Alchimie et noyaux atomiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Alchimie et noyaux atomiques

Message  Montaléchel le Lun 28 Juil 2008, 13:13

La grande majorité des scientifiques disent qu'une transmutation est impossible sans fissurer l'atome de la matière au sein d'un réacteur nucléaire.

A mon sens, cette opinion est à nuancer, car je me méfie comme de la peste du mot "impossible", tellement l'histoire des sciences a vu ridiculisés de grands savants ayant usé de ce mot pour asseoir non pas des certitudes scientifiques mais plutôt des croyances para-religieuses déduites abusivement d'observations partielles trop hâtivement généralisées.

Bien sûr, lorsqu'on parle de "transmutation d'un vil métal en Or", et que par ces mots on veut pas uniquement exprimer métaphoriquement une évolution spirituelle ou conceptuelle, mais qu'on veut vraiment parler d'une réelle transformation d'un métal en vrai or au sens physico-chimique, alors oui, en effet, on parle bien de nucléaire. Chaque corps chimique a ses propres caractéristiques, essentiellement le nombre de protons et d'électrons. Par exemple, le plomb est caractérisé par son noyau contenant 82 protons. L'or en contient 79, pas un de plus, pas un de moins; si l'or perdait ou gagnait un proton, ce ne serait tout simplement plus de l'or. Nous sommes bien d'accord. Toucher à la nature d'un métal, c'est modifier la quantité de protons du noyau, par addition ou soustraction.

En général, lorsqu'on parle de fusion (agglutinement) ou de fission (scission) nucléaires, on sous-entend l'emploi de très grandes quantités d'énergie. C'est souvent vrai, surtout si l'on songe aux gigantesques investissements popularisés par la science-spectacle : Tokamak, Z-machine, accélérateur kilométrique du CERN, Iter, etc. Mais de là à croire que c'est là la seule voie, attention ! Ce serait prendre le baobab pour la forêt ! Ce n'est pas parce que les solutions énergétivores fonctionnent qu'elles sont les seules correctes !

Ne parlons pas ici de fusion froide, parce que certains laboratoires ne parviennent pas encore à reproduire l'expérience de Pons et Fleischmann avec succès, mais posons-nous plutôt l'insidieuse question suivante : pourquoi certaines bactéries bien spécifiques ne se retrouvent-elles que dans les filons aurifères ?

Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Henri Schersch le Lun 28 Juil 2008, 13:19

Bonjour,

Pour répondre à votre question finale, je dirais que si on évacue l'hypothèse qui mettrait en doute votre information (est-on sûr que les bactéries en question ne vivent que dans les filons aurifères et jamais ailleurs ?), alors il reste deux possibilités :
- soit ces bactéries ont besoin de cet or;
- soit l'or a besoin de ces bactéries.

Existe-t-il des filons aurifères dépourvus de ces bactéries ?
Si ces bactéries sont identiques d'un filon à l'autre, alors elles se déplacent; pourquoi ne les retrouve-t-on pas ailleurs ? Pourquoi des bactéries auraient-elles besoin d'or ?
Pourrait-on imaginer que des bactéries puissent produire de l'or comme un déchet de leur métabolisme ? Est-ce à dire qu'on puisse imaginer qu'au-delà de la biochimie ordinaire, certains organismes pourraient synthétiser des corps en transmutants les noyaux atomiques ?

Alors donc, comme pour la fusion froide qui - paraît-il - pourrait réaliser des fusions nucléaires à température ambiante, des organismes biologiques réaliseraient la même chose ?

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Myriam le Lun 28 Juil 2008, 13:22

Bonjour.

"Ne parlons pas ici de fusion froide", dites-vous.

Pourtant, d'autres n'ont pas hésité à faire le lien entre fusion froide et Alchimie. Jean Deleuvre, dans "Alchimie Science Divine" (éd. Ramuel, 2000), préfacé par Roger Caro, consacre 5 pages à ce sujet, concluant ce chapitre par ces mots : "Une véritable Transmutation est aujourd'hui possible dans une simple éprouvette à température ambiante".

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Montaléchel le Lun 28 Juil 2008, 13:42

Ah oui ? Je ne possède pas cet ouvrage.
J'ai aussi trouvé une page web consacrée au sujet : http://www.science-et-magie.com/alchimie01.htm, mais il s'agit là plutôt d'une dérive, d'une tentative de faire rentrer l'alchimie dans le cadre des croyances scientifiques actuelles en la dépouillant de son essence pour n'en conserver que les apparences.

Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Sherlock le Dim 10 Aoû 2008, 20:46

Hum hum...

Des bactéries qui produiraient de l'or comme résidu de leur métabolisme ? Etrange...
Il me semble pourtant avoir lu un truc du même genre, mais je ne sais plus sur quel forum. Un savant prétendait avoir acquis la certitude de transmutations survenant dans le corps humain en faisant le bilan des atomes entrant et sortant. Ça me paraît tout autant suspect. Est-il vraiment possible de calculer précisément tout ce qui rentre dans un corps humain et tout ce qui en sort, alors que certains atomes y sont stockés pour de très longues périodes ? Ça m'a tout l'air d'un canular. Clown

Par contre, au niveau d'organismes simples comme des bactéries ou des tissus cellulaires, un bilan pareil est plausible. Et comment se ferait la transmutation ?

Studieux Hum hum... Voyons, voyons...

Après recherches, je me demande si les molécules-cages - comme par exemple les fullerènes - ne seraient pas une piste crédible.

Sherlock

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Montaléchel le Dim 10 Aoû 2008, 22:53

Les molécules-cages ? C'est une idée intéressante. Par analogie, je comparerais intuitivement avec les globules rouges qui transportent l'oxygène dans le sang. On y trouve là des grosses molécules complexes qui agissent un peu comme un Pacman, c'est à dire qu'elles ont une forme de C qui dans certaines circonstances ouvrent la bouche pour permettre l'entrée et la sortie de molécules d'oxygène, et dans d'autres circonstances, referment la bouche et piègent l'oxygène à l'intéreur. Si on pouvait imaginer un système similaire avec une grosse molécule-cage qui piègerait deux atomes puis, en se repliant, les comprimerait au point de les forcer à fusionner, ça pourrait peut-être fonctionner.

C'est à voir. Cyclope Mais je ne suis pas compétent dans ce domaine.

Un organisme qui mettrait au point un tel processus aurait tout à y gagner car il disposerait d'une énergie énorme en consommant un minimum, et compenser ses besoins nutritionnels en certains aliments en les synthétisant en interne. Pratique pour survivre en période de disette. Je ne sais pas si nous ne sommes pas là à la limite de la science fiction, mais qui sait si ce processus n'existe pas dans la nature, de façon infime, tellement rare que nous n'avons pas encore pu l'observer ?

Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Sherlock le Lun 11 Aoû 2008, 19:19

Hum. Admettons.
A titre suppositoire.

Mais il faudrait alors aussi que cet organisme ait développé un procédé de récupération de cette énergie. On devrait peut-être même envisager des dégâts éventuels : une réaction nucléaire, même minuscule, dans un organisme biologique, ça pourrait tout aussi bien détruire la cellule qui produit cette fusion, non ?

Sherlock

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Laposse le Lun 11 Aoû 2008, 21:14

Suppositoire Choqué ! ? ?

Malade ?

Faut-il vraiment envisager un contexte biologique ? A ce qu'on dit, la fusion froide se passerait en éprouvette, en milieux aqueux exempt de formes biologique Scratch. Je crois qu'il faut chercher ailleurs, plus simple.

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Abbé+Pierre le Lun 11 Aoû 2008, 21:30

Bonsoir. Il ne faut pas perdre de vue l'aspect spirituel des choses. La discussion sur le plan technique, fonctionnel, chimique ou biochimique est intéressante, mais il y a d'autres approches.
Si nous parlons de fusion froide, posons-nous cette question : pourquoi l'expérience originelle de Pons et Fleischmann n'est-elle réussie que par certains laboratoires et pas par tous ? On pourrait suppositoirer que tel ou tel paramètre, légèrement différent, ferait que l'expérience marche ou pas, et qu'on ne sache pas quel paramètre est déterminant.

Idée ! Et si ce paramètre était justement l'esprit de l'expérimentateur Question

Abbé+Pierre

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Sherlock le Lun 11 Aoû 2008, 21:35

Hum hum... Action de l'esprit sur la matière ? Univers anthropique ? Pas évident d'aller prouver ça, puisque, justement, la démonstration scientifique se veut objective, et que là on irait dire que le résultat dépendrait d'une situation subjective.

Sherlock

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Abbé+Pierre le Lun 11 Aoû 2008, 21:38

C'est pourtant le cas en physique quantique. Le facteur humain (l'observateur) devient prépondérant dans le résultat de l'expérience. Pour moi, en alchimie, c'est pareil.

Abbé+Pierre

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  lenfant le Mar 12 Aoû 2008, 18:54

Mais ces bactéries SEULEMENT présentes en ces filons d'or ne seraient-elles pas SIMPLEMENT occasionnées, produites par l'or, qui a ses propriétés à lui, donc une influence sur son milieu, et son milieu du même fait est constitué de par des influences différentes d'un milieu autre... Ou pas...

À un moment donné de 1 se forma le multiple et à un autre le multiple se sépara d'un.

lenfant

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 12/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Abbé+Pierre le Mar 23 Sep 2008, 20:18

C’est le problème de la poule et l’oeuf ! Qui est premier par rapport à l’autre ? Est-ce l’or qui attire (ou engendre ?) ces bactéries, ou bien les bactéries qui agglutinent (synthétisent ?) l’or ?

Si l’or est le minéral le plus évolué, le plus sublimé, au point d’être devenu la référence essentielle du processus d’émergence de la vie recherché par les alchimistes, et si la bactérie est la structure vivante autonome la plus primitive, il n’est alors pas si étonnant de retrouver or et bactéries en association dans des situations limites où on pourrait soupçonner l’émergence de formes de vie au départ du minéral.

On est là dans une zone floue, échappant au modèle scientifique dominant, où on pourrait parler soit de génération spontanée, soit de production d’or d’origine biologique par un procédé similaire à la fusion froide.
Remarquons en passant qu’il est intéressant de décomposer le mot «OR-IGINE».

Abbé+Pierre

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Abbé+Pierre le Mer 11 Fév 2009, 14:26

En parcourant l’ouvrage "Le matin des magiciens" par Louis Pauwels et Jacques Bergier (éditions Gallimard – 1960), j’ai découvert qu’en juin 1937, Jacques Bergier crut avoir d'excellentes raisons de penser qu'il se trouvait en présence de Fulcanelli. Celui-ci mit en garde Jacques Bergier sur les dangers nucléaires. Lors de cette entrevue, Fulcanelli a défini de manière judicieuse le Grand Œuvre :
Vous me demandez de résumer en quatre minutes quatre mille ans de philosophie et les efforts de toute ma vie. Vous me demandez en outre de traduire en langage clair des concepts pour lesquels n'est pas fait le langage clair. Je puis tout de même vous dire ceci : vous n'ignorez pas que, dans la science officielle en progrès, le rôle de l'observateur devient de plus en plus important. La relativité, le principe d'incertitude vous montrent à quel point l'observateur intervient aujourd'hui dans les phénomènes. Le secret de l'alchimie, le voici : il existe un moyen de manipuler la matière et l'énergie de façon à produire ce que les scientifiques contemporains nommeraient un champ de force. Ce champ de force agit sur l'observateur et le met dans une situation privilégiée en face de l'univers. De ce point privilégié, il a accès à des réalités que l'espace et le temps, la matière et l'énergie, nous masquent d'habitude. C'est ce que nous appelons le Grand oeuvre.
- Mais la pierre philosophale ? La fabrication de l'or ?
- Ce ne sont que des applications, des cas particuliers. L'essentiel n'est pas la transmutation des métaux, mais celle de l'expérimentateur lui-même. C'est un secret ancien que plusieurs hommes par siècle retrouvent.
- Et que deviennent-ils alors?
- Je le saurai peut-être un jour.

Abbé+Pierre

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Calcédoine le Mer 11 Fév 2009, 19:27

Bonjour AB+πR,

Je suis étonné par cette phrase :
La relativité, le principe d'incertitude vous montrent à quel point l'observateur intervient aujourd'hui dans les phénomènes.
Qu’on dise ceci de nos jours, après les expériences qui ont démontré à quel point les hypothèses nées de la physique quantique étaient exactes, c’est banal. Mais pour dire ça en 1937, il fallait être bien informé des recherches les plus en pointe à cette époque. Un savant qui avait été capable de comprendre l’essentiel des travaux d’Einstein, d’Heisenberg, de Schrödinger, de De Broglie, de Dirac. Pas n’importe qui, le mec !

Difficile de dire si c’est bien Fulcanelli qu’a rencontré Bergier cette fois-là, mais il est clair que c’était quelqu’un qui avait bien perçu les fondements de l’Alchimie, car pour tout résumer de façon aussi pertinente que concise, il faut nécessairement avoir vraiment compris de quoi on parle !
"Ce qui se conçoit clairement s'énonce simplement."

Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Le Marcheur le Mar 21 Avr 2009, 17:40

Question, pour ouvrir d'autres pistes : la cohabitation stricte entre les gisements d'or et ces bactéries spécifiques ne pourrait-elle trouver son origine dans un processus purement chimique qui ne mettrait en jeu ni alchimie ni fusion froide ? Les bactéries pourraient extraire l'or et le concentrer par des procédés purement chimiques. Je pense à de l'or en solution, ou associé chimiquement à d'autres corps, que les bactéries "digéreraient" pour s'en débarrasser ensuite en concrétions.

Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

ORMUS ou Etats M et Nostoc

Message  calonna112 le Ven 02 Déc 2011, 16:56

Bonjour à toutes et à tous
Ne sachant dans quelle rubrique classer mes questions, j'ai choisi celle-ci, la pensant en rapport avec les Etats M.
J'ai découvert ce "produit" dans différents articles. Ormus, appelé aussi ORME (Orbitaly Re-arranged Monatomic Element) ou état M, se présenterait sous la forme d'une poudre grise ou blanche, ayant des propriétés extraordinaires : supraconductivité, invisibilité, téléportation, etc.
Cette poudre à haut spin aurait un effet sur la glande pinéale (glande très intéréssante), augmentant la production de la mélatonine.
Les Egyptiens appelaient cette poudre "mfkzt", et, plus tard, Nicolas Flamel et d'autres (?) l'auraient appelée Pierre Philosophale.
Avez-vous des renseignements sur cette poudre ?
A ce sujet, mes sources sont :
Sur Internet : "Ormus, la poudre d'or blanche", par Barry Carter
Sir Laurence Gardner : "Le feu céleste, l'or des dieux"
Du même auteur : "Le plan Sharon"
Revue NEXUS n° 50, juin 2007.

D'autre part, Fulcanelli et A. Savoret parlent du CheminCroisé gui, lui donnant comme autres noms : Crachat de lune - Nostoc - Trémelles, etc. Quels sont les rapports de ces différents noms entre eux ?
Merci d'avance pour vos réponses.
Cordialement

calonna112

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 15/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Trinity le Ven 02 Déc 2011, 18:17

Bonjour calonna112,

Le sujet de l'Ormus m'est complètement inconnu. J'ignore de quoi il peut s'agir, mais ça pourrait, en effet, éventuellement, être en rapport avec le titre de ce fil : "Alchimie et noyaux atomiques".

Quant aux propos que tu attribues à Fulcanelli ou Savoret, je suppose que c'est sans rapport, et qu'il faudrait en discuter sur un autre fil.
Pourrais-tu situer ces autres noms du gui dans leur contexte, en fournissant des citations et les références (titres des ouvrages, chapitres, n°s de pages, etc.) ?

Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Gui

Message  calonna112 le Ven 02 Déc 2011, 21:09

Trinity, bonsoir
Ma question concernant le gui est effectivement en dehors de ce fil, aussi je suis prêt à en discuter dans un autre endroit de ce forum.
Aussi, je vais juste répondre à ta question. J'ai trouvé les références au gui
1° dans "Visage du druidisme" d'André Savoret, chapitre XV, page 5. Je te cite juste un paragraphe "...nombres d'auteurs font d'ailleurs allusion à certaine "herbe sans racine", ou croissant sans le secours du sol, qui pourrait être analogiquement, le gui. D'autres, il est vrai, précisent qu'il s'agit d'une algue qui a intrigué bien des chercheurs par son apparition quasi spontanée et sa disparition aux premiers feux du soleil. Algue verte et membraneuse, appelée Nostoc, Flos Coeli, crachat de lune, archée céleste, chaos etc....Noms prometteurs, qu'il faut se garder de prendre pour argent comptant, car les alchimistes, gens discrets, ne se servent jamais du mot propre....Derrier ces appellations symboliques, gît peut-être un lièvre de belle taille.."
2° Le mystère des cathédrales - Fucanelli, page 170 et 171. Je ne cite rien, ce serait trop long ici. Vous connaissez ce livre, et je ne veux pas alourdir ce fil.
Cordialement


Modération : Suite à cette question, nous avons ouvert
un sujet, traitant du gui, dans la section Symbolisme.

calonna112

Nombre de messages : 14
Date d'inscription : 15/10/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alchimie et noyaux atomiques

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 09:49


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum