L’Etoile du matin

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’Etoile du matin

Message  Montaléchel le Dim 16 Nov 2008, 21:03

Je note que dans une intervention de boscanio postée sur le sujet <Rose Croix et Alchymie> il est brièvement question de l’étoile du matin :
La rose est une signature de voie, ce sont les adeptes de Vénus, de Vénus Lucifer plus connue sous le terme scolastique de l’ÉTOILE DU MATIN ou encore sous le terme d’émeraude des philosophes. Voilà la vraie filiation R C.
Réfléchissant à ce sujet, je me dis qu’effectivement il y a là un lien étroit entre la réussite du grand-oeuvre alchimique, dont l’étoile symbolise le point d’orgue, et l’accession au niveau de Rose-Croix. La voie rosicrucienne et la voie alchimique sont soeurs jumelles jusqu’au moment où elles fusionnent, c’est-à-dire lorsque l’artisan au fourneau voit fleurir la Rose et accède non pas à un grade ou à un titre honorifique mais à état d’harmonie avec la Nature au point de ne plus faire qu’un avec elle.

Cette histoire d’étoile m’intrigue pourtant, tant ce symbole est utilisé dans des sens divers, souvent semblables, mais pas toujours identiques. Bien sûr, elle renvoie allégoriquement à l’étoile des mages associée à la nativité de Jésus, et aussi au voyage vers Compostelle (le champ des étoiles => CAMPVS STELLÆ => compo stella => Compostelle), mais encore, elle n’est pas sans rapport avec les films et séries télévisées Stargate (La Porte des Etoiles), une version matérialiste et militariste de l’invitation à accéder librement à l’univers.

Concernant cette étoile du matin, il y a cet intéressant (mais pas évident) passage que j’extrait de la préface que Canseliet a faite en 1957 pour le bouquin de Fulcanelli Le Mystère des Cathédrales :
Studieux Un passage aura peut-être frappé, surpris ou déconcerté le lecteur attentif et déjà familiarisé avec les principales données du problème hermétique. C’est lorsque l’intime et sage correspondant s’exclame : "Ah ! L’on peut presque dire que celui qui a salué l’étoile du matin a perdu pour jamais l’usage de la vue et de la raison, car il est fasciné par cette fausse lumière et précipité dans l’abîme."

Cette phrase ne semble-t-elle pas en contradiction avec ce que nous affirmâmes, il y a plus de vingt années, dans une étude sur la Toison d’Or, à savoir que l’étoile est le grand signe de l’Œuvre ; qu’elle scelle la matière philosophale ; qu’elle apprend à l’alchimiste qu’il n’a pas trouvé la lumière des fous mais celle des sages ; qu’elle consacre la sagesse ; et qu’on la dénomme étoile du matin. Aura-t-on remarqué que nous précisions brièvement que l’astre hermétique est tout d’abord admiré dans le miroir de l’art ou mercure, avant d’être découvert au ciel chimique où il éclaire de manière infiniment plus discrète ?

Non moins soucieux du devoir de charité que de l’observance du secret, eussions-nous dû passer pour un fervent du paradoxe, nous aurions pu insister alors sur le merveilleux arcane et, dans ce but, recopier quelques lignes écrites en un très vieux carnet, après l’une de ces doctes causeries de Fulcanelli, lesquelles, agrémentées de café sucré et froid, faisaient nos délices profondes d’adolescent assidu et studieux, avide d’inappréciable savoir :
Notre étoile est seule et pourtant elle est double. Sachez distinguer son empreinte réelle de son image, et vous remarquerez qu’elle brille avec plus d’intensité dans la lumière du jour que dans les ténèbres de la nuit.
Déclaration qui corrobore et complète celle de Basile Valentin (Douze clefs) non moins catégorique et solennelle :
"Deux étoiles ont été accordées à l’homme par les Dieux pour le conduire à la grande Sagesse ; observe-les, ô homme ! Et suit avec constance leur clarté, puisque en elle se trouve la Sagesse."

Ne sont-ce pas ces deux étoiles que nous montre l’une des petites peintures alchimiques du couvent franciscain de Cimiez, accompagnées de la légende latine exprimant la vertu salvatrice inhérente au rayonnement nocturne et stellaire : "CVM LVCE SALVTEM" (avec la lumière, le salut).
En tout cas, pour peu qu’on possède quelque sens philosophique et qu’on prenne la peine de méditer ces précédentes paroles d’Adeptes incontestables, on aura la clef à l’aide de laquelle Cyliani ouvre la serrure du temple. Mais si l’on ne comprend pas, qu’on relise les Fulcanelli et n’aille point chercher ailleurs un enseignement que nul autre livre ne saurait donner avec autant de précision.

Il y a donc deux étoiles qui, nonobstant l’invraisemblance, n’en forment réellement qu’une. Celle qui brille sur la Vierge mystique – à la fois notre mère et la mère hermétique – annonce la conception et n’est que le reflet de l’autre qui précède l’avènement miraculeux du Fils. Car si la Vierge céleste est encore appelée STELLA MATVTINA (l’étoile du matin) ; s’il est loisible de contempler sur elle la splendeur d’une marque divine ; si la reconnaissance de cette source de grâces met la joie au coeur de l’artiste ; ce n’est pourtant qu’une simple image réfléchie par le miroir de la Sagesse. Malgré son importance et la place qu’elle occupe chez les auteurs, cette étoile visible, mais insaisissable, atteste la réalité de l’autre, de celle qui couronna l’Enfant divin à sa naissance. Le signe qui conduisit les Mages vers la caverne de Bethléem, nous apprend Saint Chrysostome, vint, avant de disparaître, se poser sur la tête du Sauveur et l’environner d’une gloire lumineuse.

Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Henri Schersch le Lun 17 Nov 2008, 10:11

Bonjour. L’étoile du matin aurait-elle aussi un rapport avec l’arcane majeur du tarot appelée CheminCroisé l’Etoile ?

Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Charly Alverda le Mar 18 Nov 2008, 11:46

Bonjour

La question de Henri Schersch doit être précisée, car il y a presque autant d'étoiles dans le Tarot que de Maîtres cartiers.

En premier lieu il faut noter que le "mercure" est décliné sous forme de "larmes" ou de bulles dans les cartes 16, 17, 18, 19, 20. Car il est le produit des influences de la Lune, du Soleil et des Etoiles.
Dans les premiers jeux, en "triomphe" (et non arcane) 17, une étoile se tient généralement au centre de quatre autres plus petites, c'est la quinte-essence des quatre éléments. Ensuite jusqu'à la fin de l'ère du Compagnonnage des cartiers, on représente sept étoiles entourant une plus grande le plus souvent DOUBLE ( donc valant 10, unité manifestée à un autre degré). Mais vers 1650, le Maître-cartier Vieville innove, il replace son Etoile au centre de quatre autres certes, mais il la fait devenir "flamboyante", la cathédrale à la rose flamboyante devant lui l'atteste. L'Etoile Flamboyante ( voir le texte éponyme du Baron Tschoudy ) est le symbole de "l'esprit universel" ou du feu de Nature que les yeux de chair ne peuvent percevoir mais qui est toujours en action.

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Calcédoine le Mar 18 Nov 2008, 21:57

Bonjour à tous !

Pour illustrer les propos de Charly Alverda, voici des reproductions de la lame "l'Etoile", afin de pouvoir comparer la version de Vieville

Vieville
à celle de Noblet (à gauche), et à une version un peu plus moderne dite "de Marseille" (Grimaud, à droite), vraisemblablement inspirée de Nicolas Conver, sans cependant le respect des couleurs :

. . . Noblet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Grimaud

Cependant, même si on considère que la version de Vieville serait "plus Rose+Croix" que les autres (voir sur notre forum le fil "Le tarot de Jacques Vieville est Rose+Croix"), en observant les deux lames du bas, ne devrait-on pas aussi chercher une éventuelle corrélation avec la constellation du Verse-eau ?

Calcédoine : Un fil est désormais dédié à La carte du tarot L'Etoile.


Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Bruce Hellaire le Mar 18 Nov 2008, 22:48

Bonsoir.
Il y a une autre étoile qui symbolise la phase presque finale du grand oeuvre. Elle se trouve sur la CheminCroisé Grand’Place de Bruxelles où est encryptée dans la pierre tout le processus alchimique. L’étoile est le nom de la maison sise juste à côté de l’hôtel de ville dont la gigantesque flèche représente la jonction avec le ciel survenant lors de la réussite finale. Cette maison, ornée d'une étoile à six pointes, est séparée de l’hôtel de ville par une petite rue – représentant une rupture, un passage à franchir, mais aussi une occasion de « se dévoyer » – précisément dénommée Rue de l’Etoile. Cette dernière ne mène pas vers une étoile, mais bien vers le Manneken’pis (fontaine de jouvence).

Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Joker de Carreau le Mer 19 Nov 2008, 05:33

De l’étoile à l’Étoile se fait tout un voyage :
Depuis l’appel brillant de l’étoile des mages
Jusqu’en fond de ballon voir l’étoile des sages.
Décrire ce parcours remplirait bien des pages...

Joker de Carreau

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 25/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Charly Alverda le Jeu 20 Nov 2008, 11:19

Mon cher Joker tant de talent ne peut rester occulté plus longtemps ! Je conseillerai vivement un accompagnement à la kora mandingue, ou une basse hermétique, ou un sax alchimique ... enfin le slam hermésien.

On peut écouter et voir l'Atalante de Michel Maïer

http://hdelboy.club.fr/fuga_1_4.html

Amicalement

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Joker de Carreau le Jeu 20 Nov 2008, 19:15

Mes posts sur internet sont-ils une forme d’art ?
Je répondrais que non, ne revendiquant rien.
La prose genre Jourdain sur un rythme à Mozart,
C’est plus proche du rap que du kora malien.

Je ne fais qu’exprimer dans un style aérien
Mes idées sur l’Or, la Pierre, ou le Tarot,
Quoique jouant aussi à formater mes mots
Selon les strictes lois des vieux alexandrins :

Six pieds par hémistiche, fois deux pour faire un ver,
Que je groupe par quatre en respectant les rimes.
Le style importe peu, car le fond je préfère :
Discours bien étayé vaut mieux qu’élans de frime !

Reconcentrons-nous donc sur cette histoire d’étoiles
Qu’on voit dans les tarots comme au coeur de Bruxelles :
Elles sont comme des signes postés sur la web-toile
Pour tous les internautes attirés par icelles.

Elles brillent tels des phares guidant les argonautes,
Leur indiquant qu’encore survit l’Art alchimique
Qui n’attend que leur choix d’avoir des idées hautes
Pour les conduire au terme par prière et pratique.

Joker de Carreau

Nombre de messages : 23
Date d'inscription : 25/09/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Bruce Hellaire le Ven 12 Nov 2010, 22:31

Bonsoir.

Je reviens rétrospectivement, avec quelques documents, sur cette Étoile enchâssée dans la pierre de la CheminCroisé Grand'Place de Bruxelles, et que j'ai déjà évoquée, CheminCroisé juste ici plus haut.

C'est Paul de Saint-Hilaire, l'auteur féru d'ésotérisme aujourd'hui décédé, qui avait jadis attiré mon attention sur cette bâtisse particulière lors d'une visite commentée axée sur le symbolisme alchimique de ce lieu, visite qu'il avait accepté de conduire pour un groupe restreint à une quinzaine de personnes. J'ai eu la chance de compter parmi ces rares privilégiés. C'était il y a une trentaine d'années.

Au n° 8 de la Grand'Place, la maison qui porte ce nom d'Étoile est la plus petite de toutes.





C'est aussi une des plus anciennes, puisqu'elle est déjà mentionnée dans des écrits du 13ème siècle. Au 14ème, elle était occupée par "l'Amman", c'est-à-dire l'officier de justice qui représentait le souverain et prononçait les sentences. Mais la maison actuelle n'est plus celle d'origine, car celle-là fut incendiée en 1695, comme tout le quartier, lors des bombardements ordonnés par le maréchal de Villeroy, sur instruction de Louis XIV.

Elle fut plus tard reconstruite, mais en pierre, cette fois. Symboliquement, il est intéressant de noter que le four alchimique qu'est la Grand'Place, par calcination, voie émerger la pierre à la jointure entre le XVIIème et le XVIIIème siècle.

L'Étoile, c'est un signe, évidemment. Tout comme le souligne la légende des rois-mages en route pour Bethléem, il y a lieu de se fier à l'Étoile pour trouver leur chemin vers le Divin. Le pèlerin vers Compostelle ou l'artisan alchimiste fait bien d'imiter cette démarche. L'Étoile est l'indication sans conteste de la réussite du Grand'Œuvre. Lorsque le pèlerin l'aperçoit, après avoir pérégriné de façade en façade autour le la Grand'Place, il sait qu'il arrive au terme de son périple. L'Étoile symbolise la "Fixation", le point final, en quelque sorte. Selon Pernety, cet astre indique également le principe de la Multiplication qui s'ensuit, et figure aussi la Pierre au rouge, l'Or enfin obtenu.

A ce sujet, constatons que l'Étoile figurant sur la Grand'Place de Bruxelles est régulièrement entretenue et redorée, afin que l'usure du temps ne la ternisse.

Étonnement, la maison de l'Étoile fut à nouveau détruite en 1852, sur ordre du bourgmestre Charles De Brouckère, dans le but d'élargir l'étroite "Rue de l'Étoile" qui la bordait afin d'y faire passer le tram. Mais ce projet ambitieux n'ayant jamais vu le jour, 45 ans plus tard, la maison "l'Étoile" fut rebâtie, à l'initiative du bourgmestre Charles Buls. Cependant, son rez-de chaussée fut remplacé par une galerie passante, les étages supérieurs reposant sur des pilliers, et la maison devint une annexe du bâtiment voisin, dénommé "Le Cygne", par l'intérieur duquel il faut désormais nécessairement passer pour accéder au plus haut de l'Étoile.
Cette modification n'est pas sans signification ésotérique, puisque "Le Cygne", représenté comme un "blanc volatile s'extrayant hors de vase", et qui, en effet, bat des ailes pour s'échapper d'un marais vaseux verdâtre, est désormais le passage obligé pour accéder à "L'Étoile". Symboliquement, fixer ce cygne blanc volatile est devenu l'étape indispensable pour parvenir à l'étape supérieure, l'Étoile, indication sans conteste de la réussite de l'Œuvre.
Malheureusement pour l'ésotérisme bruxellois, en hommage au "rebâtisseur", le nom de la Rue de l'Étoile a disparu; elle s'appelle actuellement Rue Charles Buls. Ainsi se perdent les uns après les autres les précieux indices qui guidaient jadis les chercheurs dans leur périple initiatique. Pourtant l'ancien nom présentait l'avantage d'attirer l'attention sur cette phase de l'ouvrage alchimique, parce qu'en cherchant la rue, on trouvait la maison, et, au sommet de la façade de celle-ci, culminant aux regards de tous ceux qui tournent volontiers leur regard vers les cieux, l'étoile à six branches, dorée, flamboyante.

Or, la Rue de l'Étoile avait son sens. Elle offrait un choix au pratiquant qui arrivait jusque là :

- soit orienter la suite de ses travaux en suivant les indications sculptées sur l'Hôtel de Ville, le Chef d'œuvre de la Grand'Place, dont la tour (volontairement décentrée !) est prolongée d'une flèche surmontée d'une gigantesque statue (5 mètres !), en cuivre, de Saint Michel terrassant le Démon;
Flèche de l'Hôtel de Ville >>
- soit d'emprunter la petite voie étroite (Rue de l'Étoile) qui s'insinue entre les bâtiments, caresser au passage le brave chien qui garde la dépouille de 't Serclaes

et progresser ensuite jusqu'à la Fontaine de Jouvence, procuratrice de l'éternelle jeunesse, représentée par un garçonnet enclos dans une coquille St-Jacques (stylisée, baroque), et bien connue des touristes, le Mannekenpis;

- soit, encore, recommencer un tour de la Grand'Place, et Multiplier à l'envi ses opérations alchimiques…

Calcédoine : un fil spécialement dédié à la Grand'Place de Bruxelles a été
ultérieurement développé ici :
CheminCroisé La Grand'Place de Bruxelles alchimique.

Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Sakapus le Lun 15 Nov 2010, 21:43

Très intéressant ton post Bruce Hellaire.

J'ai visité la Grand'Place récemment en touriste sans prêter attention à sa richesse alchimique.
Tant pis, ce sera pour une autre fois Sourire

L'Etoile du Matin est une acquisition à laquelle oeuvrent ou ont oeuvré bien des laborants.

Des étoiles, dans notre oeuvre, il y en a à tous les étages, au sens propre comme au figuré.

Notre matière première ou eau de feu est en effet nommée parfois "déjection de l'Etoile Polaire".
Le premier travail vise à la faire passer de l'invisible au visible par une solution du corps qui est à proprement parler, une fixation de l'Esprit.

Le plus difficile à mon sens pour ce qui concerne l'acquisition de notre Etoile du Matin, réside dans la gestion des feux interne et externe.

Sakapus

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 26/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Ludivine le Ven 26 Nov 2010, 13:21

Bonjour à tous,

Eugène Canseliet consacre tout un chapitre sur l'étoile dans son ouvrage "L'Alchimie expliquée sur ses Textes Classiques" : preuve de l'importance primordiale de ce symbole pour tous les étudiants opératifs de l'Art.

Extraits du chapitre intitulé : L'étoile polaire des Mages :

En alchimie opérative, il faut qu'on sache bien, et le disciple de science en particulier, que l'étoile n'est pas une fiction, ni uniquement un symbole. L'astre hermétique, et religieux ajoutons-nous, se manifeste aux cinq sens de l'artiste qui l'entend de manière auditive, le voit, le touche, le goûte et le sent même olfactivement. Dans la réalité, il est sa bonne étoile qui le conduira jusqu'à la caverne, dès le moment du choix et de la grande détermination. Car l'alchimiste est aussi le mage à l'intention de qui est suscité l'astre annonciateur du miracle éternel : "Donc comme Jésus était dans Béthléem de Juda, aux jours du Roi d'Hérode, voici que les Mages vinrent d'Orient à Jérusalem, disant : Où est le Roi des Juifs qui est né; en effet, nous avons vu son étoile en orient et nous sommes venus l'adorer.

L'étoile dans sa manifestation graphique, ou peinte à la manière d'un vitrail, tient, dans le Grand Œuvre, un rôle de tout premier plan. Celui-ci est si vrai et de telle importance, que la figure et la forme étoilées sont inséparables d'une grande partie des opérations physico-chimiques, en progression sur la voie unique et royale. Cela aussi bien à l'intérieur du fourneau et dans l'activité, qu'à l'extérieur, après le refroidissement des matériaux qui sont recueillis à l'issue de chacune des phases du travail. D'une part donc, dans l'éblouissante polychromie de la fusion féconde, d'autre part, dans la spécieuse inertie du rigide repos.
Amicalement,

Ludy.

Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Bruce Hellaire le Sam 04 Déc 2010, 21:55

Bonjour,

Il y aurait tant à dire au sujet de la symbolique discrètement incluse dans l'architecture de la Grand'Place de Bruxelles, mais, sur ce fil, vu son intitulé, limitons-nous à parler d'étoiles.

Nous l'avons vu ici plus haut, l'Etoile est un point focal dans l'œuvrage alchimique.

Notons cependant que l'Etoile du matin, astronomiquement, et populairement, n'est pas une étoile, mais une planète : c'est un surnom couramment attribué à Vénus. Vénus, qui n'est pas qu'une sphère rocheuse orbitant dans l'espace, mais aussi un corps astrologique paré de caractéristiques, et aussi une déesse éveillant à l'Amour. L'amour des étoiles…

Ah ! Les Etoiles… ! !

Ceux qui ont déjà pris plaisir à s'allonger dans un pré dégagé, par une chaude nuit d'été, loin des lumières des villes, pour regarder le ciel, au point de s'y plonger, de s'y noyer presque, comprendront aisément des expressions telles que "Amour des étoiles", "Les étoiles nous appellent"…

Et des étoiles, sur la Grand'Place de Bruxelles, il y en a plein. Bien plus que celle, particulière, dont j'ai déjà parlé.

Etant petit, lorsque mon père m'a enseigné les tout premiers éléments d'astronomie, il m'a parlé de l'étoile polaire, et donc du moyen de la repérer aisément, grâce à la constellation la plus facile à repérer dans notre hémisphère nord : la "Brouette" !

Brouette n'est pas le vrai nom de la constellation dont il me parlait, mais c'est – encore une fois – une appellation populaire du Chariot, ou Grande Ourse (Ursa Major), tout simplement parce que ce groupe d'étoiles ressemble à une caisse avec bras porteur :



Plus tard, j'ai évidemment appris que la constellation Ursa Mjor était plus vaste et incluait d'autres étoiles, mais Brouette était resté le mot populaire qui m'avait marqué. C'est donc avec surprise que j'ai retrouvé ma Brouette parmi les maisons de la Grand'Place.

Et bien d'autres constellations encore :






Constellation de la Balance

Constellation de la Colombe (Coulon, Pigeon)

Constellation du Cygne,
Constellation duPetit Renard



Constellation du Loup (Louve)


Constellation du Paon

Grande Ourse (Chariot, Brouette)

A cette série d'étoiles, nous pouvons encore ajouter la maison de la Demi-Lune, non reprise sur le plan, mais située Rue de la Colline, juste à côté du bâtiment dénommé Balance. Et au niveau de la Maison du Roi, bien que le bâtiment actuel ait été détruit et rebâti, on se souvient d'anciens éléments architecturaux évoquant, eux aussi, des constellations : Vierge Reine, Lion, Aigle, Lanterne à l'étoile (encore une étoile à 6 rayons)

Bien sûr, le fait que ces bâtiments évoquent des constellations stellaires n'empêche nullement qu'elles symbolisent AUSSI d'autres choses, telles que des étapes du processus alchimique, comme l'argumentait Paul de St-Hilaire. Il suffit, pour ne prendre qu'un seul exemple, de penser à la Brouette qui était un châssis de fer grâce auquel l'alchimiste entrait le vase dans le four, ou l'en retirait. J'espère trouver le temps de vous apporter un jour quelques éclaircissements à ce sujet.

Calcédoine : un fil spécialement dédié à la Grand'Place de Bruxelles a été
ultérieurement développé ici :
CheminCroisé La Grand'Place de Bruxelles alchimique.

Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Sakapus le Dim 05 Déc 2010, 12:19

Bonjour,

Il serait peut-être intéressant de regrouper les posts de Bruce Hellaire sous un nouveau sujet consacré à la Grand'Place.
C'est juste une suggestion Sourire
Cela éviterait aux personnes qui ne sont pas intéressées par le sujet sur l'Etoile du Matin de passer à côté ce cette "visite" de la Grand'Place.

Ces posts me font penser au Voyage Alchimique de Patrick Burensteinas.
Ce voyage commence justement sur la Grand'Place de Bruxelles (Brussel pour les intimes Sourire).
J'ai visionné le premier volet de ce voyage qui en compte 7.
Pour l'instant je trouve ça plutôt pas mal.
Je vous ferai un retour global lorsque je les aurai tous vus.

Sakapus

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 26/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Bruce Hellaire le Dim 05 Déc 2010, 14:16

Sakapus a écrit:Il serait peut-être intéressant de regrouper les posts de Bruce Hellaire sous un nouveau sujet consacré à la Grand'Place.
Ce n'est pas une mauvaise idée, ça, Sakapus ! Je vais en aviser Calcédoine.


Par ailleurs, il est normal que mes textes te fassent penser au Voyage Alchimique de P. Burensteinas, puisque ce dernier a hérité de documents de travail et notes personnelles de feu Paul de Saint-Hilaire, un érudit local que j'ai moi-même rencontré il y a de nombreuses années, et qui m'avait fait partager sa passion pour la Grand'Place de Bruxelles, où je me rendais très fréquemment, tant par plaisir que par obligation professionnelle. Il n'y a donc pas de hasard. Je pense que Patrick Burensteinas, comme moi, par des voies différentes, avons à coeur de préserver et propager le savoir buriné dans cet écrin de pierre.

Calcédoine : A votre demande, un fil dédié à ce sujet a été
initié ici :
CheminCroisé La Grand'Place de Bruxelles alchimique.

Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Leo Groen le Mer 16 Fév 2011, 19:16

L'étoile de la CheminCroisé Grand Place de Bruxelles comporte 6 branches et si je me trompe pas elle nous donne la voie à suivre et il se trouve que c'est justement celle de Fulcanelli et Canseliet.

Leo Groen

Nombre de messages : 12
Age : 51
Date d'inscription : 14/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Henri Schersch le Mer 16 Fév 2011, 20:13

En effet, Leo. Le livre "Alchimie", d'Eugène Canseliet, comporte un blason sur la couverture de la nouvelle réédition (Guy Trédaniel Editeur, 2010). Outre le heaume qui représente l'athanor, comme l'exprimait Charly Alverda dans CheminCroisé Le Globe Crucifère), et le globe qui représente l'Alchimie, on voit en effet trois étoiles à 6 pointes :



Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Nelly Foulcat le Mer 16 Fév 2011, 20:33

Leo Groen a en partie raison. Dans le début de l'ouvrage "Le Mystère des Cathédrales", au chapitre VI, Fulcanelli nous parle effectivement de l'étoile à six pointes, mais – nuance ! – il n'en parle pas comme d'une voie à suivre, mais plutôt comme d'un signe qui indique à l'artiste qu'il a suivi la bonne voie :
Certaines roses, emblématiques du composé, ont un sens particulier qui souligne davantage les propriétés de cette substance que le Créateur a signée de sa propre main. Ce sceau magique révèle à l’artiste qu’il a suivi le bon chemin, et que la mixtion philosophale a été préparée canoniquement. C’est une figure radiée, à six pointes (digamma), dite Etoile des Mages, qui rayonne à la surface du compost, c'est-à-dire au-dessus de la crèche où repose Jésus, l’Enfant-Roi.
Et c'est logique, puisque, sur la Grand Place de Bruxelles, l'Etoile semble bien être la "dernière" maison avant la traversée de la Rue de l'Etoile pour aboutir à l'Hôtel de Ville, le Chef d'œuvre, comme nous l'exposait Bruce Hellaire CheminCroisé plus avant dans ce présent fil.

Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Ludivine le Ven 18 Fév 2011, 19:01

Henri Schersch a écrit:Le livre "Alchimie", d'Eugène Canseliet, comporte un blason sur la couverture ... ... on voit en effet trois étoiles à 6 pointes
Oui Henri, mais il y a mieux !
A l'intérieur de ce même livre, l'illustration XXII nous montre ceci :


"Le Mercure du Monde ou la Magnésie"
Il s'agit d'une partie d'une calligraphie réalisée par Eugène Canseliet lui-même, inspirée de "L'Aurore" du docteur Henri de Linthaut, d'après le manuscrit n° 3020 conservé à la bibliothèque de l'Arsenal, à Paris. Cette étoile à 6 pointes illustre une page (tête de chapitre) intitulée :
D.O.M.A.
Méthode générale de la practique de
la Génération des sept métaux magiques
ou physicochimiques,
contenant le premier proffit de l'Art.

Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Leo Groen le Sam 19 Fév 2011, 00:01

Vous avez raison, Nelly Foulcat, quand vous dites "qu'il a suivi la bonne voie", ce qui se trouve confirmé par le cygne qui est le "signe" de réussite.
Sous la blancheur étincelante de son plumage se cache la noirceur de sa peau.
Les deux premières œuvres sont contenues dans ce "cygne" confirmé de terminer la troisième partie de l'œuvre par la dorure de ses pattes et son bec. Le cygne est dedié à Apollon qui est notre belle étoile flamboyante.

Leo Groen

Nombre de messages : 12
Age : 51
Date d'inscription : 14/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Nelly Foulcat le Lun 21 Fév 2011, 13:01

C'est dans "Les Demeures Philosophales", sous le titre "LE MERVEILLEUX GRIMOIRE DU CHÂTEAU DE DAMPIERRE", chapitre VI, que Fulcanelli nous parle encore de l'étoile, dans son commentaire sur le 6ème caisson de la 4ème série de bas-reliefs qui ornent le plafond de la galerie couverte du château de Dampierre-sur-Boutonne.


•LVZ•IN•TENEBRIS•LVCET•
Une grande étoile à six rayons resplendit sur les flots d’une mer mouvante. Au-dessus d’elle, la banderole porte gravée cette devise latine dont le premier mot se trouve écrit en espagnol :
. LVZ . IN . TENEBRIS . LVCET .
.La lumière brille dans les ténèbres. On s’étonnera sans doute que nous prenions pour des flots ce que d’autres pensent être des nuées. Mais, en étudiant la manière dont le sculpteur représente ailleurs l’eau et les nuages, on sera vite convaincu qu’il n’y a point, de notre part, erreur, méprise ou mauvaise foi. Par cette étoile marine, cependant, l’auteur de l’image ne prétend pas figurer l’astérie commune, vulgairement dite étoile de mer. Celle-ci ne possède que cinq bras rayonnants, tandis que la nôtre est pourvue de six branches distinctes. Nous devons donc voir ici l’indication d’une eau étoilée, laquelle n’est autre que notre mercure préparé, notre Vierge mère et son symbole, Stella Maris, mercure obtenu sous forme d’eau métallique blanche et brillante, que les philosophes dénomment encore astre (du grec signifiant, brillant, éclatant). Ainsi le travail de l’art rend manifeste et extérieur ce qui, auparavant, se trouvait diffus dans la masse ténébreuse, grossière et vile du sujet primitif. De l’obscur chaos, il fait jaillir la lumière après l’avoir rassemblée, et cette lumière brille désormais dans les ténèbres, de même qu’une étoile au ciel nocturne. Tous les chimistes ont connu et connaissent ce sujet, quoique fort peu savent en extraire la quintessence radiante, si fortement enfouie dans la terrestréité et l’opacité du corps. C’est pourquoi Philalèthe recommande à l’étudiant de ne point mépriser la signature astrale, révélatrice du mercure préparé. « Aies soin, lui dit-il, de régler ta route par l’étoile du nord, que notre aimant te fera paraître. Alors, le sage se réjouira ; le fou, néanmoins, tiendra cela pour peu de chose. Il n’apprendra pas la sagesse et regardera même, sans en comprendre la valeur, ce pôle central fait de lignes entrecroisées, marque merveilleuse du Tout-Puissant. »
.
Fortement intrigué par cette étoile, dont il ne parvenait pas à s’expliquer l’importance ni la signification, Hoefer s’adressa à la cabale hébraïque. « Iesod, écrit-il, signifie à la fois fondement et mercure, parce que le mercure est le fondement de l’art transmutatoire. La nature du mercure est indiquée par les noms yxia (Dieu vivant), dont les lettres produisent, par leur sommation, le nombre 49, que donnent également les lettres [cocaf], étoile. Mais quel sens faut-il attacher au mot [cocaf] ? Ecoutons la Kabbale : « Le caractère du véritable mercure consiste à se couvrir, par l’action de la chaleur, d’une pellicule approchant plus ou moins de la couleur de l’or ; et cela se peut faire « même dans l’espace d’une seule nuit. » Voilà le mystère qu’indique le mot [cocaf], étoile. » Cette exégèse ne nous satisfait pas. Une pellicule, de quelque couleur qu’elle puisse être, ne ressemble en rien aux radiations étoilées, et nos propres travaux nous sont garants d’une signature effective, laquelle présente tous les caractères géométriques et réguliers d’un astre parfaitement dessiné. Aussi, préférons-nous le langage, moins chimique mais plus vrai, des maîtres anciens, à cette description kabbalistique de l’oxyde rouge d’hydrargyre. « Il est de la nature de la lumière, dit l’auteur d’un ouvrage célèbre, de ne pouvoir paroître à nos yeux sans être revêtue de quelque corps, et il faut que ce corps soit propre aussi à recevoir la lumière ; là où est donc la lumière, là doit aussi être nécessairement le véhicule de cette lumière. Voilà le moyen le plus facile pour ne point errer. Cherche donc avec la lumière de ton esprit, la lumière qui est enveloppée de ténèbres, et aprens de là que le sujet le plus vil de tous selon les ignorans, est le plus noble selon les sages. » Dans un récit allégorique concernant la préparation du mercure, Trismosin est plus catégorique encore ; il affirme, comme nous, la réalité visuelle du sceau hermétique. « Sur le poinct du jour, dit notre auteur, on vid sortir par dessus la personne du roy une estoille tres-resplendissante, et la lumière du jour illumina les ténèbres. » Quant à la nature mercurielle du support de l’étoile (qui est le ciel des philosophes), Nicolas Valois nous la donne bien à entendre dans le passage suivant : « Les sages, dit-il, nomment leur mer l’Oeuvre entier, et dès que le corps est réduit en eau, de laquelle il fut premièrement composé, icelle est dite eau de mer, parce que c’est vrayement une mer, dans laquelle plusieurs sages nautoniers ont fait naufrage, n’ayant pas cet astre pour guide, qui ne manquera jamais à ceux qui l’ont une fois connu. C’est cette estoile qui conduisoit les Sages à l’enfantement du fils de Dieu, et cette mesme qui nous fait voir la naissance de jeune roy. » Enfin, dans son Catéchisme ou Instruction pour le grade d’Adepte, annexé à son ouvrage intitulé l’Etoile flamboyante, le baron Tschoudy nous informe que l’astre des philosophes se nommait ainsi chez les francs maçons. « La Nature, dit-il, n’est point visible, quoiqu’elle agisse visiblement, car ce n’est qu’un esprit volatil, qui fait son office dans les corps, et qui est animé par l’esprit universel, que nous connaissons, en Maçonnerie vulgaire, sous le respectable emblème de l’Etoile flamboyante. »
Calcédoine : Le sujet de l'étoile flamboyante est aussi.
abordé dans le fil CheminCroisé La carte du tarot L'Etoile.
Calcédoine : Le sujet de l'étoile est aussi abordé dans
le fil CheminCroisé Noël (section CheminCroisé Symbolisme) sous le nom
d'Etoile des Mages (ou Etoile de Bethléem), et aussi,
désormais , toujours dans CheminCroisé Symbolisme, sous
le titre CheminCroisé L'étoile.

Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Ludivine le Mar 22 Fév 2011, 11:52

Bonjour à tous !

Eugène Canseliet dans son ouvrage "Alchimie – Nouvelles études diverses de Symbolisme hermétique et de pratique philosophale" au chapitre "L'Etoile des Mages" nous apporte quelques précisions au sujet de l'étoile :

Dans l'iconographie alchimique, il convient de ne pas trop s'arrêter, quant à la première Etoile, sur le nombre de ses branches, pour lequel a souvent joué la fantaisie des imagiers, qu'ils fussent peintres ou sculpteurs. Seul le sceau de Salomon, composé de deux triangles équilatéraux qui se superposent en sens inverse, offre, invariablement, six branches, dans la figure de l'hexagramme. Mais c'est là le signe radiant du Grand Œuvre parvenu à son heureux dénouement.

…Voilà bien cette étoile du nord par laquelle il faut se conduire et dont l'artiste doit se montrer digne s'il veut en devenir possesseur, sur le Chemin de Saint-Jacques, jusqu'à Compostelle (compos, maître et stellae, de l'étoile). Semblablement, les peuples ne bénéficient du miracle que dans la mesure où ils le méritent, comme ils ne reçoivent de conducteur que celui-là qui convient à leur niveau.

L'étoile apparaît comme le signe certain, comme le scel d'agrément et d'impeccabilité, tant mentale que physique, pour la marche dure et incessante dans les sables du labyrinthe, pour la quête patiente et prédestinée de haute poésie. Celle-ci se montre de double nature, opérative et intellectuelle, qui, l'une et l'autre, relèvent également d'un apport supérieur, attiré de sa source à la fois inconnue et inaccessible.

Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Leo Groen le Dim 13 Mar 2011, 22:13

Bonjour Ludivine,
Quand Canseliet nous parle de l'étoile de Salomon, il nous confirme que cette étoile "offre, invariablement, six branches, dans la figure de l'hexagramme. Mais c'est là le signe radiant du Grand Œuvre parvenu à son heureux dénouement". Cette étoile, en fait, correspond à la matière prima utilisée au départ. Patrick Burensteinas, lui, nous parle d'une étoile à 5 branches dans la voie qu'il suit et qui est, d'après lui, celle de l'antimoine. Maintenant, 'faudrait voir à quelle voie correspond l'étoile à 6 branches.
Peut-être la stibine ou le mercure ou encore la galène...

Leo Groen

Nombre de messages : 12
Age : 51
Date d'inscription : 14/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Garfield le Dim 03 Avr 2011, 21:55

Bonjour. Je ne sais pas si le nombre de branches de l'étoile est important. P't-êt'e ben qu'oui, p't-êt'e ben qu'non. Traversant la Picardie, je viens de passer, un peu par hasard, par le village natal d'Eugène Canceliet, Savignies (Oise). Un arrêt s'imposait, alors, puisqu'il y avait des places de parking disponibles, pourquoi pas au centre de ce petit village ? CheminCroisé L'église était fermée, comme c'est désormais souvent le cas, à cause du risque de vol. Mais l'extérieur était visible, et... il y avait des étoiles à voir ! L'ancien porche latéral sud, le plus cossu, bien plus imposant que la discrète entrée ouest, comporte les traces de peinture d'un socle d'une statue disparue.

.

Je n'ai pas encore découvert si l'église était dédicacée à un saint quelconque, comme il est souvent d'usage, et dont la statue aurait pu se trouver là. Mais le @ site officiel de Savignies nous apprend que le blason est celui de la famille du marquis de Siry, également visible à l'intérieur de l'édifice. Donc, en se rendant à l'église, Eugène Canseliet devait chaque fois avoir sous les yeux des représentations d'étoiles à 5 branches. Si, ultérieurement, il a choisi de représenter une étoile à 6 branches, ce n'est pas par tradition remontant à l'enfance (ces dessins auraient dû influencer sa représentation d'une étoile) mais par choix délibéré.

Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Leo Groen le Mar 05 Avr 2011, 08:10

Il faudrait faire une recherche héraldique du blason, car le bleu et le bandeau noir et les trois étoiles dorées méritent quand même une recherche approfondie.

Leo Groen

Nombre de messages : 12
Age : 51
Date d'inscription : 14/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Henri Schersch le Mar 05 Avr 2011, 19:34

Bonjour.
La description du blason de la famille de Siry est "D'azur, à trois étoiles d'or bien ordonnées, au chef de sable."
Mais je ne vois pas trop quelles conclusions en tirer.


Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 46
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: L’Etoile du matin

Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 09:45


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum