La croix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La croix

Message  Bruce Hellaire le Ven 02 Oct 2009, 15:49

Information : Un autre fil développe le symbolisme
spécifique de CheminCroisé La croiX de St-André.

.
La croix est l'un des plus anciens symboles que l'on trouve dans la plupart des traditions sous des formes diverses. La croix est symbole de l'harmonie entre Dieu et la Terre. Indiquant les 4 points cardinaux, elle est la base de tous les symboles d'orientation (terrestre, céleste, spatiale et temporelle).

Je vous fait découvrir un résumé très bien réalisé par l'auteur du site "Lotus - Au cœur du symbolisme".

Le symbole de la croix se rencontre sous des formes diverses dans la plupart des traditions. Loin de se réduire à son seul aspect chrétien et historique, elle remonte aux temps les plus reculés et fait partie des quatre symboles géométriques fondamentaux :

le point, la ligne droite, le cercle et 2 lignes droites perpendiculaires.

Ces symboles dérivent du premier d'entre eux représentant l'Unité, à savoir le point qui les contient tous en puissance:

• Le point engendre le segment ou la ligne droite;
• Le point (centre) et le segment (rayon) génèrent le cercle;
• Deux lignes droites perpendiculaires forment une croix.

Contrairement au point, à la ligne droite ou au cercle, la croix est le seul symbole géométrique fondamental qui se déploie naturellement dans les deux dimensions du plan ou les trois dimensions de l'espace. À ce titre, elle joue un rôle capital en matière d'orientation dans l'espace.

Or, la croix tridimensionnelle peut être définie par rapport à l'observateur ou au monde observé. Dans le premier cas elle se réfère à l'être et dans le second au Cosmos ou à l'Existence universelle.

Dans les deux situations cependant, la signification de la croix relève de la spécificité des branches verticales et horizontales:

• La branche verticale décrit la totalité des états que l'être porte en lui-même ou manifestés par l'Existence;
• Les branches horizontales dépeignent l'ensemble des possibilités associées à un état déterminé de l'être ou de l'Existence.

Il s'ensuit une prééminence de la branche verticale sur le plan horizontal prenant, dans le cas de la croix à deux dimensions, la forme de deux représentations distinctes:

• Dessinée dans le plan vertical, la croix (dite latine) est formée de branches inégales. Elle englobe la totalité des états dont les centres se situent le long de la verticale. Leur total embrassement annonce l'être qui va rejoindre le Centre de tous les états, le Centre du Monde. Il devient alors “l'Homme Universel” à l'image du Christ qui a réalisé l'union des natures divine et humaine.
• Définie dans le plan horizontal, la croix (dite grecque) a des branches égales car elle représente un état d'être quelconque dont le centre se déploie également dans toutes les directions. Rejoindre le centre associé à cet état signifie ré-intégrer toutes les possibilités qu'il contient. La découverte de la plénitude, humaine notamment, permet alors à l'être de devenir un homme à part entière, un “homme véritable”.

Le Centre du Monde est souvent symbolisé par une fleur: un lotus en Orient, une rose en Occident, un cactus en Amérique centrale etc. Placée à la croisée de deux branches orientées selon les quatre points cardinaux, la rose a donné naissance, en Occident, à la “rose des vents”.

avatar
Bruce Hellaire

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 11/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Aube-Aurore le Jeu 12 Nov 2009, 16:22

Bonjour ! Ensoleillé

Inspirée par le petit texte posté par Charly Alverda sur le fil CheminCroisé Le globe crucifère, je me suis demandée si le symbolisme de la croix (seule) était déjà traité sur ce forum, et j'ai trouvé ce fil. Je le complète donc par ce passage extrait de l'ouvrage CheminCroisé L'écoute du silence, par Paul Beaudry, (éd. Le Dauphin Blanc, 2001)
La croix chrétienne symbolise par sa ligne verticale la présence de l'Esprit Souverain. La ligne horizontale indique le plan de la matière. Le fait que ces deux lignes s'entrecroisent, définit que l'Esprit et la matière sont une seule chose inséparable. Par conséquent, pour l'initié, ce symbole représente l'Esprit divin en l'homme beaucoup plus que la crucifixion du Christ.
La croix, c'est donc le symbole de la rencontre de l'Esprit et de la matière.

Amitiés. Fleur
avatar
Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 37
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Aube-Aurore le Jeu 07 Jan 2010, 12:12

Bonjour à tous ! Ensoleillé

Dans mon livre "Le dictionnaire des symboles" par Nadia Julien, je trouve notamment la définition suivante :
"la croix réalise l'union des contraires. Selon les alchimistes, le croisement du trait vertical dressé, debout, actif, représentant l'action de l'énergie mâle qui transperce et féconde et du trait horizontal couché, passif, féminin…est essentiellement un signe de vie, de conjonction fécondante et de pouvoir réalisateur."

Amitiés. Fleur
avatar
Aube-Aurore

Nombre de messages : 238
Age : 37
Date d'inscription : 15/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Christian Hersey le Lun 03 Jan 2011, 15:41

Bruce Hellaire a écrit:• Le point engendre le segment ou la ligne droite;
• Le point (centre) et le segment (rayon) génèrent le cercle;
• Deux lignes droites perpendiculaires forment une croix.
Engendrer, générer, former…
Toutes ces relations entre les symboles marquent une évolution. Je propose ici que la croix elle-même est susceptible d'évolution. Ou, si vous voulez, que la croix pourrait être un symbole qui évolue au fur et à mesure que ce qui est symbolisé évolue : une coévolution symbole/symbolisé.
Paul Beaudry, cité par Aube-Aurore a écrit:La croix chrétienne symbolise par sa ligne verticale la présence de l'Esprit Souverain. La ligne horizontale indique le plan de la matière.
Cette idée est un bon point de départ de ma réflexion. Je vois la croix comme une représentation de l'évolution de la conscience humaine.

A l'origine, aux temps préhistoriques, le chamanisme prétend à une re-liaison (reliance, lien) entre la terre et le ciel. Le poteau-totem représente la verticalité à laquelle aspire la part divine qui est en chacun de nous. La relation Terre-Ciel s'exprime assez naturellement par un trait vertical, un simple poteau, un poteau sculpté, un menhir, une colonne, un tronc d'arbre. L'arbre lui-même montre comment un presque rien (une minuscule graine) sort de terre pour s'élancer vers le ciel, en quête de lumière.

Le druidisme accordait une grande importance au CheminCroisé chêne, et la mythologie nordigue considérait le monde lui-même comme un arbre : @ Yggdrasil, dont le tronc était l'axis mvndi.
Sortir du plan horizontal de la matérialité pour accéder à la verticalité, telle est la démarche de la reconnexion au divin. Mais, si l'aspiration à une relation entre l'humain et le cosmos passe par le symbolisme de la verticalité, il n'en reste pas moins que la part d'animalité qui constitue aussi l'humain reste viscéralement accroché à la Terre, au ras des pâquerettes. Le poteau élémentaire primitif s'enrichit donc de cette dimension supplémentaire lorsqu'il s'adjoint une représentation de l'horizontalité : le Tau.
Étrangement, ces symboles religieux sont aussi des instruments sacrificiels, car croyances et cruautés sont souvent proches cousins : poteaux de torture, pals, gibets, potences, branches d'arbres, sont autant d'occasions de trucider autrui sous prétexte de dévotion à une entité ou à une loi quelconque.

Le Tau représente la dimension terrestre (barre horizontale) qui plonge son origine dans le sol, telles les racines d'un arbre. Le Tau rappelle que la vie (biologique) vient de la terre nourricière : Gê, Gaïa, la Terre-Mère fournit abri (grottes, huttes en terre), nourriture (végétaux), eau (sources) aux humains comme aux animaux. De plus, la Terre est animée de forces puissantes, qu'il s'agisse de volcanisme, de tellurisme, ou de démons supposés hanter ses entrailles. Le Tau représente donc surtout l'origine physico-chimique de la partie charnelle de l'humain. Et la dimension spirituelle, cosmique, que devient-elle là dedans ?
Elle devient manifeste avec des représentations symboliques postérieures. L'Ankh, symbole répandu dans l'Égypte antique, représente le Tau antérieur, mais avec une excroissance vers le haut qui n'est pas clairement matérialisée, puisqu'il s'agit d'une boucle, une sorte d'auréole, qui représente une énergie qui tend à se manifester. Je vois la partie supérieure de l'Ankh un peu comme l'énergie, le schéma constructeur, d'un bourgeon qui ne demande qu'à percer l'écorce du bois, mais qui n'a pas encore matérialisé sa potentialité.
Notons, en passant, les analogies entre les mots "Tau", "poteau", "potence", "potentiel". LangueDesOiseaux1

Ce sont les Romains, quelques siècles plus tard, qui ont popularisé le symbole de la croix (comme instrument de torture, bien sûr), qui est devenu de facto le symbole de la religion chrétienne, de par la crucifixion. Cette croix comporte cette partie supérieure matérialisée, ce petit bout de bois, potentiellement annoncé par l'Ankh, et qui dépasse désormais le sommet du Tau.

Peu après, en Amérique du Nord, on verra aussi fleurir des totems symboliques religieux qui, bien que se référant à des conceptions radicalement différentes, se verront adopter une forme globalement similaire, à savoir celle d'un être humain debout, écartant les bras.
Mais la croix des Romains n'est pas encore la croix qu'on appelle "latine", puisque la branche la plus haute est plus courte que toutes les autres, tandis que la croix latine, plus récente, donne une taille identique aux trois branches supérieures. Il en va de même de la "croix celtique", où l'on retrouve le cercle évoqué par Bruce Hellaire dans CheminCroisé son premier post.
Est-ce là l'aboutissement de l'évolution du symbole de la croix ? Probablement pas.
Au début du 17ème siècle apparaissent les premiers manifestes rosicruciens, accompagnés d'une représentation symbolique nouvelle : une rose qui éclot au centre de la croix.

Tout comme l'Ankh des Égyptiens indiquait la possibilité de l'éclosion d'une nouvelle dimension, la Rose-Croix indique la potentialité d'un développement perpendiculaire au plan de la traditionnelle croix. C'est l'émergence de la troisième dimension, comme si le symbole de la spiritualité devait évoluer encore et encore, en explorant des dimensions nouvelles. S'affranchir du plan à deux dimensions pour "penser en 3D", c'est, comme on l'a vu pour CheminCroisé les allumettes, une manière différente de penser, plus libre, peut-être moins soumise aux dogmes anciens. Un dimension supplémentaire, c'est un "degré de liberté" supplémentaire, qui ouvre sur de nouvelles possibilités.
Le symbolisme de la croix trouvera-t-il son accomplissement ultime dans une figure à trois dimensions où toutes les branches auront une égale longueur ? Ce temps n'est probablement pas encore venu. Il n'empêche que certains, comme Salvador Dali, y ont déjà songé…


Salvador Dali – "Corpus Hypercubus" – 1954
avatar
Christian Hersey

Nombre de messages : 100
Date d'inscription : 04/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Henri Schersch le Sam 22 Jan 2011, 19:21

L'idée est originale, Christian. J'avoue avoir été un peu dubitatif au départ, mais, en y réfléchissant, je crois pouvoir admettre que puisqu'il existe un rapport étroit entre un symbole et ce qui est symbolisé par lui, si la chose symbolisée évolue, le symbole doit évoluer similairement ! Il y a une certaine logique dans cette manière de voir.

Alors j'ai cherché, ou plutôt, j'ai veillé à tenir compte de cette manière de voir dans ma façon d'observer, et j'ai trouvé quelque chose :
Cet objet, lié à la prière chrétienne, est, à la base, constitué d'une croix latine. Dessus s'y trouve dessiné un "Chrisme" (voir le post de Chèvre dans le fil CheminCroisé La croiX de St-André), c'est-à-dire une représentation symbolique du Christ plus élégante qu'un cadavre cloué puisqu'il s'agit de la superposition des lettres grecques Khi (X) et Ro (P), soit "Chr…".

Mais ici, l'artiste a étiré à l'extrême la partie supérieure du dessin, et la CheminCroisé Croix de St-André semble écrasée verticalement (ou étirée horizontalement). Cet effet particulier m'a immédiatement fait penser à une croix dessinée comme sur un plan horizontal, traversée par un axe vertical (donc, une Dimension supplémentaire), avec ce renflement du P qui ressemble un peu à l'anse de l'Ankh : un bourgeon en gestation, non encore affermi, pas encore éclos.



avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  VillaChicoubis le Ven 09 Mar 2012, 23:27

La croix est deux choses :
- Une épée, celle qui défend la coupe
- Et une clef... Une clef occulte, bien sûr

Bien à vous tous
avatar
VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Henri Schersch le Sam 10 Mar 2012, 09:45

.
J'admets que la croix puisse être une épée...

J'admets aussi que la croix soit une clé occulte...

J'admets encore que l'épée soit une clé...





...mais pourrais-tu développer un peu plus ta pensée ?
Scratch
.
avatar
Henri Schersch

Nombre de messages : 329
Age : 47
Date d'inscription : 21/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  VillaChicoubis le Jeu 15 Mar 2012, 01:52

La croix comme une épée... Une épée de bois symbole de liberté du gladiateur romain. Mais même en bois cette épée, une fois plantée dans le socle, il faut savoir la retirer.... C'est toujours cette même épée qu'on nomme excalibure, ce fut celle que Jeanne d'Arc prétendit avoir trouvée..
Qu'est ce qu'un chevalier sans épée ? Encore plus si il est chevalier du temple. Mais voilà notre épée est en bois. Et c'est pour celà qu'elle est aussi une clef. La clef du deuxiéme désir de l'âme : La puissance, la pneumatique... ce désir conduisant à keter la couronne si cette l'épée on sait la forger en bois. Le bois du baton qui aide à faire le chemin. Le bois de l'arbre de la vérité...

voilà déjà pour commencer à répondre.

Bien à vous tous

avatar
VillaChicoubis

Nombre de messages : 83
Date d'inscription : 21/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Nelly Foulcat le Mar 03 Avr 2012, 12:37

"A de rares exceptions près", nous dit Fulcanelli, "le plan des églises gothiques – cathédrales, abbatiales ou collégiales – affecte la forme d’une croix latine étendue sur le sol".
Au début du chapitre IV de son ouvrage "Le Mystère des Cathédrales", intitulé "Le Mystère des Cathédrales", Fulcanelli nous parle de la croix en ces termes :
Or, la croix est l’hiéroglyphe alchimique du creuset, que l’on nommait jadis cruzol, crucible et croiset (dans la basse latinité, crucibulum, creuset, a pour racine crux, crucis, croix, d’après Ducange).

C’est en effet dans le creuset que la matière première, comme le Christ lui-même, souffre la Passion ; c’est dans le creuset qu’elle meurt pour ressusciter ensuite, purifiée, spiritualisée, déjà transformée. D’ailleurs le peuple, gardien fidèle des traditions orales, n’exprime-t-il pas l’épreuve humaine terrestre par des paraboles religieuses et des similitudes hermétiques ? — Porter sa croix, gravir son calvaire, passer au creuset de l’existence sont autant de locutions courantes où nous retrouvons le même sens sous un même symbolisme.

N’oublions pas qu’autour de la croix lumineuse vue en songe par Constantin apparurent ces paroles prophétiques qu’il fit peindre sur son labarum : In hoc signo vinces ; tu vaincras par ce signe. Souvenez-vous aussi, alchimistes mes frères, que la croix porte l’empreinte des trois clous qui servirent à immoler le Christ-matière, image des trois purifications par le fer et par le feu. Méditez pareillement ce clair passage de saint Augustin, dans sa Dispute avec Tryphon (Dialogus cum Tryphone, 40) : "Le mystère de l’agneau que Dieu avait ordonné d’immoler à CheminCroisé Pâque, dit-il, était la figure du Christ, dont ceux qui croient teignent leurs demeures, c'est-à-dire eux-mêmes, par la foi qu’ils ont en Lui. Or, cet agneau, que la loi prescrivait de faire rôtir en entier, était le symbole de la croix que le Christ devait endurer. Car l’agneau, pour être rôti, est disposé de façon à figurer une croix : l’une des branches le traverse de part en part, de l’extrémité inférieure jusqu’à la tête ; l’autre lui traverse les épaules, et l’on y attache les pieds antérieurs de l’agneau (le grec porte : les mains, CeireV)."

La croix est un symbole fort ancien, employé de tous temps, en toutes religions, chez tous les peuples, et l’on aurait tort de la considérer comme un emblème spécial au christianisme, ainsi que le démontre surabondamment l’abbé Ansault. Nous dirons même que le plan des grands édifices religieux du moyen âge, par adjonction d’une abside semi-circulaire ou elliptique soudée au choeur, épouse la forme du signe hiératique égyptien de la croix ansée, qui se lit ank, et désigne la Vie universelle cachée dans les choses. On en peut voir un exemple au musée de Saint-Germain-en-Laye, sur un sarcophage chrétien provenant des cryptes arlésiennes de Saint-Honorat. D’autre part, l’équivalent hermétique du signe ank est l’emblème de Vénus ou Cypris (en grec KupriV, l’impure), le cuivre vulgaire que certains, pour voiler davantage le sens, ont traduit par airain et laiton. "Blanchis le laiton et brûle tes livres", nous répètent tous les bons auteurs. KuproV est le même mot que SoujroV, soufre, lequel a la signification d’engrais, fiente, fumier, ordure. "Le sage trouvera notre pierre jusque dans le fumier, écrit le Cosmopolite, tandis que l’ignorant ne pourra pas croire qu’elle soit dans l’or."

Et c'est ainsi que le plan de l'édifice chrétien nous révèle les qualités de la matière première, et sa préparation, par le signe de la Croix; ce qui aboutit, pour les alchimistes, à l'obtention de la Première pierre, pierre angulaire du Grand Œuvre philosophal.
avatar
Nelly Foulcat

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 03/10/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Calcédoine le Jeu 01 Nov 2012, 19:24

– Que représente la croix ?
– La puissance, la mort, la vie et la vérité.
Extrait d'un rituel templier (fictif), dans
La croix des assassins, (Eric Giacometti & Jacques Ravenne)
Editions Fleuve Noir, 2008
avatar
Calcédoine
Admin

Nombre de messages : 325
Date d'inscription : 02/04/2008

Revenir en haut Aller en bas

la croix

Message  LeMat le Sam 03 Nov 2012, 16:00

Bonjour à tous,

J'ai été surpris de constater que personne n'a abordé CheminCroisé le nombre 4 alors que la croix et le carré en sont les symboles géométriques.

Le nombre 4 a une place particulière dans l'histoire ésotérique occidentale (au moins) depuis Pythagore et sa Tetraktis où le quaTernaire génère le dénaire.
Le quatre est dans la tetraktis le nombre par lequel s'opère la multiplication où plutôt l'entropisation. Il représente donc la matière avant sa multiplication, avant sa chute, avant sa précipitation ou bien encore sa coagulation.

On retrouve cette idée dans la kabbale où il est dit qu'avant la chute, l'arbre séphirotique n'était composé que de quatre séphiroth (disposé en croix) mais que la dernière séphira ne put supporter l'énergie des trois premières. C'est pourquoi elle se brisa, provoquant la chute du monde et l'apparition des sept dernières séphitroth.
De quatre séphiroth, l'arbre est passé à dix par sa chute...

Mais revenons aux Pythagoriciens car comment parler d'eux et du nombre quatre sans aborder les vertus cardinales qui influencèrent tant la pensée occidentale.
Ces vertus sont bien entendu au nombre de quatre et fonctionnent deux à deux (force/justice ; prudence/tempérance) formant ainsi les deux piliers du temple. Donc pour être précis, la figure associée aux quatre vertus est le carré et non la croix.
Les catholiques leur ajoutèrent les trois vertus théologales. Le nombre trois, ainsi que le terme "théo-logale" les associent à la trinité.
Elle sont symbolisées par le triangle qui se place naturellement sur le carré formant ainsi la "maison Dieu", "Dieu sur son trône" ou encore "le char de Dieu".
Cette figure est associée au nombre sept (3+4), symbole de la création.
Un très bon exemple de cette figure est la lame n°7 du tarot appelée "CheminCroisé le chariot" : je vous laisse trouver le triangle sur le carré...

Dans la "monade hiéroglyphique", John Dee donne une réflexion intéressante autour du symbole X romain qui n'est rien d'autre qu'une croix.
John Dee remarque que le "X" symbolise le dénaire et est composé de deux "V" dont l'un est inversé. Or, le symbole "V" symbolise lui le quinaire (je sais, c'est moche) et dix est bien le double de cinq. Il remarque aussi que le nombre cinquante (5x10) s'écrit avec un "L" qui peut être vu comme un "V" auquel on a fait faire un quart de tour.
Le plus intéressant ici étant bien sûr que la croix soit associée au nombre dix, développement de 4 dans la tétraktis.

Si l'on pousse un peu plus loin la comparaison entre la croix chrétienne et l'arbre séphirotique, nous sommes en premier lieu tenté de voir dans la grande couronne (Kether, Hochmah et Binah) les trois pointes et voir les sept autres sephiroth dans la branche du bas. Ceci expliquerait d'ailleurs sa taille fréquemment exceptionnelle, symbolisant ainsi la chute par une grappe de séphiroth mais ce n'est pas si simple.
Joseph Gikatilla dans les portes de la lumière (Shaarei Orah) nous donne une analogie entre le tétragramme et l'arbre séphirothique qui peut nous éclairer.
Il voit dans le "yod" Kether, dans le premier "eh" hochmah et c'est là où cela devient intéressant, dans le "vav" les sept sephiroth allant de Binah à Yesod et enfin le second "eh" Malkuth.
Donc les trois pointes de la croix correspondent bien à la grande couronne mais la branche du bas correspond au "vav" du tétragramme et donc aux sept sephiroth de la troisième (et non la quatrième) à la neuvieme. La dixième étant symbolisée par la terre dans laquelle est plantée la croix.
Une autre chose intéressante est que le mot "séphira" signifie liitéralement "vase", ce qui nous rapproche encore de la matière.

La croix peut aussi représenter la balance donc être un symbole du jugement, de la mesure. Est-ce pour ça que l'exécution du jugement se faisait sur un crucifix ? Peut-être... Quoi qu'il en soit, la croix est symbole de mesure et cela, au-delà de toute considération métaphysique.
Géométriquement, un plan est définit par deux droites qui se croisent et, de ce fait, l'indice de mesure sur un plan est une croix. Qu'elle soit une rose des vents sur une carte ou le repère orthonormé d'un graphique d'écoliers.

Pour finir, la croix symbolise, à mon humble avis, la matière et c'est pourquoi il lui a souvent été ajouté un symbole masculin. C'est le christ sur la croix, la rose rosicrucienne, le serpent de certains crucifix des premiers chrétiens ou encore l'idée de mouvement introduite par les barres dans la Svastika.

LeMat

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 10/11/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: La croix

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum