L’Idéal Rose+Croix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’Idéal Rose+Croix

Message  Calcédoine le Dim 19 Oct 2008, 19:31

On l’a vu dans d’autres fils sur ce forum, il y a beaucoup à dire au sujet de la Rose+Croix. Retenons entre autres :
1) il ne faut pas confondre Rose+Croix et rosicrucien : le rosicrucien est un chercheur qui conduit sa vie vers un idéal de haut niveau, symbolisé par la figure du Rose+Croix, lequel est à la fois un degré d’Adeptat dans la démarche alchimique, et un état fusionnel transcendant ;
2) les Rose+Croix du XVIIème siècle furent (en partie) une mystification à but politique greffée sur une mouvance protestante préexistante, et peut-être les vertus qu’on leur prête sur base des Manifestes sont-elles partiellement mythiques, mais il n’empêche qu’aujourd’hui des gens se réclament d’un idéal inspiré de ces vertus alléguées ;
3) les Rose+Croix d’aujourd’hui – s’ils existent – sont probablement bien autre chose que l’image qu’en donnent les ordres rosicruciens modernes, car l’ancienneté de leur Ordre ne remonte certainement pas à l’Egypte ancienne comme se plaisent à dire certains, mais pourtant ils furent un temps les dépositaires d’une Tradition qui remonte effectivement à cette époque, et même plus loin, ce qui les autorise à revendiquer allégoriquement cette ancienneté.

Compte tenu de ces éléments qui mêlent historicité, légende, et syncrétisme, comment un rosicrucien du XXIème siècle peut-il concevoir cet idéal personnel qu’il considère comme Rose-Croix ?


... L’idéal Rose+Croix, c’est quoi, au juste ?...


Je risque ici une ébauche de réponse, toute personnelle.
Matière à débats, évidemment.
Rose

L’élément « Croix » fait essentiellement référence au Christianisme, bien sûr, même si ce symbole se rattache aussi à des concepts bien antérieurs, marquant ainsi en filigrane la perpétuation d’une Tradition multimillénaire qui sous-tend toute l’aventure de l’Humanité. Donc, l’idéal Rose+Croix se rapproche de l’idéal christique, mais plus par le courant ésotérique qu’exotérique ; de ce fait, il n’est pas borné aux seuls cultes et dogmes de la mouvance chrétienne, mais si des harmonies sont possibles, il établit des ponts avec des conceptions religieuses et spirituelles basées sur d’autres systèmes, puisque l’Eveil, qui constitue le point « crucial » de cet idéal, peut être atteint par diverses voies étrangères les unes aux autres, parfois apparemment antagonistes.

L’idéal Rose+Croix est donc empreint de spiritualité, de prière, de méditation, d’amélioration de Soi.
Le but étant d’atteindre un état particulier d’éveil, de perception, de compréhension du monde (des mondes), sachant que cet état permet, en retour, de mieux agir et mieux se comporter en concordance avec les lois de la Nature, et donc d’encore s’améliorer, et encore progresser, etc.

Mais si l’idéal Rose+Croix est tourné vers le divin, le silence monastique, le recueillement, l’intériorité, il n’en est pas moins adéquat pour les humains incarnés dans des corps physiques agissant dans un univers bien matériel. D’où le symbole : à la croisée du monde matériel (dimension horizontale) et du monde spirituel (dimension verticale) éclôt la rose, symbole de pureté, de délicatesse, d’amour, mais aussi ébauche de l’apparition d’une troisième dimension perpendiculaire aux deux premiers axes.

Et en ce qui concerne le monde matériel, auquel il n’y a pas lieu de s’attacher, mais dans lequel y a lieu de vivre pleinement, l’idéal Rose+Croix hérite quelque peu de l’imagerie néo-templière : une sorte de chevalier blanc, défenseur des faibles et des opprimés, promoteur de la liberté vraie, prompt à porter secours, fort tout en refusant la violence, féru de justice et de droiture.

L’idéal Rose+Croix conduit à agir humblement et discrètement dans ce monde pour le service divin ; il conduit donc à s’intéresser à ce monde et à ce qu’il s’y passe sans pour autant se laisser submerger par le matérialisme qui y règne (le côté obscur de la force). L’idéal Rose+Croix passe donc par la curiosité scientifique : la recherche du pourquoi et du comment des choses, des forces, des éléments, des principes. Une curiosité qui se déclinera différemment selon les individus : sciences physiques, sciences humaines, sciences de l’esprit, langues, arts, contacts humains...

La tradition associe à l’idéal Rose+Croix un outil d’éveil particulièrement bien adapté à l’étude de l’interaction entre la matière et l’Esprit divin qui l’habite : l’Alchimie.

C’est d’ailleurs pour cette raison que, tout naturellement, les thèmes « Rose+Croix » et « Alchimie » se rencontrent ici, à la croisée de chemins, comme point de départ vers d’éventuels nouveaux cheminements.
Rose

Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Idéal Rose+Croix

Message  Myriam le Sam 01 Nov 2008, 13:19

Bonjour à tous,

Calcédoine dit :
L’idéal Rose+Croix conduit à agir humblement et discrètement dans ce monde pour le service divin ; il conduit donc à s’intéresser à ce monde et à ce qu’il s’y passe sans pour autant se laisser submerger par le matérialisme qui y règne (le côté obscur de la force). L’idéal Rose+Croix passe donc par la curiosité scientifique : la recherche du pourquoi et du comment des choses, des forces, des éléments, des principes.
Cette efficacité discrète me semble être une caractéristique fondamentale de l’idéal Rose+Croix. Par exemple, dans la recherche scientifique, le Rose+Croix, invisible, instillera subrepticement, des concepts nouveaux dans des oreilles réceptives, mine de rien, bribe par bribe, et laissera aux chercheurs ainsi ‘initiés’ la gratification motivante de se voir attribuer la paternité du concept. Car le Rose+Croix trouve sa satisfaction dans sa relation avec le Divin, dans son bonheur de voir l’humanité progresser vers la compréhension du Tout, et non pas dans les applaudissements, la notoriété, et toutes ces petites vanités qui flattent l’ego. Le Rose+Croix sait que l’univers matériel est illusoire ; il est à un tel niveau de détachement de lui même que toute trace d’orgueil a disparu. Aussi, il est ce qu’il est, et fait ce qu’il a à faire, indépendamment du regard que les autres peuvent porter sur lui. D’ailleurs, aux yeux des autres, il est invisible.

C’est vrai aussi dans l’architecture, et je suis étonnée que Nelly n’ait pas déjà cité Fulcanelli dans ce fil-ci, car je m’aperçois aujourd’hui que la description de l’idéal Rose+Croix tient une bonne place dans « Les Demeures Philosophales », y compris au sujet de ce qualificatif d’invisibles. En navigant un peu dans l’ouvrage, on trouve dans le chapitre sur Louis d’Estissac :
« En attribuant aux frères ce privilège étrange et paradoxal d’invisibilité, Valentin Andreæ reconnaît l’impossibilité de les identifier, tels de grands seigneurs voyageant incognito sous l’habit et dans l’équipage bourgeois. Ils sont invisibles parce qu’inconnus. Rien ne les caractérise, sinon la modestie, la simplicité et la tolérance, vertus généralement méprisées dans notre civilisation vaniteuse, porté à l’exagération ridicule de la personnalité. »

Et dans le chapitre sur le merveilleux grimoire du château de Dampierre :
« Tout aussi expressifs sont les petits médaillons, dont l’un représente la Nature, laquelle doit sans cesse servir de guide et de mentor à l’artiste, tandis que l’autre proclame la qualité de Rose-Croix qu’avait acquise le savant auteur de ces symboles variés. La fleur de lys héraldique correspond, en effet, à la rose hermétique. Jointe à la croix, elle sert, comme la rose, d’enseigne et de blason au chevalier pratiquant ayant, par la grâce divine, réalisé la pierre philosophale. Mais, si cet emblème nous apporte la preuve du savoir que possédait l’Adepte inconnu de Dampierre, il sert aussi à nous convaincre de la vanité, de l’inutilité des tentatives que nous pourrions faire dans la recherche de sa véritable personnalité. On sait pourquoi les Rose-Croix se qualifiaient eux-mêmes d’invisibles ; il est donc probable que, de son vivant, le nôtre a dû s’entourer des précautions indispensables et prendre toutes les mesures propres à dissimuler son identité. Il a voulu que l’homme s’effaçât devant la science et que son œuvre lapidaire ne contînt d’autre signature que le titre élevé, mais anonyme, du rosicrucianisme et de l’Adeptat. »

Cette attitude rappelle d’ailleurs ce qu’écrivait boscanio dans le fil Rose+Croix et Alchymie vers la fin de son long post.

Les Rose+Croix se veulent donc invisibles. Soit. Cependant, ils laissent des traces de leurs pas. Un peu comme les compagnons bâtisseurs de cathédrales ont laissé des marques sur leurs pierres, mais sur une face non visible. Des signatures. Ou plutôt : des pistes, car ce qui leur importe n’est pas de marquer de leur empreinte personnelle ce qu’ils ont réalisé, mais bien d’indiquer aux chercheurs qui savent lire que l’idéal Rose+Croix est à l’œuvre en ce monde.
Discrètement, et de manière transpersonnelle. Savants, bâtisseurs, mais aussi passeurs sachant s’effacer.
Je ne peux que répéter ici le conseil qu’on m’a un jour donné : cherchez les lys, cherchez les roses associées aux croix, pour la plus grande gloire du Très-Haut, pour entrer en harmonie avec Lui.

Bien amicalement.

Myriam

Nombre de messages : 79
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Idéal Rose+Croix

Message  Trinity le Mar 04 Nov 2008, 17:47

Les Rose+Croix menant une action discrète en ce monde pour le faire évoluer, comme le souligne Myriam, ce serait très intéressant dans le milieu scientifique. On imagine bien les progrès que la science pourrait faire si des êtres inspirés par leur contact avec les Principes fondateurs de la Nature pouvaient guider des chercheurs aujourd’hui trop tournés vers le matérialisme, le profit à court terme (return on investment), les « progrès » militaires ou les théories douteuses (comme celle des cordes, prétendument prometteuse mais en complet décalage par rapport à l’observation et l’expérimentation).

Les groupements rosicruciens modernes enseignent que, pour les Rose+Croix, le postulat scientifique de base est : « Tout est vibration ». Partant de cette conception plutôt orientée vers l’énergie (la Vie) que vers la matière (les formes du vivant), bien des progrès pourraient en découler, et aussi un tout autre modèle de société par voie de conséquence.

On raconte que les Rose+Croix oeuvreraient aussi sur le plan politique, tout aussi discrètement, invisibles. Ce qui serait quelque part logique vu l’objectif avoué de guider l’humanité vers une forme d’épanouissement. D’ailleurs, comme Charly Alverda l’a brièvement évoqué, l’apparition de la mouvance rosicrucienne sur la scène publique au début du 17ème siècle est vraisemblablement plus liée aux conflits multiples opposant jésuites aux protestants, traditionalistes aux réformateurs, princes allemands aux monarques latins, plutôt qu’aux valeurs philosophiques affichées.

Et dans ce contexte, on ne peut pas faire l’économie d’une comparaison avec les Illuminés de Bavière, les « Illuminatis » d’Adam Weishaupt, fondés en 1776. Aujourd’hui, les supposés héritiers de leur pensée sembleraient bien en passe de réaliser le pire des scénarios imaginables : faire main basse sur le monde et soumettre la totalité des humains. C’est, du moins, ce qui se raconte sur les forums underground, et qui, à défaut d’être vérifiable, est pour le moins plausible, et que des indices semblent confirmer. Alors, dans ce jeu occulte de pouvoirs, quelle place pourraient avoir les Rose+Croix aujourd’hui ? Complices, ou vaincus ?

Trinity

Nombre de messages : 116
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Idéal Rose+Croix

Message  Calcédoine le Mar 04 Nov 2008, 22:47

Bonsoir Trinity,

Vaincus et non complices, dirais-je, puisque nous parlons sur ce fil non pas des gens qui se réclament de l’esprit Rose+Croix mais de l’idéal lui-même. L’idéal qu’on peut se choisir comme modèle peut parfaitement être envisagé de façon distincte des gens qui s’en réclament. Comme dit dans la Bible, « le juste pèche 7 fois par jour ». Qui ne s’est jamais écarté de son idéal ? Par paresse, lâcheté ou confort ; par pragmatisme, ou plus simplement, pour se forger un nouvel idéal plus en accord avec une nouvelle perception du monde.

J’ignore si des Rose+Croix ou des Initiés éveillés par d’autres Voies agissent encore aujourd’hui en catimini sur le plan politique pour modeler un monde meilleur, mais la question est pertinente. Il est clair que des groupements occultes, dont certaines obédiences rosicruciennes, opèrent dans l’ombre pour orienter des choix politiques, mais je doute que ce soit au profit de l’Humanité parce que j’observe surtout des luttes d’influence à des fins plus terre-à-terre.

A mon idée, le Rose+Croix serait plutôt détaché des mesquineries humaines et des jeux de pouvoirs, même s’il peut se sentir une responsabilité envers ses frères en humanité et chercher à agir pour que règne plus d’harmonie entre les gens, entre les peuples, et entre les humains et la nature qui les fait vivre. Si le Rose+Croix, l’Adepte, a pu, par son adhésion aux principes de l’Alchimie, connaître l’essence de Ce qui sous-tend l’univers, il est probablement sensible aux dysfonctionnements et désireux d’y porter remède. Eventuellement par l’action politique. Entre autres.

Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Idéal Rose+Croix

Message  Henri Schersch le Sam 08 Nov 2008, 22:15

Je me souviens avoir lu un article qui parlait d’encore une autre caractéristique qu’on attribue aux discrets Rose+Croix. C’est l’art de mentir sans mentir. Une capacité à ne rien révéler de confidentiel sans pour autant jamais mentir. Parce que mentir est immoral, mais que, d’un autre côté, certaines choses ne peuvent pas être dites à n’importe qui sous peine de trahir des serments ou de galvauder des valeurs précieuses. C’est donc bien à rattacher à une forme d’idéal Rose+Croix puisque c’est moral : ne rien divulguer tout en s’interdisant de mentir. Tout l’art consiste à formuler des réponses vagues, ou à double sens, ou tout simplement à laisser les curieux s’emmêler eux-mêmes les pinceaux dans une forme de logique inappropriée au degré de réalité qu’ils cherchent à comprendre. Parce que, justement, si un chercheur pose des questions au sujet de la Rose+Croix sans a voir atteint un niveau de compréhension adéquat pour percevoir pleinement la réalité Rose+Croix, lui donner des réponses transcendantes par rapport à ses convictions ne pourrait que causer des incompréhensions, des malentendus. Ça pourrait même le déstabiliser ou lui donner une vision complètement erronée de cette réalité qui ne lui est pas encore accessible.

Donc, j’imagine qu’en se comportant en accord avec l’idéal Rose+Croix – et c’est sûrement vrai aussi en alchimie – tout ne peut pas être dit n’importe comment à n’importe qui sous peine de faire plus de tort que de bien. Alors, pour un Rose+Croix, comment combiner les soucis moraux suivants :
- ne pas laisser un chercheur sans réponses à ses interrogations,
- ne pas mentir,
- ne pas révéler des matières délicates par crainte de nuire à des chercheurs non préparés ?
Grâce à l’art de « mentir sans mentir » ! Y parvenir demande certainement un grand talent et une bonne dose d’inspiration en pareille situation.

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Idéal Rose+Croix

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 02:02


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum