Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Logos le Lun 22 Mar 2010, 04:33



Utopiens et baiseculs, couillons caustrals et cabaliques, dipsodes et nouveaux mariés, chiquanous, mésomorphistes et bringuenarilles, avaleurs de moulins à vent, nominalistes et éthologistes, andouilles et papefigues, uranopétes et papimanes, logopédes, protonotaires apostoliques et capelins, décrétales et engastrimythes, gastrolâtres et ventripotents, siticines et papegaults, roussins, darwinistes, grippeminauds et autres chats fourrés, nosologistes et prévisionnistes, pontifes et envieux, naturopathes et notables, abstracteurs de Quinte Essence et lanternes, péres paternes et fréres fredons, xénophiles et pantophles, mendésistes et orléanistes, ichtyophages et corybantiers, dialecticiens et libidinophiles, sadomasochistes et mégalotechnopolistes, aïeux septentrionaux et ventretripiers, vaudouïstes et connexionnistes, cousins par la braguette et vestales, hydrographes et catadupes, neurophysiologues et carriéristes, otorhinolaryngologistes et désencraudeurs, oedipodicques et hypenemiens, hédonistes et criminologues, sanctimoniales, druidesses, amygdalites, ondinistes et martinistes, pavloviens et patriciens, parastatiques, et coquecigrues, polyquétologues et sociopsychanalystes, galants, sociolinguistes et cafards, cagots, matagots, putherbes, papelards, fréres gourmandiaux, neuropsychophysiologues, cannibales et gymnastes, tailleboudins et raclandouilles, couillards et racle-navets, sociographes et malthusiens, conformistes et chiliastiques, benêts, vinetteux, cochonniers, gualimafrés, raidelardons, autolardons, douxlardons, mâchelardons, attrapelardons, remplilardons, aiguillelardons, mouchelardons, beaux lardons, neuflardons, aigrelardons, billelardons, guignelardons, péselardons, vesselardons, mirelardons, lardonnets, protorecteurs et grattelardons, joli-vits, et balafrés, pédagogues et présomptueux, projectionnistes et psychologues sociaux, souffle-boyaux et frippeurs lippés, ethnométhodologues, sacabribes et braguibus, gros salauds et gringalets, mythomanes et mythologues, gabaonites, scatophages et bubarins, paillards et paillardes, humevesnes et baiseculs...

vous tous ici présents...BONSOIR.
et excusez-moi, je vous en prie, si j'en ai oublié...
vous êtes venus céans nous rejoindre et êtes là rassemblés puisque comme nous l'enseignait jadis messire François Rabelais "toutes choses se meuvent à leur fins".
Souvenez vous de la quête entreprise par les compagnons de Pantagruel, dans le double but de savoir si Panurge se marierait et s'il ne serait point cocu.
Celle-ci était toute entiére adonnée à la recherche des mots, à la Quête du langage. C'est notre dessein, ici, ce soir que de tenter, à plusieurs voix, pareille aventure, de lever le tabou qui pése sur le langage. Nous allons donc nous adonner sans vergogne au plaisir des mots, entrer dans l'ordre du discours et célébrer, comme il se doit, sans crainte ni retenue, ce hérault du langage que fut notre maître à tous François Rabelais.
Cette aventure à laquelle nous vous convions n'aura sans doute pas l'ambition ni l'effet de celle qui entraîna jadis Pantagruel à couvrir de sa langue toute une armée ce qui permit à Rabelais de découvrir un monde nouveau, le plus beau lieu du monde et à s'apercevoir que la moitié du monde ne sait pas comme l'autre vit.
Nous n'entrerons sans doute pas non plus dans une lutte pareille à celle qui se termine, dans le Pantagruel, au grand dam des bovittes, cagots, escargotz, hypocrites, caffars, frappars botineurs et aultres sectes de gens qui sont déguisées comme masques pour tromper le monde. Il y aurait sans doute fort à faire.
Non, notre propos est plus modeste, et sauf à "faire du néant choses grandes ou à risquer de faire au néant retourner grandes choses", notre ambition sera plus mesurée.
Nous entendons, pour célébrer messer François Rabelais, l'évoquer simplement à plusieurs voix, convoquant ici les diverses disciplines qui sont les nôtres, et ponctuant notre débat de la musique, celle de son époque, celle de ses mots eux mêmes, répandus en pantagruéliques propos, de sa langue jamais égalée, ou encore, en manière de clin d'oeil, par la voix d'un poëte d'aujourd'hui.
Avec nous, pour nous faire mutuellement présent de sa langue, de ses écrits, de tout ce qui le rend immortel et le fait encore vivre parmi nous, non point cocigrues et ballivarneurs en pastés, ni happelourdes ni brinborions, encore moins brededins brededas ou autres tritrepolus, mais gens de bonnes compagnies, sans l'exclusion des gentes dames, dont la nature pourtant si pêcheresse ne laisse, encore et toujours, de nous troubler.
Et, pour ce que "nos docteurs nous disent que la première femme du monde que les Hébreux nommérent Eve aurait eu peu de chances d'être saisie de la tentation de manger du fruit de tout savoir si cela ne lui avait été défendu",et parce que les femmes "appétent ordinairement choses défendues", nous n'avons pas hésité une seule seconde à convoquer parmi nous celles qui nous permettront de pénétrer les secrets du langage les plus inaccessibles, aussi n'entendrons-nous pas, ce soir, hypocritesses ni chattemitesses lesquelles, de même que la Quinte Essence guérissait les maladies par les chansons, font profession d'un verbe terriblement efficace, car pour ce que langue est la pire des choses.
Mais venons en au sujet.

Aprés qu'en haute mer, Pantagruel ait entendu ouïr quantité de gens parlant en l'air jusqu'à entendre mots entiers, provenant de voix diverses d'hommes de femmes d'enfants de chevaux et tant divers, alors que ses compagnons s'en vont apeurés, pressés par Panurge qui les presse d'échapper aux paroles dégelées, Pantagruel les rassemble et leur tient ce discours: "j'ai lu qu'un philosophe nommé Petron pensait qu'il y avait plusieurs mondes se touchant les uns les autres en figure triangulaire équilatérale, en la pâte et centre desquels disait être la manoir de Vérité et le habiter de paroles les idées les plus exemplaires et portraits de toutes choses passées et futures; autour d'icelles être le siécle.
Me souvient qu'Aristoteles disait la doctrine de Platon "parolles être semblables lesquelles en quelque contrée au temps du fort hyver, lorsqu'elles sont proférées, gélent et glacent à la froideur de l'air et ne sont ouies."
Les compagnons de Pantagruel font alors provision de paroles gelées que l'on jette à pleines mains dans l'embarcation: mots de gueules, mots de sinople, mots de sable, mots dorés. On y vit aussi des paroles bien piquantes, des paroles sanglantes, des paroles horrifiques et autres mal plaisantes, mots barbares etc...
Cette moisson n'est pas satisfaisante pour Pantagruel au regard du but de la Quéte: avoir le mot de la Dive Bouteille.
Après bien des aventures, nos compagnons y arriveront et l'on se souvient que celle-ci, qui repose au milieu d'une fontaine, ne leur dit qu'un seul mot: trinch soit Bois.
Car il s'agit bien de boire et non pas d'accueillir les paroles des philosophes prescheurs et docteurs qui vous paissent des belles paroles par les oreilles alors qu'ici, dit Bacbuc, le pontife gardien de la Dive Bouteille: "nous incorporons réellement nos perceptions par la bouche".
On ne dit pas "lisez ce chapitre, voyez cette glose, mais voyez, tastez ce chapitre, avalez cette belle glose".
Rabelais fait ici référence à un chapitre d'Ezechiel où l'on voit le Seigneur lui faire manger un livre. On peut donc être clerc (savant), conclut-il, jusqu'au foie.
Le mot buvez est un oracle qui s'adresse à toutes les nations; de fait, comme rire, boire est le propre de l'homme, boire est ce qui emplit l'âme de tout savoir et de toute philosophie. "En vin, vérité est cachée".
Alors Bacbuc confie trois bouteilles de l'eau fantastique aux compagnons de Pantagruel et leur dit: "allez, amis, en protection de cette sphére intellectuelle de laquelle en tous lieux est le centre et n'a en lieu aucune circonférence que nous appellons Dieu et, vesnus en votre monde, portez témoignage que sous terre sont les grands trésors et choses admirables... de ces trois bouteilles que je vous livre, vous prendrez connaissance. par la raréfaction de l'eau qui y est contenue, interviendra la chaleur des corps, la transmutation des éléments, un air trés salubre sera engendré: vent clair, air flottant et ondoyant".
Aprés avoir pris congé de Bacbuc, les compagons de Panurge s'en iront mener à bien leur chasse à la sagesse, muni d'un viatique: guide de Dieu et Compagnie d'Homme.
On se souvient ainsi que c'est l'apprentissage des maîtres mots qui marque, pour le jeune Mowgli, dans le Livre de la Jungle de Ruydart Kipling, l'accés à la maîtrise des secrets de la Nature.
Les mots sont porteurs d'un secret, et comme l'écrit Jacques Attali dans son roman La Vie Eternelle: "Ce secret, s'il existe, reste trés bien gardé et il n'est jamais transmis qu'aux sages parmi les sages, maître des mots et de la vie".
Etrange et fascinant pouvoir des mots!
"Les mots sont vivants. Pour qu'ils durent, il ne faut pas les négliger, mais les prendre au sérieux, les bien choisir, les cajoler, les entourer d'autres mots. Aucun mot n'est sans importance, ils tuent, ils mentent. Ils meurent, si on les oublie. Il faut les protéger, les respecter pour qu'ils vivent et qu'ils transmettent la parole qu'ils portent. Toute la parole. Là est la seule vie éternelle".
Dans son Essai sur la Mentalité primitive, Lucien Levy-Bruhl avait constaté, chez les primitifs, le fait que "les mots sont un moyen d'agir sur les dieux, sur la nature, tout comme les cris et la Musique... Ce que les mots signifient est déjà réalisé du seul fait qu'on les prononce, en supposant bien entendu, la force magique nécessaire chez la personne qui parle...".
Chez les Druides, nous apprend Christian Guyonwarc'h, il y avait trois sortes de glam dicinn, incantations ou cris, malédictions impromptues et extrémes concernant injure, honte ou faute qui fondaient leur efficacité, tant la puissance de la parole du druide était immense, sur la magie du verbe tout en étant munies d'un appareil rituel aussi chimérique que considérable.
Jacques Attali explique que les hommes ont établi leur civilisation sur le fait que l'esprit pouvait dominer la matiére. Pour eux c'était une façon de survivre. En réalité, ils n'en ont jamais rien fait. Chaque fois qu'une idée a surgi, ils l'ont pervertie, transformée en objet. Ils ont devenus eux-mêmes producteurs et consommateurs d'objets, cannibales ensevelis sous des déluges de mots. A l'inverse les mots qui font la vie, ceux qui vivent, ont affaire aux mythes, sont ambigus, durent beaucoup plus longtemps que les faits. Seuls les romans et la poësie ont droit à la vie étenelle. Faits de mots, ils sont capables d'échapper à l'érosion de la mémoire. Ces mots sont les gardiens, faits de l'argile des lettres, avec laquelle se forment les mythes seuls promis à l'éternité. Les lettres, les mots, les langages, sont les plus vivantes de toutes les créations de l'homme, "c'est en combinant les lettres que donne vie aux choses la vie des mots".
La parole permet communication et savoir. La sagesse est d'abord une maîtrise des mots, disait jean-Charles Payen, il faut élucider les concepts avant de construire des systémes, science qui n'a rien à voir avec l'art de l'euphémisme. Il aimait à citer Jean de Meung qui laissait aux femmes le refus du mot propre et le goût de la périphrase, lorsqu'elles choisissent les détours au lieu de désigner les choses par leur nom, il exposait que la culture confére la maîtrise du langage, mais que cette maîtrise n'est pas d'ordre rhétorique. De l'art du logos tel qu'Aristote en donne les lois, Jean de Meung ne retenait ni l'invention, ni la disposition, ni l'élocution, il ne cherchait pas à mettre en ordre ses arguments ni à orner son écriture, il croyait à une poëtique de l'allégorie, à une façon de s'exprimer permettant une lecture plurielle.
On retrouve là l'ambivalence des mots, d'une part, ils permettent la maîtrise des savoirs, de l'autre, ils sont porteurs, messagers du mythe, ce qui constitue leur pouvoir et leur danger.
On trouve là la même opposition qui apparaissait chez Rabelais entre les paroles gelées, dont la moisson est fort insatisfaisante car profanes et la parole de l'oracle qu'on doit s'incorporer par un mouvement qui passe par l'intérieur de l'être.
Pour le philosophe Michel Foucault, le rapport que nous entretenons au discours est finalement peu différent même s'il est de l'ordre du désir de "ne pas entrer dans l'ordre hasardeux du discours, de faire en sorte qu'il soit autour de soi comme une transparence calme et profonde".
Pour lui, c'est l'institution qui rend les commencements solennels, les entoure d'un cercle d'attention et de silence, leur impose des formes ritualisées. De fait, le discours est dans l'ordre des lois et désir et Institution sont deux répliques à une inquiétude qui porte sur ce qu'est le discours. Car le discours est un danger, il est potentiellemnt subversion.
Aussi, dans toute société, la production du discours est contrôlée par des procédures qui ont pour rôle d'en conjurer les pouvoirs et les dangers.
Cette exclusion porte sur l'interdit, on n'a pas le droit de tout dire, on ne peut pas parler en toutes circonstances ni de n'importe quoi et notamment pas de sexualité, de raison et de folie.

Nous voyons bien que Rabelais n'a jamais fait que celà.

George Bertin, conférence à l'Université Catholique de l 'Ouest. Novembre 1995, en ouverture à la soirée Rabelais...
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Abbé+Pierre le Lun 22 Mar 2010, 09:37

Tu nous proposes là un texte riche, Logos; amusant et sérieux à la fois, profond aussi. Seulement, je ne saisis pas le message que tu cherches à faire passer en le postant ici.

L'accent est mis sur la vitalité des mots. Leur vie propre. Comme s'il s'agissait d'entités indépendantes, dont les syllabes seraient les parties, et les lettres les organes. Les mots seraient par eux-mêmes porteurs de messages, indépendamment du sens que voudraient leur donner ceux qui les prononcent. Comme l'enseignent les pratiquants de la Kabbale juive, les lettres sont des émanations du divin et représentent chacune un concept fondamental, elles sont comme la description des "briques" qui sous-tendent l'univers crée. Les mots actuels sont les héritiers de leurs parents des temps anciens, peut-être de plus lointains parents qu'au temps de Rabelais, mais des parents tout de même. Ceci fonde l'intérêt pour la numérologie lettrique et la langue des oiseaux.
LangueDesOiseaux1

Utiliser le langage comme outil dans la quête de la sagesse est une bonne idée. Mais était-ce là le souhait de Rabelais ? Il me semble que Rabelais, probable maître à penser du capitaine Haddock, cherchait plutôt à choquer pour faire réagir, pour secouer les carcans, pour faire exploser les cadres restrictifs d'une société bien-pensante qui se refusait à appeler un chat un chat. Un peu comme aujourd'hui on ne peut plus dire aveugle, mais non-voyant, il existe une tendance à l'autocensure lorsqu'il s'agit d'évoquer des choses bien naturelles qu'une étrange pudibonderie dévoyée a décrétées mal seyantes, "notamment pas de sexualité, de raison et de folie, comme tu cites, et j'y ajouterais encore la mort. Commencer à interdire les mots, c'est commencer à interdire la vie.

Question
Cependant, lorsque je me demande, Logos, quel message tu cherches à faire passer en postant ce texte, c'est pour savoir si tu cherches à louer les mots d'antan, à promouvoir leur longévité en prônant leur emploi persistant, ou bien à les réserver à un emploi précisément adéquat, restreignant ainsi leur mésusage et les dérives qui pourraient en découler. Mais en limitant leur mésusage, n'est-ce pas aussi brider la propension naturelle d'une langue à évoluer ? A moins que tu cherches à glisser ici une critique implicite de l'usage immodéré du discours creux qui, telle la langue de bois des politiciens, permet l'étalage de culture et d'intellect, mais masque mal l'absence de réalité concrète que ledit discours est censé recouvrir. Ce en quoi je te suivrais entièrement, car s'il est bien un aspect rabelaisien qui importe, c'est ce côté "rentre-dedans", cette pulsion à prendre le réel à bras le corps, à s'impliquer à fond dans la démarche, à être vrai, sincère, et actif, quitte à tenir des propos crus et choquer les béni-oui-oui dont la retenue interdit l'expres​sion(la vie) de toute une série d'aspects de la Création. En quelque sorte, se référer à Rabelais, c'est opposer l'action au discours, opposer la pratique à la spéculation, opposer l'implication à la retenue prudente. Bref : encourager le lâcher-prise comme remède à la constipation cérébrale.
Question
avatar
Abbé+Pierre

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Logos le Lun 22 Mar 2010, 09:58

Salut Abbé+Pierre

Ma démarche n'a pas été aussi réfléchie !
Ayant apprécié la balade, j'ai voulu partager.
Comme toi je suis particulièrement réceptif au caractère copieux et exubérant de ces mots... comme une quête d'intensité, de lumière... qui nécessite un lâcher-prise certain, un savoir-rire

Maintenant, le titre étant "hommage à Rabelais", si de doctes personnes souhaitent y mettre leur grain de sel qu'elles ne se gênent pas !

Un peu de musique pour accompagner : Guru man
(3ème piste en particulier)
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Nelly Foulcat le Mer 24 Mar 2010, 14:52

Bonjour à tous. En parcourant l'ouvrage de Fulcanelli "Les Demeures Philosophales", partie "Les Gardes du corps de François II, duc de Bretagne", mon attention a été attirée par le descriptif en bas de page concernant Pantagruel :
L’ouvrage capital de Rabelais, intitulé Pantagruel, est entièrement consacré à l’exposition burlesque et cabalistique des secrets alchimiques, dont le pantagruélisme embrasse l’ensemble et constitue la doctrine scientifique. Pantagruel est formé d’un assemblage de trois mots grecs : panta, mis pour pan th, complètement, de manière absolue ; guh, chemin ; elh, la lumière solaire. Le héros gigantesque de Rabelais exprime donc la connaissance parfaite du chemin solaire, c’est-à-dire de la voie universelle.
avatar
Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Chèvre le Mer 27 Oct 2010, 11:50

Salut Logos, Nelly, l'Abbé

A propos d'Alchimie et de Pantagruel, on se rappelle que le titre initial du Gargantua, Deuxième livre de François Rabelais, est :


LA VIE TRES HORRIFICQUE
DU GRAND GARGANTUA
PERE DE PANTAGRUEL

Jadis composée par M. Alcofribas, Abstracteur de Quinte Essence.

Livre plein de Pantagruelisme


L'abstracteur de Quinte Essence (qui plus est, nous sommes en I534) n'est-il pas l'alchimiste?

'Panta' est proche de 'penta' : 5 ; quand à Gruel, gruau (farine), c'est une substance poudreuse extrêmement fine, quasiment une poussière. Le titre annonce Livre plein de Pantagruelisme.
avatar
Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Logos le Mer 27 Oct 2010, 12:49

Hello

Rabelais était hermétiste oui.
C'est marrant je viens d'acheter ses oeuvres hier !

AUX LECTEURS

Amis lecteurs, qui ce livre lisez,
Despouillez-vous de toute affection
Et, le lisant, ne vous scandalisez :
Il ne contient mal ne infection
Vray est qu'icy peu de perfection
Vous apprendrez, sinon en cas de rire ;
Aultre argument ne peut mon cueur élire,
Voyant le deuil qui vous consomme.
Mieux est de ris que de larmes escripre
Pour ce que rire est le propre de l'homme.
avatar
Logos

Nombre de messages : 551
Date d'inscription : 23/12/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Chèvre le Ven 05 Nov 2010, 17:57

Ben tiens, puisque t'as les oeuvres complètes ! le frontispice de l'édition originale (I532) de Gargantua :



... m'rappelle vaguement quèqu'chose... Pirate
avatar
Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Bertrand le Ven 05 Nov 2010, 19:53

Bonsoir,

la vignette en question fût aussi repérée également en son temps par JM Lhôte - c'est à dire en 1971 dans "Le Tarot, discours en forme de catalogue etc...", qui s'ouvre et se ferme sur la figure du Mat - mais il précisait aussi que cette illustration accompagnait "les grandes et inestimables chroniques du géant Gargantua" de 1532, et non pas la vie très horrificque, celui de Rabelais (de 1534 ou 1535 ?). Ce qui n'enlève rien à l'intérêt de ladite gravure, en soi et dans son rapport à l'atout fou de nos Tarots.

Je ne résiste pas au plaisir de citer quelques lignes des savoureuses pages de Lhôte qui suivent cette précision, « quelques points de repère susceptibles de propulser la pensée dans les sphères » toujours sur Gargantua et sa proximité au Mat :
Gargantua aime les pierres. C'est un « dévorant ». Il les avale parfois pour s'en nourrir mais plus souvent pour les transporter plus commodément ; ou bien certaines se glissent dans son soulier, ou il en garde dans ses poches pour les jeter aux chiens qui le poursuivent.(...) Dans le Tarot dit « de Charles VI » exécuté, lui, au début du XVe siècle en Italie, Le Fou est figuré par un vrai géant ; les petits hommes qui ramassent des pierres à ses pieds donnent l'échelle.
(les tarotophiles avertis auront relevé que le Tarot dit de Charles VI est en fait - comme on le pense généralement aujourd'hui - un peu plus tardif).
Enfin on le sait Gargantua, quand il n'allait pas « quand l'air estoit pluvieux (...) voir comment on tiroit les metaulx,(...) ou alloient veoir les (...) Alchymistes(...), ou les (...) Imprimeurs », jouait (par temps sec incidemment) à trente-cinq jeux de cartes, dont bien sûr le « tarau » en vingt-neuvième position (dans l'édition de 1542).

(pour toute allergie éventuelle aux précisions bibliographiques, chronologiques et citations qui camouflent la vacuité de mes messages, merci par avance de me communiquer votre ire en privée de préférence)

Bertrand
avatar
Bertrand

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Bertrand le Ven 05 Nov 2010, 20:03

... pour en remettre une couche sur cette vignette, on notera aussi - si on veut bien - son baton vaguement caducéoïde et sa manche gauche ichthyoïde, on en a vu d'autre semblablement écailleuse dans certain Tarot - en louchant, un peu.

Bertrand
avatar
Bertrand

Nombre de messages : 78
Date d'inscription : 25/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Le Marcheur le Ven 05 Nov 2010, 20:34

Chèvre a écrit:... m'rappelle vaguement quèqu'chose... Pirate
Et à moi, donc ! Très heureux



avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Chèvre le Lun 15 Nov 2010, 21:42

Salut Marcheur Clin d'oeil

M'est avis que si tu voulais bien avancer un peu la jambe avant et reculer la canne, on aurait ainsi un joli X, et la parenté au Mat et à Gargentua serait parfaite...

Comme dit la chanson de marche:
"Allongeons la jambe, la jambe
Car la route est lon-ongue...
"

Bertrand, merci pour les précisions historico/bibliographiques, et en particulier pour la citation de J.-M. Lhôte. Commentateur plus qu'inspiré, mais bien largement oublié... Dommage ! Rien que les titres de ses essais (c'est dire!) montrent l'ampleur, la richesse de l'approche de ses vues, ou même 'visions'. La vision 'prophétique', et l'érudition en plus... Bref, la grande classe.

J'épluche 'Gargantua' (celui de Rabelais... Car il est bien vrai que Rabelais, dès le titre, nous annonce qu'il va narrer la "vie très horrificque" de son personnage... Pardon ? Vous avez dit: Aurifique ? ) pour revenir bientôt avec une ou deux cacahuètes (à défaut de pépite).
avatar
Chèvre

Nombre de messages : 350
Date d'inscription : 06/06/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Nelly Foulcat le Mar 16 Nov 2010, 16:21

Bonjour Chèvre,
Chèvre a écrit:… on aurait ainsi un joli X, et la parenté au Mat et à Gargentua serait parfaite...
Ce symbole me fait penser à CheminCroisé la croix de Saint André. Dans "Les Demeures Philosophales", partie "Louis d'Estissac" - chapitre II, j'ai retrouvé le passage où Fulcanelli décrit cette croix :

La croix de saint André est le grand symbole de la lumière manifestée, que l’on indique par la lettre grecque x (khi), initiale de mots, Cone, Crusos et Cronos, le creuset, l’or et le temps, triple inconnue du Grand Oeuvre. La croix de Saint- André, qui a la forme de notre X français, est l’hiéroglyphe, réduit à sa plus simple expression, des radiations lumineuses et divergentes émanées d’un foyer unique. Elle apparaît donc comme le graphique de l’étincelle. On en peut multiplier le rayonnement, il est impossible de le simplifier davantage. Ces lignes entrecroisées donnent le schéma du scintillement des étoiles, de la dispersion rayonnante de tout ce qui brille, éclaire, irradie. Aussi en a-t-on fait le sceau, la marque de l’illumination et, par extension, de la révélation spirituelle.
avatar
Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Utopiens et baiseculs... Hommage à Rabelais

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum