Un périple alchimique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Jeu 22 Mar 2012, 16:58

Information : Le fil ci-dessous est dérivé du fil CheminCroisé Qu'est-ce que l'alchimie ?
et a été isolé ici pour le démarquer du sujet général.
Trinity a écrit:Pour ma part, je crois que RIEN n'est impossible.
"La foi soulève des montagnes" (dixit Jésus, in Marc, XI, 23).
Reste à comprendre le mot "foi" : rien à voir avec une croyance idiote en ce qu'on pourrait nous inculquer ; il s'agit d'une certitude intimement ancrée en soi qu'il en va tel qu'on le sait, aussi sûrement qu'on sait que pousser une bille la fait rouler (voir aussi le sujet CheminCroisé Qu'est-ce que la foi ?).

.
C'est lié à la façon de concevoir le monde, et donc de la capacité à pouvoir changer de CheminCroisé Paradigme. Ce qui est impossible dans un référentiel donné peut parfaitement être possible pour quelqu'un qui s'en choisit un autre. Exemple : ma grand-mère a eu beaucoup de mal à admettre qu'on puisse traverser l'Atlantique en quelques heures, puisqu'il fallait 21 jours en paquebot ; c'était impossible ! Or, le Concorde rendit cela possible, grâce à des gens qui pensaient autrement.
.
Comme exemple plus extrême : Jean-Pierre Girard, évoqué dans le sujet CheminCroisé Psychokinèse.
.
Je le répète : RIEN n'est impossible.

Chère Trinity, tu n'as donc peur de rien ! Et te voilà prête avec moi à tenter l'expérience de l'impossible, voire l'expérience interdite ...

Soit, embarquons dès lors sur le vaisseau Argos et partons trouver la Colchide (ce que tu admets est... Impossible)...

Et pour cela commençons par réaliser un creuset...

On va en faire un en terre, ce pour correspondre à notre première partie d'existence : La matière. Le corps.
Puis on va se creuser la tête, autre creuset gratté au centre de notre intellect pour cadrer avec notre deuxième plan d'existence : L'esprit. On va donc se concentrer, afin de faire coaguler une synthèse, par opposition à ce que nous faisons en nous dispersant via l'analyse qui souvent nous dissout dans l'incertitude. Autrement dit on ne va pas opter pour un paradigme, mais pour la somme réunie de tous les paradigmes.

Ce faisant il nous manquera pour être complet le monde divin.... Il va donc falloir faire un creuset là-haut grâce à notre âme, en la forgeant comme une coupe qui a la forme d'un creuset...

Le problème est : Mais comment creuser son âme, comment en faire une coupe ?

Pour cela j'ai une solution : Puisque tout est en haut comme en bas, et inversement réciproque, il y a des chances que si nous creusions bien en bas le corps et l'esprit, nous soyons à même d'avoir une répercussion en haut.... Et que notre âme suive avec le reste le mouvement du creuset...


A ce stade qu'en penses-tu ? Vois-tu une erreur dans mon calcul alchimique ? C'est qu'il ne faudrait pas qu'Argos coule en mer, si tu vois ce que je veux dire....

Bien à toi

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Henri Schersch le Jeu 22 Mar 2012, 18:59

De ce voyage, j'en suis aussi ! Comme CheminCroisé le Mat, je prends mon bâton de pèlerin et me mets en route. Sous réserve d'inventaire ultérieur, j'accepte le postulat de base de VillaChicoubis, parce que bien qu'il soit vrai que corps, esprit et âme soient des éléments distincts, il est tout aussi vrai qu'un être humain vivant, incarné en ce bas monde, n'est complet que grâce aux trois réunis. Un corps sans âme est mort ; un corps sans esprit est comme un légume ; une âme sans corps n'agit pas dans le monde matériel des humains, etc. Tant qu'un humain vivant, ordinaire, vit, toutes les "parties" de lui restent solidaires, aussi solidaires que nos divers organes lorsqu'on prend le train : on n'abandonne pas son foie ou un poumon sur le quai, ça fait mauvais genre.

Je pense en effet que si un travail est débuté sur un plan et qu'on s'y emploie "corps et âme", les interactions entre corps, esprit et âme, solidaires, pourront générer une dynamique globale. Sinon, on irait vers la cata ! D'où prudence et vigilance, tout de même.

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Trinity le Jeu 22 Mar 2012, 19:06

VillaChicoubis a écrit:A ce stade qu'en penses-tu ? Vois-tu une erreur dans mon calcul alchimique ? C'est qu'il ne faudrait pas qu'Argos coule en mer, si tu vois ce que je veux dire....
Non, je ne vois pas ce que tu veux dire. Quant à penser quoi que ce soit à ce stade, cela me paraît très prématuré. Je connais la symbolique de la nef Argo, l'aventure de Jason et des Argonautes en quête de la Toison d'Or. J'embarque volontiers dans ce voyage virtuel qui, pour l'instant me semble plutôt cérébral, mais il est vrai que les amarres ne sont même pas encore larguées. Voyons d'abord ce qu'il en est de ce premier creuset en terre.

Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Ven 23 Mar 2012, 20:36

Ah Henri vient de nous retrouver. Nous sommes donc trois argonautes qui voulons savoir ce qu’est l’alchimie et à quoi vont s’occuper les alchimistes dans leur laboratoire… Et pour ce faire nous tournons autour de trois creusets, comme trois sorciers autour de leur chaudron (ou comme le druide Panoramix s’afférant à la potion magique…)

Que mettre comme première matière dans ces creusets pour comprendre ?

Pour notre creuset matériel en terre nous pouvons utiliser de la matière alimentaire saine et de l’air en respirant bien fort, et de l’eau.

Pour notre creuset spirituel, peut-être qu’un peu de matière grise pourrait faire office de première matière.

Et pour notre creuset animique on met quoi ? D’autant que le creuset de l’âme on le suppute par le théorème de quelques lois alchimiques que nous avons apprises, mais concrétement, comme dit Trinity : On n’a pas encore largué l’amarre.

Pour comprendre le subtil de l’âme, utilisons le fixe à savoir : la matière grise.

Après avoir bien travaillé cette première matière, on se rend compte qu’il n’y a pas de formule magique :
1/ On arrive très bien à concevoir et travailler le corps et l’esprit, car ceux-ci sont en bas, ce qui nous permet de les voir à défaut de les percevoir.
2/ Mais on n’arrive à rien faire avec le concept de la troisième partie, celle qui est divine et relève de l’âme car l’âme se trouve dans l’invisible, le non perceptible…. Alors comment réfléchir à un truc totalement immatériel qu’on ne voit pas, qu’on ne perçoit pas ?

Et nous ne sommes pas les seuls à bloquer devant ce probléme dialectique. Pour vous rassurer… Voyez donc les références académiques officielles.

Pour le dictionnaire l’âme c’est :

nom féminin

Sens 1 Principe spirituel de l'homme, qui existe en soi et s'oppose au corps [Religion]. Synonyme esprit => Erreur l’esprit c’est en bas, l’âme en haut alors faut pas mélanger, justement apprendre à bien démêler le fixe du subtile.
Sens 2 Principe des qualités morales, de la conscience, de l'humanité d'un être. Synonyme nature => Oui la nature de l’esprit, on a bien compris, sauf qu’on tourne en rond puisque l’esprit c’est en bas et nous c’est le haut qu’on veut comprendre et cette définition n’apporte rien à notre problématique.
Sens 3 Habitant, être humain [Littéraire]. Ex.: Une bourgade de cinquante âmes. Synonyme individu => Cela devient le serpent qui se mord la queue, chaque fois qu’on veut monter en haut on se retrouve en bas.
Sens 4 Agent essentiel, moteur. Ex.: L'âme de la révolution. Synonyme agent => L’âme serait un moteur, certes, mais fait de quoi ?

Et du point de vue du dictionnaire des synonymes c’est pas mieux :

âme : 22 synonymes.
agent, animateur, artisan, caractère, coeur, conscience, ectoplasme, esprit, essence, fond, habitant, homme, individu, intelligence, moi, moteur, nature, pensée, personnalité, principe, souffle, spiritualité …

Et je ne vous parle pas du côté des religions… On va y passer le restant de notre vie sans rien comprendre si on les passe toutes en revue et en plus elles ne sont pas d’accord entre elles !

Conclusion : Comment voulez vous raisonner à partir de données aussi dissoutes, on a beau chauffer et chauffer et chauffer, c’est tellement dissout de partout qu’on arrive pas à concentrer aucun sel pour relever notre sauce…
Dans ce contexte, il va falloir nous débrouiller seuls et tenter de comprendre par nous-mêmes ce qu’est l’âme si nous voulons opérer avec nos creusets et faire comme les alchimistes, à savoir apprendre à mettre autre chose que notre simple matière grise.

Et pour ce faire nous allons suivre leurs conseils : Nous allons larguer les amarres et faire comme les chevaliers du Temple : Partir pour Jérusalem.
Les Chevaliers du Temple étaient de grands alchimistes après tout…

Dans cette perspective : Il est à constater qu’à l’origine les fondateurs de l’ordre ne sont pas partis à Jérusalem pour se battre ou construire un Temple…. Ils y allaient pour creuser un truc…. La Kabbale…
Et d’ailleurs, lors de leur premier retour, ce qui marqua les mémoires, c’est la façon dont ils rameutèrent autour d’eux les juifs qui savaient traduire l’hébreux.

C’est que l’hébreux d’entrée de jeu sans explication, c’est comme l’araméen. Mais c’est aussi comme le chinois : idiomatique = L’idée est dans le glyphe car les 22 lettres de l’alphabet sont symboliques, et forment 231 combinaisons de base quand on les relie les unes aux autres (voir sur CheminCroisé Géométrie et mathématique sacrées comment CheminCroisé Tracer le cercle avec l’équerre)

Quand on a déjà compris cela… On peut déjà comprendre 02 ou 03 choses et ainsi déployer une certaine logique.

Mais les chevaliers du Temple n’ont pas fait que de découvrir les subtilités du langage hébraique. Plus important, ils se sont faits préciser quelques notions concernant l’âme que leur culture catholique de base avait omis de leur enseigner… A savoir que l’âme n’est pas une chose haut perchée loin au-dessus de leur tête dans une zone invisible, mais bel et bien présente sur terre puisqu’elle émane :
- Dans le corps à travers le Nephesh, l’intelligence instinctive, qui fait que notre corps est capable de comprendre des choses, assez pour faire le distinguo entre ce qui lui appartient et ne lui appartient pas : Ainsi rejette-t-il le sang ou les organes qui ne sont pas les siens. Mais il a aussi des souvenirs, tout comme un patrimoine génétique dans l’ADN. Le Nephesh a plusieurs modes d’expression : Sueur froide, fatigue, cœur qui s’accélère, hérissement de l’épine dorsale, etc…. Il est très sensible au sensitif d’où qu’il a beaucoup de faiblesses logées au sein des plaisirs du sensoriel. Le Nephesh étant animé aussi longtemps que le corps respire… Il en a été conclu de cette observation qu’il y avait un lien entre Nephesh et respire. Le respire, c’est aussi l’air.
- Dans l’esprit, l’âme émane à travers le Rouah (Qui se prononce Roi) et qui est cette intériorité pensante consciente avec laquelle on s’entretient pour comprendre. Notant au passage que ce Rouah s’exprime en lettres, mais aussi en langage. Et comme déjà observé, le langage est un problème quand derrière les mots on ne trouve aucun sens (encore pire quand on y trouve un sens erroné). Cette barrière du langage ne pose pas de problème au Nephesh, et n’en pose pas non plus à la troisième partie de l’âme, la source de l’émanation, celle qui est en Haut : Neshamah

Comme jusque là on conçoit esprit et corps, concevoir Rouah et Nephesh ne nous pose pas de problème puisqu’ils se rapportent à ce que nous avons déjà compris.

Mais avec Neshamah on revient encore sur terre. Le subtil est vraiment une chose compliquée à démêler du fixe…

Aussi puisque les kabbalistes semblent si bien éclairés et disposés à nous apprendre, je suggère qu’on leur fasse part de nos interrogations, puisque ça y est : Nous sommes à Jérusalem !… On a réussi grâce à Argos, à traverser le Golan !

Bref, c’est au cours de la conversation que nous découvrons que finalement les kabbalistes sont partis comme nous : Ils ont fait des creusets. Eux ils appellent cela le Gouf quand on est en bas et le Kli quand on est en haut. Et dans les deux cas cela se traduit par récipient. Encore un truc en forme de coupe comme le creuset, car notre œil sagace d’apprentis alchimistes nous a appris à voir et à repérer certaines formes dans la nature.

Cette image de la coupe / creuset / kli / gouf récurrente, me fait penser à ce calice que le Christ nous offre à boire le dimanche à la messe….

Les Kabbalistes nous expliquent :
Quand ils font un creuset en terre, ils prennent emprise de la volonté sur les faiblesses sensorielles du Nephesh qui donc est une émanation de l’âme, une forme incarnée sur terre de son expression.
Quand ils se creusent la tête, c’est aussi avec leur matière grise dans le creuset du Rouah, également une émanation dont l'incarnation est plus subtile.
Pour eux le récipient du Gouf empile les creusets du Nephesh et du Rouah. Le Gouf est le lot global : matériel terrestre visible perceptible.
Mais quand le creuset concerne l’invisible de l’âme, le Kli, là ils parlent de lumière en nous précisant que le Kli, le creuset de l’âme réagit à la lumière. A son contact il entre en pneumatique, il gonfle. Encore une fois l’air revient dans notre réflexion, mais non comme une matière mais un principe.

De plus : les kabbalistes ont compté qu’il y avait dans l’invisible 04 sortes de lumière :
- Ohr Makif : La lumière environnante
- Ohr Yashar : La lumière directe
- Ohr Hozer : La lumière réfléchie
- Ohr Pnimi : La lumière évolutive du Kli , évolutive car le creuset de l’âme peut non seulement enfler, mais aussi s’allumer comme de l’or ou s’éteindre comme du charbon… Et entre le Kli passent différents degrés variables d’intensité lumineuse, il peut prendre des couleurs, sous l’effet des trois Ohr précédents.

Nous sommes des argonautes en quête de Toison d’Or, à la recherche du secret de l’or comme des alchimistes, et voilà que nous croisons des kabbalistes qui voient partout de l’Ohr (Or ça se prononce pareil). Sans parler de Jack, pas de Molay, l’autre qui avec trois Haricots Magiques est lui aussi monté en haut chercher de l’or… Et de la musique !.

Les Kabbalistes chercheraient-ils à nous faire comprendre une liaison entre or, ciel, et lumière ?

Nous repartons ainsi avec dans notre creuset intellectuel :
- un creuset en terre,
- de la matière grise,
- 04 lumières qui ne sont pas de l’or mais peuvent y ressembler,
- Un principe pneumatique de l’air.
Et surtout une idée nouvelle : L’alchimie ne serait-elle pas la science du Kli, c'est-à-dire en notre langage, la science du creuset de l’âme ?

Il faudrait remettre tout cela à chauffer pour voir si cette fois on obtiendrait pas du sel

Seulement voilà un nouveau problème se pose : Comment on fait pour faire chauffer un Kli, le Creuset de l’âme ?

Y’a-t-il des argonautes qui auraient déjà une idée ?

Bien à vous tous …

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Laposse le Ven 23 Mar 2012, 23:13

Au commencement de son post, VillaChicoubis a écrit:Ah Henri vient de nous retrouver. Nous sommes donc trois argonautes qui voulons savoir ce qu’est l’alchimie
Hé hé !
Il n'y a pas que ceux qui s'expriment qui lisent et qui suivent...
Des passagers clandestins, en quelque sorte... Masqué Masqué Masqué
Et il y a encore place à bord ! Bus

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Calcédoine le Sam 24 Mar 2012, 09:22

Bonjour à tous,

Vu la tournure kabbaliste prise par le développement de VillaChicoubis, je propose de faire migrer cette partie de la discussion vers le sujet CheminCroisé Kabbale et Alchimie, dont le titre semble plus pertinent, tout en conservant une paire d'hyperliens entre ce sujet-là et celui-ci.

Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Sherlock le Sam 24 Mar 2012, 09:56

Hum hum...
VillaChicoubis a écrit:(...) faire comme les chevaliers du Temple : Partir pour Jérusalem. Les Chevaliers du Temple étaient de grands alchimistes après tout…
Il est à constater qu’à l’origine les fondateurs de l’ordre ne sont pas partis à Jérusalem pour se battre ou construire un Temple…. Ils y allaient pour creuser un truc…. La Kabbale…
Je suis intéressé par les sources historiques d'une telle affirmation.

Admettons que certains Chevaliers de l'Ordre du Temple n'étaient pas que des soudards partis en quête de richesses à piller, et qu'au-delà de leur rôle officiel de protecteurs des civils partis en pèlerinage en Terre Sainte, certains se soient intéressés à l'occultisme local et aient été instruits de la kabbale (via la population occupée), et aussi de la sagesse ésotérique islamique (via la population occupante précédente). Admettons qu'au travers de l'une ou l'autre de ces traditions, voire les deux, certains Chevaliers aient été initiés à l'Alchimie et aient ramené cet Art en Occident. Je ne combattrai pas cette hypothèse, comprenant qu'en 200 ans de longévité, l'Ordre du Temple a vraisemblablement dû offrir de pareilles opportunités à certains de ses membres, surtout si l'on prend en considération que la période d'occupation de la rive orientale de la Méditerranée par les Croisés n'a pas été qu'une succession sans fin de batailles, mais qu'il y eut aussi de longues années de calme propices aux échanges commerciaux, culturels, philosophiques, et au mixage des populations.

Mais de là à affirmer "qu’à l’origine les fondateurs de l’ordre ne sont pas partis à Jérusalem pour se battre ou construire un Temple… Ils y allaient pour creuser un truc… La Kabbale…", c'est leur prêter rétrospectivement une intention préalable. Hum… Ce point me paraît fort hasardeux et difficile à soutenir.

Sherlock

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Henri Schersch le Sam 24 Mar 2012, 10:28

J'observe avec étonnement que, d'après le texte posté par VillaChicoubis, le mot hébreu pour lumière se prononcerait OHR. OHR, comme l'Or, phonétiquement. Etonnant, non ? Mais vu que les dictionnaires ne me confirment pas du tout cette traduction, pourrais-tu m'apporter quelques "lumières" sur ce point ?

VillaChicoubis a écrit:De plus : les kabbalistes ont compté qu’il y avait dans l’invisible 04 sortes de lumière :
- Ohr Makif : La lumière environnante
- Ohr Yashar : La lumière directe
- Ohr Hozer : La lumière réfléchie
- Ohr Pnimi : La lumière évolutive du Kli , évolutive car le creuset de l’âme peut non seulement enfler, mais aussi s’allumer comme de l’or ou s’éteindre comme du charbon…
S'agit-il bien de 04 sortes de lumière dans l'invisible ? D'après les descriptions, j'aurais tendance à considérer les trois premières (Ohr Makif, Ohr Yashar, Ohr Hozer) comme des aspects de la lumière physique, photonique, ordinaire (visible donc), celle que nous connaissons en optique; la quatrième, Ohr Pnimi, étant vraiment à part, plus fondamentale. Nous établirions ainsi un pont entre la perception kabbaliste traditionnelle et la perception exprimée par Henri Coton-Alvart par le titre de son livre CheminCroisé Les deux lumières.

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Dim 25 Mar 2012, 03:10

Je découvre que notre voyage via l’impossible commence à attirer du monde au moment où, quittant Jérusalem, je voulais profiter d’un canal à Suez pour faire route vers les Indes. J’ai l’intention de m’arrêter en Egypte au retour. Comme dit : le paradigme de l’alchimie ne se résout pas par un, mais par le multiple... D’où un travail de synthèse requis.

Si je veux faire route vers les Indes, c’est que le principe pneumatique de l’air m’a interpellée… Et je me suis pensée que le Yoga et la Kundalini, spécialités orientales, pourraient peut-être nous apprendre à faire chauffer le récipient de notre âme, ce fameux Kli… Faire du feu avec de l’air, c’est simple : Il suffit d’avoir au préalable quelques braises sur lesquelles souffler. Et de vos questions, je crois que nous les avons réunies, ces braises premières, ces poussières de lumière d’Ohr… D’ailleurs les alchimistes ne disent-ils pas que pour faire de l’or il faut déjà en avoir !…

Aussi avant de disperser ces petites braises via les différentes sections du forum où elles n’auront jamais la force de mettre le feu, je suggère de les conserver ici en synthèse le temps de terminer quelques épisodes modernes du voyage des argonautes.

Soyons rigoureux dans notre travail de copistes des alchimistes, respectons l’art de leur dialectique qui consiste à concentrer / synthétiser / coaguler avant de disperser / analyser / dissoudre.

En effet la pensée des alchimistes a une forme : C’est un lemniscate. Ils rassemblent toujours vers une synthèse, un noyau et c’est à partir de cette synthèse qu’ils se redéploient. C’est également très kabbaliste comme mode de raisonnement ; en témoigne toujours ce CheminCroisé concentré de 22 points tracé à l’équerre sur CheminCroisé Géométrie et mathématique sacrées : On part de quelques points pour déployer une nouvelle synthèse.

Et cette manière de penser fait aussi partie du dogme de la Haute Magie posé par Eliphas Lévi, qui d’ailleurs travaille en utilisant cette méthode « non cartésienne » pour se diriger dans les idées. C’est pour cela qu’en nos matières, vous m’entendrez toujours ressasser des histoires de dialectiques et que je vous dirai toujours : Méfiez vous de votre dialectique et pour comprendre l’invisible, calez-vous sur les dogmes solve/coagula ou fixe/subtil ou haut/bas qui ne sont rien d’autre que des formules de la dialectique de l’âme elle-même. L’âme est une intelligence, elle raisonne, elle est logique, mais elle n’est pas cartésienne et cette dernière dialectique est totalement une impasse pour qui veut comprendre l’alchimie.

Car je vous le confirme : L’alchimie n’est rien d’autre que la chimie de ce qui se passe en haut dans l’âme, et de ses retombées sur terre. C’est une science de l’émanation du spirituel via l’incarnation. Et toutes les matières utilisées sont « spirituelles ».

Exemple concret facile à comprendre : Quand Paracelse nous parle de fermentation et de fumier dans son texte contenu dans les 05 traités d’alchimie, il parle d’une attente qui mine l’esprit entre deux expériences.
Ses mots ne sont que des allégories, c'est-à-dire des images et des figures qui suppléent à l’expression quand les mots tombent en cale sèche. Ce qu’il n’a pu expliquer verbalement, il l’a tracé au moyen de symboles qui contiennent ses idées : Il s’est pourri d’attendre.

Et si il y a quelques différences entre alchimistes, c’est que s’agissant d’une expérience avec son âme, on a chacun la sienne. (Et on ne choisit pas laquelle). Ce qui amène des variations dans le vécu de cette l’expérience même si elle tourne autour du même thème. Et cette expérience comporte des épisodes d’ébullition, mais aussi des épisodes d’attente, des formules qui se révèlent la nuit, d’autres le jour… Et tout cela est codé dans le langage alchimique.

Les symboles alchimiques, quand on sait les lire dans leur valeur symbolique, sont très ressemblants à ceux de la kabbale, qui avec d’autres mots, parlent aussi de cette attente qui mine. D’ailleurs je ne comprends pas l’alchimie pour l’avoir étudiée, je n’ai lu que les 05 traités d’alchimie, et le Conte de St Germain… Je la comprends par analogie avec la kabbale, la magie égyptienne, la kundalini, le chamanisme dont le maniement occulte de l’âme canine, et toute la logique de synthèse qu’il m’a fallu intégrer pour comprendre. Et dès lors je confirme qu’Eliphas Lévi avait eu un sacré œil : Partout dans tous les cultes et les croyances, dans toutes les légendes et les allégories, partout, tout le temps, c’est la même histoire d’un même secret, celui d’une possibilité : Aller là-haut et avoir un panorama plus grand du tableau peint sur terre.

La spécialité de la Kabbale, la vraie, celle bien comprise, n’est rien de moins que l’étude de la structure des mondes spirituels et de leurs cycles – Un peu comme les Mayas, les kabbalistes sont des cartographes de ce qu’il y a en haut dans l’invisible .

Mais comment peut-on cartographier l’invisible, quelle prétention à dire : On sait ce qui se passe là-haut car tout le monde le sait : personne ne peut savoir ! alors chacun se fait sa « vérité » !…

Comme annoncé, c’est là que commence l’impossible à croire, et parfois le très dur à comprendre tant cela remet en cause nos bases…

Le grand secret, la révélation, ce qui sera peut-être également la fin du monde pour certains, c’est que : ON PEUT MONTER LA HAUT ! Et ce grâce à trois haricots magiques, ou à une Echelle de Jacob en lettres hébraiques.
Mais on peut aussi y monter en creusant le même creuset que les alchimistes si on sait décoder leurs formes et formules, mais aussi encore avec la Kundalini, d’où mon désir d’aller poser Argos quelque part au cœur des Indes.

Car la maitrise totale du Nephesh enseigné par la Kundalini, est le secret pour allumer la mèche qui va faire remonter le feu du creuset de terre, lui faire traverser la matière grise, sortir du Gouf inférieur, pour monter jusqu’au baril de TNT qu’est le Kli supérieur, ce creuset de notre personnalité et de notre existence, qui est aussi un secret qui se trouve dans l’invisible.

Et quant le Kli TNT, ainsi touché par le feu, va s’enflammer, Neshamah va entrer en pneumatique comme le magma d’un volcan, passer par toutes les couleurs jusqu’à retrouver la sienne et redescendre directement dans le Gouf où elle va vous Transmuter le Nephesh, et vous faire faire les trois bandes au niveau du Rouah… Car ce qu’elle va alors vous transmettre en informations défie tout ce que votre entendement peut accepter ! … Sauf à y avoir été préparé…

L’hindouisme a intégré cette réalité, la kabbale, les chamanes, les égyptiens etc… aussi…

Mais chez les catholiques, cette partie de billard a été occultée car quand un Rouah commence à faire les trois bandes, cela mène à des comportements qu’on a notamment qualifiés « de possédés ». Ah ! Quelle folie tous ces gens avec des voix dans la tête !!! A commencer par Jeanne d’Arc. Et on ne parle pas de ceux qui ont des Hallucinations : Comme les Saints ou les Prophètes.

Car concrétement cette partie de billard nommée apocalypse, dont on distille l’alchimie dans des creusets via 03 plans d’existence, se manifeste parfois sur terre par de très troublants symptômes psychiques : On est en effet en proie à une fulltitude de voix qui nous parlent depuis là-haut, on a des visions et des hallucinations qui transcendent l’esprit nous affectant même dans notre corps et notre réalité d’une manière qu’aucune drogue ne pourrait le faire… C’est vraiment le grand 8 dans les 03 plans. Et en plus c’est totalement addictif. Quand on y a goûté on ne pense plus qu’à cela. On est comme amoureux de cela... D'où l'amour chez les alchimistes mais aussi le mythe de psyché en Grèce, que nous visitons ainsi un petit coup rapidement.

Une pneumatique animique n’a rien à voir avec une décorporation astrale, ni une expérience de mort imminente. C’est un orage sous un crâne, un big bang de la conscience, une déchirure du réseau sensoriel. Un magnifique feu d’artifice, mais aussi parfois un tsunami qui peut engloutir…

La guerre inquisitrice a surtout eu comme mobile d’éradiquer des mémoires catholiques cette pratique, qui consiste à chercher le Graal, cette coupe, ce creuset, ce calice qui, si on le boit, nous révèle toute la vérité de qui nous sommes, d’où nous venons, et quel est le secret de notre création. Et si on a éradiqué la mémoire, c’est tant pour avoir la paix avec un phénomène qui déclenche des désordres que pour conserver ce secret au cœur d’une élite gouvernante.

L’œuvre alchimique est un codex de cette expérience de pensée occulte car cachée de nos mémoires, qui consiste à s’allier aux trois parties de son âme pour ne faire plus qu’un avec l’ensemble. Le mystère de la Sainte Trinité. Rien d’autre. Et son génie quant aux découvertes matérielles vérifiables qu’elle a pu faire en ces temps si reculés, s’explique par le fait que cette alliance sacrée entre nos trois parties constitutives ouvre la porte sur des choses comme la fontaine de jouvence, le secret de l’or, mais surtout… La science infuse. Et je pense que Nikola Tesla fut un alchimiste très digne des temps modernes, compte tenu de l’orientation très énergétique de ses travaux, il fait très certainement partie de ceux qui ont bu la coupe… Car ils sont légions, ils sont une armée : Celle du Temple…

Le Graal est une coupe de vérité et de science.
Le Graal est partout dans les vestiges du Temple, toute son organisation était réglée en parallèle au dogme qui permet d’atteindre la mort par le Baiser de Dieu, le Mors Osculli.

Exemple : le matelotage représente certes une technique d’être à deux pour se couvrir sur le terrain en bas, mais aussi en haut : quand un des deux entre en fusion animique, se met à faire l’étoile, l’autre est alors requis pour tenir la chaine de son âme et éviter que Rouah se perde en Neshamah… On retrouve cette pratique de tenir l’âme de l’autre en kabbale et chez de nombreux chamanes. Cela se fait entre personnes qui font le même voyage (pour cause : ils sont sur le même cheval)… Rien que cette pratique du matelotage laisse penser que la pratique animique ne concernait pas deux ou trois membres gradés, mais que beaucoup de monde recevait l’initiation de base au sein des bataillons du Temple.

Et si des figures comme @ Baphomet étaient moins diffusées, c’est simplement car durant cette expérience ultime de pensée, Baphomet correspond à des sphères lointaines où tout le monde ne va pas car c’est risqué. Le @ bouc de Mendès est toujours en pratique chez des tribus nomades nord-africaines, c’est violent comme « possession », il faut plusieurs jours pour récupérer un lutte psychique puissante pour garder sa raison. Baphomet renvoie au Dieu Pan (encore un petit tour chez les Grecs) dont on sait que, parmi les entités divines, ce n’est pas la plus sympathique pour l’homme.

Mais les Templiers n’ont pas glané que chez les kabbalistes : En plus des peuples nomades, ils ont aussi pris à l’Egypte : leurs rosaces sont des représentations symboliques de la fleur d’amenti évoquée dans les tablettes de Thoth. Ailleurs ces rosaces et cette fleur d’Amenti rejaillissent dans le graphisme des dreams catchers amérindiens ainsi que de certaines mantras… Pour cause : Les hommes qui se livrent à cette pratique font tous le même voyage, ils ramènent les mêmes images, seule la façon dont ils en parlent ensuite varie.

Oui, les fondateurs de l’ordre voulaient à la base sécuriser un chemin de pèlerinage, ils ne se doutaient pas de ce qui les attendait au bout de la route, ni de la révélation qu’ils allaient redécouvrir au contact des populations locales et ce dès le premier déplacement. C’est sans doute une culture catholique non totalement épurée de l’embrun celtique des druides et d’Avalon qui les a fait comprendre l’importance du trésor qu’ils venaient de découvrir… Et ce sont les creusets en ébullition qu’ils sont rentrés pour aussitôt retourner encore et encore à Jérusalem… Je suis arrivée à cette conclusion après lecture des symboles templiers eux-mêmes, et d’un vieil ouvrage écrit par Louis Charpentier (Tiens ? Un LOUIS ? Tiens ? Un CHARPENTIER ? Comme par hasard !) Dans LES MYSTERES TEMPLIERS, il passe plusieurs pages à se demander le pourquoi du comment de certaines décisions prises par Hugues de Payns, Hugues de Champagne et Bernard de Clairvaux au début de la fondation. (Ex : Hugues de Champagne abandonne carrément sa famille et son comté pour ce qui l’intéresse là-bas, comportement qui n’aurait rien de surprenant pour un adepte de l’expérience impossible, comme dit, elle est addictive, une fois qu’on y a goûté, on ne pense plus qu’à cela, rien d’autre n’a d’importance, même le Christ s’est laissé crucifier pour cela par amour !!! )
Et de mon point de vue je rajouterais à ce qui n’a jamais été écrit sur le Temple jusqu’alors : Au rang de cette science étrange qu’est la Haute Magie des âmes, les Templiers ont été sans doute les plus grands prêtres, tant par leurs synthèses compilées de données que d’expériences vécues. Immense était devenue leur maîtrise de cette science. En se lançant dans ce projet de Temple qu’ils voulaient reconstruire, ils avaient la même démarche que les Egyptiens avec les pyramides, mais avec une vision de là-haut plus étendue que la leur… Je veux bien croire que la manière dont ils enseignaient largement n’a pas plu à tout le monde puisque cela devait rester reservé… Il y a eu chez les catholiques la même guerre de positions que celle que provoqua l’émergence du hassadisme chez les juifs. Sauf que chez les juifs, le hassidisme a gagné, il est enseigné en ligne auprès du Bnei Baruch qui diffuse des cahiers très intéressants gratuitement sur ce site-là :

@ http://www.kabbalah.info/fr/

et plus précisément sur cette page-là :

@ http://www.kabbalah.info/fr/etudier-la-kabbale/livres-électroniques-de-kabbale

Alors que chez les catholiques, on a tout oublié, et pire : On croit cela impossible car la Sainte Trinité est un mystère !

Il va sans dire que nos frères de l’Islam connaissent très bien eux aussi cette pratique : C’est par elle que les versets du Coran ont été dictés à Mahomet.

Maintenant, pour ce qui est de la dernière question posée :

Pour l’Ohr, tel que la kabbale en parle, on est dans les hautes sphères, on est dans l’invisible. Mais ! En application de notre dialectique : tout ce qui est là-haut dans l’invisible étant comme ce qui est en bas ici sur terre dans le visible, on est supposé retrouver dans nos lois physiques matérielles des émanations, des incarnations des modèles animique, ce tant le gouf matériel que spirituel situé en bas puisque les trois parties de l’âme sont liées et fonctionnent ensemble.
… Il suffit de bien connaître les lois physiques sur terre, et celles en l’air pour faire le joint… C’est ce qu’on appelle, en haute magie, utiliser des échelles d’analogie, ce sont des formules magiques… de compréhension ! Personnellement, avec le temps que j’ai passé à étudier la kabbale et la redistiller en français à travers tous les cultes et les pratiques, je n’ai pas eu le temps matériel d’étudier le spectre lumineux physico-chimique. Mais si on m’explique simplement avec des schémas et des images, parfois j’ai des éclairs en procédant par analogie.
On peut ouvrir un post ailleurs sur la question des lumières et émanations lumineuses, et ainsi développer que la lumière est un rayon à plusieurs couleurs, qui peut se réfléchir, se refroidir ou se réchauffer, qui véhicule ce faisant de l’énergie et de l’information, mais aussi une onde vibratoire comme de la musique.
Tout cela précisé, voulez-vous continuer vers l’Inde ? Je sais le voyage est long pour comprendre ce qu’est l’alchimie. Mais peut-être y a-t-il parmi vous des adeptes de la Kundalini qui auraient déjà compris qu’une remontée de 07 chakras, c’est pneumatique et que ça marche comme une échelle de 10 séphiroth ( Faite en fait de 03 + 07)… Il faut en effet finir de comprendre comment mettre le feu au creuset de Neshamah, à ce récipient qui est le Kli, peut-être la Clef de bien des compréhensions et enfin on aura toute les bases pour relire l'alchimie d'un autre oeil : Le 3éme.

Bien à vous tous

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Calcédoine le Dim 25 Mar 2012, 10:10

Bonjour,

Il existe déjà un sujet dédié à CheminCroisé La Lumière. Peut-être suffira-t-il à accueillir les commentaires qui pourraient émerger parallèlement à ce qui est développé ici ?

A votre service,
Calcédoine.

Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Jeu 29 Mar 2012, 17:13

Nous arrivions en vue des Indes, quand subitement me retournant, je vis qu'il n'y avait plus personne sur le navire Argos !!! L'impossible avait il fait peur au point que tout le monde sauta en mer ?

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Laposse le Jeu 29 Mar 2012, 18:56

Plus personne... sur le pont !
C'est exact.
L'anticyclone provoquant cette totale absence de vent rendant les voiles inopérantes, tout le monde est dans la cale, en train de ramer.
Ça avance moins bien, et ça rend l'équipage juste bon à aller roupiller.
Sommeil Malade
Or, il y a toujours cette permanente menace de pirates Pirate qui exige de garder l'oeil vigilant. Cyclope
Pas facile à gérer, tout ça...

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Ven 30 Mar 2012, 00:15

Bon, pour ceux qui sont dans la cale, je ne dirais qu’une chose : Il faut SAVOIR, mais également VOULOIR SAVOIR. Et dans ce second cas, il faut aussi OSER.

Quant à se TAIRE vous l’avez compris c’est pas mon truc… Et je dirais même que ce dernier ingrédient ne fait pas partie de la formule alchimique originale que je pratique, car de ce que j’en sais le Graal a été offert à TOUTE L’HUMANITE.

Pour OSER on peut commencer déjà par m’offrir un point d’appui pour me permettre d’actionner le levier d’Archimède… Le point d’appui ou de résistance, me semble en effet indispensable, c’est une loi physique naturelle. Donc émettez des avis, critiquez, dites que vous n’êtes pas d’accord, ou réfléchissez au Kundalini : Un chiffre 3 comme une trinité, comme un triangle, symbole d’une alliance entre le haut et le bas qui vous envoie via 07 étapes. Lesquelles ? Z’avez pas des idées ?

Réfléchissez à l’alchimie : Combien d’étapes dans les processus ?

Quant aux Pirates, et bien qu’ils piratent, j’ai le secret de l’or, et j’en ai fabriqué plein, donc je peux partager … Et s’ils ne savent pas en faire usage avec sagesse , cet or sera alors un bâton de connaissance qui se transformera en serpent devant l’œil hagard du Pharaon…

Moi je m’en fous des pirates, car les comptes ce n’est pas avec moi qu’on les solde, mais avec celui de qui je tiens mon enseignement. Et celui là : C’est LE MAITRE, celui dont Paracelse parle dans son fameux épisode :

” Les voyages que j’ai accomplis jusqu’à maintenant m’ont révélé bien des connaissances, car personne ne trouve maître à la maison et personne n’a son précepteur derrière le poêle.
Les arts ne sont pas enfermés en une seule patrie, ils sont répandus à travers le monde entier. Ils ne sont point en un seul homme ni en un seul endroit… Chaque homme qui veut voir et apprendre doit aller à la recherche…
Mais je soutiens que j’ai eu jusqu’à maintenant raison de mes voyages.
Cela nous démontre l’incrédulité qu’il faut avoir face à la maxime qui nous dit : ” Le maitre vient quand le disciple est prêt …”
Comme si les maitres étaient à la disposition, tel le médecin à domicile, de tous les oisifs rêveurs.
C’est pourquoi, il vaut mieux adopter la devise du Prince Caetani : Cave Canem …. »


Dés lors que tout ceux qui veulent voir entrer Le Maître se mettent à respirer bien fort. On se remplit d’air pour lancer la pneumatique, on cadence son respire en 07 temps, on se concentre sur les vertèbres sacrées pour se détendre un coup le Nephesh… Et on commence à vraiment y croire : Car oui cela existe, on peut tous le boire le Graal.

Mais attention il ne faut pas s’enivrer avec.

Car après le creuset de notre coupe sacrée vient le maniement du métal, et celui là, est le même que celui d’une épée magique nommée Excalibure qui fait bien sur partie de mon arsenal. D’ailleurs la preuve : Je la plante devant vous, lequel sera capable de la sortir de son socle de pierre ? Qui viendra tenter de pirater mon épée magique descendue du ciel ? (Certain la voit sortir du fond d’un lac)

C’est à vous de voir s’il vous tente d’essayer, moi c’est de bon cœur que je vous accueille dans cette entreprise, car de longue date j’ai compris qu’un bâton bien manié est beaucoup plus dangereux qu’une épée. C’est pour cela que je suis riche d’or : Jackpot, gling gling gling, j’ai touché le denier… Celui avec lequel j’ai soudoyé Caron pour qu’il me fasse passer de l’autre coté et me ramène indemne, car oui je suis morte. raide morte initiée...

Tout cela expliqué : Alors y’a personne pour jouer la partie avec moi ?

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Henri Schersch le Ven 30 Mar 2012, 08:49

VillaChicoubis a écrit:Alors y’a personne pour jouer la partie avec moi ?
Oh que si ! Mais il ne s'agit pas de transformer la nef en galère, et l'équipage en bagnards. Il n'est pas indispensable d'avancer à marche forcée et de battre un record de vitesse.

L'alchimiste peut être un nautonier ; il peut aussi être jardinier, dans sa tête comme dans ses mains. Pour l'instant, vu le beau temps printanier et la montée de la sève, les urgences vont aux travaux extérieurs. La montée de la sève, ça ne se commande pas. L'alchimiste-en-herbe calque son rythme sur celui de la Nature, et n'a évidemment pas l'outrecuidance de lui imposer le sien. Ma présence sur internet passe donc après, nonobstant l'intérêt indéniable du présent sujet. Je serai de retour au clavier, sur mon navigateur, dès que tombera la pluie annoncée pour très bientôt.

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  i maestri cantori le Ven 30 Mar 2012, 10:00

Tout ceci ne nous montre t-il pas une chose?
Nous avons tenté de nous élever. Mais la matière s'y refusait. Et voilà qu'elle coopère. Action, réaction. Va-t-on jouer à "action réaction" jusqu'à l'illumination ?
Le royaume de Dieu appartient-il vraiment à ceux qui le prennent de Force ?
Attention, je ne porte pas de jugement. Seulement des interrogations.
Puisque la Matière semble vouloir coopérer, pourquoi ne pas la laisser faire, à son rythme, à son harmonie et à sa mélodie.
Chaque fois que je joue à "action" et qu'il y a réaction, je ne peux m'empêcher de vivre un grand sentiment de culpabilité. Ma conscience semble ne pas être d'accord.
Et cela nous ramène à une méditation sur l'arcane CheminCroisé La Force des tarots.



Dernière édition par i maestri cantori le Ven 30 Mar 2012, 10:38, édité 1 fois

i maestri cantori

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  i maestri cantori le Ven 30 Mar 2012, 10:36

Henri Schersch a écrit:
VillaChicoubis a écrit:Alors y’a personne pour jouer la partie avec moi ?
Oh que si ! Mais il ne s'agit pas de transformer la nef en galère, et l'équipage en bagnards. Il n'est pas indispensable d'avancer à marche forcée et de battre un record de vitesse.
.
L'alchimiste peut être un nautonier ; il peut aussi être jardinier, dans sa tête comme dans ses mains. Pour l'instant, vu le beau temps printanier et la montée de la sève, les urgences vont aux travaux extérieurs. La montée de la sève, ça ne se commande pas. L'alchimiste-en-herbe calque son rythme sur celui de la Nature, et n'a évidemment pas l'outrecuidance de lui imposer le sien. Ma présence sur internet passe donc après, nonobstant l'intérêt indéniable du présent sujet. Je serai de retour au clavier, sur mon navigateur, dès que tombera la pluie annoncée pour très bientôt.
Je viens de me rendre compte en relisant votre message que nous disions la même chose. Eh bien, de le voir écrit par quelqu'un d'autre, ça me fait beaucoup de bien.

i maestri cantori

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  i maestri cantori le Ven 30 Mar 2012, 14:10

Nous sommes bien souvent instruits par des mythes.
Voyons celui de Tarzan, le Roi de la Jungle.
Il est la Force à l'état brut. Nous reconnaissons les arbres à leurs fruits. Aussi, il ne fait nul doute que Tarzan entretient de bons rapports avec la Force.
Il est fort, plein de vitalité, et commande même aux animaux. Tous reconnaissent sa royauté.
Il rencontre Jane, pense pouvoir la Forcer, mais il la laisse partir. Et ainsi, elle revient d'elle même... et même Tarzan lui-même la rejoint un jour à New York.
La grande Force de Tarzan, celle qui fait qu'il est vigoureux et que tous les animaux lui obéissent, c'est qu'il a laissé Jane partir.

Garder Jane de force, ou faire naître Jane de force chez les autres, c'est forcer la nature et il ne faut pas s'étonner si alors ces mêmes forces se retournent contre nous un jour...

Il ne faut pas forcer. Rien sur terre et dans le ciel. Et ce n'est pas facile...

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
VillaChicoubis, j'ai vu une vidéo portant votre pseudo sur youtube. La dame de cette vidéo semble vivre en harmonie avec ses animaux, entretenir des rapports privilégiés avec la nature. Peut être aussi une vie d'Hermite pas toujours facile à cause de la solitude...
Enfin, bref, il est clair que cette dame a trouvé l'"illumination" par le regard qu'elle a sur la nature, et je ne vois pas ce quelle trouverait de plus avec une autre sorte d'illumination.
J'imagine que le jour où elle va vers le monde tout emplie de ces rapports privilégiés avec la nature, elle fait du bien à tout ce qu'elle touche, naturellement, comme Tarzan qui a cette beauté si "naturelle"...

Avec toute mon amitié.
I maestri cantori

i maestri cantori

Nombre de messages : 94
Date d'inscription : 23/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Ven 30 Mar 2012, 18:41

Dieu soit loué ! Vous ne faites qu'attendre la pluie !... Bien soit attendons, car rassurez vous je n'ai rien d'une esclavagiste, et il n'est pas envisageable de transmuter les argonautes en galériens...

Et d'ailleurs celle qui galère le plus c'est moi, car contrairement aux apparences sur you tube, je ne suis pas Hermite : Un métier au service de la justice qui n'est pas de tout repos, une équipe animale, un grand jardin et une vieille ferme à entretenir qui constituent comme un deuxième job, plus tout ce qu'il y a à écrire et réfléchir autour de mes travaux occultes et de leur enseignement à autrui... A cela s'ajoute quand même une famille et une horde d'amis...

Ah ce que j'aimerais être ermite parfois, cela doit être reposant !

Mais en attendant de le devenir, attendons déjà la pluie...

Bien à vous tous

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Henri Schersch le Dim 01 Avr 2012, 10:39

Bonjour VillaChicoubis. Je me demande si tu ne vas pas un peu vite en besogne. Partant du polygone à 22 côtés annoté des 22 lettres de l'alphabet hébraïque, il est naturel de se tourner vers la Kabbale et de retourner à la source, Jérusalem, par exemple en suivant l'itinéraire des croisés, et donc des Templiers. En chemin, tu nous parles d'une alchimie triple, correspondant à la traditionnelle subdivision admise depuis des siècles au sein de la culture judéo-chrétienne occidentale, à savoir un creuset pour le corps, un creuset pour l'esprit, un creuset pour l'âme. C'est là que ça commence à aller un peu vite pour moi, car je ne sais si cette dissection est pertinente ou non. Autant il est évident de distinguer le "corps de chair" de "ce qui l'anime", autant je suis plus dubitatif quant aux trois aspects traditionnellement admis, puisque d'autres philosophies évoquent plusieurs corps "emboîtés" les uns dans les autres, tous de nature physique mais de densités différentes (corps physique, corps éthérique, corps subtil, corps du désir, corps astral, etc.). Certaines philosophies parlent de trois corps, d'autres de sept, et ce n'est pas limitatif. Idem au niveau de la conscience, où certains distinguent conscience primale, conscience neuro-végétative, inconscient, subconscient, supra-conscient, inconscient collectif, conscience de Soi, le Moi, le Sur-Moi, etc. Toutes ces subtilités me dépassent, je l'admets sans difficulté, mais elles ont, je le pressens, une certaine pertinence. C'est pourquoi je trouve que c'est peut-être aller un peu vite en besogne que de considérer comme universellement admis qu'un être humain se constitue de corps + esprit + âme. Mais soit ! Par ignorance, et par commodité, j'accepte de te suivre dans ton périple sur cette base simplifiée.

Une fois à Jérusalem, tu nous déclares :
Mais les chevaliers du Temple n’ont pas fait que de découvrir les subtilités du langage hébraique.
Déjà que je ne connais pas l'hébreu (tout en me déclarant intéressé par lui), s'il faut maintenant aller au-delà de la découverte des subtilités de cette langue, je pense qu'on va encore, là aussi, vite en besogne, en ne s'accordant à Jérusalem qu'une escale aussi brève. Je me sens comme emporté par un groupe de touristes japonais, à courir d'un vestige à l'autre le temps d'une rafale de photos. Je reçois des bribes de savoir que je n'ai pas le temps d'assimiler, d'intégrer, de com-prendre (= prendre en moi) : Nephesh, Rouah, Neshamah, Gouf, Kli, Ohr Makif, Ohr Yashar, Ohr Hozer, Ohr Pnimi… Je ne suis pas sûr ni d'avoir intégré ces concepts que déjà tu lèves l'ancre pour l'Inde ! Et puisque Ferdinand de Lesseps a sué pour nous creuser un canal reliant la Méditerranée à la Mer Rouge, le trajet ainsi raccourci nous laisse peu de temps pour cogiter, méditer, digérer, intégrer ces nouveautés. J'en suis encore à essayer de comprendre ton mot "pneumatique", qui semble venir d'un concept grec, et n'a probablement pas grand rapport avec la chambre à air de la roue avant de mon vélo. Alors, avancer, oui, mais…

Par contre, lorsque tu écris "L’alchimie ne serait-elle pas la science du Kli, c'est-à-dire en notre langage, la science du creuset de l’âme ?", là, j'abonde dans ton sens sans hésiter, parce que c'est précisément cette idée-là que notre forum met en avant depuis sa fondation, essayant d'attirer l'attention des apprentis-alchimistes qui se fourvoient dans la voie sans-issue qu'est la pratique exclusivement matérielle, physico-chimique, consistant à maltraiter des minéraux selon des recettes dont le sens allégorique leur échappe. Oui, je suis d'accord avec toi pour dire que l'alchimie est la science du creuset de l'âme. C'est d'ailleurs pour cela que certains distinguent Alchimie (avec une initiale majuscule) de l'alchimie (sans majuscule), laquelle n'est qu'une douteuse pratique, mimétique, mal interprétée, plus proche de l'archéo-chimie (ou archimie) que de l'authentique Art. Cette différenciation – de taille ! – est débattue dans le sujet CheminCroisé Alchimie, archimie, archéochimie, préchimie, protochimie.... Si c'est à ce point de compréhension que tu souhaitais nous mener, je ne suis alors nullement dérouté, et suis prêt à continuer le périple.

Et, comme Colomb, voguons vers l'Inde…

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Laposse le Dim 01 Avr 2012, 11:02

Ah ! Voilà !
Je me demandais où vous étiez passé !
J'étais juste parti faire un peu de shopping touristique dans la ville ,
acheter une menorah de voyage, un phylactère,
voir l'esplanade du Temple et la mosquée Al-Aqsa, le Mur des lamentations, et puis...
je ne vous retrouvais plus nulle part !

Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Trinity le Dim 01 Avr 2012, 12:50

C'est ce que je retiens du parcours accompli jusqu'ici dans ce périple : le constat que c'est le creuset destiné à l'âme qu'il importe de traiter en priorité, tout le reste en découlant. Nous sommes là en terrain connu, puisque, effectivement, comme le rappelle Henri, c'est un des points importants portés par notre forum.

Pour ma part, l'approche de la nature humaine en 3 pôles ne me pose pas problème : corps + esprit + âme font partie de ma culture, et CheminCroisé le nombre 3 est porteur du symbolisme de l'engendrement, de la fécondité.
VillaChicoubis a écrit:Un chiffre 3 comme une trinité, comme un triangle, symbole d’une alliance entre le haut et le bas qui vous envoie via 07 étapes. Lesquelles ? Z’avez pas des idées ?
Réfléchissez à l’alchimie : Combien d’étapes dans les processus ?
Tout dépend des auteurs ; tout dépend du cadre de référence qu'on se choisit ; tout dépend de ce qu'on veut mettre en exergue...

Deux étapes si on envisage l'aspect le plus fondamental : Solve – Coagula.
Trois étapes si on considère les couleurs : Noir – Blanc – Rouge.
Quatre étapes selon @ Wikipédia, citant CheminCroisé Jacques Bergier : Œuvre au noir – au blanc – au jaune – au rouge.
Sept étapes, variables selon les interprétations, comme, par exemple les Régimes de Philalèthe : Calcination – Sublimation – Solution – Putréfaction – Distillation – Coagulation – Teinture. Mais d'autres auteurs indiquent aussi d'autre phases, comme la Préparation, voire la Pré-préparation, Multiplication, Mondification, et des stades décrits comme de la barbe divine, du frais de grenouille, du ménisque doré, etc.

Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Lun 02 Avr 2012, 21:13

Bon de ce que j’en constate la 7éme compagnie des argonautes, a besoin de se presser … Mais en lenteur.

Nous allons donc prendre le temps de faire escale à Jérusalem. Etant quand même précisé qu’il faudra rester serrés sur la synthèse de notre navire et ne pas nous disperser, car il y a gros à Etudier à Jérusalem et tout aussi gros de l’autre coté si nous voulons longer les côtes du Nil et ses champs de Pyramides… Et on ne pourra pas tout prendre à bord… Déjà que Laposse revient avec tout un tas de matériel en plus de nos creusets, de nos soufflets de nos foyers et autres caisses de pierre et de métal.

Donc afin de ne pas perdre le fil d’Ariane qui est de démontrer que l’alchimie encode une expérience animique, la même que celle encodée ailleurs sous des foultitudes de symboles, et surtout afin de comprendre comment se pratique cette expérience, ne perdons jamais de vue la synthèse, quitte à se redéployer ensuite dans les détails de la dissolution, quand nous aurons bien coagulé notre ensemble. L’enjeu est d’importance : Nous sommes à la fabrication de l’or.

D’abord vous observerez que : Bien que Laposse ne parle pas Hébreu, cela ne l’a en rien destabilisé pour faire ses emplettes en ville et son petit pèlerinage. Il a négocié ses prix et demandé sa route grâce à un subtil langage du geste, du visage et du doigt qui renvoie l’homme à toute la force d’expression qu’est l’image, le langage premier toujours en vigueur dans la tête animale (Exemple facile : remarquez la proportion commune du chat qui se hérisse, du fugu qui se gonfle ou du cheval qui se cabre : Ils veulent paraître ainsi plus gros face à une menace, ainsi ils donnent « l’image » de leur force à l’adversaire).

L’hébreu n’est pas notre langue maternelle, et vouloir la connaître ou la parler n’est pas forcément la route, d’autant qu’en plus d’être une langue, c’est un langage des oiseaux, donc ses subtilités, sauf à y avoir été instinctivés très tôt à l’âge de l’enfance, risquent malgré l’Etude de rester pour nous de vrais mystères. Ce qu’il faut en comprendre, c’est que chaque lettre est une image, une image qui correspond à chaque arcane du tarot. Et que l’interprétation peut se faire comme on interprète des associations de cartes. L’essentiel est de connaître les lettres et donc de savoir les reconnaître comme on reconnaît ses cartes.

Avec les âmes nous sommes dans une dialectique qui est logique, mais qui se déroule en images plus qu’en mots. De vous-même constater : Nous avons à l’unisson opté de préférence pour le langage allégorique afin de nous exprimer sur ce post, faisant référence à des creusets, à des feux sur lesquels il faut souffler, à des épées de métal enfoncées dans des socles de pierre qu’il nous faut extraire. Nos repères de réflexion sont aussi peu cartésiens que Argos ou Jack et les Haricots Magiques. Nous parlons un langage entendu. Le langage hébraique relève dans sa logique ultime d’un langage entendu, et donc hermétique pour celui qui ne s’est pas apprenti à ce langage. Malgré tout ce fouillis : Nous nous comprenons par le seul maniement d’image, sans parler hébreu nous pouvons nous lancer dans l’explication du monde invisible… Pour lequel on n’a que peu de mots contenant des certitudes…

Ainsi vous comprendrez comment se tracent les encodages.

Notre image de base, la synthèse première est une échelle de 10 barreaux (les 10 séphiroth qui sont les crop circles qui se forment dans notre cercle de 22 points en reliant les lignes). Cette échelle se divise d’abord en un processus à trois temps puis à 07 temps :
- 1/ L’être, le fait qu’on soit là à exister chacun individuellement, certains avec plus de questions en tête que d’autres.
- 2/ Rien n’existant sans son contraire, la dualité se pose d’office comme corollaire de notre être : Sommes-nous des simples corps ou des esprits ? Notre esprit est il généré par notre corps dont notre cortex cérébral, ou vient-il d’ailleurs comme incarné dans ce corps ? Il faut démêler le fixe du subtil entre notre corps et notre esprit qui sont les deux dualités de notre être. C’est là que les alchimistes sortent les creusets.
- 3/ La solution de cette dualité se trouve par l’équilibre, la trinité qui est le principe d’admettre les trois plans d’existence comme fonctionnant sur le mode analogique… Un processus alchimique en trois phases représente toujours la prise d’équilibre via la prise de conscience de la dimension animique et la connexion avec cette dimension. On se retrouve avec trois creusets qui s’empilent : Le corps l’esprit l’âme.

De ces premières opérations découlent les autres.

- Les opérations à 04 temps : Ajoutent aux trois premières la mise en mouvement car c’est après la prise d’équilibre qu’on peut recommencer à construire, repartir au 01, puis faire le 02 et le 03 et le 04 en repartant au 01 etc… cela tourne en rond, et c’est un mouvement perpétuel si on lui donne de l’élan. C’est un mouvement associé au feu car -> C’est le chiffre de la pierre philosophale qu’on chauffe pour voir démarrer l’épreuve métallique afin de voir sortir le mercure.

- Les opérations en cinq temps consistent à faire augmenter la puissance d’accélération de la quadrature du cercle, au point qu’elle chauffe et que comme une dynamo elle se mette à allumer neshamah qui devient alors une étoile à 05 branches qui brille avec des intensités variables comme la lanterne de mon vélo qui donne plus dans les descentes que dans les montées. D’où que le mercure n’est pas toujours pur.
C’est avec les opérations à 05 temps que nous entrons dans les processus du 06.
- L’opération à 06 temps donnait l’impression aux gaulois que le ciel allait leur tomber sur la tête : C’est la rencontre de deux trinités, celle du haut qui vient faire une fusion nucléaire avec celle du bas. Les opérations en 06 temps peuvent être explosives chez les alchimistes car c’est tout ce feu allumé partout qui génère la lumière alchimique… Quant aux couleurs, cela vient tout simplement du prisme lumineux puisque la lumière blanche se décompose en palette. Si on fait le tour de toutes les alchimies existantes on se rend compte qu’elles emportent dans leur globalité toutes les couleurs de l’arc en ciel. En fait à partir du 06 le principe de la lumière ne va faire que se déployer, et les couleurs vont apparaître de plus en plus au fur et à mesure.
Le processus 06 est une phase délicate symbolisée par le sceau de salomon. Elle est l’emblème du peuple juif, car cette fusion est le dogme de la religion juive. L’enseignement kabbaliste étant l’enseignement initiateur à l’expérience.

- La 07ème : L’échelle du temps, de l’infini. Il faut 07 phases à l’âme comme 07 étapes au purgatoire ou sept lettres aux églises dans l’apocalypse ou 07 esprits dans les tables de Toth ou 07 portes de la mort dans le livre de morts égyptien écrit sur le mur des Pyramides, ou 07 chakras etc… pour que l’âme emporte le Rouah hors du temps, dans un monde à part où il va lui être fait une petite projection...

- Le processus en 08 phases conduit à cette projection… Il est représenté sur la forme d’un lemniscate... Curieux symbole en forme de vieille bobine de cinéma à 08 dimensions situé hors du temps. C’est l’argent.

- La phase 09 part souvent en vrille, cela devient la spire, c’est le vortex dans lequel tout cela plonge l’esprit.

- Et si on s’en sort on arrive au 10ème pallier : C’est keter : La couronne, autrement dit le droit de rejouer la partie mais à un niveau plus élévé. L’or.

Il est fort probable que les alchimistes instruits de kabbale aient cherché à calquer leur processus sur ces 10 étapes et leurs séquences puisque ce processus est un dogme de l’expérience.


Donc voilà déjà pour se démêler un peu des étapes du processus alchimique.

Pour le reste, pour donner quelques matières au concept de l’âme, voilà la formule de synthèse que j’utilise :

L’âme est ce qui anime, tout ce qui s’anime a une âme.
Neshamah, l’âme éthéreuse, se compose de deux choses : 01 énergie et une information contenue.
Elle fonctionne suivant un mode émetteur récepteur qui lui permet de communiquer en haut comme en bas ;
Elle possède 04 désirs intrinsèques à sa nature qui se répercutent dans le monde de la matière :
- Le désir d’énergie = se nourrir = la coupe
- Le désir d’enfler, de devenir grosse comme une mongolfière, afin de monter, c’est la puissance de l’épée
- Le désir sans cesse de collecter de nouvelles infos pour se guider durant son périple. C’est le bâton de la connaissance
- Le désir de revenir à son berceau : C’est le denier, le retour vers le soleil.

Les creusets s’empilent et c’est paumatoire. Pour les ranger, ayons pour points de repères que :
- Corps et esprit sont deux creusets rangés ensemble dans le Gouf de la matière
- Le Gouf de la matière empile beaucoup de creusets car il y a le corps et l’esprit d’un homme conduit par son âme, mais il y a aussi le corps et l’esprit de sa famille qui a donc elle aussi une âme, mais aussi le corps et l’esprit de sa nation, et pour finir, le corps et l’esprit de l’humanité. L’humanité est un esprit qui habite l’homme mais aussi une âme au sein de laquelle il fait sa pneumatique.
- En haut, tout cela forme un grand meeting avec tout le reste qu’on appelle akhashe ou grand agent magnétique.
Tout le reste, car : il y a le poisson mais aussi le banc de poisson, le chien mais aussi sa meute et enfin : Il y a l’arbre être qui s’anime en lenteur mais qui est quand même animé, mais aussi : la forêt, le grand creuset qui mène à l’âme végétale et à toute sa science de la pharmacopée.

Et quand un chamane monte dans les sphères avec son âme pour trouver sa médecine dont il dit que c’est l’arbre qui lui a appris, il ne fait rien d’autre qu’en utilisant le mode émetteur récepteur de son âme, d’obtenir de l’âme végétale qu’elle le renseigne. Ce qui signifie qu’il n’y a pas de barrière de communication là-haut entre les âmes et leurs champs de formes. Pour cause, dans l’invisible, il n’y a pas de barrières matérielles.

D’où que les adeptes de ce type d’expérience animique en reviennent toujours avec des infos, dont parfois des prophéties, mais également avec des solutions alchimiques aux problèmes terrestres, parfois un peu en avance sur leur temps.

Donc voilà pour amorcer des réponses.

Avant de lever l’ancre, y a-t-il quelques temples que vous souhaitez visiter ? ou boutiques à grigris ? Puisqu’on part vers l’orient, un tapis volant ou un bon génie de la lampe pourraient être utiles… N’oubliez pas de prendre quelques photos souvenirs même si on n’est pas des Japonais… On ne sait jamais des fois qu’un vent dérivant nous pousse jusque là-bas en route et que le retour à Itaque soit plus long que prévu. Car Ulysse aussi était un argonaute, il a fait partie des premières compagnies à suivre ce périple, ce qui nous met en garde en route contre le chant des sirènes…

Bien à vous tous.

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Sam 07 Avr 2012, 14:49

Pendant que mes compagnons finissaient de vaquer en ville, restée à bord je feuilletais ce livre muet qu'ils avaient emporté avec eux.... Et afin de mieux le méditer j'entrais en séance de yoga.

Je ne me contentais pas d'aller au fond de mes vertébres sacrées y réveiller un serpent enroulé 3 fois et demi, comme le 3-5 de la Génèse, j'y rajoutais cette formule, Xème déclinaison possible des 10 séphiroth :




Et pourquoi je faisais comme cela et non pas comme en kundalini pur ?

Car en plus de mon influx nerveux, j'avais besoin d'entendre une musique :

« Il n'est que d'écouter les trombones de Dieu, ton coeur battre au rythme du sang, ton sang. »
Léopold Sédar Senghor
CheminCroisé Extrait du poème "A New York"

Léopold était un initié, comme avant lui Eliphas Lévi, Victor Hugo, Napoléon, la Reine Elisabeth 1ére, Jeanne d'Arc, les alchimistes ... Et j'en passe...

Et eux leur ADN se dessine comme cela :



Bien à vous tous de faire un peu de yoga et de méditer tout cela... La saison est justement propice à cet exercice.

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Christian Hersey le Lun 09 Avr 2012, 10:30

VillaChicoubis a écrit:Donc afin de ne pas perdre le fil d’Ariane qui est de démontrer que l’alchimie encode une expérience animique, la même que celle encodée ailleurs sous des foultitudes de symboles, et surtout afin de comprendre comment se pratique cette expérience, ne perdons jamais de vue la synthèse (…)
Voilà ce dont je suis d'emblée persuadé : le rapport entre l'alchimie et l'expérience animique, et le besoin de comprendre cette expérience ou, mieux encore, apprendre comment la vivre. Conquiert-on la Toison d'or, ou bien découvre-t-on peu à peu comment mériter la recevoir ? La nuance est d'importance, car elle oriente toute l'approche de l'Alchimie. Donc, fatalement, elle contient aussi, en germe, la moderne querelle orchestrée par ceux qui veulent forcer la Nature à s'ouvrir et s'acharnent au fourneau des années durant en clamant, en pure perte, que la solution est exclusivement d'ordre chimique.

"Chimique" sonne comme "chimérique", n'oublions pas la LangueDesOiseaux1 langue des oiseaux et ses jeux d'assonances. Et précisément, le système de représentation de VillaChicoubis propose trois creusets, dont un, primordial, qui concerne l'âme. Pas une âme isolée du sous-système corps+esprit, comme essaient de le faire croire les matérialistes partis voguer vers l'Ouest, mais une âme en complète interaction tant avec le corps qu'avec l'esprit (côté humain) qu'avec une autre réalité transcendante. C'est pourquoi je suis du voyage : lorsque l'âme est perçue par l'esprit comme un chenal ouvert entre le corps et la Transcendance, tout devient possible, comme l'a professé Trinity :
Trinity a écrit:Je le répète : RIEN n'est impossible.
De l'escale à Jérusalem, je retiendrais que les lettres de l'alphabet sont aussi des images, lesquelles sont représentatives de concepts, lesquels à leur tour sont agissants, tout comme des entités. On retrouve, ici aussi, une forme de trinité (existence sur trois plans) évoquée par VillaChicoubis:
- 1/ L’être, le fait qu’on soit là à exister
- 2/ Rien n’existant sans son contraire, la dualité se pose d’office comme corollaire
- 3/ La solution de cette dualité se trouve par l’équilibre, la trinité qui est le principe d’admettre les trois plans d’existence comme fonctionnant sur le mode analogique
En termes d'alphabet hébraïque, on retrouve :
- 1/ L'entité-lettre (immatérielle, potentielle)
- 2/ Le concept de lettre (ce qu'elle représente sur le plan des idées et des énergies)
- 3/ Le dessin de la lettre (son "incarnation" dans notre monde matériel)
Voilà pourquoi une écriture peut être sacrée, puisque dessiner des lettres peut être un acte de procréation d'un être, au même titre qu'un acte sexuel. Correctement formée par la main de l'homme, l'entité-lettre peut interagir avec notre monde, elle peut acquérir de l'expérience et de la maturité en jouant avec ses copines au jeu de Kabbale.
La LangueDesOiseaux1 langue des oiseaux de notre Occident moderne en est une lointaine descendante. Mettre en mouvement les lettres et les sons, les permuter, les faire jouer. On est là au point d'équivalence 4 du système de VillaChicoubis
De ces premières opérations découlent les autres.
- Les opérations à 04 temps : Ajoutent aux trois premières la mise en mouvement (…)
- Les opérations en cinq temps consistent à faire augmenter la puissance d’accélération de la quadrature du cercle, au point qu’elle chauffe et que comme une dynamo elle se mette à allumer neshamah qui devient alors une étoile à 05 branches (…)
En ce niveau 5, des mots se forment, émergent, apportant de nouveaux signifiants. Au niveau 6, les mots s'assemblent en prières. Non pas des psalmodies ni du prêchi-prêcha dont se gaussent (à juste titre) les matérialistes, mais l'ouverture d'un chenal entre le prieur et le Divin. C'est ainsi que la prière est opérative. Les lettres hébraïques, qui nous furent offertes en des temps immémoriaux, agissent en tant qu'intermédiaire (décapsuleur) entre l'esprit obscurci du postulant et le Divin qui reste en tout temps disponible pour une connexion durable.

Les étapes 7, 8, et 9 sont de l'ordre de la "re-connexion" au Divin, là où les lettres, les mots, les matières, les concepts, les creusets, etc. ne sont plus autant nécessaires.

Ce système cyclique en 9 + 1 étapes (pour arriver à 10) rappelle le système symbolique diffusé par l'auteur Bernard Werber, cité par Abbé+Pierre dans le sujet CheminCroisé Cantiques quantiques. C'est différent, c'est un autre système de représentation du monde, pourtant parallèle.

Une fois arrivé à 10, un nouveau cycle peut commencer, similaire, mais à un niveau plus élevé. Tout comme CheminCroisé le Mat du Tarot, dans son propre périple, aboutit à la lame XXI (CheminCroisé le Monde ; la "Mondification" en Alchimie), et peut repartir pour un nouveau cycle, instruit de l'expérience antérieure : CroisXsez et Multipliez (Genèse, I, 22 + Gen., I, 28 + Gen. IX, 1 + Gen. IX, 7).

Mais avant d'en arriver à l'expérience animique vécue (et non analysée et dissertée), il nous faut poursuivre notre voyage. Le yoga n'est pas trop mon truc (aucune expérience en ce domaine), et j'ai de sérieuses réticences à considérer le boucher tyrannique Buonaparte comme un initié, tout comme je ne perçois pas de rapport entre l'ADN des initiés et un arbre séphirothique allongé, puisque l'initiation ne me semble en rien liée à une prédisposition génétique transmissible. A part ces détails, je suis prêt à poursuivre le périple.

Christian Hersey

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  VillaChicoubis le Mar 10 Avr 2012, 20:28

Bonjour Christian, je suis contente de te voir à ton tour embarquer à bord… Rassures-toi, quand je parle de yoga, je ne parle que d’exercices à l’art respiratoire et à la concentration sur certaines palpitations corporelles comme celles du cœur ou du sang dans les artères… Promis : personne ne sera obligé de rester une heure sur le pont au soleil, en retenant son souffle, le petit orteil gauche accroché à l’oreille droite.

Mais d’abord reprenons quelques développements : Les spécialistes de l’alchimie qui n’y voient qu’une réalisation chimique voir physico-chimique n’ont pas tort. Mais avant de pouvoir appuyer leur démonstration, il leur faudra percer tous les mystères de la matière, de l’anti-matière et de la matière étrange, bref de l’espace ainsi que de l’espace-temps… Il leur faudra aboutir dans leurs conclusions sur la biotechnologie, comprendre le mystère de la mémoire ADN et celle du rhésus sanguin, admettre l’existence du troisième plan, comprendre que la pensée va plus vite que la lumière, bref ils ont encore du chemin devant eux.

Car, rien à faire, cette expérience alchimique reste du domaine de l’impossible à concevoir…

Concernant l’ADN : Tu sais pourquoi les alchimistes font référence aux œufs de batraciens ? Car là-haut ils ont vu cela :



Cela, ce sont des cellules vues avec un microscope.

Et de retour sur terre quand ils ont voulu expliquer à quoi ressemblait ce qu’ils ont vu, ils n’ont trouvé que cela qui ressemblait :



Ça, ce sont des oeufs de grenouille.

Comment ils ont pu voir des cellules au microscope là-haut ?… A cause de leur ADN qui monte à l’infini, comme une échelle de cristal à résonance lumineuse et qui au bout leur offre de boire le graal, la coupe de la vérité.


Concernant la ligne séphirothique encodée dans les nombres 01 à 10, il ne faut jamais perdre de vue qu’il s’agit là d’une synthèse, et comme telle, elle peut ensuite se redéployer via analyse, ce que tu as très bien su faire. Les 10 séphiroth sont un champ de cadrage de la pensée, destinée à éviter que l’esprit se perde à l'ouest dans des méandres ou au fond des abysses, ou ne se fasse attraper par les trous noirs. C’est pourquoi les 10 séphiroth et les idées qu’ils contiennent sont comme un calque, une sorte de clef universelle de la compréhension, qui lorsqu’on en a bien compris la dialectique peut se manier à la sauce de toutes les sciences et de toutes les philosophies en plus d’être maniée à la sauce religieuse. C’est ce qu’Eliphas Lévi démontre dans ses chapitres 01 à 10 de son Dogme de la Haute Magie, eux-mêmes calqués sur l’ascension des 10 séphirs. Ce sont 10 étapes de progression de l’âme de l’homme en tant qu’individu, mais aussi de l’âme de l’humanité. Les 10 séphirs forment comme une roue, un premier cadran de repère sur lequel d’autres roues vont venir s’articuler formant comme une sorte de mécanisme horloger avec ses engrenages…


Donc à la question de savoir : Conquiert-on la Toison d'or, ou bien découvre-t-on peu à peu comment mériter la recevoir ? Je te répondrais : On est entrainé vers la Toison d’Or nommée aussi le Graal comme par un engrenage qui nous dépasse et dans cet engrenage le désir a beaucoup d’importance… C’est pourquoi la seconde roue importante à connaître à coté des 10 sephirs est celle des 04 désirs. En effet, dans un jeux de tarot il y a une ligne de 01 à 10 pour les coupes, les épées, les batons et les deniers qui symbolisent chacun les 04 désirs.


Ainsi l’humanité, dès son origine, a d’abord un désir de coupe : L’énergie : Se nourrir. Tant son activité que ses premières évolutions ont été rythmées par ce désir. Elle a passé son temps à chercher sa subsistance, et ainsi à améliorer ses moyens pour mieux s’alimenter, développant chasse et agriculture. Puis ce besoin satisfait, elle a cessé de vivre en errance, et a recherché la puissance du groupe : Les familles se sont fixées, ont créé des villages, des cités et enfin des nations… Cela est l’épée qui dans ses évolutions devint la guerre mais aussi la justice. Le ventre plein et après avoir beaucoup guerroyé pour imposer la justice, l’humanité ne s’est pas trouvée rassasiée, elle a développé son 3ème désir : Celui du bâton de la connaissance ; de comprendre, de répondre à des questions qu’elle se pose. Ne suis-je qu’un produit du hasard laissé aux affres de l’évolution, ou ai-je un sens ? Cette étape est primordiale dans la mise en mouvement de nos engrenages. Souvent l’horloge bloque et s’arrête longtemps au degré de l’épée car, dans l’analyse du plus grand nombre, l’épée est une arme qui rassure plus qu’un simple bâton. C’est après avoir cheminé plus ou moins longtemps sur ce bâton selon la route choisie qu’on arrive enfin en vue de la Colchide, là où se trouve notre Toison d’Or, notre denier, notre récompense d’avoir voulu savoir. Ce processus des 04 désirs qui « animent » l’humanité peut se vérifier sur l’homme en tant qu’individu, mais aussi sur l’animal et la troupe animale…

Notre français contient beaucoup d’émanations « explicatives ». Pas autant que l’hébreux… Mais il en contient car tous les langages sont animés, donc eux aussi ont leur âme. AME ANIMA ANIMER ANIMAL

Le langage a beaucoup d’importance dans la Bible : Cela commence avec la Genèse où Dieu nomme les choses, leur donne un nom grâce au processus du VERBE relaté par l’Evangile selon St Jean – Prologue 01 (Chiffre 01 = L’être) « Au commencement était le verbe et le verbe était auprès de Dieu et le verbe était Dieu (...) Tout fut par lui et sans lui rien ne fut ». En cherchant le VERBE, l’être premier sur des bases de 1 on a aussi 11-1 de la Genèse : Le mythe de la Tour de Babel ou l’histoire d’un autre déluge dans lequel nous nous sommes noyés dans les mots, les langages, les expressions de la volonté même du Créateur, qui après avoir cassé la Tour (L’échelle) qui monte au ciel, ne nous invite qu’à la reconstruire….

Ailleurs, toujours en ligne de 01, on a : SEPHER YETSIRAH - Version Gra Traduction Virya CHAPITRE 1 1-1. Par trente-deux sentiers merveilleux de la Sagesse s'établit : Yah Yhwh Dieu d'Israël, Elohim vivant, roi de l'univers El Shaddaï. Miséricordieux et clément, suprême et élevé résidant éternellement en permanente élévation. Saint est son Nom. Son univers fut créé par trois mesures : le nombre, l'écrit et le commentaire. (<- C’est le VERBE)

La parole, le verbe, le langage, ont une grande place dans la compréhension de tout, au point qu’un enfant sauvage coupé du langage humain reste au stade du langage animal (PNL, sons, élan réflexe, odorat, formes) : Il ne peut penser, concevoir et développer le raisonnement comme un enfant apprenti au langage .

Nommer les choses est l’expression du VERBE, de la parole…. Quand nous réfléchissons, quand nous comptons, nous écrivons et nous commentons, nous utilisons les chiffres et les lettres grâce auxquels on forme des mots et on exprime notre intériorité pensante. Et avec ces chiffres et ces lettres on parvient à tout exprimer et tout concevoir, ou presque. Ce faisant, nous sommes à l’exercice de la prérogative divine qui est le VERBE, cette faculté d’expression et de création qui va de pair… D’où le fait que notre langage français, comme celui des hébreux, peut vite devenir un langage des oiseaux … Y’a qu’à voir : Ame – Anima – Animer - Animal.

Dieu ne serait-il donc qu’un champ de pensée pure qui s’exprime ? Et qui en s’exprimant nous créée et nous fait évoluer ? Et qui de temps en temps nous tend une échelle pour monter le voir et le comprendre ?

Il y aurait en effet de cela dans notre expérience impossible car totalement inconcevable tant qu'on ne l'a pas vécue.

Pour l’ADN et le Yoga, c’est la pratique de l’exercice qui oriente l’arpète alchimiste vers ce type de conclusions. Ces conclusions évoluant en même temps qu’évolue le monde autour des générations qui se succèdent...

Car concrétement qu’est ce que donne cette expérience, quels en sont les effets ressentis ? Pour répondre on insistera encore sur l’idée de l’engrenage… Alors cela dépend à quel moment et comment on se fait entraîner, et quel bagage on a avec soi le jour où on est invité au grand départ…

La crise initiatique peut se manifester étapes par étapes tout au long d’une vie sans qu’on en prenne vraiment conscience… Pendant quelques heures / jours on fait des expériences bizarres dans sa tête et dans ses ressentis, on a des flashs de conscience, on voit des images, on fait des rêves, et puis cela passe et revient plus tard… Dans ce cas on en conclut souvent des choses comme : Je suis médium, je vois l’avenir, je cause avec les morts, je suis voyant ou extra-lucide, je fais une dépression etc….

Mais parfois cette crise prend une autre figure car on est pris dans l’engrenage du petit pignon, celui qui va plus vite comme sur un vélo et on commence alors par une franche impression de « Je déraille, là, ça ne va pas »… Car quand le rythme s’accélère, les trois creusets entrent conjointement en ébulition et là c’est une surchauffe qui peut durer jusqu’à 40 jours. Et c’est au bout de 15 jours que, comme dans le poème CheminCroisé A NEW YORK, on monte en fièvre car on a l’impression que le sang nous bouillonne dans les veines au rythme du tam-tam, et comme dans NEW YORK, on parle de cristal car on a le corps qui entre en résonance avec ce tam-tam… Un sentiment que le cœur vibre et fait tout vibrer autour et avec lui… On devient le tout... C’est physique, non émotionnel. Oui, on se sent comme un cristal, comme une eau de roche, qui absorbe des couleurs et vibre au rythme de ces couleurs… C’est une vibration à la fois lumineuse, magnétique et métallique, on est comme une sorte de radio biotechnologique totalement aimantée sur une fréquence invisible. Et j’ai eu beau chercher dans la science l’explication organique de cette réaction physique du corps, hormis via l’ADN qui est un cristal liquide, je ne vois d’autres molécules qui nous ramènent au cristal. D’autant que l’ADN emporte la génétique, la mémoire sur le plan du Nephesh, et que beaucoup de l’expérience tient de la libération de la mémoire immémorielle.

Et c’est là qu’il importe de bien respirer pour ne pas tomber mort face au Roi de l’Alchimie qui va se jouer de notre imagination par un jeu d’illusion, des visions durant lesquelles le corps est affecté à ce point que même la vision de ce que voient nos yeux est transformée, ce qui donne à l’adepte une attitude totalement désorientée de personnage halluciné et exalté. On ne voit plus ce qu’on a devant nous, ou plus exactement on le voit dans l’écran du bas des images du Mutus, celle ou l’alchimiste est enfermé dans un brûlot, là ou il se dit « Pas un sein maternel, des jambes de nylon. Des jambes et des seins sans sueur ni odeur. Pas un mot tendre en l'absence de lèvres, rien que des coeurs artificiels payés en monnaie forte ».

Au-dessus s’ouvre un deuxiéme écran d’images à profusion, qui se mélangent en des séquences qui défient tout ce qu’on peut s’en représenter. On n'a qu’à lire l’écran du haut sur le Mutus ou sur le poème A NEW YORK : « D'abord j'ai été confondu par ta beauté, ces grandes filles d'or aux jambes longues. Si timide d'abord devant tes yeux de métal bleu, ton sourire de givre Si timide. Et l'angoisse au fond des rues à gratte-ciel Levant des yeux de chouette parmi l'éclipse du soleil. Sulfureuse ta lumière et les fûts livides, dont les têtes foudroient le ciel Les gratte-ciel qui défient les cyclones sur leurs muscles d'acier et leur peau patinée de pierres. »

Et puis, cerise sur le gateau de cette apparente grande folie : voilà qu’on voit des êtres qu’on distingue très bien mais qui restent invisibles pour les autres. Ils nous enseignent et nous guident durant les épreuves mentales… Ce sont des anges disent certains, d’autres pensent que ce sont des extra-terrestres… Question de culture à la base ! Tout est dans l’image qu’on se fait de ces visiteurs venus du ciel immatériel et pourtant qui nous tiennent compagnie ici sur terre.

Le jour, on est totalement halluciné, on est tellement assailli d’émanations qu’on ne fait plus la différence entre le vrai et la vision. Parfois on voit le soleil s’éclipser, vraiment, on le cherche sans le voir et parfois, comme à Fatima, on le voit « danser ». Curieuse peur soudaine qu’un jour il disparaisse, et nous fonce dessus comme un ciel qui nous tombe sur la tête, bref, un vrai sentiment que le jour se joue de nous, qu’il veut nous faire peur.

La nuit, on reste sans dormir accroché à un fil métallique : La modulation de fréquence de la lune qui nous transmet lumière, énergie, chaleur, encore et encore… d’où que certains en ont déduit qu’il y avait une base derrière sa face cachée… mais aussi que la lune joue sur les humeurs de certains. On est dans le désert sans puits ni pâturage car tellement pris par l’expérience, manger devient subalterne voire compliqué, des instincts alimentaires s’éveillent et nous retiennent.

Après 40 jours sans quasiment manger ni dormir, quand tout cela s’arrête et que la vie reprend peu à peu ses formes ordinaires : On est mort, HS, crevé. Indescriptible cette fatigue qui va durer de longs mois avant de se remettre. Sans compter toutes les douleurs articulaires, ce qui explique certains problèmes de ménisque (voir intervention précédente de Trinity)...

Car le choc de la révélation est dur à encaisser. Il laisse à notre époque moderne un sentiment : Diantre, mais ce n’est pas possible que j’aie vécu un truc pareil sans avoir au moins une tumeur cérébrale !!!? Une bonne initiation, le Yoga et surtout l’exercice au respir et à la diététique aident à réguler un peu ces désordres physiques et les retombées psychiques… Cela évite aux adeptes, au fil du temps, d’y laisser leur peau car vraiment cela tire sur le nephesh, l’âme qui nous tient au corps via l’ADN, via notre eau, notre sang, ces substances qui contiennent la mémoire et qui sont rudement chauffées, mises en ébullition pour qu’elles libèrent leur sels, et qui font leur tam-tam-tam, durant tout le temps du voyage… Mais si il n’y avait que cela, car après, toujours pour citer A NEW YORK : « Voici le temps des signes et des comptes… » C’est le temps le plus fort, le plus incroyable, celui où le Roi de l’Alchimie nous fait remonter le temps ! Revoir notre histoire pour solder notre note, c’est l’heure du jugement ! Nous en parlerons plus tard.

Là, il faut finir avec cette question : comment trouve-t-on la toison d’or, faut-il se battre ou la laisser se livrer… Donc c’est dit : C’est une question d’engrenage… Or, cet engrenage a lui aussi des temps, et nos temps actuels sont à l’accélération : L’ humanité est en crise, elle cherche des réponses, des nouvelles voies, plus que jamais elle s’interroge sur les motifs de sa destinée, ce qui signifie que beaucoup d’humains se concentrent dans l’ère du bâton, qui est celle du verseau. Le zodiaque étant un cadran de plus qui s’ajoute à celui des 04 désirs et des 10 séphiroth. Il suffit de savoir lire les cadrans quand on les voit là-haut. Et tous ces cadrans sont les roues d’Ezechiel qui ont fait couler tellement d’encre. Mais l’engrenage n’est pas qu’en l’air, il se constitue aussi de ces épreuves de l’existence sur terre qui nous plombent l’âme au fur et à mesure du temps qui passe, qui font qu’un jour, le cœur trop lourd, on se retrouve à genoux, qu’on regarde en l’air en lui demandant « Je te prie : aide moi !» L’humanité étant en crise, de nombreux humains sont entrés en crise initiatique car on commence à comprendre qu’on s’est fourvoyé mais qu’en plus on a aussi plombé nos équilibres vitaux, dont nos richesses planétaires. Et plus le temps va passer et plus cela va être une hécatombe d’âmes qui vont être appelées à l’expérience de l’alchimie version moderne, nouvelle génération, avec un imaginaire plus vaste que celui des alchimistes antiques, donc incluant E.T., STAR WARS et les Mangas, car sachant lire et écrire, elles ont pour beaucoup acquis de la connaissance, et surtout : Elles vont devoir se mettre à genoux…

On retrouve ces âmes en bien des endroits : chez les New-Age, mais aussi au fond des tavernes lucifériennes, à bord de vaisseau spatiaux, dans les cabinets de psy… Certains humains, mieux avisés par leurs âmes, n’ont pas oublié l’importance de leurs images qui sont leur premier langage avant Babel… Ceux-là, on les trouve à rôder autour des jeux de tarots, ils lisent la Bible, le Coran, la Torah, visitent les Temples égyptiens, incas, indous, ainsi que les dolmens et les cathédrales et, ce faisant, ils fouillent leur mémoire pour se souvenir du langage avant Babel, se rappeler leurs images premières. Ils s’empoignent en discours d’experts à qui a tort ou a raison, ou restent seulement contemplatifs devant ce symbole qui les fascine tant sans trop savoir pourquoi ? D’après mes calculs, il en résulte que ces quêteurs de science via les images sont déjà en ligne de mire du créateur pour les prochaines expériences alchimiques faites à l’ancienne selon la vieille méthode : Un brûlot + Au charbon… Il suffit juste de déplacer un peu leur position pour qu’au lieu de recevoir la lumière ambiante ou la lumière réfléchie, ils s’exposent à la lumière directe… Il ne leur manque qu’un peu de concentration, de focalisation pour commencer à ressentir les premières poussées du vaisseau…

Côté vaisseau, moi je préfère l'antique Argos car c’est moins "fin du monde" que l’arche de Noé ou la barque de Caron, on prend plus de monde à bord qu’avec un tapis volant, et surtout on reste quand même sur terre en conformité avec notre histoire, notre culture, bref nos origines humaines… Car les images, les symboles de « notre vie avant mémoire », c’est Le Graal, la Coupe de Vérité, celle qui sait tout de nous… Et c’est grâce à notre âme tripartite, à nos trois creusets qu’on la gobe… Car on sera toujours trop limité dans le temps et dans l’espace pour la gober en vaisseaux spatiaux… Donc, voilà pour tenter de répondre à tes interpellations…

Bien à vous pour les autres…

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un périple alchimique

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 09:47


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum