Adriaen Van Ostade

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adriaen Van Ostade

Message  Garfield le Ven 23 Déc 2011, 13:44

Adriaen Van Ostade est né en décembre 1610 à Haarlem et il y Il meurt le 2 mai 1685. Il est peintre et graveur néerlandais (Provinces-Unies) spécialisé dans la scène de genre, et plus particulièrement l'illustration de la vie paysanne. Ses œuvres, très nombreuses et de format réduit pour la plupart, héritières de Brueghel l'Ancien, sont notamment caractérisées par un traitement caricatural des personnages et un certain humour.
(voir suite : @ http://fr.wikipedia.org/wiki/Adriaen_van_Ostade )


L'ermite (1636-1637).


L'alchimiste (1661).
@ http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/18/Adriaen_van_Ostade_002.jpg
avatar
Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 36
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Adriaen Van Ostade

Message  Montaléchel le Ven 23 Déc 2011, 18:31

Bonjour Garfield.

Ce dernier alchimiste, juste ci-dessus, m'a tout l'air d'un souffleur de première ! Un souffleur est un individu qui s'essaye à l'alchimie sans en comprendre le sens, et s'affaire concrètement au fourneau afin de produire de l'or sans percevoir le sens allégorique (analogique) du corpus alchimique.
L'indice le plus flagrant est évidemment le soufflet qu'il tient entre les mains.
Le peintre lui a donné un air un peu fou, simplet. Et son chapeau ridicule n'arrange rien. Ce prétendu alchimiste délaisse tout : sa maison est sans ordre, pots et livres jonchent le sol sans soin, la table est bancale, etc. Sa masure respire la pauvreté, et au lieu de veiller à améliorer la vie de sa famille, il perd son temps à souffler sur les braises dans l'espoir illusoire de produire de l'or. Entretemps, à l'arrière plan, on voit une femme, probablement son épouse, qui trime à qui mieux-mieux, et le gosse qui mange on ne sait quoi, en l'absence de toute hygiène, sans même disposer d'un siège.

J'admets qu'il s'agit ici de ma lecture personnelle de ce tableau, et non pas d'une connaissance de l'intention réelle du peintre. Néanmoins, ce qui, pour moi, émane de cette peinture, n'est pas l'éloge de l'Alchimie, mais la marque de la dérive extrême à laquelle peut mener l'illusion de pouvoir "faire de l'or" sans vivre au quotidien avec la sagesse indispensable à la conduite de l'œuvre alchimique.
avatar
Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum