, technique que les sages ont nommé imbibition. On obtient ainsi une pâte de plus en plus molle, qui devient sirupeuse, huileuse, enfin fluide et limpide. Soumise alors, dans certaines conditions, à l’action du feu, une partie de cette liqueur se coagule en une masse qui tombe au fond et que l’on recueille avec soin. C’est là notre précieux soufre, l’enfant nouvellement né, le petit roi et notre dauphin, poisson symbolique autrement appelé échénéis, rémora ou pilote, Persée ou poisson de la mer Rouge (en grec PerseuV), etc.

Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les imbibitions

Message  betov le Ven 18 Mar 2011, 16:18

Nelly, un des problèmes irritants que pose l'alchimie est la quasi impossibilité, pour le lecteur débutant, de faire le tri entre faux et vrai. Comme pour le sentiment océanique... sans référant... mission difficile.

Pourtant, une méthode relativement simple permet de faire un premier tri. Cette méthode consiste à relever les références que les auteurs font à leurs respectés prédécesseurs. Par recoupement, et en remontant les chaînes des filiations, on parvient à une quasi certitude:

Nul doute que des auteurs comme Calid, Artéphius, Geber, et compagnie... parlent sérieusement de quelque-chose et nul doute qu'ils disent tous les mêmes choses.

Concernant Fulcanelli, par courtoisie, je me bornerai à avouer que je n'ai pas l'ombre d'une idée de ce dont il parle: Un dieu, personnification d'une eau métallique dorée capable de pénétrer les corps, je n'en connais aucun. Une faible quantité d’eau servant à humecter, etc... aïe, aïe, aïe !!! Tous les traités n'ont-ils pas dit et répété qu'il faut "foison d'eau" ? Cette eau a à voir avec le sentiment océanique. Pourquoi nommerait-on la chose un océan si c'était pour y puiser à la pipette ?

Le comble est sans doute que le faux peut contenir, par singerie, des réplications exactes du vrai. On en vient alors à citer Canseliet, ce prototype du faux, qui disait fort justement, mais sans se rendre compte que la formule lui allait à la perfection:

"L'âne n'a pas besoin de savoir ce qu'il transporte".

betov

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 07/03/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les imbibitions

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 02:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum