Serge Hutin et la Rose Croix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Serge Hutin et la Rose Croix

Message  L'aspirant le Mar 21 Jan 2014, 20:09

J'ai écrit cet article il y a quelques années. Je vous le livre tel quel :

Serge Hutin et la Rose Croix



Serge Hutin

Né le 2 avril 1927, décédé le 1er novembre 1997 à la maison de retraite de Prades (Pyrénées Orientales).
Docteur ès Lettres, diplômé de l'Ecole pratique des Hautes Etudes, ex-attaché de recherche au CNRS, franc-maçon, ses engagements sont des plus nombreux.
Auteur de nombreux ouvrages sur l’ésotérisme et les sciences occultes. Il a beaucoup écrit sur l’alchimie, les sociétés secrètes et les Rose-Croix.
Sa vie avait été détruite le 27 octobre 1972 à la mort de Marie-Rose Baleron, celle qui devait devenir sa femme, dans un curieux accident d’avion. Elle était Commissaire de la DST à Nice et enquêtait sur les rapports existant entre la CIA, la loge P2, la mafia corse, le SAC et certains Ordres soi-disant initiatiques…


Le 27 octobre 1972

Que s’est-il donc passé ce jour là ?
Un avion appartenant à la compagnie Air-Inter s'écrase contre une petite montagne, près de Noirétable (Loire). L'appareil est un Viscount de la ligne Paris-Lyon-Clermont-Ferrand. Dans cette catastrophe aérienne, beaucoup de morts, dont l'ensemble de l’équipage, et seulement quelques survivants.
Ce Viscount avait à bord Marie-Rose Baleron de Brauwer, commissaire à la DST à Nice, qui ramenait un rapport d'enquête sur des mouvements d'extrême-droite. Elle enquêtait sur le S.A.C., l'AMORC et l'ORT.
Elle portait au poignet une valise fermée par une menotte contenant ce fameux rapport. Quand on l'a retrouvée, son poignet était sectionné… et la valise introuvable.
Le Viscount avait à bord un autre passager "brûlant" : un grand savant atomiste indien, venu en France établir les bases d'une collaboration nucléaire entre son pays et le nôtre. Pourtant, le plus surprenant reste que cet homme, le professeur Babah, était officiellement mort depuis quelques années...

Qu'allait faire le commissaire Baleron à Clermont-Ferrand le 27 octobre 1972, puisqu’elle était commissaire à Nice ?...
Dans son dernier roman -qui est plutôt une nouvelle- : « La seconde vie du commissaire Marie-Ange Sauneron » (édité en 1998 par Alpha International dont il était Président d’honneur), Serge Hutin nous donne un précieux indice : « Elle venait d’établir un rapport détaillé sur les redoutables infiltrations néo-nazies, en France principalement mais en d’autres pays aussi, dont en tout premier lieu l’Italie, sous le couvert d’une organisation fraternelle apparemment anodine se présentant comme l’authentique Ordre du Temple resurgi miraculeusement de ses cendres et appelé à régénérer l’Occident. » S’agirait-il de l’Ordre Rénové du Temple créé en 1968 par Raymond Bernard ? Tout porte à le croire…


Les 28 et 29 octobre se tenait à Clermont une grande réunion de l'AMORC (Grand Conseil et Séminaire Magistral) dont elle faisait partie... Marie-Rose Baleron était en effet grand délégué aux relations extérieures pour l’Ardèche, l’Aveyron, les Bouches du Rhône, le Cantal, l’Hérault, le Gard, la Haute Loire, la Lozère et le Puy de Dôme ! Elle occupait la vénérable charge de Soeur Marie-Rose Baleron, habitant 12 avenue Félix Faure à Nice. Il semble qu'à cette exceptionnelle réunion elle allait parler de la création de l'O.R.T. impliquant Raymond Bernard... Grand-Maître de l'AMORC... Création à laquelle elle s'opposait (en tant que membre de l'AMORC), et sur laquelle elle enquêtait (en tant que commissaire de la DST en liaison avec les Renseignements Généraux).
Si Marie-Rose Baleron avait été présente le 28 octobre 1972, à Clermont-Ferrand, on peut à juste titre se demander : R. Bernard aurait-il osé affirmer, comme il l’a fait officiellement : « Je ne suis personnellement ni le dirigeant secret, ni le dirigeant officiel, d’une autre organisation que l’Ordre rosicrucien AMORC et que l’Ordre Martiniste Traditionnel » ? Elle lui aurait demandé d’expliquer à tous les rosicruciens pourquoi il avait créé l’Ordre Rénové du Temple en 1968 avec un extrémiste de droite, Julien Origas !
Le fanatisme politique implacable de ce dernier l’incitera à s’allier avec des personnages suspects ne reculant devant rien pour faire triompher leur idéologie d’extrême droite.
Marie-Rose Baleron disposait de preuves attestant que certains néo-nazis camouflaient leurs activités derrière le masque de l’ORT.
Il n’est pas inutile, ici, de rappeler que Julien Origas avait été condamné à quatre ans de prison ferme, en 1945, pour avoir appartenu par le passé à la gestapo française.

L’Ordre du Temple Solaire, créé quelques années plus tard, serait une scission de l’ORT. Il s’illustra tristement auprès du public par un étrange suicide rituel collectif de ses membres, ces derniers se répartissant entre la France, la Suisse et le Québec.
A notre connaissance, Serge Hutin était aussi membre de l’AMORC et, plus curieusement, peut-être aussi membre de l’ORT ! (voir ci-dessous). Avait-il tenté de l’infiltrer pour en connaître les dessous ? Avait-il poussé Marie-Rose Baleron à enquêter sur cette déviation de Raymond Bernard ? Aurait-il ainsi été involontairement responsable de la mort de celle qu’il aimait tant ? Il sera difficile de répondre à ces questions sans continuer notre enquête. Il faudrait pour cela interroger des responsables politiques actuels « au-dessus de tout soupçon » ou peut-être un ex-écrivain (car interdit de publication aujourd’hui) devenu le Monsieur sectes des RG de nos jours… et qui a parfois une attitude plus que curieuse, voire menaçante, vis-à-vis de certaines personnes qui souhaitent révéler la vérité sur l’Ordre du Temple Solaire, émanation de l’ORT.

Quelques explications

S.A.C. : Service d’Action Civique

Fondée en 1959 dans le but d'apporter un «soutien inconditionnel à la poursuite des objectifs définis par le Général», cette officine devint, au fil des années, une nébuleuse mêlant malfrats, policiers, hommes politiques (le «monsieur Afrique» de Charles De Gaulle) et futurs élus (Charles Pasqua).
C’était une organisation paramilitaire spécialisée dans l’assassinat, le chantage, la corruption, le trafic d’armes et de drogue, le blanchiment d’argent “sale”, bref, la criminalité sous toutes ses formes, et par ailleurs dévouée corps et âme au Général de Gaulle.

Le SAC sera dissous en 1982, suite à l’affaire dite « d’Auriol ». A quelques jours du 10 mai 1981, François Mitterrand n'est pas encore président, et les membres du SAC de Marseille, réunis avec leurs patrons de Paris, se déchirent autour du très contesté chef local, le policier Jacques Massié. L'heure est grave. Les membres du SAC pensent souhaitable une victoire de la gauche contre Giscard. Ils imaginent que dans ce cas, le chaos qui s’ensuivra permettra le retour au pouvoir des gaullistes !... La suite sera horrible et pitoyable : Massié et les siens, y compris son fils de 8 ans, sont assassinés dans leur maison d'Auriol, près de Marseille, en juillet 1981. Qui a donné l'ordre ? L'Inspection générale de la police mènera l’enquête. C’est ainsi que le SAC sera dissous l’année suivante.

AMORC : Ancien et Mystique Ordre Rosae-Crucis (Ordre rosicrucien AMORC)

L’AMORC est une fraternité internationale composée de 16 juridictions couvrant tous les pays de même langue. Chaque juridiction a pour siège une « Grande Loge » dirigée par un Grand Maître élu pour un mandat renouvelable de 5 ans. L’ensemble des Grands Maîtres compose un Conseil Suprême à la tête duquel l’Impérator est élu pour 5 ans pour un mandat lui aussi renouvelable.
L’Ordre a connu sa résurgence en Europe au XXème siècle sous l’impulsion de l’ésotériste américain Harvey Spencer Lewis, décédé en 1939. C’est après la deuxième guerre mondiale que l’AMORC s’est progressivement développé.
La juridiction francophone a d’abord rayonné en Belgique et en Suisse, puis au Québec, aux DOM-TOM et en Afrique francophone. Le Grand Maître en a longtemps été Raymond Bernard (19 mai 1923 – 10 janvier 2006). Son fils Christian Bernard lui succéda (élu, rappelons-le…) quand lui-même devint Impérator. Les éditions rosicruciennes sont dirigées par son épouse. Christian Bernard succéda plus tard à son père comme Impérator de l’Ordre.
Depuis 1956, Raymond Bernard a successivement pris la responsabilité de l’Ordre de la Rose-Croix AMORC, créé l’Ordre Rénové du Temple, réactivé en France l’Ordre Martiniste Traditionnel, fondé le CIRCES et l’Ordre Souverain du Temple Initiatique.
« Puis il développe l’OMT en marge de l’AMORC, avec enseignement par correspondance et groupes locaux. Après avoir rencontré les cadres de la « résurgence » templière d'A***(1), il publie ‘Rendez-vous secret à Rome’ (1969), un récit allégorique que beaucoup entendront littéralement, et fonde l'Ordre rénové du Temple (ORT), dont il devient le grand maître secret (octobre 1970 - 16 octobre 1972) et dont il rédige l’enseignement par correspondance, avant de s’en retirer en lui laissant prendre sa complète indépendance sous la direction de Julien Origas. »

OSTS

Jouret s’est introduit dans l’ORT, communauté templière du château d’Auty (82), dont Julien Origas est alors le grand commandeur. De son vrai nom Julien Humbert, il est né en Alsace en 1920. Il a créé PORT en 1970 en compagnie de l’écrivain ésotériste Jacques Breyer. On prétend, sans doute à tort, que ce dernier aurait créé l’OSTS (Ordre Souverain du Temple Solaire) en 1952 au château d’A***(1) dans le Rhône.
Certains éléments pourraient laisser penser que l’OTS aurait été calqué sur l’OSTS.

OTS

Fondé en 1984 par Luc Jouret à Genève sous le premier nom d’OICTS (Ordre international chevaleresque de tradition solaire) avant de prendre celui d’Ordre du Temple Solaire. Il disparaît en 1994 après avoir fait 53 morts : 5 près de Montréal les 4 et 6 octobre (poignardés puis carbonisés) et 48 en Suisse dans deux chalets incendiés. Dans un de ces chalets, les victimes avaient d’abord été tuées par balles, dans l’autre elles avaient été empoisonnées au curare. Les principaux dirigeants en étaient Joseph Di Mambro, un Suisse ayant fonction de cerveau et responsable financier. Il avait été condamné en 1974 à six mois de prison pour escroquerie, abus de confiance et émission de chèques sans provision. Il a fait partie de l’AMORC. Il rencontre un Belge, Luc Jouret, en 1976 et lui fait infiltrer l’ORT. Il en deviendra le Grand Maître en août 1983 jusqu’à sa démission en 1984. C’est cette année-là qu’il crée l’OTS. Il voyage beaucoup, seul ou avec Di Mambro. Il sera condamné pour achat d’armes prohibées au Québec en juillet 1993. Il est possible qu’il ait fait du trafic d’armes du Canada vers l’Australie à cette époque.
Serge Hutin : Aussi curieux que cela puisse paraître, S.H. semblait bien connaître l’Ordre Rénové du Temple… Le 30 avril 1972, il a donné à Lille une conférence sur l’ORT. La commanderie du Nord de l’ORT annonce cette conférence en avril 1972 en ces termes : « Conférence Templière donnée par notre frère Serge Hutin : les Chevaliers du Temple, autrefois et aujourd’hui : l’Ordre Rénové du Temple et le Monde Moderne »

L’accident d’avion du 27 octobre 1972

Quelques « détails » curieux à propos de cet accident :

1 – Extrait d’un « Rapport fait au nom de la mission d’information sur la sécurité du transport aérien de voyageurs » dont la Présidente était Mme Odile Saugues et le Rapporteur M. François Michel Gonnot :

Il se termine ainsi : « Mme la Présidente : Je ne pourrai émettre qu’un regret, c’est qu’il y ait quand même un voile de discrétion, pour ne pas dire plus, sur ce point. Nous avons en effet appris, vingt ans après, qu’un avion qui venait de Lyon et qui s’était écrasé pas très loin de Clermont-Ferrand, était parti après que l’équipage ait arrosé l’anniversaire du pilote. Cela ne s’est su que très longtemps après. C’est l’accident de Noirétable. « »

Voir http://www.assemblee-nationale.fr/12/pdf/rap-info/i1717-T2.pdf
Voudrait-on laisser penser que cet « accident » soit dû à la boisson ?

2 – La rapidité d’intervention des secours :

2a) « Le vendredi 27 octobre 1972, vers 18h 20’ TU (pour « temps universel » soit 19h 20 heure légale), le Vickers 724 Viscount F-BMCH d’Air inter s’écrasa à la limite des communes de Viscontat (63) et de Noirétable.

Les communications furent interrompues alors que l’aéronef venait de se signaler à 3. 600 pieds. L’épave fut retrouvée après sept heures de recherches, à environ 1000 mètres d’altitude, dans une colline des bois de la Faye, à 3,750 km de Noirétable. L’appareil avait décollé de Lyon à 18h 48 à destination de Clermont-Ferrand avec 63 passagers à bord dont quatre enfants. Les cinq membres d’équipage étaient le commandant Bonnell, le second pilote Aubert, le pilote instructeur Lapierre, Mlle Nicole Audibert, hôtesse et Mr Alain David, steward. Le commandant Robert Bonnell était originaire de Paris. Marié et père de trois enfants, il avait à son actif 14 849 heures de vol dont 7 505 heures en qualité de pilote. Le second pilote, Yannick Aubert était natif de Nantes. Il totalisait 2 154 heures de vol. André Lapierre, marié, un enfant, avait pour sa part 5 980 heures de vol à son actif.

55 passagers et tous les membres d’équipage furent tués, huit rescapés seulement.
.
A 22h 05, Mr Crocombette, cultivateur à Noirétable alerta la gendarmerie. Quelques heures plus tôt, il avait entendu un avion voler à basse altitude puis un bruit sourd. Les gendarmes et les pompiers de Noirétable, sous la conduite du témoin, découvrirent l’épave vers 1 heure du matin. Il y a alors neuf survivants mais une des passagères, Mme Wallionis, décèdera quelques heures plus tard. Le docteur Bourdelles, de Noirétable, arriva sur zone et prodigua les premiers secours. Parmi les blessés, une femme enceinte et une fillette de onze ans. Mais aussi un enfant de quatre ans dont le père, anesthésiste-réanimateur du SAMU de Grenoble, à la nouvelle de la disparition de l’appareil, avait de son propre chef gagné Saint-Etienne puis les Monts du Forez !

Concernant les causes de l’accident, le rapport d’enquête conclut que le crash résulte de deux anomalies. En premier lieu, « une fausse verticale » caractérisée par le fait que l’équipage a été convaincu de se trouver à la verticale de Clermont-Ferrand alors que « cette balise était, en fait, à plus de 30 km. » L’anomalie s’expliquant par « une rotation franche du radiocompas dont l’équipage n’a pas décelé le caractère aberrant. » La seconde anomalie est caractérisée « par l’annonce du survol par l’avion de la balise, avec plus de trois minutes d’avance sur une estimée de huit minutes » et cette différence a peut-être été négligée par l’équipage en raison de la confiance qu’il accordait à l’indication du radiocompas. Le rapport ajoute que cette différence a pu passer inaperçue de l’équipage par une erreur de lecture résultant d’un pilotage peu facile en raison des turbulences.

Mr Bonaud, qui a connu le commandant Bonnell et qui nous a communiqué la rapport, ajoute dans son courrier que suite à cette tragédie, la procédure d’atterrissage sur Clermont, en provenance de l’est par temps « bouché » a été modifiée. Pour l’anecdote enfin, cet accident valut aux Sapeurs-Pompiers de Saint-Etienne de mériter sur leur drapeau, en récompense pour la rapidité de leur intervention et de leur dévouement, la médaille de Sauvetage de bronze avec fourragère. »
Comme on le voit cette fois, une nouvelle explication de la cause du drame apparaît .
De plus, le rapport affirme que 7 heures se sont écoulées entre le crash de l’avion et la découverte de l’épave par les secours.
Voir http://www.forez-info.com/

2b) Voici enfin ce qu’en dit Serge Hutin lui-même dans un courrier à M. Philippe Pissier mis en ligne sur internet par ce dernier : http://www.paganguild.org/pissier/divers/hutin.html

« Mes efforts demeurèrent vains jusqu'à cette année. Par exemple, aucun moyen d'attirer la curiosité d'un journal quelconque (de toute couleur politique) sur les bizarreries de l'"accident" aérien du 27 octobre 1972 : on me répondait que l'enquête officielle avait conclu à son origine purement naturelle. Entre nous, que penses-tu de ce paradoxe : l'avion, au moment même où il allait atterrir sur l'aéroport de Clermont-Ferrand, fait volte-face pour venir s'écraser sur les flancs de la montagne de Noirétable, et... la fameuse boîte noire, retrouvée, démontre que cela était tout à fait normal ! Vraiment, on se f..t du monde ! En me débrouillant par des voies détournées (où, tu m'auras compris, le vent souffla pour moi du côté du froid — en langage clair, mes révélations remontaient pour l'origine au K.G.B., ne ris pas: c'était vrai !), je réussis très tôt à savoir la vérité sur l'origine de l'"accident": si vous savez 1° les fréquences radio d'un avion, 2° celles de la tour de contrôle de l'aéroport où il doit atterrir, cela devient un jeu d'enfant de le faire s'écraser là où l'on veut !

Il est un autre problème : Marie-Rose était-elle encore vivante mais blessée (mon intuition personnelle) au moment où l'appareil s'écrasa ? Et là, intervient un détail étrange : il y eut 48 heures de retard avant qu'on ne retrouve le corps de Marie-Rose, pour le rendre à sa famille. Deux possibilités (l'avion n'était pas un Boeing, mais un modeste Viscount : il n'y avait donc pas toute une montagne de cadavres à classer) : ou bien on fouilla attentivement le corps de Marie-Rose, dans l'espoir qu'elle avait pu y dissimuler son rapport; ou bien, constatant que le corps avait fait l'objet de sévices divers (susceptibles d'intriguer la famille au cas où un membre de celle-ci demanderait l'ouverture du cercueil pour regarder une dernière fois le corps), on aurait chargé un spécialiste de la morgue (cela vaudrait donc la peine de faire une enquête éventuelle du côté de la morgue qui eut à s'occuper des corps des victimes de la catastrophe du vol Lyon/Clermont-Ferrand du 27 octobre 1972) de faire une "remise en état" du corps donnant le change (même si les tueurs avaient, par exemple, crevé les yeux à Marie-Rose, il suffisait de rabattre les paupières). (...) Tu auras remarqué : 1° l'ordre mystérieux (donné par QUI?) retardant de plusieurs heures l'ordre de départ des équipes de secours en montagne, 2° la classification de l'"accident" parmi les affaires couvertes par les impératifs de la défense nationale. D'où impossibilité d'obtenir toute explication. »
On trouve cette fois un ordre mystérieux retardant de plusieurs heures le départ des équipes de secours et un délai de 48 heures avant que le corps de Marie-Rose Baleron ne soit retrouvé …

3 – Le grade de Commissaire

Aucune femme n’ayant été admise comme commissaire aux RG ni à la DST avant 1975, j’avoue donc mon manque de certitude quant à ce grade que rapporte Serge Hutin.


(1) Château d’A*** : le propriétaire actuel du Château en question ne souhaitant pas être importuné par une foule de chercheurs, curieux ou illuminés, demande que le nom de son château ne soit pas divulgué.

L'aspirant

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 14/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge Hutin et la Rose Croix

Message  loup le Mar 21 Jan 2014, 23:39

bj.;bon travail. Ayant été un ami de J.Breyer, je peux dire qu'il n'a rien à voir avec cette création, juste le tort d'avoir côtoyé les fondateurs. Car, à l'époque d'Arginy, il y avait un petit cercle qui est resté assez longtemps (lui : aux alentours de 7 ans) auprès du maître de maison, pour "invoquer" les défunts Templiers. Ce qu'il fit, d'ailleurs fort bien, grâce à deux médiums, dont l'une était la femme d'un Alchimiste très connu et dont je tairai le nom. De cette époque suivront quelques œuvres (comme Terre Omega), dont certains se sont servis pour faire des "come back", mais comme sa fille, à l'époque de l'affaire du Temple Solaire, je dis que Breyer n'était pas dans le coup. Mais c'était un "magiste", comme son grand père, guérisseur Gitan...
Cela l'a sauvé du camp de concentration où il était...

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge Hutin et la Rose Croix

Message  L'aspirant le Dim 26 Jan 2014, 19:17

Une des choses qui m'intéresse, dans ce que je viens de raconter, est l'attitude que je trouve ambigüe, de Serge Hutin, quant à divers mouvements Rose Croix.
Il avait apparemment été très déçu par l'un d'eux (comme je l'ai été après lui et comme j'ai vu que l'avaient été certaines personnes présentes sur ce blog).
Il me semble cependant qu'il continuait à faire partie de l'un d'eux.
Était-il déçu par "un" mouvement Rose Croix, par l'attitude de certains de ses membres hauts placés qui semblait s'apparenter à de la trahison par rapports aux idéaux Rose Croix, ou bien par la découverte que ces mêmes membres trompaient sciemment ceux qu'ils embrigadaient ?

Tout ceci m'amènera plus tard à George Sand.

L'aspirant

Nombre de messages : 18
Date d'inscription : 14/01/2014

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge Hutin et la Rose Croix

Message  loup le Mar 27 Jan 2015, 13:10

bj, cela me rappelle la triste fin de J.Guieu qui, pour avoir trop parlé sur un "ordre" discret (l'Ordre Vert du Temple) a fini ses jours atteint d'un cancer, dont le confident et ami avait découvert la source : un morceau de radium caché dans le dossier de son fauteuil !!!! Quand on a les moyens, on peut...

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge Hutin et la Rose Croix

Message  Greenman le Lun 07 Mar 2016, 14:14

Bonjour,

Je ne saurais répondre pour les cas individuels, ainsi je vais me contenter d'une réflexion générale, car j'ai déjà entendu très souvent ces critiques et déceptions dans le milieu alchimique, comme ailleurs, à l'égard de nombreuses obédiences RC et FM.

A titre personnel, je ne comprends pas comment on peut accepter comme "initiateur" des "Grand Maitres de Loge", ou autres "Imperator", élus pour 5 ans, le tout décliné à grands coups de majuscules ô combien égotiques, à l'instar de la société matérialiste politique décadente.
Quand on construit un Temple à l'intérieur, il n'est nul besoin de s'auto-intituler "Grand Maitre du Temple", surtout sans n'avoir pas atteint du tout Le But spirituel.
On voit là une tendance à copier la Tradition, afin de faire accroire que l'on est soi-même dans la Tradition, alors qu'il n'en est rien, au contraire, ces attitudes sont en fait totalement analogues à celles du New Age.

Ces gens trompent gravement autrui dans le sens où ce sont des dualistes forcenés, qui, en tant que non-éveillés, proposent aux autres des mini-initiations ne valant pas grand chose, en palabrant sur la non-dualité alors qu'ils sont extrêmement dualistes, ce qui fait que cela génère une perte de temps considérable pour les poissons pris au filet, qui se perdent en recherches occultes infantiles, qui se déclinent en autant d'analyses inutiles, à l'infini. Combien de fois ai-je vu des alchimistes FM/RC, parlant de "non-dualité", alors qu'ils sont plongés dans des dualités sans fin, se déclarant éveillés pour un vague état de Rigpa passager soit-disant atteint définitivement, et alors même qu'ils courent encore l'argent de façon hystérique, et les belles femmes comme des adolescents, en parlant de Kundalini pour se justifier, alors qu'ils confondent le Prana et la Shakti, et alors même que quand on atteint un état spirituel profond et réel en pratique, on n'est plus emporté par les polarisations sexuelles, qui sont alors "alchimisées" en un fluide subtil sublimé. Ainsi, une réelle sublimation inverse la direction des énergies, libère, et cela porte au Divin, et non vers la direction matérielle et intéressée, comme chacun sait.

Et ce ne sont que quelques exemples, pour montrer que l'Eveil n'a pas été atteint par ces gens, et que ces egos qui s'affirment "initiateurs" et "initiés" ne font que tromper autrui. Ou l'esbroufe du nouvel age.

Un autre signe évident qui montre que les RC/FM n'ont pas, le plus souvent, un chemin spirituel correct et pleinement épanoui, est qu'ils méconnaissent très souvent totalement le rôle du véritable Maitre spirituel. (ce qui est une très grave lacune et un comble pour des gens utilisant à tout va le terme de "maitre").
Ils croient que le Maitre est un être qui palabre avec son ego, maitrise quelques pouvoirs occultes dualistes, produit des analyses intellectuelles érudites, et dirige autrui d'une main de fer, créant ainsi une dépendance, et générant de ce fait une inertie comportementale chez le poisson alpagué.
Alors que la réalité est là-aussi inverse : le Maitre authentique, placé totalement en dehors de l'ego, est silencieux, et transmet Son Enseignement par la résonance silencieuse de Shakti, par la Grâce Divine, et très rarement par les mots. Il se maitrise lui-même, et non les autres, n'a pas de temps à perdre à se proclamer maitre et à jouer avec des pouvoirs occultes, en produisant des analyses intellectuelles aussi dualistes qu'inutiles, puisqu'au contraire, c'est le Silence intérieur qui permet à la Lumière de passer. Cela peut générer une dépendance, oui, mais très temporaire, et d'une façon très utile, et non pour perdre du temps avec des fariboles dualistes. Et la relation au vrai maitre ne génère pas l'inertie, mais au contraire, un travail très difficile, permanent et têtu, puisque les énergies reçues mettent tout en chantier à l'intérieur de soi. (le lâcher-prise et le détachement ne sont pas de l'inertie).


Je dis tout cela, par fraternité, parce que les victimes des "Grands Maitres de loges du Temple", pourraient éviter ces tromperies et avoir fait un chemin authentique auprès de vrais maitres réalisés, dans n'importe quelle Tradition spirituelle authentique. Il n'est pas question de préciser ici une tradition ou une autre, ou de donner des noms de guides, ce serait absurde, le propos n'est pas prosélyte du tout, mais juste de remettre les choses à leur place, afin que chacun ne soit pas trompé :
un guide spirituel Eveillé authentique doit être trouvé, même si ce n'est pas dans "notre" tradition, car il y a une Initiation - réelle celle-là - à recevoir, et elle est indispensable pour commencer ne serait-ce qu'à méditer véritablement. Et aucune pseudo-tradition actuelle ne propose de tels Maitres.

Pour finir, l'authenticité du Maitre se vérifie en pratique, par le Travail, en suivant quelques temps ses recommandations, et en voyant l'accès à Soi que Son Influence permet.
On ne décide pas préalablement, avec la tête et sans pratique, qu'untel est un maitre ou pas, ou qu'un maitre est inutile, etc, car les opinions d'un ego dénué de pratique et de vérification effective ne valent rien du tout.

Soyons sincères et la sincérité viendra à nous.

Greenman

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 04/09/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Serge Hutin et la Rose Croix

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 00:05


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum