Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Anne le Mar 07 Juin 2011, 12:24

Bonjour à tous, avec une pensée particulière aux chercheurs...
Je découvre aujourd'hui votre forum et j'aimerais savoir si vous avez lu ce dernier ouvrage de Fulcanelli, Finis Gloriae Mundi, écrit en 1999 ?
Pour ma part, j'ai pu le lire en espagnol puisque c'est dans cette langue que j'ai eu le texte, passionnant et prémonitoire.
Je vous souhaite à tous le meilleur pour cette journée qu'il nous est donné de vivre et reviens vers vous dès que possible.
Amicalement,
Anne
avatar
Anne

Nombre de messages : 2
Age : 55
Date d'inscription : 07/06/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Henri Schersch le Mar 07 Juin 2011, 19:48

Bonjour Anne,

Selon moi, ce "Finis Gloriae Mundi" n'existe pas dans le domaine public. Peut-être certains privés disposent-ils de ce texte complet, mais – à ma connaissance – celui-ci n'a pas été diffusé.

Néanmoins, quelques fragments circulent ici et là. J'ai vu un document de 23 pages diffusé jadis au format PDF sur le site contrepoints.com, signé Jean Laplace, intitulé "Révélations Alchimiques sur la Fin du Monde", qui faisait allusion à cet ouvrage "Finis Gloriae Mundi". Malheureusement, ce site a aujourd'hui disparu.
Eugène Canseliet aurait déclaré que ce troisième ouvrage attribué à Fulcanelli aurait, de par la volonté de son auteur, été soustrait à toute éventuelle publication. Toutefois, selon ce que j'ai pu en apprendre, la structure de ce livre serait la suivante (titres des chapitres) :

Finis Gloriae Mundi

I. La décadence de notre civilisation et la déchéance des sociétés humaines
Incrédulité religieuse et crédulité mystique
Effets néfastes de l'enseignement officiel
Abus des plaisirs par la crainte de l'avenir
Fétichisme à notre époque
Symboles plus puissants qu'autrefois dans la conception matérialiste
Incertitude du lendemain
Méfiance et défiance généralisées
La mode et ses caprices révélateurs
Les initiés inconnus gouvernent seuls
Le Mystère pèse sur les consciences

II. Témoignages terrestres de la fin du monde
Les quatre Ages
Les cycles successifs scellés dans les couches géologiques
Fossiles
Flore et faune disparues
Squelettes humains
E Asiatide
Monuments de l'humanité dite préhistorique
Cromlechs
Chandelier des trois croix

III. Les causes cosmiques du bouleversement
Le système de Ptolémée
L'Almageste
Erreur du système de Copernic démontrée par l'étoile polaire
Précession des équinoxes
Inclinaison de l'écliptique
Variations inexplicables du pôle magnétique
Ascension solaire au zénith du pôle et retour en sens contraire provoquant le renversement de l'axe, le déluge et la fusion à la surface du globe.



Je trouve bizarre, Anne, cette date de 1999 pour la publication. Fulcanelli n'était en principe plus de ce monde; Canseliet non plus. Je suppose alors que ce "Finis Gloriae Mundi" espagnol pourrait n'avoir aucun rapport avec l'œuvre originale introuvable.

Ne serait-ce pas une récupération opportune, en 1999, destinée à tirer profit des peurs millénaristes que certains entretenaient à l'approche de l'an 2000 ?
avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Charly Alverda le Mar 07 Juin 2011, 20:57

Bonjour,

Le livre est sorti très opportunément pour le colloque Canseliet qui eut lieu à Paris les 4 et 5 décembre 1999. Pour souligner ce haut fait ! Sourire j’avais sur un défunt forum fait un commentaire satirique dudit “ouvrage” que les lecteurs de Canseliet pouvaient apprécier quelque peu ! Pour une fois que je défendais la mémoire des Frères Chevaliers d’Héliopolis !

Voici la “chose” :

Que le sincère étudiant en notre science hermétique ne s'étonne pas de notre tant imprévisible qu'invisible retour, car nonobstant le peu de prise du temps-durée sur notre condition, il ne faudrait en conclure que nous fussions à ce point détaché des matérielles contingences pour ces presque soixante dix années passées hors le monde sublunaire.
Tout au contraire la nécessité impérieuse si peu que contraignante de rétablir ici-bas la conjoncture harmonique, n'a pas laissé que d'inquiéter l'aéropage des adeptes, celui de la Véritable Rosée cuite, devant l'astrale agitation au contact de certaine épistole néfaste autant que nauséabonde. Nous voulons parler de la tant détestable manie de n'écrire plus qu'avec l'aide du diabolique binaire en support cédérome, la Ville Éternelle étant à peine voilée pour le but de l'alchimique dissolution.
Le plumitif misérable, mû par le sentiment de présomption qui ne craint point de s'affubler du latin pseudonyme, sans crainte aucune encore, du rire des Immortels, a cru par nécessité autant égotique que monétaire pouvoir nous citer au tribunal des brumeuses fantasmagories du stérile intellect qui tant caractérise sa prose.
Nous n'avions pas craint, tout prisonnier de la matrice du temps-espace qui conditionnait notre état de fustiger les scribes dévoyés en leurs délires funestes. Semblablement, et cette fois assuré du bienveillant assentiment des Sages, nous ne ménagerons point nos légitimes imprécations, si ces fumées continuellement émises par la tant faible complexion de l'appendice vortical que nous n'oserons pas nommer cerveau ne cessent. Les lucratifs subterfuges qu'autorisent les procédés de moderne et médiocre production ne sont point alibi, à nos yeux, pour le pernicieux sophiste qui croit bon de cacher la vulgarité de ses propos sous la semblable vulgarité du support diviseur.
Charitablement, nous prévenons le fripon précité, qu'il s'abstienne des dispendieuses sophistications qui égarent tant l'étudiant ès Nobles-sciences.
Hélas pour lui, il est décidé par le céleste et benoist tribunal que le proche et si nécessiteux châtiment qui s'impose sur sa personne, soit exemplaire pour l'avide et maléfique cohorte qui s'esbaudit de sa basse besogne. Nous sommes autorisés, sinon à arrêter (l'impossibilité de l'acte n'étonnera point l'Amoureux disciple), du moins à dévier, la considérable amplitude du glaive réparateur et nécessaire; dans la mesure même où cette énergie sous la forme pécuniaire, qu'hélas à l'exclusion de tout autre, ce malheureux seul connait, soit restituée à ses crédules victimes. C'est bien là, chance seule existante, que s'illustre ici le premier jugement tant conforme au précepte de la Table Smaradgine.
" Verum sine mendacio, Certum et verissimum.Quod est inferus, est sicus quod Superius, et quod est Superius est sicut quod est inferius ad perpetranda miracula Rei Unius "

F. C. H


En ces temps, je m’amusais déjà beaucoup sur les forums ! Sourire

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Ludivine le Lun 13 Juin 2011, 16:26

Bonjour à tous !

Sylvaine Canseliet, la petite-fille d'Eugène, confirme le soupçon de fraude déjà suggéré dans les posts ci-dessus. Et ses propos ne sont pas tendres ! Voici un extrait de sa préface à l'édition de 2007 (Guy Trédaniel) de "Alchimie – Nouvelles études diverses sur la Discipline alchimique et le Sacré hermétique" :
Sylvaine Canseliet a écrit:. . . En 1923, Fulcanelli confie à son unique disciple, Eugène Canseliet, trois paquets scellés à la cire avec trois titres : Le Mystère des Cathédrales, Les Demeures Philosophales et Finis Gloriae Mundi avec mission de parachever la rédaction des notes importantes de ces ouvrages et de les publier.
. . . Si Le Mystère des Cathédrales voit le jour en 1926 et Les Demeures Philosphales en 1930, le Maître exige le rendu de son troisième ouvrage. Finis Gloriae Mundi ne doit pas paraître.
. . . Certainement, devait-il y avoir dans ce manuscrit des révélations de la plus haute importance sur le devenir de notre planète, car enfin, ce titre en latin Finis Gloriae Mundi signifie La Fin de la Gloire du Monde. Notre monde était-il apte à recevoir un tel ouvrage… ?
. . . Et l'histoire aurait dû en finir là.

. . . L'absurde en vient à son comble lorsque quelques 70 années plus tard, en 1999, année du centenaire de la naissance d'Eugène Canseliet – drôle de coïncidence – paraît un livre Finis Gloriae Mundi… d'un certain auteur Fulcanelli.

. . . De toute évidence, cet ouvrage, dénué de sens par sa sordide "réapparition", et ne ressemblant en rien au style d'écriture Fulcanelli-Canseliet, est non seulement un faux, mais surtout une injure à l'œuvre des deux Maîtres. C'est une atteinte directe à l'endroit de l'Alchimie.

. . . Le ou les auteurs de ce fallacieux ouvrage font preuve de bassesse par leur imposture. Tout de même, comment ne pas s'indigner quand quelque vermine, sortie tout droit du commun des mortels, usurpe l'identité d'un Adepte.
. . . En ce qui concerne le préfacier, qui aurait reçu le manuscrit par l'intermédiaire d'Internet, il est surprenant qu'il ne se soit pas rendu compte immédiatement de l'énorme supercherie, si ce n'est pour en tirer les bénéfices peu louables dictés par l'appât du gain. Nous ajouterons que ce dernier fut, jadis, un ami d'Eugène Canseliet…
. . . Quant à l'éditeur, assurément conscient, aussi, de l'impact commercial, se "planque", derrière sa maison d'édition implantée à Londres, afin d'échapper à toute loi éditoriale française. La réglementation s'avère beaucoup plus compliquée d'un pays à l'autre.

. . . Toucher au Sacré ne réveille en eux aucune morale, aucun scrupule.
. . . Quels qu'ils soient, tous nous font penser aux pilleurs d'églises.
Quelqu'un connaîtrait-il le nom de cette maison d'édition de Londres ?
Et celle de l'édition en espagnol évoquée par Anne ?
avatar
Ludivine

Nombre de messages : 217
Date d'inscription : 04/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Garfield le Lun 13 Juin 2011, 18:23

Bonjour à tous. Jean-Marc Savary serait l'auteur de cet ouvrage "Finis Gloriae Mundi" publié en 1999 aux éditions Liber Mirabilis et préfacé par Jacques d'Arès.
Cet ouvrage a également été publié en langue espagnole aux éditions Obelisco de Barcelonne.
(source : @ http://www.archerjulienchampagne.com/article-2052055.html )
On le trouve également en italien : Edizioni Mediterranee - ISBN-10: 8827218777 - ISBN-13: 978-8827218778 – 125 pages.
avatar
Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  loup le Lun 13 Juin 2011, 22:41

bj, il est un fait que ce livre peut être un "plagiat" de nom, comme d'autres l'ont fait en leur temps. Mais à salir la mémoire de "DEUX Maitres" ????? Lesquels ????? N'étant pas un inconditionnel de "ces" messieurs (et je pense qu'il en manque au moins un ou deux!!!) je peux comprendre que la petite fille défende son grand-père, mais c'est surtout le nom de Fulcanelli qui est visé... D'ailleurs, la fin d'un monde, oui; du monde, non !!! Et en quoi cela regarde-t'il un "adepte" ??? Etait-il comme notre Nostre-Dame ?? L'avenir n'étant qu'un "possible", dans le flot des probables, il a dû penser qu'il en faisait trop... Je rigole A moins qu'il n'ait "vu" que les deux guerres suivantes... et la guerre d'Espagne... et nous sommes toujours là...

loup

Nombre de messages : 182
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Garfield le Lun 13 Juin 2011, 23:10

Bonsoir. Oui, il est bien compréhensible que Sylvaine Canseliet défende la mémoire de son grand-père, et j'excuse sans problème la vision (peut-être) un peu trop partisane qu'elle porte sur Fulcanelli et son oeuvre. Peut-être ne saurons-nous jamais si le Finis Gloria Mundi publié en 1999 a, ou n'a pas, un quelconque rapport avec le texte d'origine, proposé à la publication puis retiré. Par contre, je reste curieux d'apprendre si les titres des chapitres alignés ci-dessus par Henri Schersch sont ceux de l'édition "pirate" (?) de 1999, ou une trace du texte initial. A moins que les deux hypothèses soient valables, dans le cas où le plagiaire aurait eu vent des titres du texte initial pour les réutiliser ?
avatar
Garfield

Nombre de messages : 176
Age : 35
Date d'inscription : 20/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Charly Alverda le Mar 14 Juin 2011, 17:37

Bonjour Garfield et tutti,

“Peut-être ne saurons-nous jamais si le Finis Gloria Mundi publié en 1999 a, ou n'a pas, un quelconque rapport avec le texte d'origine, proposé à la publication puis retiré.”

Il est très (très !) aisé pour qui connaît le style des Fulcanseliet de se faire une opinion.

On trouve aussi cela sur la Toile :

@ http://60gp.ovh.net/~alchymie/critiques/finis_gloria_mundi.htm

Je possède le rare Volume I, Fascicule IV du Curieux de Nature, l’éphèmère revue de Jean Laplace, aux premières “loges” dans cette aventure. C’est le complément du texte qu’il avait publié dans sa précédente revue : La Tourbe des Philosophes :

FRAGMENTS DU FINIS GLORIAE MUNDI

Les quelques lignes inédites de Fulcanelli, que nous publions aujourd'hui, sont en partie reprises de ce qui a déjà paru au numéro trente et un de la Tourbe des Philosophes, Revue d’études alchimiques.

Nous y apportons toutefois de nouvelles précisions au sujet de quelques documents du dossier que nous avons examiné à Savignies en 1982, et dont voici l'inventaire.
Une lettre autographe et signée Fulcanelli, à une dame de Bourges non nommée./ La lettre publiée en préface du Mystère des Cathédrales, envoyée au maître de Fulcanelli./ Une page répertoriée D à l'encre violette, écrite de la main de Fulcanelli et titrée Le Labarum de Constantin./ Deux pages liées par une agrafe de laiton, copie de la main de Fulcanelli d'une citation au sujet du polyptyque de Grünewald./ Deux pages liées, copie de la main de FuIcanelli (comme toutes les autres) d'un article intitulé L’art et la médecine au musée de Colmar, / Une page, autre citation du même./ Une feuille jaunie intitulée Base de la multiplication avec deux citations de Philalèthe./ Une page intitulée Confrérie des Antonites avec une citation./ Une photo représentant la partie centrale du polyptyque de Grùnewald (Christ)./ Idem, la Tentation de Saint Antoine./ Une facture à E. Canseliet du 3.Xll.1930, pour ces deux photographies. Doit: 33,50 F./ Une feuille imprimée intitulée El venerable Servio de Dios Don Miguel Manara y Vicentelo de Leca./ Une inscription relevée sous le porche et au-dessous de la porte d'entrée de l'hospice de la Sainte-Charité à Séville./ Une carte postale représentant l'église d'Hendaye./ Une photo du piédestal de la croix cyclique d'Hendaye (lune-soleil)./ Une photo du tableau In Ictu Oculi de Valdés Leal./ Idem, Finis Gloria Mundi du même./ Quatre photos de la croix cyclique d'Hendaye ( deux floues: la croix du haut et le soleil de face. Deux nettes: lune-soleil et soleil-4A-/ Une permission numéro 9412 pour visite extraordinaire de la chapelle de la Santa Caridad de Séville./ Un billet de transport numéro 039848, autobus de Séville./ Une carte postale représentant le tableau F.G.M. de Valdés Leal./ Un extrait du journal Arts./ Une grande photo du F.G.M. de Valdés Leal numérotée en bas 16975. Au dos, indications de Fulcanelli à Julien Champagne pour le frontispice de son troisième ouvrage./ Un plan de l'obélisque de Dammartin vu de dessus./ Une photographie, sigillée D4 à l'encre violette, représentant une croix de pierre avec cinq boules./ Une page et demie et une languette attachées, intitulées Feu./ Une page synopsis intitulée Finis Gloriae Mundi./ Une page intitulée Larousse, citation de ce dictionnaire./ Un faire-part pour la mort de Julien Champagne inhumé le 29 août à 9hl5./ Une photographie de Fulcanelli en 1952, donnée à Eugène Canseliet au cours de sa visite à Séville au printemps de la même année.

Nous avons conservé une copie, parfois partielle, de quelques uns de ces documents, de sorte qu'aujourd'hui nous pouvons préciser ce qui suit.

- Les deux pages liées de citation au sujet du polyptyque de Mathias Grùnewald, sont extraites d'un texte de Claude Champion.
- Les deux pages liées au sujet de l'art et la médecine au musée de Colmar, sont extraite de La Revue d’Alsace 1928. Texte de Henri Fleurent.
- La page intitulée Confrérie des Antonites est une citation de Claude Champion.
- Le billet de transport est coché à l'arrêt Plaza C Sotelo.
- L’extrait du journal Arts provient du numéro couvrant la période du 10 au 19 février 1953
- La photographie devant servir de modèle à Julien Champagne pour le dessin du Frontispice du troisième ouvrage de Fulcanelli, porte au dos une note manuscrite précisant que l'arrondi du cadre devra être exploité pour introduire, d'un coté les pyramides d'Égypte noyées sous les eaux avec le mot grec CHTHES inscrit dans un phylactère, de l'autre les mêmes pyramides dans un paysage calciné vec le mot AYRION.

Le plan de l'obélisque de Dammartin est ainsi :


Note alverdienne !(petit crobard que je ne peux scanner en mode texte)

La photographie sigillée D4 provient de Photo Postcard by Hawle, Helston. Commentaire de Fulcanelli: Cinq hémisphères Cinq plaies du Christ.
- Le texte intitulé Feu est le suivant.-
On sait que le feu a toujours été figuré, depuis la plus haute antiquité, par un triangle à sommet supérieur c'est-à-dire ayant sa pointe dirigée en haut et sa base reposant sur le soL Or, cette forme géométrique qui synthétise la forme de la flamme on du feu en action, appartient à toutes les pyramides. Ce qui nous conduirait à voir dans la Pyramide de Dammartin sous Tigeaux, de même que dans celles de Memphis, etc.... des monuments élevés en prévision de la catastrophe par le feu. Ainsi les Égyptiens auraient construit ces monuments immenses, non seulement comme des témoins géodésiques chargés de transmettre à la postérité les connaissances précises, mathématiques, qu'ils possédaient sur notre globe, à leur époque, niais encore comme autant de signaux destinés à éclaircir l'humanité future sur l'inéluctable nécessité de sa rénovation par le feu. Ces ancêtres des civilisations actuelles avaient une science si profonde des destinées successives de notre terre, qu'ils creusèrent leurs hypogées dans le roc et leurs nécropoles dans des chambres souterraines absolument étanches. Ces hommes savaient en effet qu'eux-mêmes devaient périr par l'eau. En élevant au dessus du sol leurs pyramides, c'est pour nous, leurs successeurs, qu 'ils travaillaient, puisqu'ils ne craignaient point le feu mais l'eau.
D'ailleurs, le moi pyramide comporte cette signification. PYR-AMIS, en grec, vient de (xxxx), feu et de (xxxx), racine (xxx) faucille: pyramé est la faucille du moissonneur. Et cela éclaire singulièrement la redoutable mais exacte expression de l’écriture : « Que les nations se réveillent et qu'elles montent à la vallée de Josaphat car j'y serai assis pour juger toutes. Mettez la faucille,car la moisson est mûre; venez et descendez car le pressoir est plein et les caves regorgent... Le soleil et la lune ont et obscurcis et les étoiles ont retiré leur lumière, (Joel III, 12, 13 et15). De son coté, Saint Jean écrit également dans l'apocalypse : “ Alors j’entendis une voix du ciel qui me disait: cris: Heureux sont à présent les morts qui se reposent dans le Seigneur de leurs travaux et que leurs oeuvres suivent. Je regardait encore et je vis une nuée blanche et sur cette nuée quelqu'un assis, qui ressemblait au Fils de l'Homme... »
- La synopsis pour le troisième livre de Fulcanelli est la suivante :

Finis Gloriae Mundi

1.La décadence de notre civilisation et la déchéance des sociétés humaines. Incrédulité religieuse et crédulité mystique. Effets néfastes de l'enseignement officiel. Abus des plaisirs par la crainte de l'avenir. Fétichisme à notre époque. Symboles plus puissants qu'autrefois dans la conception matérialiste. Incertitude du lendemain. Méfiance et défiance généralisées. La mode et ses caprices révélateurs. Les initiés inconnus gouvernent seuls. Le Mystère pèse sur les consciences.

Il. Témoignages terrestres de la fin du monde.

Les quatre Âges, Les cycles successifs scellés dans les couches géologiques. Fossiles. Flore et faune disparues. Squelettes humains. L’ Asiatide. Monuments de l'humanité dite préhistorique. Cromlechs. Chandeliers des trois croix.

III. Les causes cosmiques du bouleversement.

Le système de Ptolémée. L’Almageste. Erreur du système de Copernic démontrée par l'étoile polaire. Précession des équinoxes. inclinaison de l'écliptique. Variations inexplicables du pôle magnétique. Ascension solaire au zénith du pôle et retour en sens contraire provoquant le renversement de l'axe, le déluge et la fusion à la surface du globe.

(le 20 juin 1993)


Cordialement,

C...a

Charly Alverda

Nombre de messages : 534
Date d'inscription : 02/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  aliboron le Sam 18 Juin 2011, 15:25

Bonjour,
Et un grand merci à Charly de nous avoir donné le "menu"... à nous qui sommes dans l'assiette...

"Incrédulité religieuse et crédulité mystique" ? Voilà qui va me plonger dans d'inextricables méditations... pour un peu on croirait entendre Guénon.
Quant aux "initiés inconnus qui gouvernent seuls"...le moins qu'on puisse dire c'est que le résultat n'est pas brillant !
Le mystère ne doit pas trop "peser" sur leurs consciences...
avatar
aliboron

Nombre de messages : 208
Age : 59
Date d'inscription : 15/07/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Henri Schersch le Jeu 03 Jan 2013, 12:21

Concernant l'ouvrage de Jean Laplace, intitulé "Révélations Alchimiques sur la Fin du Monde", qui faisait allusion à l'ouvrage "Finis Gloriae Mundi" dont je vous parlais ci-dessus, j'ai trouvé un lien qui vous permettra de lire le contenu :

@ http://fr.scribd.com/doc/21234429/Alchimie-Jean-Laplace-Revelations-Alchimiques-sur-la-Fin-du-Monde
avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Finis Gloriae Mundi (Fulcanelli)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum