Le carnaval

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le carnaval

Message  Bruce Hellaire le Mar 16 Fév 2010, 13:08

Quand arrive le carnaval, le printemps revient. A quand remonte le premier carnaval, quel en est l'origine ?

J'ai trouvé partiellement la réponse en surfant sur la toile et je vous en livre quelques passages :

Né en Europe, le Carnaval est propre aux peuples latins, germaniques et nordiques. Il s’installe avec d’autres fêtes chrétiennes au début du Moyen-Age.

A l'origine, le Carnaval n’était pas une fête, mais un rituel. La date de sa célébration, qui change d’année en année, dérive de l’antique tradition qui découpe le temps en tranches de 40 jours. Ainsi, la période qui va de l’Epiphanie au mercredi des Cendres unit étroitement le sacré au profane. Car si l’idée du Carême était, dans l’Eglise des premiers siècles, de se préparer à la fête de Pâques, le Carnaval permettait aux gens de vivre des réjouissances issues des anciennes fêtes d’hiver.

Le Carnaval est une survivance des Bacchanales, Lupercales, Saturnales romaines, des fêtes grecques en l’honneur de Dionysos, des fêtes d’Isis en Égypte ou des Sorts chez les Hébreux. Ces fêtes se rattachaient aux traditions religieuses de la plus haute Antiquité. Elles célébraient le commencement de l’an nouveau et le réveil de la nature. Pendant quelques jours, les esclaves devenaient les maîtres, les maîtres prenaient la place des esclaves, les servant à table par exemple : devenait permis ce qui était habituellement interdit.

Au Moyen-Age, l'Eglise christianisa le calendrier. On récupéra les fêtes païennes et on les rebaptisa. "Carne Levare Levamen", c'était, en février, la période où l'on mangeait pour la dernière fois de la cuisine grasse (jusqu'au Mardi Gras), avant d'entrer en quarantaine, la "quadragesima", le mot qui a donné "quaresimo" puis "carême", les quarante jours où l'on mangeait maigre jusqu'à Pâques.

L'origine étymologique du mot Carnaval est controversée et obscure. Quelques théories font remonter cette étymologie à "carrus navalis" (chariot naval) qui prenait part à la fête romaine d'Isis, déesse égyptienne adoptée par les romains et les grecs. D'autres hypothèses font référence au mot latin "carnelevare", composé de "carne" (viande) et de "levare" (laisser, lever), ce qui signifie s'abstenir de viande. Au XIIIe siècle, on connaissait déjà le mot italien "carnevalo" d'où provient le mot actuel Carnaval. Moins ambigu est le mot portugais "Entrudo" et le galicien "Entroido" venus du latin "introitu", qui signifie entrer dans le Carême et, par métonymie, le temps qui précède le Carême, c'est-à-dire, le Carnaval.

A Carnaval, rien ne se fait sans raison : rites et masques se chargent d’une signification dont les symboles sont très divers. Par exemple, les traditionnelles batailles de confettis ne sont que la survivance de l’antique usage de répandre des graines de céréales et de riz, rites de fécondité qui subsistent dans les cérémonies de mariage des pays latins.

De même, il existe également un bestiaire de Carnaval, où il faut distinguer les animaux réels, envisagés comme des personnifications, et les déguisements associés aux quêtes et aux mascarades.

La célébration du Carnaval est traditionnellement marquée par des bals masqués, des défilés de chars dans les rues et des cortèges costumés.

avatar
Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le carnaval

Message  Abbé+Pierre le Mar 16 Fév 2010, 19:11

Notez cependant l'astuce. On dit que le carême dure 40 jours. Mais si vous prenez un calendrier pour compter un à un les jours séparant le Mercredi des Cendres (non compris) jusqu'au dimanche de Pâques (non compris), vous arriverez à... 46 jours !
Choqué !
Scratch
Arnaque ? Escroquerie ?
Eh non Pas question
Il suffit de savoir que... les dimanches ne comptent pas !
Abstinence et privation en semaine, bombance le dimanche. Sarcastique
avatar
Abbé+Pierre

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le carnaval

Message  Laposse le Mar 16 Fév 2010, 22:55

A Venise, le car naval s'appelle vaporetto Clin d'oeil


Ah ! L'Abbé+plus+Pierre, je sens que tu me parodies avec tous tes smilies, et ton Carême-qui-n'en-est-pas-vraiment-un ! 666
C'est Carême en taquin !

Si le mercredi d'avant ne compte pas, et que le jour de Pâques ne compte pas non plus; si on fait carnaval avant, et carnaval au milieu (Laetare), et qu'on fait aussi bombance le dimanche "pour se rattraper", ce Carême devient une période faste, enviable...
Bière
A la limite, nocive pour le foie ! Malade

Non, sérieusement : le Carême à temps partiel n'est pas une escroquerie. C'est un peu la même démarche que le Ramadan qui exige jeûne et abstinence entre le lever et le coucher du soleil, mais laisse toute liberté dès qu'il fait noir. Il s'agit de temps de préparation par la purification. L'important est d'entretenir un état particulier de réceptivité sur une durée appréciable. Jeûne et abstinence contraignent naturellement l'esprit à une attention permanente à la préparation à laquelle on s'adonne, mais il ne s'agit pas de s'affaiblir au point de tomber malade. Ce serait passer à côté de l'objectif. Il faut fréquemment "faire la pause". L'important, ce n'est pas respecter "la lettre" du rituel (bien que cela ne soit en principe pas réellement pénible); l'important, c'est de s'accorder un temps de spiritualité suffisamment long pour qu'une purification mentale et corporelle puisse produire un effet durable.
Zen

Du râble de lièvre tant apprécié des ecclésiastiques le dimanche, évidemment. Tire-langue (2)
Je sors
avatar
Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 48
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le carnaval

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum