La rota du tarot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La rota du tarot

Message  VillaChicoubis le Dim 04 Aoû 2013, 01:12

 

Pourquoi Eliphas Lévi fait-il un mix entre le tarot, la Bible et Postel, lançant ce faisant cette théorie bizarre de la Rota du Tarot ?
Un truc new age m'ont dit certains !!! Désolé Non Non c'est un truc sérieux... Mais un peu complexe.
Pour comprendre :

CHAP 1

Ezéchiel 1
1.1 La trentième année, le cinquième jour du quatrième mois, comme j'étais parmi les captifs du fleuve du Kebar, les cieux s'ouvrirent, et j'eus des visions divines. 1.2 Le cinquième jour du mois, c'était la cinquième année de la captivité du roi Jojakin, - 1.3 la parole de l'Éternel fut adressée à Ézéchiel, fils de Buzi, le sacrificateur, dans le pays des Chaldéens, près du fleuve du Kebar; et c'est là que la main de l'Éternel fut sur lui. 1.4 Je regardai, et voici, il vint du septentrion un vent impétueux, une grosse nuée, et une gerbe de feu, qui répandait de tous côtés une lumière éclatante, au centre de laquelle brillait comme de l'airain poli, sortant du milieu du feu. 1.5 Au centre encore, apparaissaient quatre animaux, dont l'aspect avait une ressemblance humaine. 1.6 Chacun d'eux avait quatre faces, et chacun avait quatre ailes. 1.7 Leurs pieds étaient droits, et la plante de leurs pieds était comme celle du pied d'un veau, ils étincelaient comme de l'airain poli. 1.8 Ils avaient des mains d'homme sous les ailes à leurs quatre côtés; et tous les quatre avaient leurs faces et leurs ailes. 1.9 Leurs ailes étaient jointes l'une à l'autre; ils ne se tournaient point en marchant, mais chacun marchait droit devant soi. 1.10 Quand à la figure de leurs faces, ils avaient tous une face d'homme, tous quatre une face de lion à droite, tous quatre une face de boeuf à gauche, et tous quatre une face d'aigle. 1.11 Leurs faces et leurs ailes étaient séparées par le haut; deux de leurs ailes étaient jointes l'une à l'autre, et deux couvraient leurs corps. 1.12 Chacun marchait droit devant soi; ils allaient où l'esprit les poussait à aller, et ils ne se tournaient point dans leur marche. 1.13 L'aspect de ces animaux ressemblait à des charbons de feu ardents, c'était comme l'aspect des flambeaux, et ce feu circulait entre les animaux; il jetait une lumière éclatante, et il en sortait des éclairs. 1.14 Et les animaux couraient et revenaient comme la foudre. 1.15 Je regardais ces animaux; et voici, il y avait une roue sur la terre, près des animaux, devant leurs quatre faces. 1.16 A leur aspect et à leur structure, ces roues semblaient être en chrysolithe, et toutes les quatre avaient la même forme; leur aspect et leur structure étaient tels que chaque roue paraissait être au milieu d'une autre roue. 1.17 En cheminant, elles allaient de leurs quatre côtés, et elles ne se tournaient point dans leur marche. 1.18 Elles avaient une circonférence et une hauteur effrayantes, et à leur circonférence les quatre roues étaient remplies d'yeux tout autour. 1.19 Quand les animaux marchaient, les roues cheminaient à côté d'eux; et quand les animaux s'élevaient de terre, les roues s'élevaient aussi. 1.20 Ils allaient où l'esprit les poussait à aller; et les roues s'élevaient avec eux, car l'esprit des animaux était dans les roues. 1.21 Quand ils marchaient, elles marchaient; quand ils s'arrêtaient, elles s'arrêtaient; quand ils s'élevaient de terre, les roues s'élevaient avec eux, car l'esprit des animaux était dans les roues. 1.22 Au-dessus des têtes des animaux, il y avait comme un ciel de cristal resplendissant, qui s'étendait sur leurs têtes dans le haut. 1.23 Sous ce ciel, leurs ailes étaient droites l'une contre l'autre, et ils en avaient chacun deux qui les couvraient, chacun deux qui couvraient leurs corps. 1.24 J'entendis le bruit de leurs ailes, quand ils marchaient, pareil au bruit de grosses eaux, ou à la voix du Tout Puissant; c'était un bruit tumultueux, comme celui d'une armée; quand ils s'arrêtaient, ils laissaient tomber leurs ailes. 1.25 Et il se faisait un bruit qui partait du ciel étendu sur leurs têtes, lorsqu'ils s'arrêtaient et laissaient tomber leurs ailes. 1.26 Au-dessus du ciel qui était sur leurs têtes, il y avait quelque chose de semblable à une pierre de saphir, en forme de trône; et sur cette forme de trône apparaissait comme une figure d'homme placé dessus en haut. 1.27 Je vis encore comme de l'airain poli, comme du feu, au dedans duquel était cet homme, et qui rayonnait tout autour; depuis la forme de ses reins jusqu'en haut, et depuis la forme de ses reins jusqu'en bas, je vis comme du feu, et comme une lumière éclatante, dont il était environné. 1.28 Tel l'aspect de l'arc qui est dans la nue en un jour de pluie, ainsi était l'aspect de cette lumière éclatante, qui l'entourait: c'était une image de la gloire de l'Éternel. A cette vue, je tombai sur ma face, et j'entendis la voix de quelqu'un qui parlait.
 
CHAP 2

En fait il n'y a pas que Ezechiel qui parle de tout cela... Jean en parle aussi dans l'Apocalypse :


Deuxième partie
L'AVENIR DU MONDE ET DE L'EGLISE
Vision générale d'introduction
La cour céleste
4 Après cela j'eus une vision : une trappe était ouverte dans le ciel, et la voix claironnante que j'avais entendu converser avec moi me disait :  « Monte ici que je te montre ce qui doit arriver plus tard.» (2) Je fus aussitôt ravi en extase : voici qu'au ciel un trône était disposé, sur lequel siégeait un Etre] (3) qui avait l'aspect de la pierre de jaspe et de sardoine ; un halo d'un ton d'émeraude nimbait le trône. (4) A l'entour [s'alignaient] vingt quatre trônes sur lesquels siégeaient vingt quatre Vieillards drapés de manteaux blancs, la tête ceinte de couronnes d'or. (5) Du trône s'échappaient des éclairs, des voix et des coups de tonnerre ; sept torches ardentes devant le trône étaient les Sept Esprits de Dieu. (6) Devant le trône s'étendait une mer limpide comme du cristal ; face au trône et à l'entour se trouvaient quatre Animaux ayant des yeux partout, devant et derrière. (7) Le premier Animal ressemblait à un lion, le second à un taureau, le troisième a figure humaine et le quatrième ressemblait à un aigle en plein vol. (8 ) Ces animaux avaient chacun six ailes couvertes d'yeux à l'extérieur et à l'intérieur, et ils n'avaient cesse jour et nuit de dire : « Saint, Saint, Saint le Seigneur Dieu, le Dominateur, Celui qui était, qui est et qui doit revenir.» (9) Et chaque fois que les Animaux rendaient gloire, honneur et action de grâce à Celui qui trône, à Celui qui vit pour les siècles des siècles, (10) les vingt-quatre Vieillards s'inclinaient bien bas devant Celui qui trône, devant Celui qui vit pour les siècles des siècles et déposaient leur couronne devant le trône en disant : "A toi, Seigneur, notre Dieu, reviennent la Gloire, l'honneur et la puissance, parce que c'est toi le Créateur de toutes choses : et c'est par ta volonté qu'elles arrivèrent à l'existence et furent créées".

A ce stade vous constaterez l’analogie de la vision de Jean par rapport à celle d’Ezechiel. Mais qu’ont-ils pris ces chers prophètes pour avoir de telles visions !!!


CHAP 3

Et ce n'est pas tout : Premier Livre des Rois, Chap 7-27 :


1R 7:27- Il fit les dix bases en bronze ; chaque base avait quatre coudées de long, quatre coudées de large et trois coudées de haut.
1R 7:28- Voici comment elles étaient faites : elles avaient un châssis et des traverses au châssis.
1R 7:29- Sur les traverses du châssis, il y avait des lions, des taureaux et des chérubins, et au-dessus du châssis, il y avait un support ; en dessous des lions et des taureaux, il y avait des volutes en façon de...
1R 7:30- Chaque base avait quatre roues de bronze et des axes de bronze ; ses quatre pieds avaient des épaulements, en dessous du bassin, et les épaulements étaient coulés...
Là c'est important car cela nous précise qu'il y a 10 Bases roulantes et que chaque base a 4 roues....
10 comme de 01 à 10 dans le tarot et 4 comme coupe épée bâton denier...
Ces roues de chariots, ces bases roulantes, c'est ce qu'on appelle les roues de la bible ou encore la rota de la Torah.


CHAP 4


Maintenant pourquoi les roues de la Bible sont-elles celles du tarot, d'où rota/torah/tarot ?
Selon Levi : Eh bien à cause du Zohar, encore et toujours le Zohar, ce commentaire occulte de la Bible, caché en hébreux jusqu'à ces dernières années, qui est l'oeuvre d’autres eux aussi en vision.
Et qui disent :
SECTION BERESCHITH
tysarb
ZOHAR, I. - 29 a (suite)

Les Séraphim s’attachent également à ceux qui sanctifient tous les jours le nom sacré de leur Maître. Et lorsque, grâce à la prière des hommes, les roues du char de Dieu sont mises en mouvement, les « Séraphim » dégagent une flamme consumant tous les serpents descendus du premier serpent, par la faute duquel la mort est venue au monde, serpents qui s’attachent au talon de l’homme pour entroubler la prière. Les « Séraphim » qui ont la figure de l’aigle ont les yeux tournés vers la figure d’aigle gravée sur le char de Dieu, ainsi qu’il est écrit (Prov. , XXX, 19) : « La trace de l’aigle dans le ciel... » L’esprit qui séjourne dans ce deuxième palais gouverne tous les « Séraphim». Lorsque les roues du char de Dieu se mettent en mouvement, les « Séraphim » s’ébranlent ; et plusieurs légions sont consumées par leur propre feu ; mais ils sont renouvelés, et ils vont se cacher sous l’aile de l’aigle du char de Dieu, l’aigle qui compte parmi les quatre « Hayoth » qui entourent le char de Dieu. [42b] Lorsque la lumière se lève au-dessus du char de Dieu, toutes les roues se mettent à tourner. Celle de l’Est se trouve entravée dans sa marche par les trois autres roues qui sont tournées vers d’autres directions ; il en est de même de celle de l’Ouest, de celle du Sud et de celle du Nord. Mais, lorsque le char est soulevé en haut par le milieu, il peut être dirigé dans toutes les directions sans être entravé par les roues. C’est la Colonne du milieu qui soulève le char et fait marcher toutes les figures dans la direction qu’il veut. C’est cette Colonne du milieu qui provoque et qui arrête la marche du char de Dieu, et partant qui ferme et qui ouvre la porte des prières. Aussitôt que la voix de la prière se fait entendre au ciel, les anges de toutes les régions s’ébranlent ; les « Ophanim» des régions inférieures montent dans les régions supérieures ; et tous les anges en général cherchent à s’approcher de l’Esprit suprême qui leur donne vie et mouvement. Heureux l’homme par la volonté de qui pareil rapprochement s’opère ! Aussitôt que la prière de l’homme est parvenue à ce deuxième palais, l’esprit qui y réside le fait monter au troisième palais. De cette façon, l’union du deuxième et du troisième palais s’opère. C’est l’union du «Feu» et de l’«Eau», de l’«Eau» et du «Feu», de l’«Air» et de la «Terre», de la «Terre» et de l’«Air», de l’«Est» et de l’«Ouest», de l’«Ouest» et de l’«Est», du «Nord» et du «Sud», du «Sud» et du « Nord». C’est dans ce palais que s’opère la première union entre les éléments. D’ici, la Colonne du milieu fait monter les esprits au troisième palais où l’union apparaît encore plus parfaite que dans le deuxième palais, ainsi qu’il est écrit : « Et tous ont un seul esprit. » C’est au moment de sortir du deuxième palais pour monter au troisième que les esprits se sentent élevés à un degré supérieur de sainteté. Et c’est à cette élévation que correspond la génuflexion qui marque le moment où l’on cherche à s’unir à son Maître.
Le troisième palais est celui où réside l’esprit appelé « Nogah », esprit dont la lumière est d’une pureté absolue, dépourvue de toute couleur ; elle n’est ni blanche ni verte, ni noire ni rouge. C’est pourquoi cette lumière est appelée « pure », parce quelle est exempte de tout alliage. Mais c’est précisément en raison de la pureté de cette lumière que les esprits ne peuvent l’apercevoir qu’à travers les deux lumières qu’ils ont déjà perçues dans les deux palais inférieurs. C’est pour cette raison que la lumière de ce troisième palais paraît présenter trois nuances différentes, alors qu’en réalité la diversité des nuances n’est due qu’aux lumières précédentes à travers lesquelles celle-ci est vue. La lumière de ce palais projette des fusées représentant une gerbe de lumière de vingt-deux couleurs différentes. Mais la lumière du troisième palais ne commence à répandre sa clarté qu’au moment où une faible lumière d’en bas y arrive. C’est la flamme d’un copeau qui met le feu à un bûcher. Cette faible lumière d’en bas est celle de la prière des hommes. Aussitôt cette lueur arrivée, la gerbe s’allume en projetant ses vingt-deux fusées de lumières de couleurs différentes, qui correspondent aux vingt-deux lettres de l’Écriture. Ensuite, toutes ces fusées s’unissent en une seule Colonne de lumière. La lumière de ce palais émane de l’esprit qui y réside et dont la seule aspiration est de s’approcher du quatrième palais et de contribuer ainsi à l’union de tout.

Ce qui nous donne 10 base de 4 roues pour faire décoller 22 fusées...

C'est en collant cette partie du zohar à la description que Postel fait des 10 bases de 4 roues dans sa clef des choses cachées que Lévi comprit que les roues de la Bible sont celles qu'on a voulu représenter dans le tarot. D'où rota torah tarot... relayé par la suite par quantité de monde à qui si on demande :
Mais pourquoi cela ?

Répondent : Euh je ne sais pas je l'ai lu sur internet....


Et dès lors vous comprendrez pourquoi dans certains cercles on s'aide du tarot pour tirer le plan d'une âme en évolution : repérer combien elle a de bases, si à chacune il ne manque pas de roues, bref si tout est prêt pour mettre à feu 22 énergies, tirer 22 fusées, bref s'assoir à la table de jeu du Créateur et jouer avec 22 lettres sacrées...


Je pense avoir été claire... Mais au cas où, si questions... je réponds.

VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

la rota du taro

Message  arjuna le Dim 17 Aoû 2014, 19:51

Bonjour Villa chicoubis

La rota du taro... Je me suis souvenu que j'avais fait une recherche sur les origines du mot Tarot.
C'est très dense mais j'ai copié des informations dans un bouquin difficile à se procurer (voir les réf.) que j'ai été chercher à Paris :
"Le livre sacré des livres sacrés ou la symbologie universelle restituée" (deux tomes).

J'espère que cela enrichit les recherches des mordus du Tarot, je veux dire ceux et celles qui pérégrinent avec ce chien qui leur mort les mollets doucement pour les faire avancer sur le chemin des étoiles.
Mais que regarde donc CheminCroisé le Mat !!!

cordialement

Arjuna

ps je n'ai pas réussi à copier une photo de ce texte


Tarot: Origine du mot

Déclinaisons de ROTA

"D'où est issu le mot ThO.RA, livre de la loi Mosaïque, livre sacré des Hébreux, curieusement composé des racines TO et RA ?"
De : Cabbale (TI, pp.135,154) :

T + A + R + 0 = 1 + 2 + 3 + 4 = 10 = UN avant Zéro, Le Mage Avant Le Fou ou feu + terre + air + eau = 4 simples = Taro
Taro : = univers = Uni-versum = l’UN - multiple, livre de vie
Rota : roue, mouvement, rose croix, rotatif : rotza crux
Tora : Loi, livre sacré : To = l’arbre sacré = figuier Bô, Ra = le serpent = naga = Shiva
Orat : oraison, moyen, pont, méditation
Otar : prêtre
Rato : ratin = racine
Arto : ordre régulier, O des cartes : deux mouvements solaires : + et zodiacal : -
Ator : vache sacrée, espace

Initié = naga = serpent = incolore semblable à un miroir

Jeu de mots : Taro : Tome II, p.135
La croix grecque, représente la fin de l´œuvre ou le Tau, T, la Terre.

Ces quatre signes forment le carré suivant :
O R A T
R A T O
A T O R
T O R A

On peut y lire en tournant :
O T A R
T A R O
A R O T
R O T A

Le CheminCroisé Bateleur « le Mage = I-Mage » est un jeune homme efféminé, l’androgyne « A » ou « 1 », précédant la bipolarisation de l’Unique (T II, p.199).
On a ici la représentation de ce qu’est un Initié à travers le Magicien (ou Bateleur), la carte de l’Origine, en grec igin signifie engendré, émanant de OR = début (oméga), RO = fin ou recommencement donc début ; l’Initiateur est celui qui donne l’impulsion, c’est la mise en mouvement de la roue de la loi par le Bouddha, l’éveillé (le Bateleur) dont l’œil central est ouvert ou (TI, p.136).
Sur la table du Bateleur, nous avons les quatre simples (voir TII, p.197).
Le bâton (sud) le denier (est), l’épée(ouest), et la coupe(nord).+ le Mage au centre du CheminCroisé mandala = 5 sacrés du Taro (TI, p.150).
Comme le Taro, le mandala est une exposition pour supporter la méditation sur les correspondances des forces et des formes universelles et pour arriver à la synthèse libératrice (TI, p.115).
Le secret du Tarot réside dans l’usage que l’on sait faire des « quatre simples » ou AS, ce qu’indique le Bateleur car ces « 4 AS » sont Majeurs et non mineurs : toutes les lames sont composées avec ces 4 AS. (TI, p.167).
Les anciennes cartes à jouer italo-espagnoles étaient appelées naibis puis naipes ce qui signifie magiques (TI, p.145).
Le système décimal et le zéro ont été introduit en Europe par les Arabes qui revenaient des Indes. le Tarot est justement mathématique et repose entièrement sur l’Art de savoir jouer avec le zéro (le Fou) ce qui permet ainsi d’aborder le jeu des mandalas.
Le tarot est l’ancien et unique grand mandala d’Egypte, mais personne en occident, à notre connaissance, ne sait plus s’en servir (TII, p.194) .
Dans le Bouddhisme le grand mandala est la roue de la vie.
Vous parlez des lames du Tarot, mais le mot lame se retrouve dans Dalai- lama, mots mongols et non tibétains : signifie croix de l’océan de l’espace, LAMH =croix et Dalai=océan.
En sanscrit les mots croix et lotus ont la même racine = K ṛ = KRI ..

Note : CHRI-st ,KRI- rist,  KRI-sna , KaRma ,CR-oix , CR- i

À signaler que le latin CR-ux, le français CR-oix, et l’anglais CR-oss ont aussi la même racine K ṛ : KRI.
Et la lettre Ka en Brahmi ancêtre du sanscrit est : +, en Brahmi ou vartann, alphabet archaïque fait de purs symboles la lettre + = ka se nomme Kamala = lotus = croix.
On sent bien alors d’où vient cette ancienne mystique de la « Rose- Croix » = R+C , à travers cette secte secrète des illuminés d’orient au Moyen-âge, puisqu'aux Indes « croix et lotus » c’est la même chose sans oublier que la rose est une invention Hindoue (TI, p.146).

Réf.: Le livre sacré des livres sacrés ou la symbologie universelle restituée ISBN 2-7107-0178-2


"Les 'dés chiffrés' montrés sur la table des matières du Bateleur, ne semblent rien devoir au Hasard (de l'arabe "az-zahr", le dé).
Ils se montrent sur les faces carrées d'un cube, et par rapport au carré de ce qui marque le cube (3), ils traduisent sans conteste un Monde ,21, la somme des 6 faces d'un dé, 1+2+3+4+5+6, organisé."
Le Tarot du nombre

"Il convient d’ajouter qu’en grec le jeu se dit Kubos, le cube d’où le dé à jouer."
Quelques remarques sur ce passage.
Le fait que le jeu  soit associé au cri nous éclaire dans la signification que le cri revêt en héraldique.
Il résume le chevalier.
Le jeu d’une personne est bien son cri."

arjuna

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 01/08/2014

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum