La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Montaléchel le Sam 04 Juil 2009, 21:56

C'est dans le mensuel Sciences&Avenir de mai 2009 que j'ai trouvé ce petit texte parlant du récent ouvrage de Bertrand Méheust, présenté ici comme philosophe, mais qui, en son temps, a surtout connu la célébrité au sein du petit monde de l'ufologie. Je suppose que Le Marcheur doit savoir de qui il s'agit.
Avec un "pessimisme méthodique", le philosophe Bertrand Méheust démontre que les démocraties modernes n'ont pas le ressort nécessaire pour prévenir et affronter la catastrophe écologique du réchauffement climatique. L'écologie libérale, la croissance verte ne sont que des discours, masquant selon lui l'incompatibilité entre la société globalisée dirigée par le marché et la préservation de la biosphère. Il invoque le "concept de saturation" du théoricien de la technique Gilbert Simondon : un univers mental technique ou politique ne renonce jamais à lui-même, si des forces extérieures ne l'y contraignent pas. Le pillage de la Terre continuera, les tensions seront de plus en plus fortes. Pour les masquer, nos gouvernants pratiquent la politique de l'oxymore – en grec "folie aiguë". Forgé pour paralyser les oppositions potentielles, un oxymore fait fusionner deux réalités contradictoires : "développement durable", "agriculture raisonnée", "flexisécurité", etc. Que faire alors ? Ne plus être dupe. Un chantier titanesque attend les générations futures qui devront réparer la biosphère. Mais d'abord, il faut décontaminer les esprits. R.M.
Ed. La découverte, Les Empêcheurs de penser en rond, 2009, 161 p.
Sans verser dans un pessimisme catastrophique, ce livre montre la difficulté à sortir de l'impasse actuelle, sinon par une contrainte coercitive imposant un radical changement de politique. Mais indirectement, il montre aussi par quels mécanismes s'installe la nouvelle religion globale, planétaire, qui utilise la CheminCroisé thématique écologique pour culpabiliser les populations, leur instiller la peur du lendemain, et les contraindre à des dépenses supplémentaires, probablement en pure perte, et, bien entendu, une fois de plus pour le plus grand profit des nantis.
(A cause de cette nouvelle religion artificielle que nous voyons en cours de construction, j'ai d'abord pensé mettre ce texte dans la section CheminCroisé Spiritualités, mais puisqu'il s'agit d'un livre, cet emplacement-ci convient aussi bien.)

Quatrième de couverture :
Les démocraties modernes possèdent-elles les ressorts nécessaires pour prévenir et affronter la catastrophe écologique due au réchauffement climatique ? Comme l’explique Bertrand Méheust, ce n’est pas de l’écologie libérale et du « développement durable » que viendra la réponse : ces discours consistent à graver dans l’esprit du public l’idée que l’écologie est compatible avec la croissance et même mieux, qu’elle la réclame afin de masquer l’incompatibilité entre la société globalisée dirigée par le marché et la préservation de la biosphère.
Un univers mental ne renonce jamais à lui-même si des forces extérieures ne l’y contraignent pas. Le système a saturé tout l’espace disponible et est à l’origine de tensions de plus en plus fortes. Pour les masquer, ceux qui nous gouvernent pratiquent la politique de l’oxymore. Forgés artificiellement pour paralyser les oppositions potentielles, les oxymores font fusionner deux réalités contradictoires : « développement durable », « agriculture raisonnée », « marché civilisationnel », « flexisécurité », « moralisation du capitalisme », « mal propre », etc. Ils favorisent la destruction des esprits, deviennent des facteurs de pathologie et des outils de mensonge.
Plus l’on produit d’oxymores et plus les gens sont désorientés et inaptes à penser. Utilisés à doses massives, ils rendent fou. Ainsi, si le pouvoir de Sarkozy fait rupture, c’est par la production et l’usage cynique, sans précédent dans la démocratie française, d’oxymores à grande échelle.
avatar
Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Charly Alverda le Dim 05 Juil 2009, 15:05

Bonjour

Merci à Montalechel de la présentation de ce livre de "Bertrand Méheust, présenté ici comme philosophe, mais qui, en son temps, a surtout connu la célébrité au sein du petit monde de l'ufologie."

Je n'avais jamais entendu parlé de Bertrand Méheust et je peux souscrire à son "pessimisme méthodique", mais difficilement à cette conclusion de "d'abord, décontaminer les esprits".

Il est très important en effet de savoir si ce genre de "philosophie" est issue d'une cervelle d'ufologue. Pour me détendre, je "butine" quelquefois sur les sites dédiés à Rennes-le-Château, car on y trouve des perles dignes de la grande science-fiction ! Mais de plus en plus ces sites se verrouillent par peur... des intrusions de la DST, CIA, Martiens. Ces sites associent inévitablement à leur démarche des considérations sur le crash des OVNI sur le Bugarach, les Templiers, la F . M. et de plus en plus à l'alchimie pratique !

Le dernier site que j'ai vu se verrouiller (il y a une semaine), phosphorait sur le grand complot de l'ordre mondial planétaire. J'y ai lu que déjà dans les années 30 la F. M avait créé l'ordre nazi, à un intervenant moins ? paranoïaque qui invoquait que c'était aller peut-être un peu vite, car beaucoup de Frères furent éliminés par les nazis ! On répondit avec l'assurance de l'initié que seuls les grands maitres agissaient et que la F. M fut persécutée comme preuve de sa non implication !? A cela se greffent des considérations sur les E.T infiltrés !

Etait ensuite présentée une vidéo sur le Baha'isme, mouvement religieux qui me paraît plutôt sympathique en ces temps d'intolérance. Mais cette vidéo qui présente le chiffre de 7, 5 millions de membres (signataires de leur "charte") et sa répartition sur le globe, prétend à tort ou a raison, que la grande affaire actuelle du Baha'isme est l'écologie. Cette religion ayant de plus en plus d'influence, à cause de son synchrétisme (ce n'est peut-être pas le mot ?) sur les gouvernements et les "opinions", il convient curieusement selon cette vidéo de "décontaminer les esprits." Etrange, professeur Méheust ?

L'écologie vue par les ufologues est effectivement inquiétante !

J'en profite pour répondre brièvement au post de Henri Schersch, oui la paranoïa est aiguë et depuis peu de temps sur les forums, en plus des pratiques que j'exposais, celles citées par Henri sont de plus en plus répandues.
Cordialement,

C...a


Dernière édition par Charly Alverda le Dim 05 Juil 2009, 21:28, édité 1 fois

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Montaléchel le Dim 05 Juil 2009, 21:27

Bonsoir Charly Alverda.

De fait, Bertrand Méheust me semble un étrange personnage. Pas facile à comprendre. Son cerveau doit être différent. Mais il a l'art de soulever les problèmes sous un angle peu conventionnel.

Par ailleurs, mais sans qu'il y ait nécessairement de lien, le monde de l'ufologie grouille de personnages troubles qui polluent à qui mieux mieux la recherche sérieuse qui n'est menée que par une petite minorité de chercheurs. Décriés, évidemment.

Quant à la paranoïa aiguë qui caractérise certains sites, elle prend une ampleur qui est à la mesure de la peur grandissante et des incertitudes pour les mois à venir au vu du réveil progressif de "la peste brune" (comme disait mon grand-père). La surveillance généralisée des communications, les caméras qui fleurissent partout, le traçage des transactions financières, la perspective d'un prochain crash financier global et des conséquences qui s'ensuivront rend les citoyens de plus en plus méfiants envers les représentants des pouvoirs. Mais il est clair que certains en rajoutent, souvent par ignorance, ou en se faisant l'écho de rumeurs non fondées, ou en répétant "à peu près" ce qu'ils croient avoir compris de ce qui s'est dit. D'où l'émergence d'un conspirationnisme idiot qui n'a comme résultat que la pollution des débats et la projection d'un brouillard obscurcissant sur des sujets déjà difficiles à explorer.

Et en particulier, pour rester dans le domaine de l'écologie, les gesticulations du GIEC, de plus en plus contestées par une majorité de scientifiques conscients que le réchauffement des différentes planètes du système solaire a une origine astronomique, attestent une fois de plus la manipulation des populations par des lobbies ayant un poids certain au coeur des institutions de l'ONU. Donc, par delà le constat de Méheust concernant l'impossibilité d'une évolution des mentalités sinon de manière radicale et contrainte, on voit parallèlement se mettre en place une forme de croyance religieuse à thématique écologique, à l'initiative de groupes de pression d'ampleur mondiale. Et vu le degré de crédulité de certains comme le montrent les dérives propres au conspirationnisme idiot, il n'est pas impossible que l'instauration d'une religion mondiale (pensée unique) puisse réussir.
avatar
Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Charly Alverda le Dim 05 Juil 2009, 21:47

Bonjour

Je suis globalement d'accord avec le constat de Montalechel, bien que je ne sache pas vraiment si les planètes du système solaire se réchauffent, mais il est certain que la notre ne va pouvoir supporter longtemps autant de pollueurs ! Mais pour avoir une vision plus positive de l'avenir de l'être humain la CheminCroisé vidéo-conférence du Dr Jill Bolte Taylor est bien rafraichissante !

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Montaléchel le Lun 06 Juil 2009, 05:50

D'accord pour applaudir l'approche du Dr. Taylor, qui rend à l'humain sa véritable dimension dans un univers vivant et sublime. C'est d'ailleurs ce genre de prise de conscience qui nous pousse à une relation plus écologique avec notre environnement, et pas seulement un environnement limité à la seule planète Terre, mais bien au-delà.

Mais la phrase «il est certain que la notre ne va pouvoir supporter longtemps autant de pollueurs !» comporte un piège qui arrange bien les propagandistes de la nouvelle religion.

Il ne faut pas confondre les faits avec l'interprétation officielle qui en est donnée. Les faits sont les suivants :
a) la planète se réchauffe
b) la pollution d'origine humaine augmente
Culpabiliser les populations pour leur soutirer des sous en leur faisant croire que la pollution soit la cause du réchauffement planétaire, ça, c'est une gigantesque escroquerie qui utilise un vernis pseudo scientifique pour instaurer une croyance à buts lucratifs. C'est en ça que consiste ce que j'appelle la nouvelle religion écologique.

Entendons-nous bien ! Je ne nie évidemment ni le réchauffement constaté, ni l'impérieuse nécessité d'adopter massivement des comportements plus écologiques, ne fut-ce qu'au vu de l'accroissement des allergies, de la surexploitation des ressources, ou de la production de montagnes de déchets non recyclables. Mais ces problèmes sont tout autant dus au modèle productiviste consumériste et au mythe de la croissance continue, générateurs de profits (pour certains), qu'à la surpopulation elle-même. Et ces modèles-là, les dirigeants ne risquent pas de les remettre en cause ! Or constatons que le discours des propagandistes de la nouvelle croyance religieuse écologique sont rattrapés par leurs contradictions : ceux qui disent que la planète s'échauffe à cause de la surexploitation ne sont-ils pas aussi ceux qui proposent de résoudre le problème en… travaillant plus ? Selon eux, pour empêcher la glace de fondre aux pôles et pour limiter les décès lors des canicules, il faudrait turbiner encore plus et... produire encore plus de chaleur !

Moralité : ne confondons pas les faits, d'une part, et l'interprétation des faits, d'autre part. Et restons collectivement vigilants face aux croyances qu'on cherche à imposer comme des certitudes universelles.
avatar
Montaléchel

Nombre de messages : 173
Date d'inscription : 25/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Laposse le Lun 06 Juil 2009, 10:36

Exemple de CheminCroisé pensée analogique qui ne mène nulle part, à éviter :

Flèche CheminCroisé Oxymore - Expression associant deux concepts opposés.
Flèche Occis-mort - Expression associant deux concepts identiques. Plus mort, tu meurs !
avatar
Laposse

Nombre de messages : 242
Age : 47
Date d'inscription : 05/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Le Marcheur le Jeu 25 Aoû 2011, 22:20

Bonjour Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs.

Dans son post du "Dim 05 Juil 2009, 15:05" (ci-dessus), Charly Alverda se risquait à d'étranges propos peu déontologiques, à la limite de la correction :
Il est très important en effet de savoir si ce genre de "philosophie" est issue d'une cervelle d'ufologue.
Et d'ensuite associer à la sérieuse recherche ufologique tout un fatras de divagations qui y sont totalement étrangères : Rennes-le-Château, Templiers, Martiens, Francs-Maçons, écologie... Et d'en tirer cette conclusion d'un haut niveau d'irréalisme :
L'écologie vue par les ufologues est effectivement inquiétante !
Je ne sais sur quels sites d'ufomaniaques on peut trouver ce genre d'âneries (j'en ai, bien sûr, rencontré ci ou là, et je les évite), mais il n'y a pas lieu de mêler irrationnellement les affabulations de ces farfelus à l'authentique recherche ufologique, laquelle reste plutôt confidentielle et peu accessible sans un certain bagage scientifique.
.
Ce serait tout comme rejeter la valeur symbolique dessinée dans les tarots par les maîtres cartiers d'il y a 5 siècles en prenant comme argument les tirages prétendant lire dans les cartes l'avenir des consultants : ces diseurs de bonne aventure occupent la toute grosse majorité des sites internet consacrés aux tarot, à mes yeux cela ne fait pourtant pas d'eux des détenteurs de l'authentique compréhension du CheminCroisé Tarot.

Je m'attendais, sur ce forum, à un peu plus de rectitude morale et intellectuelle. Très triste
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Charly Alverda le Ven 26 Aoû 2011, 17:46

Je vois que vous prenez le sujet très “à coeur” Le Marcheur ! Au risque d’un jugement pouvant induire des dissonances karmiques !
Sourire

Une analogie entre les prétentions des hermétistes affirmant la réalité de la pierre philosophale et du corps de gloire et celles des ovniologues eut été plus pertinente car enfin les jeux de tarots anciens existent ! J’en ai sous les yeux en ce moment ! Mais allons au delà puisque vous parlez d’irréalisme de ma part et de la nécessité d’un certain bagage scientifique requis, soit, marchons !

Les dernières recherches en neurosciences, au sein de l'unité Neuro-imagerie cognitive de l'Inserm d’un Lionell Naccache par exemple, confirment (si besoin était) les témoignages des “éveillés” sur une prétendue “réalité”.
Cette phrase imputable à un site Wiki s’intitulant : “Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni” a le mérite d’être un modèle de pertinence et de concision :

“La perception est en effet une construction cognitive : d'une certaine façon, on peut dire que l'être humain voit avec son cerveau.”

@ http://fr.wikipedia.org/wiki/Mod%C3%A8le_sociopsychologique_du_ph%C3%A9nom%C3%A8ne_ovni

Ceci me permettra de remettre sur l’établi l’essai du Dr Roger Godel : “Un compagnon de Socrate, Dialogues sur l’expérience libératrice”.

MENON. – J'apprécie votre ironie. Ma revanche sera de prendre vos paroles au sérieux. Voulez-vous que nous dirigions une attaque concertée contre les illusions de toutes provenances - tant objectives que subjectives ?

CLAUDE. – Vous aurez fort affaire.

MENON. – J'ouvre l'offensive. Voici un premier obstacle le monde objectif. Il a pour le soutenir sa force d'inertie. Nos sens l'explorent et le situent dans l'espace. Après la vue, le toucher l'examine. Ils le déclarent compact, durable. A voir les choses toujours identiques à elles-mêmes dans leur apparence, on les croirait immuables. Leurs structures intérieures échappent à notre regard. Seules se montrent les surfaces, elles changent peu et lentement. Ce monde dont l'objectivité résiste à notre front est à la fois trop familier et mystérieux, insondable. Sa présence en face de nous a cessé depuis longtemps de nous émerveiller. Nous sommes accoutumés à vivre dans ce miracle quotidien. Il est la réalité concrète, un roc de réalités objectives, plus durable que notre être même, puisqu'il existe sans nous et survit à notre corps.
L'objet nous force donc à prendre vis-à-vis de lui - mais à distance - la frêle attitude du sujet. Cette dualité irréductible du sujet et de l'objet en liaison et antagonisme réciproques est une erreur fondamentale. De graves malentendus en résultent.”

(...)

“CLAUDE. – Si l'univers nous devenait, un jour, entièrement intelligible dans une formulation des lois qui l'ordonnent, comment nous apparaîtrait-il ?

MENON. – Transformé en connaissance l'univers cesse de nous apparaître, la loi dont il est l'expression significative se substituant aux phénomènes et aux formes. Et cette loi cosmique - si elle est correctement formulée - s'évanouit à son tour quand elle a fini de remplir sa fonction qui est d'éveiller la connaissance.

CLAUDE. – Mon cher Menon, vous défiez le sens commun. Je refuse de laisser le monde aller au néant. Un flot d'objections me monte à l'esprit.

MENON. – Présentez-les, je vous prie, une par une, dans l'ordre où elles apparaissent.

CLAUDE. – Le cosmos doit-il se volatiliser par le seul fait qu'il est devenu intelligible ? Quand bien même j'aurais inclus dans une loi compréhensive. la totalité des relations possibles à l'intérieur de l'univers, mes yeux, mes mains continueraient de témoigner qu'il existe des phénomènes, des formes concrètes.

MENON. – Eh bien, accueillez leur témoignage. Les yeux, les mains, l'audition et les autres sens remplissent leurs rôles lorsqu'ils réfèrent à un informateur, en éveil derrière eux, les signes impliqués dans les formes. Je m'explique à l'aide d'un exemple. Une silhouette oblongue, aux tons verts et bruns, surgit contre la lumière d'un fond bleu dans le cadre de votre vision. Qui donc l'identifie et le reconnaît pour être un cyprès devant le ciel ? Est-ce la fonction visuelle brute ? Non pas, certainement. Le mérite en revient à un observateur sensible à la dynamique informative des formes, à un témoin prompt à connaître. Ainsi, toutes les activités sensorielles tendent vers la connaissance et atteignent en elle leur foyer. Elles la rejoignent pour s'y éteindre sur divers plans d'intégration.

Imaginez qu'un enquêteur veuille exploiter à fond les ressources de ses sens accrus par l'instrumentation scientifique pour atteindre une connaissance intégrale dans ses structures et infrastructures de l'univers. A mesure que la recherche progresse, les formes visibles et tangibles en usage dans la vie familière cèdent à des configurations abstraites; que l'intelligence seule saisit. Les lois succèdent aux lois. La pensée investigatrice se fait impersonnelle et son acuité croît. Quand sera atteinte la source initiale d'intelligibilité l'univers sera résolu, à la manière d'une énigme, dans sa pure réalité intelligible.

CLAUDE. – Sera-t-il, pour autant, amené à disparaître ?

MENON. – Lorsqu'un message secret, transmis dans la formule du code, a été déchiffré, qu'advient-il de la formulation ?

CLAUDE. – Elle reste bien visible en noir sur blanc.

MENON. – L'écriture est inséparable, dés après la lecture, de l'intelligibilité du message, car c'est du message que les caractères écrits détiennent leur valeur d'existence. Vous ne pouvez voir en eux, à la suite du déchiffrement, qu'un moyen de communication ; tel est leur sens, noir sur blanc.


J’arrête mes exemples, je ne vous crois guère motivé pour marcher davantage sur ce terrain ?

Certes, il y a peut-être autant de sites farfelus sur les tarots que sur les OVNIs, cependant les premiers me paraissent moins déstabilisants pour le psychisme que les seconds ; j’ai passé suffisamment de temps à fréquenter les librairies dites ésotériques pour constater que l’énorme majorité des ovniologues à une forte tendance paranoïaque ! Si nous n’avons pas accès à la “réalité” avant l’éveil, il importe pour la sauvegarde de notre intégrité psychique de garder un minimum de “contact” avec cette “réalité” du plus grand nombre sous peine de s’immerger dans des complots planétaires et pourquoi pas (voir les délires des Président Reagan et Carter sur le même sujet E. T.) extraplanétaires !

Que les énergies à l’oeuvre dans la Nature ne soient pas plus perceptibles que dans le passé, le cerveau - qui par nature est anthropomorphique et anthropocentrique - est seul responsable. Mais ce qui ne laisse pas que d’inquiéter pour l’avenir de l’être humain c’est que là où l’on “voyait” au temps jadis des fées ou des anges, le matérialisme ambiant ferait “croire” à des entités qui aussi arrièrées que nous seraient contraintes d’utiliser des “véhicules” pour leurs déplacements, ah ! l’urbanisation ! Mieux vaut en rire qu’en pleurer !
Des ovniologues (farfelus bien sur) ont déniché une peinture murale du monastère de Detchani datant du XVIe siècle ; malgré l’étoile christique à 8 branches il semble qu’un cerveau du XXIe siècle (non éduqué au symbolisme) ne puisse voir ici qu’un E. T. ! (aller en bas de page)

@ http://nimbus2007.perso.sfr.fr/presence_des_%20E.T._%20.htm

Pour ceux qu’intéressent les louables efforts de démystification des zététiciens et leurs contributions philosophiques et sociologiques aux thèmes abordés sur ce fil, faites-vous plaisir :
Sourire

@ http://www.zetetique.ldh.org/dossiers.html

La recherche du “merveilleux” ne pointe que vers l’immaturité de l’être, elle n’est que le reflet de l’avidité de l’ego et seule la fin de sa suprématie - et la mort physique - nous fait accéder à la Merveille.

“Une silhouette oblongue, aux tons verts et bruns, surgit contre la lumière d'un fond bleu dans le cadre de votre vision.”

Keskecétikçasrai.

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Le Marcheur le Sam 27 Aoû 2011, 11:40

Bonjour cher Monsieur Alverda,

Vos allusions, à peines voilées, marquant votre croyance profondément ancrée en la non existence des OVNI, m'amène évidemment à apporter aux lecteurs de ce forum quelques éléments d'appréciation, bien que (et je prie les lecteurs de m'en excuser) cela puisse nous entraîner dans une digression très éloignée du livre de Bertrand Méheust, lequel montre, par la logique de l'oxymore, comment la société dérive vers un autoritarisme global sous couvert d'écologie.

Lorsque j'ai choisi l'exemple de "la malheureuse négation de la sagesse des tarots anciens" pour établir le strict parallélisme avec "la malheureuse négation des manifestation OVNI avérées", c'était, en utilisant ce thème qui semble vous être personnellement cher, pour vous montrer, par l'absurde, la non recevabilité de l'argument qui pose que "il existe des ufomaniaques complètement déjantés, donc tous les ufologues sont déjantés, donc les OVNI n'existent pas" (raccourci un peu caricatural, j'en conviens). Je persiste donc à affirmer que le parallélisme est pertinent. Et pour le prolonger, je vais même vous déclarer que bien que je n'aie jamais vu de jeu de Tarot ancien, je ne prétends pas nier qu'il puisse en exister. J'en ai évidemment vu des reproductions, la plupart sur ce forum dans le compartiment CheminCroisé Tarologie, mais on sait la valeur peu probante des images, à l'heure où des logiciels d'imagerie de synthèse, devenus bon marché, permettent à qui le souhaite de fabriquer de fausses vieilles images de Tarot en quelques clics. J'ai aussi interrogé des témoins qui prétendaient en avoir vu dans certaines librairies et j'ai estimé que ces témoins étaient de bonne foi, malgré le fait que je me sois personnellement rendu dans lesdites librairies où, par malchance, les rarissimes exemplaires aient été vendus. L'absence de preuve n'étant pas la preuve de l'absence, je me garde pourtant bien d'aller clamer à tout vent que les anciens jeux de Tarots n'existent pas !

J'ai trouvé d'excellents éléments dans votre message ci-dessus. En particulier l'extrait issu de l'essai de R. Godel. Le dialogue entre Menon et Claude au sujet de la nature du réel synthétise bien le questionnement fondamental qui devrait sous-tendre toute démarche scientifique, et l'ouverture d'esprit qui devrait aller de pair. Ce petit texte devrait, en principe, être connu de tout ufologue digne de ce nom, puisqu'il résume bien la complexité et la subtilité de la problématique OVNI et son interaction avec notre perception du réel (ou de la représentation que nous nous en forgeons). Très pertinente aussi, cette citation :
Cette phrase imputable à un site Wiki s’intitulant : “Le modèle sociopsychologique du phénomène ovni” a le mérite d’être un modèle de pertinence et de concision : “La perception est en effet une construction cognitive : d'une certaine façon, on peut dire que l'être humain voit avec son cerveau.”
A l'occasion, nous débattrons un autre jour de la façon dont les appareils photographiques, les caméscopes, les radars et autres instruments perçoivent, objectivent, et enregistrent la réalité des phénomènes OVNI (au pluriel, j'insiste), mais aussi des mécanismes psychologiques par lequel le cerveau humain gomme de son champ cognitif ce qu'il se refuse à percevoir, et des troubles psychologiques survenant ultérieurement suite à ce refoulement.

Excellent aussi cette petite phrase : " La recherche du “merveilleux” ne pointe que vers l’immaturité de l’être, elle n’est que le reflet de l’avidité de l’ego (…)". J'y souscris pleinement, et l'appuie d'applaudissements.
Daccord

Très pertinent, aussi, cet extrait :
là où l’on “voyait” au temps jadis des fées ou des anges, le matérialisme ambiant ferait “croire” à des entités qui aussi arrièrées que nous seraient contraintes d’utiliser des “véhicules” pour leurs déplacements, ah ! l’urbanisation !
Exact, et logique : l'interprétation du phénomène OVNI se fait dans le cadre de référence culturel dominant. Pour effectuer un changement de paradigme, toute technique initiatique part du connu et procède par échelons successifs, sous peine de provoquer un clash (rejet, fuite, traumatisme). Ce processus est évoqué dans mes précédentes interventions :
CheminCroisé Ufologie, voie initiatique
CheminCroisé Définition de l'initiation
Et précisément, au sujet de l'initiation, vous fournissez là un indice précieux aux chercheurs :
il y a peut-être autant de sites farfelus sur les tarots que sur les OVNIs, cependant les premiers me paraissent moins déstabilisants pour le psychisme que les seconds
C'est par la déstabilisation du mental que peut être bousculé un paradigme inadapté, permettant ainsi l'émergence d'une autre manière de penser, une manière plus globale de concevoir notre relation au cosmos : on est bien là, avec l'ufologie, en plein dans un processus initiatique (version XXIème siècle, évidemment).

Par contre j'ai lu aussi dans votre texte des choses bien plus intrigantes.

Passons rapidement sur la zététique : cette démarche puriste, idéaliste, est la mienne et celle de nombreux scientifiques impliqués dans le domaine de l'investigation sur les OVNI, mais elle est malheureusement aujourd'hui connotée de sectarisme depuis que le groupe de Henri Broch a récupéré le concept et mène une croisade anti-OVNI pour raison de dogmatisme. Je respecte toute religion, y compris celle de ceux qui veulent croire mordicus en l'absence d'OVNI dans notre espace perceptif; par contre, le prosélytisme de ces apôtres me gêne, de même que le fondement anti-scientifique de leur démarche. En fait, leurs "louables efforts" (sic !) consistent à émettre un postulat de foi, puis à tenter de l'étayer en usant d'arguments scientifiques (lesquels sont valides dans un domaine défini) en le généralisant à des cas qui échappent au domaine de validité. Cette démarche scientiste de quelques-uns ayant malheureusement fini par dénaturer l'espoir idéaliste zététique, incitons donc les lecteurs à aborder avec rigueur et prudence le site de propagande que vous donnez en lien, et préférons-leur plutôt des scientifiques comme Isabelle Stengers, Pierre Lagrange ou Léon Brenig , qui ont investigué le sujet avec un niveau de professionnalisme plus digne de la méthodologie recommandée.

Plus intrigant est ce fondamental "déni de réalité" que vous semblez promouvoir. J'ai lu vos anciens posts sur ce forum; vous me paraissiez auparavant plus ouvert aux infinies possibilités qu'offre l'univers qu'à l'heure actuelle. A moins qu'il ne s'agisse d'un test ? D'une façon de faire réagir les participants du forum en posant des positions de principe contradictoires, un peu à la manière des CheminCroisé kôans du zen ? Si oui, alors nous sommes toujours bien dans la politique de l'oxymore. Ainsi, je vous cite :
Une analogie entre les prétentions des hermétistes affirmant la réalité de la pierre philosophale et du corps de gloire et celles des ovniologues eut été plus pertinente
Je vous ai lu, sur ce forum, vous définir comme hermétiste; sauf erreur de ma part, je vous ai lu aussi affirmer la réalité du Corps de Gloire, tout comme la réalité de la Pierre philosophale; je vous lis ici nier la réalité du phénomène OVNI (apparemment avec sérieux !), et vous dites qu'une analogie entre ces deux domaines aurait été plus pertinente ! Je ne peux là que souligner cette contradiction : soit vous prenez en considération la réalité du phénomène OVNI (et, dans ce cas, je vois donc que vous jouez au jeu de l'asticotage, et je retire mon constat de "déni de réalité"), soit vous êtes cohérent et vous réfutez donc aussi "les prétentions des hermétistes affirmant la réalité de la pierre philosophale et du corps de gloire", notions que vous avez vous-même jadis introduites et promues sur ce forum. Oxymore…

Oxymore, toujours, lorsque vous tentez d'évacuer le problème des OVNI en le ramenant à sa dimension sociopsychologique, comme le fit, il y a bien des années… Bertrand Méheust ! (avant de revenir ultérieurement à plus de réalisme). Car, paradoxalement, vous mettez en évidence un texte ultra favorable à l'étude ufologique, à savoir les répliques de MENON, lequel distribue (très courtoisement) quelques claques aux sclérosés cérébraux coincés dans leurs certitudes. Pour défendre un point de vue anti-OVNI, n'aurait-il pas été plus pertinent de passer un tel extrait sous silence ? A moins qu'il s'agisse, toujours, d'un jeu consistant à intriquer les contraires ?

Intrigante, aussi, cette phrase :
J’arrête mes exemples, je ne vous crois guère motivé pour marcher davantage sur ce terrain ?
Etrange assertion, qui me prête des intentions sans me connaître. Vous prétendriez-vous également télépathe ? Ceci expliquerait alors pourquoi vous avez "passé suffisamment de temps à fréquenter les librairies dites ésotériques". Pour ma part, je me sens bien dans les laboratoires, les cénacles universitaires, ou les archives du CNES. Ce sont aussi des lieux très intéressants. Bien sûr, je comprends parfaitement qu'on ne puisse être partout à la fois : faute de disponibilité, d'ubiquité, il nous faut bien opérer des choix, et ceux qui nous sont proposés par l'intuition sont souvent bons pour nous.


Reste à évoquer le cyprès de MENON :
"Une silhouette oblongue, aux tons verts et bruns, surgit contre la lumière d'un fond bleu dans le cadre de votre vision.”
Keskecétikçasrai.
Je propose une réponse : "l'arbre qui cache la forêt".


Bien cordialement,

Le Marcheur,
un quidam qui passe, tantôt ici, tantôt ailleurs, au "hasard" des chemins croisés…
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Charly Alverda le Dim 28 Aoû 2011, 00:02

Cher Le Marcheur,

Je proposais ici après un cyprès :

"Une silhouette oblongue, aux tons verts et bruns, surgit contre la lumière d'un fond bleu dans le cadre de votre vision.”

Un si près qui cache la forët ? Oui.

Vous préférez “voir” un OVNI plutôt qu’une Pierre philosophale ? Aucun problème pour moi, votre croyance est désormais la mienne.

Fraternellement,

Charly Alverda

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Le Marcheur le Dim 28 Aoû 2011, 09:57

Cher Monsieur Alverda,

Merci de m'avoir lu avec attention.

Il se trouve que je m'intéresse aussi à la "Pierre philosophale". Ou plutôt, pour être plus précis, et pour marquer une certaine différence par rapport aux "envieux", disons que je me trouve embarqué (de mon plein gré) dans une quête spirituelle dont la thématique est alchimique, et qui semble avoir pour finalité la réalisation de ladite Pierre philosophale. De ce fait, je me suis spontanément retrouvé à constater d'importantes analogies entre le processus initiatique survenant par le biais de la recherche ufologique, et celui survenant par la (ou les) voie(s) alchimique(s). Ce constat n'est pas possible si on s'accroche aux détails, bien sûr : enquêter sur un témoignage OVNI n'est pas la même chose qu'aller se faire deviner l'avenir chez une "taroteuse" ou que faire fondre des minéraux un peu au hasard. Par contre, avec les années et l'accumulation d'expériences, il devient possible de prendre du recul, de prendre conscience d'un processus plus vaste qui est à l'œuvre derrière tous les cas particuliers, et bien que ceux-ci soient apparemment sans rapports entre eux, c'est en rapprochant certains détails qu'on se retrouve obligé de constater des redondances "impossibles" entre des phénomènes d'aspects extrêmement variés. De là découlent une vision différente (lorsqu'on fait abstraction de "l'OVNI qui cache la forêt"), une interrogation permanente, et, plus loin, un changement paradigmatique.

En vous lisant ce matin m'est venu une idée que je m'apprêtais à écrire : "Il existe une différence entre la quête de la Pierre philosophale et la "voie" ufologique, en ce sens que la recherche alchimique part d'un choix personnel, tandis que l'OVNI s'impose au témoin contre son gré". Réflexion faite, je n'en suis plus convaincu, car il est connu que la quête alchimique commence non pas vraiment par une décision propre ("Que vais-je bien pouvoir faire aujourd'hui pour m'occuper ? – Et si je me mettais à l'Alchimie ?"), mais par un "appel céleste", comme le montre la première planche du Mutus Liber :
Des anges avec trompettes viennent tirer un dormeur de son sommeil. Allusion à un "processus d'éveil" autant qu'à un "appel des cieux". Vu sous un certain angle (celui de la globalité et non celui d'une manifestation ponctuelle), le phénomène OVNI joue un peu le même rôle : symboliquement, il "descend du ciel" et interpelle. On peut y rester indifférent, rester dans sa torpeur routinière, ou commencer une interrogation quant à la nature du monde et des phénomènes qui s'y produisent. Nous ne sommes là pas bien loin du mot d'ordre donné par Jésus au paralytique : "Lève-toi, et marche !"

Le... Marcheur !
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Charly Alverda le Dim 28 Aoû 2011, 15:29

Vous m’avez fort bien lu Le Marcheur, c’est en fidèle lecteur du Message Retrouvé que j’essaie de pratiquer la politique de l’oxymore :

“Entre les deux faces de Dieu, il n'y a que la différence de la pierre à la pierre, mais l'une est obscure et l'autre brille magnifiquement.

Le véritable sage est celui qui voit les deux faces de Dieu et qui contemple ce qui est caché au-dedans. Car c'est dans l'union des contraires que paraît la vérité de l'Unique.

Celui qui sait unir les contraires de même nature possède la science.

Le sommet de l'amour, c'est découvrir Dieu dans l'homme et le feu dans l'eau.
Le sommet de la science, c'est unir les contraires de même nature jusqu'à la perfection concentrée du rubis solaire.

Efforçons-nous d'être comme Dieu qui unit en lui avec fruit les contraires de même nature.

Celui qui lira jusqu'au bout le Livre des contraires et qui saura les unir dans le NOM unique, double, quadruple et octuple, paraîtra sage aux sages, saint aux saints et fou aux fous.

Examinons en quoi les autres ont raison et en quoi nous avons tort. Ainsi l'accord se fera aisément par l'approchement des semblables et par l'éloignement des contraires.

l vaut mieux regarder en soi et se taire.
O germinative lumière !
O fruit très pesant du soleil !
O mariage secret des identiques contraires !
O splendeur fructifiante de l'unique beauté !

Il assemble les contraires avec poids et mesure, car il faut beaucoup de ciel pour mélanger avec un peu de terre.”
Sourire

Vous dites que “C'est par la déstabilisation du mental que peut être bousculé un paradigme inadapté, permettant ainsi l'émergence d'une autre manière de penser”. En effet, mais agir dans ce but sur une (in)conscience peut avoir des conséquences dramatiques sur les comportements ! Vous parliez ironiquement de mes dons supposés de télé-pattes, sachez qu’avec des amis libraires le jeu consistait à deviner vers quel rayon se dirigerait le (la) client(e) entrant(e), et bien cela devient vite facile avec un peu d’entraînement ! surtout dans le cas des lecteurs, jamais de lectrices (excessivement rarement) de : (pêle-mêle) Rennes-le-Château, les OVNIS, les templiers, les cathares et l’alchimie “pratique” !

N. B : J’ai répondu plus longuement dans votre “fil” dédié aux CheminCroisé phénomènes OVNIS.

Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Le Marcheur le Mar 06 Sep 2011, 20:40

Bonjour Monsieur Alverda,

Je comprends votre démarche consistant à associer des contraires dans un oxymore : c'est gentiment déstabilisant, donc, potentiellement source de remise en question ou de court-circuitage du mental, donc, en bref, potentiellement initiatique puisque pouvant mener à un autre degré de compréhension.

J'écris "gentiment déstabilisant" puisqu'une proposition écrite qui associe des propos contraires laisse au lecteur le choix de se laisser déstabiliser, ou de passer outre sans s'en préoccuper. Par opposition, il existe des situations "méchamment déstabilisantes"; je pense par exemple à une rencontre rapprochée avec un phénomène OVNI (bien sûr), mais aussi à un accident grave impliquant une invalidité ou une amputation ou la responsabilité d'avoir blessé quelqu'un, ou au décès prématuré d'un conjoint, une faillite, un incendie, une inondation, une catastrophe industrielle proche, etc., soit toutes sortes d'événements de vie qui contraignent brutalement à l'adaptation à une situation nouvelle, inattendue, à une remise en question des acquis. De tels cas déstabilisants entraînent aussi deux possibilités : transcender l'épreuve et en sortir grandi, ou s'effondrer.

Ce dernier risque est loin d'être nul, et j'approuve vos propos :
Vous dites que “C'est par la déstabilisation du mental que peut être bousculé un paradigme inadapté, permettant ainsi l'émergence d'une autre manière de penser”. En effet, mais agir dans ce but sur une (in)conscience peut avoir des conséquences dramatiques sur les comportements !
Oui : que ce soient les circonstances de la vie ou une volonté délibérée qui nous placent devant des situations déstabilisantes, il existe un risque potentiel de dégâts psychologiques graves. Dans les cas extrêmes, ça passe, ou ça casse. Face aux épreuves imposées par la vie, force est de s'adapter; par contre, lorsqu'il s'agit de proposer à autrui des conjectures déstabilisantes, il y a lieu d'agir avec prudence. C'est pour ça que j'aime bien votre dernière citation extraite du Message Retrouvé : "Il assemble les contraires avec poids et mesure (…)".

Je note avec plaisir le petit exercice auquel vous vous livriez, dites vous :
Vous parliez ironiquement de mes dons supposés de télé-pattes, sachez qu’avec des amis libraires le jeu consistait à deviner vers quel rayon se dirigerait le (la) client(e) entrant(e), et bien cela devient vite facile avec un peu d’entraînement ! surtout dans le cas des lecteurs, jamais de lectrices (excessivement rarement) de : (pêle-mêle) Rennes-le-Château, les OVNIS, les templiers, les cathares et l’alchimie “pratique” !
Même si j'entrevois là une légère dérive New Age de votre part, c'est là un petit jeu que j'encourragerais volontiers : ça ne mange pas de pain, ça ne fait de mal à personne, et surtout, ça permet d'aiguiser ses sens de perception… Perception de beaucoup plus de choses qu'on ne l'imagine au départ !
avatar
Le Marcheur

Nombre de messages : 74
Date d'inscription : 03/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La politique de l'oxymore (Bertrand Méheust)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum